24 Aout 2016

Un Tournesol dans un grand champ

La galaxie du Tournesol s’épanouit au centre de cette image à grand champ. La scène couvre un champ de 2° d’arc, l’équivalent de 4 pleine lunes côte à côte. Brillante galaxie spirale du ciel boréal, Messier 63 est à quelque 25 millions d’années-lumière de nous, dans la constellation des Chiens de Chasse. Egalement connue sous la référence de catalogue NGC 5055, ce majestueux univers-île mesure près de 100 000 années-lumière de diamètre, soit à peu près la taille de notre propre galaxie, la Voie lactée. Encore connue sous le nom familier de galaxie du Tournesol, M63 arbore un brillant noyau jaune entouré de bras spiraux bleus, eux-mêmes rayés de veines de poussières cosmiques et ponctués de régions de formations d’étoiles. Mais cette longue pose révèle également de remarquables boucles et extensions de ses bras spiraux. Membre dominant d’un groupe galactique connu, les subtiles extensions de M63 pourraient être le fruit d’interactions gravitationnelles avec des galaxies proches, ou les reliquats de galaxies naines satellites, ce qui viendrait alors confirmer l’hypothèse selon laquelle les galaxies grandissent par absorption de galaxies plus petites. M63 rayonne également dans tout le spectre électromagnétique, et on pense qu’elle a connu d’intenses flambées de formation d’étoiles.

afficher l’image en plus grand | afficher encore plus grand , Image Crédit & Copyright: Données – Deep Sky West, Traitement – John Vermette, Traduction  Didier Jamet  > lire le texte original, Auteurs et éditeurs : Robert Nemiroff (MTU) & Jerry Bonnell (UMCP)

HOMÉLIE DE S. JEAN DE CHRYSOSTOME SUR LA 1ère LETTRE AUX CORINTHIENS

La croix a gagné les esprits au moyen de prédicateurs ignorants, et cela dans le monde entier. Il ne s’agissait pas de questions banales, mais de Dieu et de la vraie foi, de la vie selon l’Évangile, du jugement futur. Elle a donc transformé en philosophes des rustres et des illettrés. Voilà comment la folie de Dieu est plus sage que l’homme, et sa faiblesse, plus forte .
Comment est-elle plus forte ? Parce qu’elle s’est répandue dans le monde entier, qu’elle a soumis tous les hommes à son pouvoir et qu’elle a résisté aux innombrables adversaires qui voulaient faire disparaître le nom du Crucifié. Au contraire, ce nom s’est épanoui et propagé ; ses ennemis ont péri, ont disparu ; les vivants qui combattaient un mort ont été réduits à l’impuissance. Aussi, quand un Grec dit que je suis fou , il manifeste que lui-même l’est au maximum, puisque moi qu’il juge fou, je me montre plus sage que les sages ; s’il me traite de faible, il se montre lui-même plus faible encore. En effet, ce que des publicains et des pécheurs ont pu réussir par la grâce de Dieu, les philosophes, les rhéteurs, les tyrans, bref la terre entière, dans toute son étendue, n’a même pas été capable de l’imaginer. ~
C’est en pensant à cela que Paul disait : La faiblesse de Dieu est plus forte que tous les hommes . Que la prédication soit l’œuvre de Dieu, c’est évident ici. Comment douze hommes, des ignorants, ont-ils pu avoir l’idée d’une pareille entreprise, eux qui vivaient auprès des lacs et des fleuves, et dans le désert ? Eux qui n’avaient jamais fréquenté les villes et leurs assemblées, comment ont-ils pu songer à se mobiliser contre la terre entière ? Ils étaient craintifs et sans courage : celui qui a écrit sur eux le montre bien, lui qui n’a voulu ni excuser ni cacher leurs défauts. C’est là une preuve très forte de vérité. Que dit-il donc à leur sujet ? Quand le Christ fut arrêté, après avoir fait d’innombrables miracles, la plupart s’enfuirent, et celui qui était leur chef de file ne resta que pour le renier…….

Io en vraies couleurs

La lune la plus étrange du système solaire est jaune clair. Cette image, montrant Io en vraies couleurs, a été prise en juillet 1999 par la sonde Galileo qui a tourné autour de Jupiter de 1995 à 2003. Les couleurs de Io proviennent du soufre et des roches à base de silicium fondues. La surface inhabituelle de Io reste très jeune grâce à son système de volcans actifs. L’intense marée gravitationnelle de Jupiter étire Io et les autres lunes Galiléennes de Jupiter la font osciller. La friction résultante chauffe énormément l’intérieur de Io, conduisant à l’explosion de roches fondues à sa surface. Les volcans de Io sont si actifs qu’ils mettent toute la lune sens dessus-dessous. Certaines laves volcaniques de Io sont si chaudes qu’elles brillent dans la nuit.

Crédit: Projet Galileo, JPL, NASA, Traduction  Laurent Laveder  > lire le texte original, Auteurs et éditeurs : Robert Nemiroff (MTU) & Jerry Bonnell (UMCP)

SERMON DE SAINT JEAN CHRYSOSTOME
SUR LE DIABLE TENTATEUR

Les chemins de la conversion :
Voulez-vous que je vous indique les chemins de la conversion ? Ils sont nombreux, variés et différents, mais tous conduisent au ciel.
Le premier chemin de la conversion, c’est la condamnation de nos fautes. Commence toi-même par dire tes fautes, pour être justifié . Et c’est pourquoi le Prophète disait : J’ai dit : Je veux confesser au Seigneur les iniquités que j’ai commises ; et toi, tu as pardonné le péché de mon cœur . Condamne donc toi-même les fautes que tu as commises, et cela suffira pour que le Maître t’exauce. Celui qui condamne ses fautes, en effet, craindra davantage d’y retomber. Éveille ta conscience pour avoir ton accusateur en toi-même et ne pas le rencontrer devant le tribunal du Seigneur. Voilà donc un excellent chemin de conversion.
Il y en a un deuxième, qui n’est pas inférieur à celui-là : c’est de ne pas garder rancune à nos ennemis, de dominer notre colère pour pardonner les offenses de nos compagnons de service, car c’est ainsi que nous obtiendrons le pardon de celles que nous avons commises contre le Maître ; c’est la deuxième manière d’obtenir la purification de nos fautes. Si vous pardonnez à vos débiteurs , dit le Seigneur, mon Père, qui est aux ciel ,vous pardonnera aussi.
Tu veux connaître le troisième chemin de la conversion ? C’est la prière fervente et attentive que tu feras du fond du cœur. ~

Si tu désires connaître le quatrième chemin, je citerai l’aumône elle a une puissance considérable et indicible. ~
La modestie et l’humilité ne sont pas des moyens inférieurs à ceux que nous avons dits pour détruire les péchés à la racine. Nous en avons pour témoin le publicain qui ne pouvait pas proclamer ses bonnes actions, mais qui les a toutes remplacées par l’offrande de son humilité et a déposé ainsi le lourd fardeau de ses fautes.
Nous venons donc d’indiquer cinq chemins de la conversion: d’abord la condamnation de nos péchés, puis le pardon accordé aux offenses du prochain ; le troisième consiste dans la prière ; le quatrième dans l’aumône le cinquième dans l’humilité.
Ne reste donc pas inactif, mais chaque jour emprunte tous ces chemins ; ce sont des chemins faciles et tu ne peux pas prétexter ta misère. Car, même si tu vis dans la plus grande pauvreté, tu peux abandonner ta colère, pratiquer l’humilité, prier assidûment et condamner tes péchés. Ta pauvreté ne s’y oppose nullement. Mais qu’est-ce que je dis là ? alors que, sur ce chemin de la conversion où il s’agit de donner ses richesses (c’est de l’aumône que je veux parler), même la pauvreté ne nous empêche pas d’accomplir le commandement. Nous le voyons chez la veuve qui donnait ses deux piécettes.
Nous avons donc appris comment soigner nos blessures ; appliquons ces remèdes: revenus à la vraie santé, nous profiterons hardiment de la table sainte et avec beaucoup de gloire nous irons à la rencontre du roi de gloire, le Christ. Obtenons les biens éternels par la grâce, la miséricorde et la bonté de Jésus Christ notre Seigneur.

L’Œil de Chat

Fixant l’espace interstellaire, la belle nébuleuse de l’Œil de Chat est située à 3000 années-lumière de la Terre. Nébuleuse planétaire classique, l’Œil de Chat (NGC 6543) représente la brève et cependant glorieuse phase finale dans la vie d’une étoile de type solaire. L’étoile centrale mourante de cette nébuleuse peut avoir produit le motif simple extérieur composé de couches concentriques de poussière en éjectant les couches extérieures en une série de convulsions régulières. Mais la formation de la belle et plus complexe structure intérieure n’est pas bien comprise. Sur cette image du télescope spatial Hubble, le vrai œil cosmique mesure plus d’une demi année-lumière de diamètre. En contemplant l’Œil de Chat, les astronomes peuvent voir le destin du Soleil, destiné à entrer dans sa propre phase d’évolution en nébuleuse planétaire… dans environ 5 milliards d’années.

Credit: NASA, ESA, HEIC, and The Hubble Heritage Team (STScI / (AURA), Traduction  Laurent Laveder  > lire le texte original, Auteurs et éditeurs : Robert Nemiroff (MTU) & Jerry Bonnell (UMCP)

Saint Clément de Rome, pape de 90 à 100 environ

Parcourons tous les âges et nous apprendrons que, de génération en génération, le Maître a offert la possibilité de se convertir à tous ceux qui voulaient se tourner vers lui. Noé prêcha la conversion, et ceux qui l’écoutèrent furent sauvés. Jonas annonça aux Ninivites la destruction qui les menaçait ; ils se repentirent de leurs péchés, ils apaisèrent Dieu par leurs supplications et ils obtinrent le salut, bien qu’étrangers à Dieu…

Par sa volonté toute-puissante, il veut faire participer tous ceux qu’il aime à la conversion. C’est pourquoi nous devons obéir à sa magnifique et glorieuse volonté. Implorons humblement sa miséricorde et sa bonté ; confions-nous à sa compassion en abandonnant les préoccupations frivoles, la discorde et la jalousie qui ne conduisent qu’à la mort…

Restons humbles, mes frères, rejetons tous les sentiments d’orgueil, de jactance, de vanité et de colère… Attachons-nous fermement aux préceptes et aux commandements du Seigneur Jésus, nous rendant dociles et humbles devant ses paroles. Car voici ce que dit la parole sainte : « Vers qui tournerai-je mon regard, sinon vers l’homme doux, pacifique, qui tremble à mes paroles ? » (Is 66,2).

Io, une lune au-dessus de Jupiter

Quelle est la taille de la lune jovienne Io ? Le corps le plus volcanique du système solaire, Io, présente un diamètre de 3600 km, environ la taille du gros satellite naturel de la planète Terre. Passant à côté de Jupiter à la fin du précédent millénaire, la sonde Cassini a capturé cette magnifique vue de Io avec la plus grande géante gazeuse à l’arrière-plan, offrant une frappante démonstration de la taille relative de la reine des planètes. Bien que sur la photographie, Io semble être située juste devant les nuages joviens tourbillonnants , Io parcourt son orbite à toute vitesse, en 42 heures, à 420 000 km du centre de Jupiter. Elle est de ce fait à environ 350 000 km au-dessus du sommet des nuages de Jupiter, soit à peu près la distance Terre-Lune. La sonde Cassini elle-même était à environ 10 millions de kilomètres de Jupiter lorsqu’elle a pris cette photographie. En juillet 2016, c’est la sonde Juno qui s’est placée en orbite autour de Jupiter et passera par moments à moins de 5000 km du sommet de ses nuages.

afficher l’image en plus grand | afficher encore plus grand

Image Crédit: Cassini Imaging Team, SSI, JPL, ESA, NASA, Traduction Didier Jamet , Auteurs et éditeurs : Robert Nemiroff (MTU) & Jerry Bonnell (UMCP)

 –

Denys le Chartreux (1402-1471), moine

« Je suis venu apporter un feu sur la terre » : je suis descendu du haut du ciel et, par le mystère de mon incarnation, je me suis manifesté aux hommes pour allumer dans les cœurs humains le feu de l’amour divin. « Et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé » — c’est-à-dire qu’il prenne et devienne une flamme activée par l’Esprit Saint et qu’il fasse jaillir des actes de bonté !

Le Christ annonce ensuite qu’il subira la mort sur la croix avant que le feu de cet amour n’enflamme l’humanité. C’est, en effet, la très sainte Passion du Christ qui a valu à l’humanité un don aussi grand, et c’est avant tout le souvenir de sa Passion qui allume une flamme dans les cœurs fidèles. « Je dois recevoir un baptême », autrement dit : Il m’incombe et il m’est réservé par une disposition de Dieu de recevoir un baptême de sang, de me baigner et de me plonger comme dans l’eau, dans mon sang répandu sur la croix pour racheter le monde entier. « Et quelle n’est pas mon angoisse jusqu’à ce qu’il soit accompli », en d’autres termes jusqu’à ce que ma Passion soit achevée, et que je puisse dire : « Tout est accompli ! » (Jn 19,30)

 

Aurores polaires sur Jupiter

Les régions circumpolaires de Jupiter sont le siège d’une intense activité aurorale. Comme dans le cas de la Terre, le champ magnétique de la géante canalise vers les pôles les particules chargées en provenance du Soleil. Lorsque ces particules frappent les molécules de l’atmosphère, elles en arrachent des électrons. Ceux-ci ne tardent pas à se recombiner avec des noyaux esseulés chargés positivement, cette recombinaison donnant lieu à l’émission d’un photon. Sur cette image en ultraviolet du télescope spatial Hubble récemment rendue publique, on distingue un anneau auroral nettement centré sur le pôle nord de Jupiter. Différence notable d’avec les aurores polaires terrestres, celles de Jupiter se présentent aussi sous forme de marbrures et de points. On reconnaît également la Grande tache rouge dans l’hémisphère sud. Ces derniers temps, les aurores ont été particulièrement intenses sur Jupiter, une opportunité de mieux les étudier pour la sonde spatiale Juno qui vient tout juste de se satelliser autour de la géante. En chemin, Juno s’est déjà intéressée au vent solaire, nous offrant une meilleure compréhension des interactions entre celui-ci et les magnétosphères planétaires, y compris celle de notre propre planète.

afficher l’image en plus grand | afficher encore plus grand

Image Crédit: NASA, ESA, Hubble, Traduction  Didier Jamet 

Dorothée de Gaza (v. 500-?), moine en Palestine

Que celui qui veut trouver le vrai repos pour son âme apprenne l’humilité ! Puisse-t-il voir qu’en elle se trouvent toute la joie, toute la gloire et tout le repos, comme dans l’orgueil se trouve tout l’opposé. Et en effet comment sommes-nous venus dans toutes nos tribulations ? Pourquoi sommes-nous tombés dans toute cette misère ? N’est-ce pas à cause de notre orgueil ? À cause de notre folie ? N’est-ce pas pour avoir suivi notre mauvais propos et pour nous être attachés à l’amertume de notre volonté ? Mais pourquoi cela ? L’homme n’a-t-il pas été créé dans la plénitude du bien-être, de la joie, du repos et de la gloire ? N’était-il pas au Paradis ? On lui a prescrit : Ne fais pas ceci, et il l’a fait. Voyez-vous l’orgueil, l’arrogance, l’insoumission ? « L’homme est fou, dit Dieu en voyant cette insolence ; il ne sait pas être heureux. S’il ne traverse pas des jours mauvais, il ira se perdre tout à fait. S’il n’apprend pas ce qu’est l’affliction, il ne saura pas ce qu’est le repos. » Alors Dieu lui a donné ce qu’il méritait, en le chassant du Paradis…

      Cependant la bonté de Dieu, comme je le répète souvent, n’a pas abandonné sa créature, mais elle se tourne encore vers elle et de nouveau la rappelle : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et accablés, et je vous soulagerai ». C’est-à-dire : Vous voilà fatigués, vous voilà malheureux, vous avez fait l’expérience du mal de votre désobéissance. Allons, convertissez-vous enfin ; allons, reconnaissez votre impuissance et votre honte, pour revenir à votre repos et à votre gloire. Allons, vivez par l’humilité, vous qui étiez morts par l’orgueil. « Apprenez de moi que je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez du repos pour vos âmes. »

Un œil de chat large et profond

La nébuleuse de l’oeil de chat (NGC 6543) est une des nébuleuses planétaires les plus connues du ciel terrestre. Ses contours familiers aux astronomes amateurs sont reconnaissables dans la région centrale plus brillante de cette image à grand angle. Mais ce composite associe également de nombreuses expositions longues ou brèves dans l’objectif de révéler le halo extrêmement faible qui ceint la nébuleuse. Se trouvant à une distance estimée de 3000 années-lumière, le faible halo extérieur mesure plus de 5 années-lumière de diamètre. On sait depuis longtemps que les nébuleuses planétaires correspondent à la phase finale de la vie des étoiles du même type que notre Soleil. Mais depuis quelque temps, on trouve des halos semblables à celui-ci autour de certaines nébuleuses planétaires. Ils sont probablement formés de matériau expulsé durant de précédents épisodes de l’histoire de l’étoile. Alors que la présente nébuleuse planétaire proprement dite a un âge estimé de l’ordre de 10 000 ans, les astronomes pensent que les portions filamentaires externes de ce halo ont un âge compris entre 50 000 et 90 000 ans. Sur la gauche de l’image, on distingue la galaxie spirale NGC 6552, quelque 50 millions d’années-lumière plus lointaine que l’oeil de Chat.

afficher l’image en plus grand | afficher encore plus grand

Image Crédit & Copyright: Josh Smith, Traduction Didier Jamet  > lire le texte originalAuteurs et éditeurs : Robert Nemiroff (MTU) & Jerry Bonnell (UMCP)

Saint Athanase (295-373), évêque d’Alexandrie, docteur de l’Église
Discours contre les Ariens, 2, 78-79

La sagesse personnelle de Dieu, son Fils unique, a créé et réalisé toute chose. En effet, un psaume dit : « Tu as tout fait avec sagesse » (103,24)… De même que notre parole humaine est l’image de cette Parole qui est le Fils de Dieu (cf Jn 1,1), ainsi notre sagesse est, elle aussi, l’image de ce Verbe qui est la Sagesse en personne. Parce que nous possédons en elle la capacité de connaître et de penser, nous devenons capables d’accueillir la Sagesse créatrice, et par elle nous pouvons connaître son Père. « Car celui qui a le Fils a aussi le Père » (1Jn 2,23), et encore : « Celui qui m’accueille accueille celui qui m’a envoyé » (Mt 10,40)… 
« Puisque le monde, avec le moyen de la sagesse, n’a pas su reconnaître Dieu à travers les œuvres de la sagesse de Dieu, il a plu à Dieu de sauver les croyants par cette folie qu’est la proclamation de l’Évangile » (1Co 1,21). Désormais Dieu ne veut plus, comme dans les temps anciens, être connu par des images et des ombres de la Sagesse : il a voulu que la véritable Sagesse en personne prenne chair, devienne homme, subisse la mort de la croix, afin qu’à l’avenir tous les croyants puissent être sauvés par la foi en cette Sagesse incarnée. 
C’est donc elle qui est la Sagesse de Dieu. Auparavant, elle se faisait connaître par son image introduite dans les choses créées…et de cette façon faisait connaître le Père. Par la suite, elle, qui est le Verbe, est devenue chair, comme dit saint Jean (1,14). Après avoir « détruit la mort » (1Co 15,26) et sauvé l’humanité, elle s’est manifestée plus clairement elle-même et, par elle-même, elle a manifesté son Père. Ce qui lui a fait dire : « Donne-leur de te connaître, toi, le seul Dieu, le vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ » (Jn 17,3). Toute la terre a donc été remplie de sa connaissance. Car il y a une seule connaissance, du Père par le Fils, et du Fils à partir du Père. Le Père met sa joie en lui, et le Fils se réjouit de la même joie dans le Père, ainsi qu’il le dit : « J’y trouvais ma joie, je me réjouissais jour après jour en sa présence » (Pr 8,30).

Les nuages de la nébuleuse de la Carène

Qu’est-ce qui se cache dans les brumes de la nébuleuse de la Carène ? Des nuages moléculaires, agrégats de poussière et de gaz si denses qu’ils deviennent opaques à la lumière visible. Encore que tout soit relatif car ils sont en fait beaucoup moins denses que l’air que nous respirons. Cette image, prise le mois dernier depuis l’observatoire de Siding Spring en Australie, est une vue détaillée du coeur de la nébuleuse de la Carène, une région dont les nébulosités présentent une grande variété de couleurs. Bien que cette nébuleuse soit essentiellement constituée d’hydrogène (colorisé ici en vert), on y relève également la présence de soufre, en rouge, et d’oxygène, en bleu. Prise dans son ensemble, la nébuleuse de la Carène, également connue sous la référence NGC 3372, s’étend sur environ 300 années-lumière à quelque 7500 années-lumière de la Terre et se trouve comme son nom l’indique dans la constellation de la Carène. Eta Carinae, la plus énergétique étoile de la nébuleuse, était une des étoiles les plus lumineuses du ciel terrestre dans les années 1830 avant de perdre brutalement de son éclat.

Image Crédit & Copyright: John Ebersole .Traduction  Didier Jamet  > lire le texte original Auteurs et éditeurs : Robert Nemiroff (MTU) & Jerry Bonnell (UMCP)

Homélie du pape François (de  Zénit , Anita Bourdin, le 26 Mai)

Comme chaque année, pour la fête du Saint-Sacrement – ou Fête-Dieu, fête du Corpus Domini -, le pape François a présidé la messe sur le parvis de la basilique Saint-Jean-du-Latran, puis la procession eucharistique jusqu’à Sainte-Marie-Majeure, comme il l’avait annoncé hier, à l’audience générale du mercredi, invitant les Romains et les visiteurs à se joindre à lui pour cet « acte public solennel de foi et d’amour envers Jésus réellement présent dans l’Eucharistie».

Homélie: Par deux fois, l’Apôtre Paul, écrivant à la communauté de Corinthe, rapporte de commandement de Jésus dans le récit de l’institution de l’Eucharistie. C’est le témoignage le plus ancien sur les paroles du Christ lors de la Dernière Cène. « Faites cela ». C’est-à-dire prenez le pain, rendez grâce et rompez-le ; prenez le calice, rendez grâce et distribuez-le. Jésus commande de répéter le geste par lequel il a institué le mémorial de sa Pâque, au moyen duquel il nous a donné son Corps et son Sang. Et ce geste est parvenu jusqu’à nous : c’est le “faire” l’Eucharistie, qui a toujours Jésus comme sujet, mais qui se réalise à travers nos pauvres mains ointes d’Esprit Saint. « Faites cela ». Déjà précédemment Jésus avait demandé aux disciples de “faire” ce qu’il avait déjà clair dans son esprit, en obéissance à la volonté du Père. Nous venons de l’entendre dans l’Évangile. Devant les foules fatiguées et affamées, Jésus dit aux disciples : « Donnez-leur vous- mêmes à manger » (Lc 9, 13). En réalité c’est Jésus qui bénit et rompt les pains jusqu’à rassasier tous ces gens, mais les cinq pains et les deux poissons ont été offerts par les disciples, et Jésus voulait précisément ceci : qu’au lieu de congédier la foule, ils mettent à sa disposition le peu qu’ils avaient. Et ensuite, il y a un autre geste : les morceaux de pain, rompus par les mains saintes et vénérables du Seigneur, passent dans les pauvres mains des disciples, qui les distribuent aux gens. Cela aussi c’est “faire” avec Jésus, c’est “donner à manger” avec lui. Il est clair que ce miracle ne veut pas seulement rassasier la faim d’un jour, mais il est signe de ce que le Christ entend accomplir pour le salut de toute l’humanité en donnant sa chair et son sang (cf. Jn 6, 48-58). Et cependant il faut toujours passer par ces deux petits gestes : offrir le peu de pains et de poissons que nous avons ; recevoir le pain rompu des mains de Jésus et le distribuer à tous.

Rompre : c’est l’autre parole qui explique le sens du « faites cela en mémoire de moi ». Jésus s’est rompu, il se rompt pour nous. Et il nous demande de nous donner, de nous rompre pour les autres. Justement ce “rompre le pain” est devenu l’icône, le signe de reconnaissance du Christ et des chrétiens. Rappelons-nous Emmaüs : ils le reconnurent « à la fraction du pain » (Lc 24, 35). Rappelons-nous la première communauté de Jérusalem : « Ils étaient assidus […] à la fraction du pain » (Ac 2, 42). C’est l’Eucharistie, qui devient depuis le commencement le centre et la forme de la vie de l’Eglise. Mais pensons aussi à tous les saints et saintes – célèbres ou anonymes – qui se sont « rompus » eux-mêmes, leur propre vie, pour “donner à manger” à leurs frères. Que de mamans, que de papas, avec le pain quotidien, coupé sur la table de la maison, ont rompu leur cœur pour faire grandir leurs enfants, et les faire bien grandir ! Que de chrétiens, comme citoyens responsables, ont rompu leur propre vie pour défendre la dignité de tous, spécialement des plus pauvres, des exclus et des discriminés ! Où trouvent-ils la force pour faire tout cela ? Justement dans l’Eucharistie : dans la puissance d’amour du Seigneur ressuscité, qui aujourd’hui aussi rompt le pain pour nous et répète : « Faites cela en mémoire de moi ».

Puisse aussi le geste de la procession eucharistique, que nous allons accomplir dans peu de temps, répondre à ce mandat de Jésus. Un geste pour faire mémoire de Lui ; un geste pour donner à manger à la foule d’aujourd’hui ; un geste pour rompre notre foi et notre vie comme signe de l’amour du Christ pour cette ville et pour le monde entier.

Le cou du Pélican

 

Le vaste front d’émission présent dans ce paysage céleste haut en couleur est connu sous le nom de IC 5067. Sous-partie d’une nébuleuse par émission encore plus grande appelée nébuleuse du Pélican, ce front s’étend sur une distance de quelque 10 années-lumière et suit les contours du cou et de la tête du pélican. Cette image a été colorisée selon la palette utilisée afin de restituer les données du télescope spatial Hubble. Les sombres et fantastiques formes visibles également dans l’image sont des nuages froids de gaz et de poussière façonnés par les énergétiques rayonnement de jeunes étoiles chaudes et massives. Des étoiles se forment également à l’intérieur de ces nuages, comme en témoignent les jets issus de l’extrémité du filament sombre visible un peu en dessous du centre de l’image. Ces jets révèlent la présence d’une proto-étoile emmitouflée dans le nuage, ces astres étant connus sous le nom d’objets de Herbig-Haro. La nébuleuse du Pélican, encore appelée IC 5070, est située à quelque 2000 années-lumière de nous. Pour la trouver, cherchez au nord-est de la brillante étoile  « Deneb » de la constellation du Cygne.

Image Crédit & Copyright: DonnéesSubaru Telescope (NAOJ), R. Colombari, TraitementRoberto Colombari, Traduction Didier Jamet  > lire le texte original, Auteurs et éditeurs : Robert Nemiroff (MTU) & Jerry Bonnell (UMCP)

« Le chemin de la sainteté, c’est simple », affirme le pape François.(Zénit le 24 Mai)

Le pape a expliqué comment prendre ce chemin dans son homélie du mardi 24 mai dans la chapelle de la Maison Sainte-Marthe au Vatican. En cette Journée de prière pour l’Eglise de Chine, le pape a offert sa messe à cette intention.
Le pape a parlé de « la sainteté simple de tous les chrétiens », de celle « que nous avons à faire tous les jours ».
Il s’est appuyé dans ses réflexions sur la Première lettre de l’apôtre Pierre qui est un « petit traité sur la sainteté ».
« La conversion, tous les jours », c’est un des quatre moyens indiqués par le pape pour marcher sur le chemin de la sainteté. Il prévient les objections : « Oh, Père, pour me convertir, je dois faire pénitence, donnez-moi des coups de bâton ! » « Non, non, non, s’exclame le pape,  de petites conversions! »
« Si tu es capable de ne pas dire du mal d’un autre, tu es sur le bon chemin pour devenir saint, affirme le pape.  C’est  si simple ! Je sais que vous ne dites jamais du mal des autres, non? Des petites choses … Je veux critiquer un collègue de travail : mords ta langue un peu, conseille le pape. Elle se gonflera un peu, ta langue, mais ton esprit sera plus saint sur ce chemin. »
« La sainteté est un chemin, rappelle le pape, elle ne peut s’acheter, elle ne peut se vendre.  La sainteté est un chemin en présence de Dieu que je dois faire moi-même. Personne d’autre ne peut le faire en mon nom. Je peux prier pour que l’autre soit saint, mais le chemin, c’est lui qui doit le faire, pas moi. Cheminer en présence de Dieu, de façon irréprochable. »
Le pape énonce les trois autres moyens de marcher sur ce chemin, avec la conversion, le courage : «  Le chemin de la sainteté demande du courage. »
« Le Règne des cieux de Jésus est pour ceux qui ont le courage d’aller de l’avant », reprend le pape. Il s’agit du courage mû par « l’espérance », ajoute-t-il.
Et puis l’espérance : l’apôtre  Pierre écrit, rappelle le pape: « Mettez toute votre espérance sur la grâce ».
Et puis la grâce : « La sainteté, explique-t-il,  nous ne pouvons pas l’obtenir tout seul. Non, c’est une grâce. Être bon, être saint, faire un pas en avant tous les jours dans la vie chrétienne est une grâce de Dieu et nous devons la demander. »
« Un chemin que vous devez faire avec du courage, avec de l’espérance et de la volonté de recevoir cette grâce », résume le pape. Et surtout la conversion de tous les jours. Tel est le chemin de la sainteté, selon le pape François.

Le pape François a une nouvelle fois affirmé la priorité de la joie dans la vie chrétienne lors de son homélie du lundi 23 mai dans la chapelle de la Maison Sainte-Marthe

« Un chrétien est un homme ou une femme de la joie, un homme ou une femme de la joie dans le cœur, affirme le pape. C’est « la joie de l’Évangile, la joie d’avoir été élu par Jésus, sauvé par Jésus, régénéré par Jésus; la joie de l’espérance que Jésus nous attend, la joie qui – même dans les croix et les souffrances de cette vie – s’exprime d’une autre manière, qui est la paix dans la sécurité que Jésus nous accompagne, est avec nous ».« Il n’y a pas de chrétien sans joie ! » poursuit le pape qui va au-devant des objections: « Mais, père, j’en ai vu tellement… »: « Ils ne sont pas chrétiens ! Ils disent l’être, mais ils ne le sont pas ! Il leur manque quelque chose. » Le pape commente le passage de l’Évangile qui raconte la rencontre entre le Christ et le jeune homme riche: cet homme, dit le pape, « n’a pas été en mesure d’ouvrir le cœur à la joie et a choisi la tristesse », « car il avait de grands biens ». « Il était attaché aux biens! reprend le pape. Jésus nous a dit que l’on ne pouvait pas servir deux maîtres: ou tu sers Dieu ou tu sers les richesses. Les richesses ne sont pas mauvaises en elles-mêmes : mais servir la richesse c’est mauvais. Le pauvre homme, il s’en allé tout triste … » « Lui, à ces mots, devint sombre et s’en alla tout triste », cite le pape.

« Lorsque dans nos paroisses, dans nos communautés, dans nos institutions, poursuit-il, nous trouvons des gens qui se disent chrétiens et veulent être chrétiens, mais sont tristes, il se passe quelque chose qui ne va pas. Et nous devons les aider à trouver Jésus, à supprimer cette tristesse, pour qu’ils puissent se réjouir de l’Évangile, qu’ils puissent avoir cette joie qui proprement celle de l’Évangile. » « Le chrétien, ajoute le pape, fait grandir cette joie avec confiance en Dieu. Dieu se souvient toujours de son alliance. » Et le chrétien « sait que Dieu se souvient de lui, que Dieu l’aime, que Dieu l’accompagne, que Dieu l’attend. Et cela est la joie ». Le chrétien est aussi « un homme, une femme de l’étonnement », souligne le pape François: « Le bon étonnement, face à la révélation, face à l’amour de Dieu, face aux émotions de l’Esprit Saint. » Cette parole revient, continue le pape,  « quand Jésus explique aux apôtres que ce jeune homme si bon n’avait pas réussi à le suivre, parce qu’il était attaché aux richesses: « Qui peut être sauvé, se demandent donc les apôtres? » Le Seigneur leur répond : « impossible aux hommes », « mais pas à Dieu ». Pour garder cette joie et cet étonnement, le pape appelle à ne pas s’attacher aux « mondanités », aux choses qui « nous détachent de Jésus ». C’est possible « seulement avec la force de Dieu, ajoute-t-il, avec la force de l’Esprit Saint ».

Comme à l’accoutumée, et selon la méthode de saint Ignace de Loyola, le pape a suggéré la « grâce à demander » en précisant: « Demandons aujourd’hui au Seigneur, qu’il nous donne l’étonnement devant lui, devant tant de richesses spirituelles qu’il nous a donnés, et qu’avec cet étonnement il nous donne la joie, la joie de notre vie et de vivre avec une paix dans le cœur les nombreuses difficultés, et qu’il nous protège de la recherche du bonheur dans tant de choses qui finalement nous attristent : elles promettent tant, mais ne nous donneront rien ! Souvenez-vous bien : un chrétien est un homme et une femme de la  joie, de la joie dans le Seigneur, un homme et une femme de l’étonnement. »

NGC 5078 et quelques amis

Sur cette image, la spirale barrée NGC 5101 (en haut à droite) et NGC 5078 (le macaron en bas à gauche) ne sont en réalité séparées que d’un demi degré, soit la taille apparente de la pleine Lune. Se trouvant dans les limites de la constellation de l’Hydre, leur distance est estimée à quelque 90 millions d’années-lumière, et leur taille comparable à celle de notre Voie lactée. Si elles se trouvaient bien à la même distance de nous, elles seraient alors distantes l’une de l’autre de 800 000 années-lumière seulement, soit largement moitié moins que la distance nous séparant de la galaxie d’Andromède. On remarque que NGC 5078 est en interaction directe avec une plus petite galaxie, IC 879. De nombreuses galaxies d’arrière-plan sont également visibles, dont certaines au travers même du disque de NGC 5101. Quant aux étoiles marquées d’aigrettes de diffraction, elles appartiennent à notre propre Voie lactée.

afficher l’image en plus grand | afficher encore plus grand

Image Crédit & Copyright: Dietmar Hager, Eric Benson Traduction réalisée par : Didier Jamet  > lire le texte original Auteurs et éditeurs : Robert Nemiroff (MTU) & Jerry Bonnell (UMCP)

dimanche 22 mai 2016, L’Église fête  la Très Sainte Trinité

Le mystère de la Très Sainte Trinité est le mystère central de la foi et de la vie chrétienne. Dieu seul peut nous en donner la connaissance en se révélant comme Père, Fils et Saint Esprit. L’incarnation du Fils de Dieu révèle que Dieu est le Père éternel et que le Fils est de même nature que le Père, c’est-à-dire qu’il est en lui et avec lui le même Dieu unique. La mission du Saint Esprit, envoyé par le Père au nom du Fils et par le Fils « d’auprès du Père » (Jn 15,26) révèle qu’il est avec eux le même Dieu unique. « Avec le Père et le Fils il reçoit même adoration et même gloire » (Credo)…

Par la grâce du baptême « au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit » (Mt 28,19) nous sommes appelés à partager la vie de la bienheureuse Trinité, ici-bas dans l’obscurité de la foi, et au-delà de la mort dans la lumière éternelle.

« La foi catholique consiste en ceci : vénérer un seul Dieu dans la trinité et la trinité dans l’unité, sans confondre les personnes, sans diviser la substance : car autre est la personne du Père, autre celle du Fils, autre celle de l’Esprit Saint ; mais du Père, du Fils et de l’Esprit Saint une est la divinité, égale la gloire, coéternelle la majesté » (Credo ).

Inséparables dans ce qu’elles sont, les personnes divines sont aussi inséparables dans ce qu’elles font. Mais dans l’unique opération divine chacune manifeste ce qui lui est propre dans la Trinité, surtout dans les missions divines de l’incarnation du Fils et du don du Saint Esprit. (Catéchisme de l’Église catholique §261-267 ).

INSTRUCTION DE SAINT COLOMBAN SUR LA FOI

 Dieu est partout, tout entier, immense. Partout il est proche, selon le témoignage qu’il donne de lui-même : Je suis , dit-il, un Dieu proche, et non un Dieu lointain . Le Dieu que nous cherchons ne demeure donc pas loin de nous : nous l’avons parmi nous si nous en sommes dignes. Il habite en nous comme l’âme dans le corps, si du moins nous sommes pour lui des membres sains que le péché n’a pas tués. ~ À cette condition, il habite vraiment en nous, lui qui a dit : J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux . S’il nous fait la grâce d’habiter en nous, nous sommes véritablement vivifiés par lui, comme ses membres vivants. En lui , dit l’Apôtre, nous avons la vie, le mouvement et l’être .

Mais qui pourra suivre le Très-Haut jusqu’en son être inexprimable et incompréhensible ? Qui scrutera les profondeurs de Dieu ? Qui risquera de traiter de l’origine éternelle de l’univers ? Qui se glorifiera de connaître le Dieu infini qui emplit tout et enveloppe tout, pénètre tout et dépasse tout, embrasse tout et se dérobe à tout, lui que personne n’a jamais vu , tel qu’il est ? Que nul n’ait donc la présomption de sonder l’impénétrable profondeur de Dieu, le quoi, le comment, le pourquoi de son être. Cela ne peut être ni exprimé, ni scruté, ni pénétré. Crois simplement, mais avec force, que Dieu est et qu’il sera tel qu’il a été, car Dieu est immuable.

Qui donc est Dieu ? Père, Fils et Esprit Saint, Dieu est un. Ne te demande rien de plus au sujet de Dieu. Que ceux qui veulent savoir le fond des choses concernant Dieu commencent par considérer l’ordre naturel. Le savoir concernant la Trinité est en effet justement comparé à la profondeur de la mer, dont la Sagesse a dit : Ce qui est profond, qui peut l’atteindre ? Comme le fond des mers est invisible aux regards des hommes, ainsi la divine Trinité demeure insaisissable à la compréhension humaine. C’est pourquoi, si quelqu’un veut comprendre ce qu’il doit croire, qu’il ne s’imagine pas pouvoir le faire davantage par des raisonnements que par la foi ; car la sagesse divine ainsi recherchée se retirera plus loin encore.

Recherche donc la suprême connaissance non en discutant, mais en menant une vie parfaite, non par la langue mais par la foi qui jaillit d’un cœur simple et n’est pas le résultat des conjectures d’une docte impiété. Si tu cherches l’ineffable par des raisonnements, il s’éloignera davantage de toi ; si c’est par la foi, la sagesse se tiendra où elle demeure : à ta porte ; et où elle se tient, elle peut être vue, ne fût-ce qu’en partie. En toute vérité, elle est atteinte dès l’instant où l’on croit à l’invisible, sans pour autant le comprendre. Puisque Dieu est invisible, nous devons croire en lui ; et cependant Dieu peut être vu en quelque manière par le cœur pur.

 Des chemins pour entrer dans la vie éternelle

Voulez-vous que je vous indique les chemins de la conversion ? Ils sont nombreux, variés et différents, mais tous conduisent au ciel. Le premier chemin de la conversion, c’est la condamnation de nos fautes. « Commence toi-même par dire tes fautes, pour être justifié » (Is 43,26). Et c’est pourquoi le prophète disait : « J’ai dit : Je veux confesser au Seigneur les iniquités que j’ai commises ; et toi, tu as pardonné le péché de mon cœur » (Ps 31,5). Condamne donc toi-même les fautes que tu as commises, et cela suffira pour que le Maître t’exauce. Celui qui condamne ses fautes, en effet, craindra davantage d’y retomber…

Il y en a un deuxième, qui n’est pas inférieur à celui-là, c’est de ne pas garder rancune à nos ennemis, de dominer notre colère pour pardonner les offenses de nos compagnons de service, car c’est ainsi que nous obtiendrons le pardon de celles que nous avons commises contre le Maître ; c’est la deuxième manière d’obtenir la purification de nos fautes. « Si vous pardonnez à vos débiteurs, dit le Seigneur, mon Père qui est aux cieux vous pardonnera aussi » (Mt 6,14).

Tu veux connaître le troisième chemin de la conversion ? C’est la prière fervente et attentive que tu feras du fond du cœur… Le quatrième chemin, c’est l’aumône ; elle a une puissance considérable et indicible… Ensuite, la modestie et l’humilité ne sont pas des moyens inférieurs pour détruire les péchés à la racine. Nous en avons pour témoin le publicain qui ne pouvait pas proclamer ses bonnes actions, mais qui les a toutes remplacées par l’offrande de son humilité et a déposé ainsi le lourd fardeau de ses fautes (Lc 18,9s).

Nous venons d’indiquer cinq chemins de la conversion… Ne reste donc pas inactif, mais chaque jour emprunte tous ces chemins. Ce sont des chemins faciles et tu ne peux pas prétexter ta misère. (de Saint Jean Chrysostome (v. 345-407), prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l’Église , Sermon sur le diable tentateur .

Vents contraires autour de LL Orionis

Cette gracieuse structure incurvée est en réalité l’équivalent d’une vague d’étrave longue d’environ une demi année-lumière, créée par le vent de la jeune étoile LL Orionis entrant en collision avec le flux de la nébuleuse d’Orion. A la dérive dans la pouponnière stellaire d’Orion et encore en pleine formation, l’étoile variable LL Orionis engendre un vent plus puissant que le vent de notre propre Soleil d’âge mûr. Lorsque le vent stellaire rapide arrive dans du gaz se déplaçant lentement, un front de choc se forme, analogue à la vague d’étrave d’un bateau avançant dans l’eau ou d’un avion voyageant à vitesse supersonique. Le gaz plus lent s’écoule de l’amas d’étoiles chaudes central à la nébuleuse d’Orion, le Trapèze, situé à droite, en dehors du champ de l’image. En trois dimensions, le front de choc entourant LL Ori à la forme d’une boule qui apparaît plus brillante lorsqu’elle est vue tangentiellement. Le complexe de la pouponnière stellaire d’Orion présente une myriade de formes fluides similaires associées à la formation d’étoiles, dont l’arc de choc entourant une faible étoile en haut à droite. Cette image composite couleur, détail d’une mosaïque couvrant la Grande Nébuleuse d’Orion, a été prise en 1995 par le télescope spatial Hubble.

Image Crédit: Hubble Heritage Team (AURA / STScI), C. R. O’Dell(Vanderbilt U.), NASA, Traduction  Didier Jamet 

La Grande Nébuleuse d’Orion

Peu de curiosités astronomiques excitent autant l’imagination que la proche nursery stellaire connue sous le nom de Nébuleuse d’Orion. Le gaz brillant de la nébuleuse entoure les jeunes étoiles chaudes au bord d’un immense nuage moléculaire interstellaire situé à seulement 1500 années-lumière. La Grande Nébuleuse d’Orion est visible à l’oeil nu juste en dessous à gauche de la ceinture de 3 étoiles caractéristique de la célèbre constellation d’Orion. L’image ci-dessus a été contrastée dans le but de mettre en évidence les détails d’Orion de manière spectaculaire. Les brillantes étoiles du Trapèze les bandes de poussière sombre qui traversent le centre, l’hydrogène rouge luisant omniprésent et la poussière teintée de bleu qui réfléchit la lumière des étoiles nées récemment sont visibles simultanément au coeur d’Orion, La totalité du complexe moléculaire de la Nébuleuse d’Orion, qui inclut la Nébuleuse de la Tête de Cheval, se dispersera lentement au cours de 100 000 prochaines années.

Credit & Copyright: Robert Gendler, Traduction  Laurent Laveder  Auteurs et éditeurs : Robert Nemiroff (MTU) & Jerry Bonnell (UMCP)

LETTRE DE SAINT ATHANASE À SÉRAPION, ÉVÊQUE DE THMUIS

Bienheureuse Trinité, un seul Dieu !

Étudions la tradition antique, la doctrine et la foi de l’Église catholique. Le Seigneur l’a donnée, les Apôtres l’ont annoncée, les Pères l’ont gardée. C’est sur elle, en effet, que l’Église a été fondée et, si quelqu’un s’en écarte, il ne peut plus être chrétien ni en porter le nom.

Il y a donc une Trinité sainte et parfaite, reconnue comme Dieu dans le Père, le Fils et le Saint-Esprit ; elle ne comporte rien d’étranger, rien qui lui soit mêlé de l’extérieur ; elle n’est pas constituée du Créateur et du créé, mais elle est tout entière puissance créatrice et productrice. Elle est semblable à elle-même, indivisible par sa nature, et son activité est unique. En effet, le Père fait toutes choses par le Verbe dans l’Esprit Saint, et c’est ainsi que l’unité de la sainte Trinité est sauvegardée. C’est ainsi que dans l’Église est annoncé un seul Dieu, qui règne au-dessus de tous, par tous et en tous. Au-dessus de tous , comme Père, comme principe et source ; par tous , par le Verbe ; en tous , dans l’Esprit Saint. ~

Saint Paul, ~ écrivant aux Corinthiens, à propos des dons spirituels, rapporte toutes choses à un seul Dieu, le Père, comme à un seul chef, lorsqu’il dit : Les dons de la grâce sont variés, mais c ‘est toujours le même Esprit ; les ministères dans l’Église sont variés, mais c’est toujours le même Dieu, qui fait tout en tous . Car les dons que l’Esprit distribue à chacun sont donnés de la part du Père par le Verbe. En effet, tout ce qui est au Père est au Fils ; c’est pourquoi les biens donnés par le Fils dans l’Esprit sont les dons spirituels du Père. Quand l’Esprit est en nous, le Verbe qui nous le donne est en nous, et dans le Verbe se trouve le Père. Et c’est ainsi que s’accomplit la parole : Nous viendrons chez lui et nous irons demeurer auprès de lui . Là où est la lumière, là aussi est son éclat ; là où est son éclat, là aussi est son activité et sa grâce resplendissante.

C’est cela encore que Paul enseignait dans la seconde lettre aux Corinthiens : Que la grâce de Jésus Christ notre Seigneur, l’amour de Dieu et la communion de l’Esprit Saint soient avec vous tous . En effet, la grâce et le don accordés dans la Trinité sont donnés de la part du Père, par le Fils, dans l’Esprit Saint. De même que la grâce accordée vient du Père par le Fils, ainsi la communion au don ne peut se faire en nous sinon dans l’Esprit Saint. C’est en participant à lui que nous avons l’amour du Père, la grâce du Fils et la communion de l’Esprit Saint.

Livre des Proverbes 8,22-31.

Écoutez ce que déclare la sagesse de Dieu : « Le Seigneur m’a faite pour lui, principe de son action, première de ses œuvres, depuis toujours.
Avant les siècles j’ai été formée, dès le commencement, avant l’apparition de la terre.
Quand les abîmes n’existaient pas encore, je fus enfantée, quand n’étaient pas les sources jaillissantes.
Avant que les montagnes ne soient fixées, avant les collines, je fus enfantée,
avant que le Seigneur n’ait fait la terre et l’espace, les éléments primitifs du monde.
Quand il établissait les cieux, j’étais là, quand il traçait l’horizon à la surface de l’abîme,
qu’il amassait les nuages dans les hauteurs et maîtrisait les sources de l’abîme,
quand il imposait à la mer ses limites, si bien que les eaux ne peuvent enfreindre son ordre, quand il établissait les fondements de la terre.
Et moi, je grandissais à ses côtés. Je faisais ses délices jour après jour, jouant devant lui à tout moment,
jouant dans l’univers, sur sa terre, et trouvant mes délices avec les fils des hommes. »

Publié dans connaissance | Laisser un commentaire

Juillet 2014

  •  AUTOBIOGRAPHIE DE S. IGNACE
    RECUEILLIE PAR LOUIS CONSALVO

Ignace s’adonnait volontiers à la lecture de ces livres mondains et menteurs qu’on appelle romans de chevalerie. Se sentant dispos, il en demanda quelques-uns pour passer le temps. Mais dans toute la maison, on n’en trouva pas un seul de ceux qu’il avait coutume de lire ; on lui apporta donc une Vie du Christ et un livre sur la vie des saints en espagnol. Il y faisait de fréquentes lectures et éprouvait un certain attrait pour ce qu’on y racontait. Quand il s’interrompait, il réfléchissait tantôt à ce qu’il avait lu, tantôt aux choses du monde qui, auparavant, retenaient habituellement sa pensée. ~

Notre Seigneur cependant venait à son secours et, à ces pensées, en faisait succéder d’autres, nées de ses lectures. En effet, en lisant la vie de Notre Seigneur et des saints, il se prenait à penser et à se dire en lui-même: « Et si je faisais ce que fit saint François et ce que fit saint Dominique ? » Il songeait aussi à bien des choses qui lui paraissaient bonnes, et il envisageait toujours des entreprises difficiles et pénibles. À se les proposer, il avait le sentiment qu’il lui serait facile de les réaliser. Toutes ces réflexions revenaient à se dire : «Saint Dominique a fait ceci, donc je dois le faire ; saint François a fait cela, donc je dois le faire.»  Ces considérations, elles aussi, duraient tout un temps puis d’autres occupations les interrompaient et les pensés mondaines évoquées plus haut lui revenaient à l’esprit ; à elles aussi il s’arrêtait longuement. Ces pensées si diverses se succédèrent longtemps en lui. ~

Il y avait pourtant entre elles cette différence : à penser aux choses du monde il prenait grand plaisir, mais lorsque, par lassitude, il les laissait, il restait sec et mécontent ; au contraire, à la pensée de se rendre nu-pieds à Jérusalem, de ne manger que des herbes et de se livrer à toutes les autres austérités qu’il voyait pratiquées par les saints, non seulement il trouvait de la consolation sur le moment, mais il restait content et joyeux après l’avoir abandonnée. Il n’y faisait pourtant pas attention et ne s’arrêtait pas à peser cette différence, jusqu’au jour où ses yeux s’ouvrirent quelque peu et où il commença à s’étonner de cette diversité et se mit à y réfléchir. Son expérience l’amena à voir que certaines pensées le laissaient triste, d’autres joyeux, et peu à peu il en vint à se rendre compte de la diversité des esprits dont il était agité, l’esprit du démon et l’esprit de Dieu.

Telle fut sa première réflexion sur les choses de Dieu et plus tard, quand il fit les Exercices, c’est de là qu’il tira ses premières lumières sur la diversité des esprits.

 

  •  Une porte vers les étoiles en Nouvelle Zélande

 

  • 140729
     Image Crédit & Copyright: Petr Horálek, APOD, traduction Didier Jamet.

    Certains y verront peut-être une porte vers les étoiles, d’autres encore un oeil de géant. Considérées comme licences poétiques, ces interprétations sont recevables. Plus prosaïquement, il s’agit seulement d’une vue du ciel au travers d’un objectif à très grand angle, généralement connu sous son nom anglais de « fisheye », c’est-à-dire « oeil de poisson ». L’image a été réalisée depuis le Te Mata, perchoir de Nouvelle Zélande dont le nom signifie « le géant endormi » en maori. Le superbe panorama révèle la bande de notre Voie lactée en plein centre du ciel, avec également les Grand et Petit Nuages de Magellan sur la droite. La dominante rouge du ciel est due à la luminescence du ciel nocturne, qui n’apparaissait pas à l’oeil nu. L’image a été prise il y a deux semaines pendant que la soeur du photographe et une connaissance contemplaient cette porte vers les étoiles.

 

  • Saint Jean Chrysostome (v. 345-407), prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l’Église : Homélie 18 sur la lettre aux Hébreux 

          « La pauvreté rend l’homme humble », dit l’Écriture, et le Christ commence ses Béatitudes par celle-ci : « Heureux les pauvres en esprit »… Voulez-vous entendre l’éloge de la pauvreté ? Jésus Christ l’a embrassée lui-même, lui qui « n’avait pas d’endroit où reposer sa tête », et il disait à ses disciples : « Ne vous procurez ni or, ni argent, ni deux tuniques. » Paul son apôtre disait : « Nous sommes comme si nous ne possédions rien et néanmoins nous possédons tout », et Pierre dit : « Je n’ai pas d’or ni d’argent »… Que personne donc ne regarde la pauvreté comme un déshonneur, car comparés à la vertu, tous les biens de ce monde ne sont que paille et poussière. Si nous voulons posséder le Royaume des cieux, aimons donc la pauvreté : « Vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel »…

          Personne n’est plus riche que ceux qui embrassent la pauvreté volontairement et de grand cœur…; ils sont plus riches qu’un roi. Les rois ont de grands besoins, ils craignent de manquer de ressources ; alors qu’aux pauvres dont nous parlons, rien ne manque, ils ne craignent rien. Je vous le demande, en effet, des deux qui est le plus riche, celui qui s’inquiète pour amasser toujours plus…, ou celui qui jouit de peu comme s’il était dans l’abondance ?… L’argent rend esclave : « Les dons et les présents aveuglent les yeux des sages », dit l’Écriture… Partagez donc vos biens avec les pauvres, cherchez et suivez Jésus Christ…, et un jour vous entendrez cette parole bienheureuse : « Venez, les bénis de mon Père ; venez recevoir en héritage le Royaume préparé pour vous depuis le commencement du monde. »

 

  • Tête de cheval de l’infrarouge au bleu

140728

 Image Crédit & Copyright: Optique: Aldo Mottino & Carlos Colazo, OAC, Córdoba; Infrarouge: Hubble Legacy Archive, APOD, traduction  Didier Jamet 

La nébuleuse de la Tête de Cheval, dans Orion, n’est en réalité qu’une petite excroissance d’un nuage moléculaire bien plus vaste. Egalement désignée sous la référence Barnard 33, la forme familière fut découverte à la fin du 19e siècle sur une plaque photographique. La lueur rosée visible sur cette image est due aux émissions de l’hydrogène ionisé situé derrière la nébuleuse et devant lequel elle se détache en silhouette. C’est le rayonnement intense de la proche étoile Sigma Orionis qui ionise ainsi l’hydrogène. La nébuleuse de la Tête de cheval est essentiellement constituée d’une épaisse poussière. Les courants de gaz quittant la nébuleuse sont canalisés par un fort champ magnétique. Les points brillants qui constellent la nébuleuse sont de jeunes étoiles en formation. La lumière met 1500 années à nous parvenir de la nébuleuse de la Tête de cheval. Cette image est une combinaison numérique d’images prises en lumière visible au travers de filtres bleu, vert, rouge et H-alpha en Argentine, et d’une image en infrarouge prise par le télescope spatial Hubble.

 

  •  Saint François de Sales (1567-1622), évêque de Genève et docteur de l’Église : Introduction à la vie dévote 

          Aimez tout le monde d’un grand amour de charité, mais réservez votre amitié profonde pour ceux qui peuvent échanger avec vous des choses bonnes… Si vous échangez dans le domaine des connaissances, votre amitié est certes louable ; plus encore si vous communiez dans le domaine de la prudence, de la discrétion, de la force et de la justice. Mais si votre relation est fondée sur la charité, la dévotion et la perfection chrétienne, ô Dieu, que votre amitié sera précieuse ! Elle sera excellente parce qu’elle vient de Dieu, excellente parce qu’elle tend à Dieu, excellente parce que son lien, c’est Dieu, parce qu’elle durera éternellement en Dieu. Qu’il fait bon aimer sur la terre comme on aime au ciel, apprendre à s’aimer en ce monde comme nous le ferons éternellement en l’autre !

  • Les parages de Rho Ophiuchi

 

Les nuages environnant le système stellaire de Rho Ophiuchi constituent une des plus proches régions de formation d’étoiles. Rho Ophiuchi est en réalité un système stellaire binaire, visible sur la droite de l’image dans la zone en couleurs claires juste au-dessus de la partie bleue et veinée de poussière. Situé à guère plus de 400 années-lumière de nous, ce système stellaire se distingue par ses contours colorés, dont une nébuleuse par émission rouge en haut à gauche, et de nombreuses veines de poussière de densité variable. Juste au dessus et à droite du nuage moléculaire se trouve la brillante étoile jaune Antarès, tandis qu’un brillant bien que beaucoup plus lointain amas globulaire, M4, se trouve dans la ligne de visée entre Antarès et la nébuleuse par émission rouge. Au bas de l’image se trouve IC 4592, la nébuleuse de la Tête de cheval bleue. La lueur bleue qui cerne l’oeil du cheval, ainsi que d’autres étoiles présentes dans le champ, est une nébuleuse par réflexion, qui doit son nom au fait que la partie bleue du spectre lumineux des étoiles est réfléchie et diffusée par la poussière peu dense. Sur la gauche de l’image, on remarque, plus diffuse, la nébuleuse par réflexion Sharpless 1. Bien que la plupart de ces formations soient visibles dans un petit télescope braqué sur les constellations du Serpentaire, du Scorpion et du Sagittaire, la seule façon d’en révéler les détails est de pratiquer l’astrophotographie à longue pose.

 

  • 140727
     Image Crédit & Copyright: Rogelio Bernal Andreo, APOD, traduction Didier Jamet

     

  •  DE L’IMITATION DE JESUS CHRIST 

 

Reviens à Dieu de tout ton cœur, quitte ce monde misérable, et ton âme trouvera le repos. ~ Car le Royaume de Dieu est paix et joie dans l’Esprit Saint . ~ Le Christ viendra vers toi en t’apportant sa consolation, si tu lui as préparé en toi une demeure digne de lui.
Toute sa gloire et sa beauté est au-dedans , et c’est là qu’il trouve toute sa joie. Il rend fréquemment visite à l’homme intérieur : ses paroles sont pleines de douceur, sa consolation donne la joie, sa paix surabonde, sa familiarité comble d’étonnement.
Allons, âme fidèle, prépare ton cœur pour que cet Époux daigne venir habiter en toi. Car il dit : Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, nous viendrons chez lui, nous ferons en lui notre demeure .
Laisse donc entrer le Christ. ~ Lorsque tu posséderas le Christ, tu seras riche, il te suffira. C’est lui qui veillera sur toi, qui te pourvoira fidèlement de toutes choses, si bien que tu n’auras plus besoin de rien espérer de la part des hommes. ~
Mets toute ta confiance en Dieu. N’aie pas d’autre crainte, pas d’autre amour que lui. C’est lui qui répondra de toi et agira au mieux. 
Tu n’as pas ici-bas de patrie définitive . En quelque lieu que tu puisses être, tu n’es qu’un étranger, un voyageur, et tu n’auras jamais de repos si tu n’es pas intimement uni au Christ. ~
Que ta pensée soit auprès du Très-Haut et que ta supplication se dirige sans relâche vers le Christ. Si tu ne sais pas considérer les sublimités célestes, prends ton repos dans la passion du Christ, et demeure avec joie dans ses blessures sacrées. ~
Souffre patiemment avec le Christ et pour le Christ, si tu veux régner avec lui.
Si une seule fois tu étais parfaitement entré dans l’intimité de Jésus, si tu avais savouré un peu seulement de son brûlant amour, alors tu ne tiendrais aucun compte de ce qui est pour toi-même heureux ou malheureux, mais tu te réjouirais bien davantage des humiliations, parce que l’amour de Jésus donne à l’homme la force de se mépriser.

 

  • La nébuleuse du Crabe

140725

 Image Crédit: NASA, Chandra X-ray Observatory, SAO, DSS, APOD; traduction  Didier Jamet

Le Pulsar du Crabe, une étoile à neutron magnétisée pas plus grande qu’une ville et qui effectue 30 tours sur elle-même par seconde, est situé au centre de cette image à grand champ de la célèbre nébuleuse du Crabe. Spectaculaire vue d’un des rémanents de supernova de notre galaxie, cette image associe des images dans le visible avec des données obtenues par le télescope spatial Chandra. Elle a été publiée à l’occasion des 15 ans d’observation de l’univers des hautes énergies par Chandra. Comme une dynamo cosmique, le pulsar fournit l’énergie nécessaire aux émissions X, accélérant les particules chargées et produisant les jets en X jaillissant des pôles. Il est également à l’origine de l’intense vent observé dans la direction équatoriale. Les bords étranges de cette structure sont dus à l’écoulement des particules chargées qui perdent de l’énergie lors de leur interaction avec le puissant champ magnétique du pulsar. D’une masse supérieure à celle du Soleil et doté de la densité d’un noyau atomique, le pulsar tournoyant est le produit de l’effondrement d’une étoile massive qui a explosé. La nébuleuse est quant à elle le rémanent en expansion des couches extérieures de l’étoile. L’explosion de la supernova a été observée en 1054.

  •  DE SAINT JEAN CHRYSOSTOME SUR L’ÉVANGILE DE MATTHIEU

Les fils de Zébédée pressent vivement le Christ par ces paroles : Ordonne que nous siégions l’un à ta droite et l’autre à ta gauche . Que répond-il ? Pour leur montrer que leur demande n’a rien de spirituel et que, s’ils avaient su ce qu’ils demandaient, ils n’auraient jamais osé le demander, il leur dit : Vous ne savez pas ce que vous demandez , combien c’est grand, combien c’est étonnant, combien cela dépasse même les puissances d’en haut. Puis il ajoute : Pouvez-vous boire à la coupe que je vais boire, recevoir le baptême dans lequel je vais être plongé ? ~ Il veut dire : « Vous discutez avec moi d’honneurs et de couronnes ; moi je vous parle de combats et de sueurs. Ce n’est pas maintenant le moment des récompenses, et ce n’est pas maintenant que ma gloire va se manifester, mais ce qui est imminent, ce sont les meurtres, les combats et les dangers. »

  • Le maximum solaire est-il passé ?

 

 

140720

Image Crédit: NASA‘s GSFC, SDO AIA Team, APOD, traduction Didier Jamet

Qu’est-il arrivé au Soleil ? Rien de très spécial. Il a juste éjecté un filament. À la fin du mois d’août 2012, un filament solaire est soudainement entré en éruption, provoquant une éjection de matière coronale. Ce filament avait été maintenu en lévitation pendant plusieurs jours par le champ magnétique solaire, et le déclenchement soudain de l’éruption avait été assez inattendu. Observée attentivement par le satellite SDO, cette éruption a déversé moult ions et électrons dans le système solaire, dont certains sont entrés en collision avec la magnétosphère terrestre trois jours plus tard, engendrant des aurores polaires. Les boucles de plasma environnant cette région active sont visibles sur cette image en ultraviolet au-dessus du filament. Ces dernières semaines, le nombre de taches visibles à la surface du Soleil est tombé quasiment à zéro, ce qui pourrait signifier que le Soleil a déjà passé le cap d’un assez inhabituel maximum d’activité de son cycle de onze ans.

  •  Saint François de Sales (1567-1622), évêque de Genève et docteur de l’Église : Traité de l’amour de Dieu

Celui qui aime vraiment n’a presque point de plaisir sinon en la chose aimée. Ainsi « toutes choses semblaient ordures » et boue au glorieux saint Paul, en comparaison de son Sauveur (Ph 3,8). Et l’Épouse [du Cantique des cantiques] n’est toute que pour son bien-aimé : « Mon cher ami est tout à moi, et moi je suis tout à lui… Avez-vous vu celui que mon âme aime ? » (2,16; 3,3)…

  • Lever de Lune sur une plage d’Espagne

 

140719

 Image Crédit & Copyright: José Carlos González, APOD, traduction  Didier Jamet
 

La pleine Lune de juillet brille dans le crépuscule sur cette plage d’Alicante, en Espagne, son reflet réchauffant les eaux méditerranéennes. Lorsqu’elle se trouve près de l’horizon, la Lune nous paraît rouge car sa lumière doit traverser une couche d’atmosphère plus épaisse, ce qui amplifie la diffusion de la partie bleue de sa lumière. Cette pleine Lune présentait la particularité supplémentaire de se produire non loin du périgée, le point de l’orbite lunaire le plus proche de la Terre. Cela en faisait une super Lune, 14% plus grande en taille apparente et 30% plus brillante que lorsqu’elle est à l’apogée, le point de son orbite le plus éloigné de la Terre. Bien sûr, les douces nuits d’été sont un bon moment pour apprécier en famille un tel spectacle autour d’un bon pique nique pendant une partie de pêche. Mais quel genre de poissons pêche-t-on une nuit de super Lune ? Sans doute de super poissons-lunes

  •  Saint Hippolyte de Rome (?-v. 235), prêtre et martyr
    La Réfutation de toutes les hérésies, 10, 33-34

 

      Voici notre foi… : Dieu a envoyé sa Parole, son Verbe (Jn 1,1), se manifester en personne aux yeux des hommes, pour que le monde, en le voyant, soit sauvé… Nous savons qu’il s’est fait homme, de la même pâte que nous. S’il en était autrement, c’est en vain qu’il nous aurait commandé de l’imiter comme notre maître (Jn 13,14.34). Si cet homme était d’une autre nature, comment pourrait-il me demander de faire comme lui, à moi qui suis faible par nature ? Où serait alors sa bonté, sa justice ? 
Pour bien faire comprendre qu’il n’est pas différent de nous, il a voulu supporter la fatigue et connaître la faim (Jn 4,6) ; il n’a pas refusé d’avoir soif, il a trouvé son repos dans le sommeil, il n’a pas refusé la souffrance, il s’est soumis à la mort et il a clairement manifesté sa résurrection. En tout cela il a offert sa propre humanité comme des premiers fruits afin que toi, dans ta souffrance, tu ne perdes pas courage, mais que, reconnaissant que tu es toi-même homme, tu attendes, toi aussi, ce que le Père a donné à cet homme-là… 

 Grâce à la connaissance du vrai Dieu, tu auras un corps immortel et impérissable comme l’âme elle-même ; tu recevras en partage le Royaume des cieux parce que tu auras reconnu le Roi du ciel tandis que tu vivais sur la terre. Tu vivras en présence de Dieu, « héritier avec le Christ » (Rm 8,17). Tu ne seras plus dominé par des désirs, des souffrances et des maladies, car tu es devenu de nature divine… « Le Christ est Dieu, au-dessus de tout » (cf Rm 9,5)…et a donné au vieil homme la perfection de l’homme nouveau (Col 3,9). Dès le commencement il l’a appelé son image (Gn 1,27), et par cette ressemblance il a montré sa tendresse pour toi. Si tu obéis à ses saints commandements, si, en étant bon, tu imites Celui qui est bon, tu deviendras semblable à lui.

  • Un pont entre galaxies

 

 

140715

 Image Crédit: NASA, ESA, G. Tremblay (ESO) et al.;
Remerciements: Hubble Heritage Team (STScI/AURA) – ESA/Hubble Collaboration, APOD, traduction : Didier Jamet

 

 Pourquoi y a-t-il un pont bleu au beau milieu de cet amas de galaxies ? L’amas SDSS J1531 3414 contient bon nombre de grandes galaxies elliptiques jaunes. Le centre de l’amas, vu ici par le télescope spatial Hubble, est ceinturé de minces filaments bleus incurvés qui sont en réalité de lointaines galaxies d’arrière plan dont les images ont été fortement déformées par l’effet de lentille gravitationnelle de l’amas. Quant au filament en tortillon reliant les deux grandes galaxies elliptiques au centre de l’amas, un examen attentif indique qu’il s’agit vraisemblablement d’un pont engendré par effet de marée entre les deux galaxies plutôt que d’une galaxie d’arrière plan dont l’image aurait été gravitationnellement déformée. Sa couleur bleutée serait ainsi due à des régions où se concentrent de jeunes et massives étoiles dont le bleu est la couleur caractéristique. La région centrale de cet amas sera probablement scrutée attentivement à l’avenir car elle constitue un intéressant laboratoire de formation stellaire.

 

 
  •  Pape François :  » La joie de l’Evangile «  

      Toute l’évangélisation est fondée sur la Parole de Dieu, écoutée, méditée, vécue, célébrée et témoignée. La Sainte Écriture est source de l’évangélisation. Par conséquent, il faut se former continuellement à l’écoute de la Parole. L’Église n’évangélise pas si elle ne se laisse pas continuellement évangéliser. Il est indispensable que la Parole de Dieu « devienne toujours plus le cœur de toute activité ecclésiale » (Benoît XVI). La Parole de Dieu écoutée et célébrée, surtout dans l’eucharistie, alimente et fortifie intérieurement les chrétiens et les rend capables d’un authentique témoignage évangélique dans la vie quotidienne. Nous avons désormais dépassé l’ancienne opposition entre Parole et sacrement. La Parole proclamée, vivante et efficace, prépare à la réception du sacrement et dans le sacrement cette Parole atteint son efficacité maximale.

      L’étude de la Sainte Écriture doit être une porte ouverte à tous les croyants. Il est fondamental que la Parole révélée féconde radicalement la catéchèse et tous les efforts pour transmettre la foi. L’évangélisation demande la familiarité avec la Parole de Dieu et cela exige que les diocèses, les paroisses et tous les groupements catholiques proposent une étude sérieuse et persévérante de la Bible, et aussi en encouragent la lecture priante personnelle et communautaire. Nous ne cherchons pas à tâtons dans l’obscurité, nous ne devons pas non plus attendre que Dieu nous adresse la parole, parce que réellement « Dieu a parlé, il n’est plus le grand inconnu mais il s’est montré lui-même » (Benoît XVI). Accueillons le trésor sublime de la Parole révélée.

  • La nébuleuse du Calamar géant

 

  • 140718
     Image Crédit: Romano Corradi (IAC),
    Nicolas Grosso, Agnès Acker, Robert Greimel, Patrick Guillout, APOD, traduction  Didier Jamet 
    Découverte le 26 juin 2011 par l’astronome amateur français Nicolas Outters, cette nébuleuse couvre un champ de plus d’un degré d’arc dans la constellation de Céphée. Sa forme symétrique et ses émissions sont compatibles avec l’hypothèse selon laquelle il s’agirait d’une nébuleuse planétaire, l’enveloppe gazeuse émanant d’une étoile mourante de type solaire. Cependant sa distance réelle ainsi que son origine exacte restent inconnues. Une nouvelle étude suggère que Ou4 pourrait en réalité se trouver dans la région d’émission SH2-129, distante de quelque 2300 années-lumière. Le calamar cosmique serait ainsi un spectaculaire déversement de matière en provenance d’un système triple d’étoiles chaudes et massives, HR8119, visible au centre de la nébuleuse. Si cette hypothèse s’avérait exacte, ce calamar vraiment géant mesurerait dans les 50 années-lumière de long.

  • Eusèbe de Césarée (v. 265-340), évêque, théologien, historien 
    Quand il a envoyé son Fils, le dessein de Dieu était de sauver les hommes. Et la mission qu’il devait accomplir était d’établir la paix au ciel et sur la terre. Pourquoi alors n’y a-t-il pas la paix ? C’est à cause de la faiblesse de ceux qui n’ont pas pu accueillir l’éclat de la lumière véritable (cf Jn 1,9-10). Le Christ proclame la paix ; c’est ce que dit l’apôtre Paul aussi : « Il est lui-même notre paix » (Ep 2,14), mais il s’agit de la paix seulement de ceux qui croient et qui l’accueillent.

  • Le rémanent de supernova SN 1006

140712

 Image Crédit: NASA, ESA, Zolt Levay (STScI), APOD, traduction Didier Jamet 

En l’an 1006 de notre ère, une nouvelle étoile, probablement la plus brillante supernova des temps historiques, illumina les cieux terrestres. Le nuage de débris en expansion consécutif à l’explosion stellaire, qui se trouve dans la constellation australe du Loup, assure encore aujourd’hui le spectacle tout au long du spectre électromagnétique. Cette image composite superpose des données obtenues en X (en bleu) par l’observatoire Chandra, en optique (jaune) et en radio (rouge). Aujourd’hui connu sous le nom de SN 1006, tout indique que ce rémanent de supernova mesure dans les 60 années-lumière de diamètre et constitue tout ce qui reste d’une naine blanche. Composante d’un système stellaire binaire, la naine blanche compacte a progressivement ravi la matière de son soleil compagnon. Cette accumulation de masse a fini par déclencher une explosion thermonucléaire qui a détruit l’étoile naine. Ce rémanent de supernova se trouvant à quelque 7000 années-lumière de nous, l’explosion a en réalité eu lieu 7000 ans avant que sa lumière n’atteigne la Terre en l’an 1006. Les ondes de choc du rémanent ont la propriété d’accélérer les particules jusqu’à des énergies si extrêmes qu’elles pourraient être une des sources à l’origine des mystérieux rayons cosmiques.

  • Origène (vers 185-253), prêtre et théologien
    Homélies sur la Genèse, n° 10,2

      « Rebecca venait puiser de l’eau au puits », nous dit l’Écriture (Gn 24,16). Chaque jour Rebecca venait aux puits, chaque jour elle puisait de l’eau. Et parce que chaque jour elle passait du temps près des puits, le serviteur d’Abraham a pu la trouver et la donner en mariage à Isaac. Peut-être penses-tu qu’il s’agit là d’un conte ou d’une belle histoire rapportée par l’Esprit Saint dans l’Écriture ? Non, il s’agit en vérité d’un enseignement spirituel, d’une instruction qui s’adresse à ton âme pour lui apprendre à venir chaque jour aux puits des Écritures, vers les eaux de l’Esprit Saint, à y puiser sans se lasser pour en remporter un vase bien rempli. C’est ainsi qu’agissait sainte Rebecca ; si elle avait fait autrement, elle n’aurait pas pu épouser le grand patriarche Isaac… 

Or tout ce que contient l’Écriture est symbolique : toi aussi, le Christ veut t’épouser. C’est à toi qu’il s’adresse par la promesse des prophètes, quand il dit : « Je ferai de toi mon épouse pour toujours ; je ferai de toi mon épouse dans la fidélité et la tendresse, et tu connaîtras le Seigneur » (Os 2,21s). Voulant donc te fiancer à lui, le Christ t’envoie un serviteur — la parole inspirée. Tu ne peux pas épouser le Christ sans l’avoir reçue… Seuls ceux qui savent tirer l’eau en abondance des profondeurs des puits…, qui ont une âme qui fait tout avec patience, qui est entièrement disponible, qui s’applique à aller au plus profond pour puiser les eaux de la connaissance, seule cette âme peut connaître les noces avec le Christ.

 
  • M106 à travers le spectre électromagnétique

140705Image Crédit: Rayons X – NASA / CXC / Caltech / P.Ogle et al.,
Optique – NASA/STScI, IR – NASA/JPL-Caltech, Radio – NSF/NRAO/VLA, APOD, traduction  Didier Jamet 

Les bras spiraux de la galaxie active M106 se déploient au travers de ce remarquable portrait multi spectral réalisé à partir de données enregistrées depuis les rayonnements radio jusqu’aux rayons X, soit l’essentiel du spectre électromagnétique. Egalement connue sous la référence NGC 4258, M106 se trouve dans la constellation des Chiens de chasse. Elle se trouve à une distance de 23,5 millions d’années-lumière, ce qui donne à cette scène un champ d’environ 60 000 années-lumière. Typiques des grandes galaxies spirales, on retrouve d’épaisses veines de poussière, de jeunes amas d’étoiles et des régions de formation d’étoiles qui tous ensemble forment deux bras anormaux en radio (violet) et X (bleu) qui semblent provenir des régions centrales de M106, signes de puissants jets de matière se propageant dans le disque galactique. Ces jets sont probablement dus à de la matière s’écrasant sur un massif trou noir central.

  • LETTRE DE SAINT CLÉMENT DE ROME AUX CORINTHIENS

« Rejetez toute division »

Il est écrit : « Attachez-vous aux hommes saints, car ceux qui s’attachent à eux deviennent saints. » Et il est écrit ailleurs : Avec l’homme sans reproche tu seras sans reproche, avec l’ami tu seras un ami, et avec l’homme fourbe tu agiras avec ruse . Attachons-nous donc aux hommes sans reproche et aux justes, car ce sont eux les amis de Dieu. Pourquoi des disputes, des colères, des divisions, des scissions et la guerre parmi vous ? N’avons-nous pas un seul Dieu, un seul Christ, un seul Esprit de grâce répandu sur nous, et une seule vocation dans le Christ ? Pourquoi écarteler et déchirer les membres du Christ, pourquoi nous révolter contre notre propre corps, et en arriver à une telle démence : oublier que nous sommes membres les uns des autres ?

  • Vol de nuit pour Oco-2

 

 

140704

 Image Crédit & Copyright: Rick Baldridge, APOD, traduction Didier Jamet
 

Sur cette photographie à longue pose, les étoiles ont laissé de brefs tirets sur la baie embrumée de Monterey et les lumières de Santa Cruz, en Californie, Etats-Unis d’Amérique. La pose ayant commencé vers 2h56 du matin heure locale, elle a aussi enregistré le décollage d’une fusée Delta II emportant sur orbite le satellite OCO-2 de la NASA. Vue depuis un belvédère situé à plus de 300 km au nord de la base de lancement Vandenberg, la traînée laissée par la fusée permet de retracer les 5 premières minutes du vol au-dessus du Pacifique, et en direction de l’A-train en orbite polaire. La traînée est bien nette jusqu’à l’arrêt du moteur principal, puis se prolonge jusqu’à la séparation de la coiffe. Sous la trajectoire du lanceur, les deux étoiles les plus brillantes sont alpha et beta de la constellation de la Grue. L’objectif de la mission OCO-2 est d’étudier le dioxyde de carbone atmosphérique, autrement dit de regarder la planète respirer depuis l’espace.

  • Commentaire de Saint Augustin sur l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 8,18-22:

Comme Jésus montait dans la barque, ses disciples le suivirent.
Et voilà que la mer s’agita violemment, au point que la barque était recouverte par les vagues. Mais lui dormait.
Ses compagnons s’approchèrent et le réveillèrent en disant : « Seigneur, sauve-nous ! Nous sommes perdus. »
Mais il leur dit : « Pourquoi avoir peur, hommes de peu de foi ? » Alors, debout, Jésus interpella vivement les vents et la mer, et il se fit un grand calme.
Les gens furent saisis d’étonnement et disaient : « Quel est donc celui-ci, pour que même les vents et la mer lui obéissent ? »

Le sommeil du Christ est le signe d’un mystère. Les occupants de la barque représentent les âmes qui traversent la vie de ce monde sur le bois de la croix. En outre, la barque est le symbole de l’Église. Oui, vraiment…le cœur de chaque fidèle est une barque naviguant sur la mer ; elle ne peut pas sombrer si l’esprit entretient de bonnes pensées.

On t’a insulté ; c’est le vent qui te fouette. Tu t’es mis en colère ; c’est le flot qui monte. La tentation surgit ; c’est le vent qui souffle. Ton âme est troublée ; ce sont les vagues qui montent… Réveille le Christ, laisse-le te parler.

« Qui donc est celui-ci, pour que même les vents et la mer lui obéissent ? » Qui est-il ? « À lui la mer, c’est lui qui l’a faite » ; « par lui tout a été fait » (Ps 94,5; Jn 1,3). Imite donc les vents et la mer : obéis au Créateur. La mer se montre docile à la voix du Christ, et toi, tu restes sourd ? La mer obéit, le vent s’apaise, et toi, tu continues à souffler ? Que voulons-nous dire par là ? Parler, s’agiter, méditer la vengeance : n’est-ce pas continuer à souffler et ne pas vouloir céder devant la parole du Christ ?

Quand ton cœur est troublé, ne te laisse pas submerger par les vagues.
Si pourtant le vent nous renverse — car nous ne sommes que des hommes — et s’il excite les émotions mauvaises de notre cœur, ne désespérons pas. Réveillons le Christ, afin de poursuivre notre voyage sur une mer paisible.

  • WR 124, machine à vent stellaire

140701

 Image Crédit: Hubble Legacy Archive, NASA, ESA Traitement & Licence: Judy Schmidt, APOD, traduction  Didier Jamet 

Certaines étoiles explosent au ralenti. Les étoiles Wolf-Rayet sont si chaudes et tumultueuses qu’elles se désintègrent lentement sous l’oeil des télescopes, expulsant par le biais de violents vents stellaires des boucles de gaz chaud d’une masse typiquement supérieure à 30 fois celle de la Terre. L’étoile Wolf-Rayet WR 124 visible près du centre de cette image couvrant un champ de six années-lumière engendre la nébuleuse environnante connue sous la désignation de M1-67. Les raisons pour lesquelles cette étoile explose au ralenti depuis plus de 20 000 ans ne sont pas encore parfaitement comprises. WR 124 se trouve à quelque 15 000 années-lumière de nous dans la constellation de la Flèche. Le sort ultime d’une étoile Wolf-Rayet dépend sans doute de sa masse initiale, mais il est probable que cela se finisse en spectaculaire explosion de type supernova, voire sursaut gamma.

  • Concile Vatican II : Constitution sur l’Église dans le monde de ce temps « Gaudium et spes », § 13 Établi par Dieu dans un état de justice, l’homme, séduit par le Malin, a abusé de sa liberté dès le début de l’histoire en se dressant contre Dieu et en désirant parvenir à sa fin en dehors de Dieu. Alors qu’ils avaient connu Dieu, « ils ne lui ont pas rendu la gloire qui convient à un Dieu…, mais les ténèbres ont rempli leur cœur sans intelligence », et « ils ont servi la créature plutôt que le Créateur » (Rm 1,21s). Notre propre expérience confirme ce que la Révélation divine nous fait connaître ainsi. Car l’homme, s’il examine son cœur, se découvre enclin aussi au mal et emmêlé dans des maux multiples qui ne peuvent pas venir de son Créateur, qui est bon. Refusant souvent de reconnaître Dieu comme son origine, l’homme a, par le fait même, brisé l’ordre juste qui l’orientait à sa fin ultime, et, en même temps, il a rompu toute harmonie, par rapport à lui-même, par rapport aux autres hommes et par rapport à toute la création. 
     C’est donc en lui-même que l’homme est divisé. C’est pourquoi toute la vie des hommes, individuelle et collective, se manifeste comme une lutte, combien dramatique, entre le bien et le mal, entre la lumière et les ténèbres. Bien plus, l’homme se découvre incapable par lui-même de vaincre les assauts du mal de façon efficace ; et ainsi chacun se sent comme chargé de chaînes. Mais le Seigneur en personne est venu pour restaurer l’homme dans sa liberté et sa force, le rénovant intérieurement, et jetant dehors « le prince de ce monde » (Jn 12,31), qui le retenait dans l’esclavage du péché. Quant au péché, il amoindrit l’homme lui-même en l’empêchant d’atteindre sa plénitude.

  • La galaxie du Parapluie

140702

 Image Crédit & Copyright: R Jay Gabany (Blackbird Observatories)
Collaboration: C.Foster (Australian Astronomical Obs.), H.Lux (U. Nottingham, Oxford),
A.Romanowsky (San Jose State, UCO), D.Martínez-Delgado (Heidelberg), et al.
, Apod, traduction  Didier Jamet 
 

La galaxie spirale NGC 4651 se trouve à environ 62 millions d’années-lumière de nous, dans la constellation de la Chevelure de Bérénice. D’une taille comparable à notre propre Voie lactée, cette galaxie présente une délicate excroissance en forme de parapluie (ici à gauche de la galaxie) s’étendant sur une distance équivalant à son diamètre, soit 100 000 années-lumière. On sait aujourd’hui que ce parapluie cosmique géant est formé d’un grand nombre d’étoiles gravitationnellement arrachées par NGC 4651 à une galaxie plus petite et aujourd’hui dissoute dans la collision. L’insert visible en bas à gauche est un grossissement sur ce que l’on pense être le noyau de la défunte petite galaxie, identifié au cours de récents travaux d’exploration détaillée de ce système menés grâce aux télescopes Subaru et Keck du Mauna Kea. Ce travail avait débuté par une collaboration exemplaire entre astronomes amateurs et professionnels afin de mettre en évidence de discrètes structures autour de brillantes galaxies. Tous ces résultats suggèrent que, même dans des galaxies proches de nous, ces courants d’étoiles sont communs, signes de processus de fusion galactique passés. Ce résultat se trouve être conforme aux prévisions des modèles de formation des galaxies, y compris notre propre Voie lactée.

Publié dans connaissance | Laisser un commentaire

Juin 2014

 » Si le cœur de l’homme est attaché aux trésors d’ici-bas, il est « esclave » et il risque de vieillir « comme le mauvais vin : avec le temps il devient du vinaigre ». Un cœur libre au contraire « vieillit comme le bon vin », affirme le pape François lors de la messe du 20 juin 2014, à la Maison Sainte-Marthe. »

DERNIÈRE LETTRE DE S. LOUIS DE GONZAGUE
À SA MÈRE (10 juin 1591)

J’implore pour vous, Madame, la grâce et la consolation constantes du Saint-Esprit. Sans doute, lorsqu’on m’a remis votre lettre, j’étais encore dans cette région des morts. Mais maintenant, eh bien, il faut aspirer au ciel, pour que nous puissions louer le Dieu éternel sur la terre des vivants . J’espérais depuis longtemps que j’accomplirais ce voyage plus tôt. Si la charité consiste, comme dit saint Paul, à pleurer avec ceux qui pleurent, à être joyeux avec ceux qui sont dans la joie , il est nécessaire, ma mère, que
vous puisiez une immense joie dans le fait que, par bonté et par faveur envers vous, le Seigneur m’annonce la véritable allégresse et la paix, puisque je ne crains plus de jamais le perdre.

Je vous l’avouerai, lorsque je médite sur la bonté divine, comparable à la mer qui est sans fond et sans rivage, mon âme tombe dans un abîme ; engloutie dans une telle immensité, elle me paraît s’égarer et ne savoir que répondre : comment ! le Seigneur, après un travail si bref et si mince, m’invite à l’éternel repos ! Du ciel, il m’appelle à la félicité infinie que j’ai recherchée avec tant de négligence, il veut récompenser les larmes que j’ai versées avec tant de parcimonie.

Pensez-y toujours, Madame, et prenez garde d’offenser cette bonté infinie de Dieu : c’est ce qui arriverait si vous
pleuriez comme un mort celui qui va vivre en présence de Dieu et qui, par sa prière, vous aidera beaucoup plus dans vos affaires qu’il ne le ferait en cette vie. Notre séparation ne durera pas longtemps ; nous nous reverrons au ciel ; nous serons unis ensemble à l’auteur de notre salut ; de tout l’élan de notre âme, nous le louerons et nous chanterons éternellement ses miséricordes, en jouissant d’un bonheur éternel. Le Seigneur nous reprend ce qu’il nous avait prêté sans autre intention que de nous mettre dans un séjour plus tranquille et plus sûr et de nous combler des biens que nous désirions pour nous-mêmes.

Si je dis tout cela, c’est seulement pour céder à un désir qui me possède : que vous, Madame, et tout le reste de la famille, vous teniez mon départ pour un joyeux bienfait ; et que vous accompagniez de votre bénédiction maternelle celui qui fait cette traversée, jusqu’à ce que vous abordiez vous-même au rivage où résident toutes mes espérances. Je l’ai fait d’autant plus volontiers qu’il ne me restait plus rien à faire que de vous témoigner de la façon la plus évidente l’amour et le respect que je vous dois, comme un fils à sa mère.

  • Tirs laser sur le Mauna Kea

140623

 Image Crédit & Copyright: Jason Chu (IfA Manoa), APOD, traduction  par Didier Jamet
 

Les lasers de ces télescopes géants sont-ils en train d’attaquer le centre galactique ? Non. Ces tirs lasers sont effectués de façon routinière afin d’améliorer la qualité des observations astronomiques. L’atmosphère de notre planète brouille en effet le signal lumineux qui nous vient des astres. Les astronomes créent alors, grâce aux lasers, des étoiles artificielles, encore appelées étoiles guides, qui leur servent de référence, et mesurent ainsi précisément la façon dont la masse d’air en déforme la perception. Ils compensent ces défauts dus à l’atmosphère en modifiant très rapidement et légèrement la forme du miroir grâce à de minuscules vérins pilotés informatiquement. Ces techniques d’optique adaptative permettent des observations à haute résolution depuis le sol d’objets aussi variés que d’authentiques étoiles, des planètes et des nébuleuses. On voit ici quatre télescopes du Mauna Kea, à Hawaii, Etats-Unis, utiliser simultanément leurs lasers pour observer le centre galactique en créant des étoiles artificielles juste à côté.

 

 

  • L’Astéroïde géocroiseur 2014 HQ124

Débusqué dans l’infrarouge par la mission dédiée Neowise (surnommée « gardien de l’espace ») le 23 avril 2014, il fut dans les parages quelques semaines plus tard, le 8 juin. Interrogé sur ce visiteur cosmique , le directeur du programme, Don Yeomans, a rappelé qu’en réalité « c’est assez commun que des astéroïdes passent près de la Terre » ajoutant qu’il faut s’attendre, en moyenne, « à ce qu’un objet de la taille de 2014 HQ124 passe prés de nous chaque année ». Passant à moins de 1,25 million de kilomètres de la Terre (soit un peu plus de trois fois la distance Terre-Lune), la trajectoire de 2014 HQ124 n’a représenté aucune menace. Sa visite fut même profitable pour une équipe d’astronomes qui a conduit une opération d’envergure visant à le photographier et le caractériser avec le plus de précision possible. Pour ce faire, deux des plus grandes antennes radar au monde — Goldstone en Californie (70 m de diamètre) et le célèbre Arecibo à Porto Rico (305 m de diamètre) — furent sollicitées pour produire ce portrait dans la meilleure résolution possible avec un radar. Les données collectées ont permis, en effet, de distinguer des structures mesurant jusqu’à 4 m de longueur…

Découvert le 23 avril 2014 par Neowise, « gardien de l’espace » pour la Nasa, l’astéroïde 2014 HQ124 apparaît sur les images radar comme une cacahuète longue de 370 m. Collectés le 8 juin peu de temps après son passage au plus près de la Terre (à 1,25 million de km), les 21 clichés furent capturés par les antennes de Goldstone et Arecibo durant 4 h 30, l’astéroïde était distant alors de 1,39 à 1,45 million de km. © Nasa, JPL-Caltech, Arecibo Observatory, USRA, NSF. l’astéroïde 2014 HQ124 apparaît sur les images radar comme une cacahuète longue de 370 m. Collectés le 8 juin peu de temps après son passage au plus près de la Terre (à 1,25 million de km), ces 21 clichés furent capturés par les antennes de Goldstone et Arecibo durant 4 h 30, l’astéroïde était distant alors de 1,39 à 1,45 million de km. © Nasa, JPL-Caltech, Arecibo Observatory, USRA, NSF

  • Julienne de Norwich (1342-après 1416), recluse anglaise : Révélations de l’amour divin

          Je m’émerveillais beaucoup : malgré notre sottise et notre aveuglement ici-bas, notre Seigneur en sa courtoisie nous regarde sans cesse avec bienveillance et avec joie. Le plus grand plaisir que nous puissions lui faire, c’est d’en être convaincus vraiment et avec intelligence, et de nous en réjouir avec lui et en lui. Car, de même que nous serons à tout jamais dans la béatitude de Dieu, le louant et le remerciant, de même nous sommes depuis toujours dans sa prévoyance : en son dessein éternel, il nous a aimés et connus avant l’origine des temps. 
    C’était avec cet amour sans commencement qu’il nous a créés, c’est par ce même amour qu’il nous garde : il ne permet jamais que nous soyons blessés au point d’en perdre notre béatitude. C’est pourquoi, au temps du jugement, quand nous serons tous élevés jusqu’au ciel, nous verrons clairement en Dieu les secrets qui maintenant nous sont cachés. Alors personne ne sera tenté de dire : « Seigneur, s’il en avait été autrement, alors cela aurait été parfait. » Nous dirons tous d’une seule voix : « Seigneur, béni sois-tu ! Il en est ainsi, et tout est bien. Nous voyons en vérité que tout est accompli selon l’ordre que tu as voulu avant le commencement de toutes choses. »

    carte du ciel

     

    Voici la carte du ciel du 21 juin 2014 à 22 h 00

    (carte actuellement réglée pour Sarzay)

  • ROME, 19 juin 2014 (Zenit.org) –

Durant l’homélie de la messe à Sainte-Marthe, le pape François a une nouvelle fois fustigé la corruption, invitant notamment à prier pour la conversation des personnes corrompues, car « le Seigneur pardonne » à celui qui lui demande pardon. Le pape invite régulièrement à prier pour la conversion des criminels, comme lors de l’angélus du 26 janvier dernier.Le corrompu devient une marchandise

Quand quelqu’un « entre » sur le « chemin de la corruption », il « supprime des vies, usurpe et il se vend », à l’image du roi Acab qui s’empare de la vigne de Naboth, dans la première lecture (1R21,17-29). Le corrompu se « vend », comme s’il « cessait d’être une personne et devenait une marchandise », « il se vend pour faire le mal, mais il ne le sait pas : il croit qu’il se vend pour avoir plus d’argent, plus de pouvoir ».

« Qu’est-ce qui attend les personnes corrompues ? La malédiction de Dieu, parce qu’elles ont exploité les innocents, ceux qui ne peuvent pas se défendre, et elles l’ont fait avec des gants blancs, de loin, sans se salir les mains. ». Dieu dit à Acab : « Je vais faire venir sur toi le malheur : je supprimerai ta descendance, j’exterminerai tous les mâles de ta maison, esclaves ou hommes libres. »

« La personne corrompue irrite Dieu et fait pécher le peuple… elle scandalise la société, scandalise le peuple de Dieu… elle exploite ceux qui ne peuvent pas se défendre, elle rend esclave ». Or Jésus le dit, celui qui « fait scandale, mieux vaut qu’il se jette dans la mer ».

La porte de sortie de la corruption

« Y a-t-il une issue pour les personnes corrompues ? Oui ! ‘Quand Acab entendit les paroles prononcées par Élie, il déchira ses habits, se couvrit le corps d’un vêtement de pénitence ; et il jeûnait, il gardait le vêtement de pénitence pour dormir, et il marchait lentement.’ »

Voici « l’issue des personnes corrompues, des corrompus politiques, des corrompus en affaires et des corrompus ecclésiastiques : demander pardon ! Cela plaît au Seigneur ». Le Seigneur « pardonne, mais il pardonne quand les personnes corrompues » font « ce qu’a fait Zachée : « J’ai péché, Seigneur. Je donnerai quatre fois ce que j’ai volé » ».

C’est pourquoi le pape invite à prier pour la conversion des personnes corrompues : « Quand nous lisons dans le journal qu’un tel est corrompu, que tel autre est corrompu, qu’il a fait cet acte de corruption, notre devoir de chrétien est de demander pardon pour eux, et que le Seigneur leur donne la grâce de se repentir, qu’ils ne meurent pas le cœur corrompu. »

AED: « Les chrétiens irakiens, Soudanais, Centrafricains demandent la prière de leurs frères et sœurs en Europe »

  •  Irak : « À Erbil, les églises sont pleines à craquer »
    Pour des raisons de sécurité, des milliers de familles chrétiennes irakiennes débarquent dans la région autonome du Kurdistan, dans l’archidiocèse d’Erbil, jugé moins dangereux que le reste du pays.  Un mouvement qui pose de grands défis à l’Église, comme l’explique Mgr Bashar Matti Warda, l’archevêque d’Erbil, dans un entretien accordé aujourd’hui à l’Aide à l’Eglise en Détresse.
    On compte déjà 12 000 familles chrétiennes qui ont quitté ces dernières années leur maison (à Bagdad, Mossoul ou dans d’autres villes irakiennes) pour s’installer dans la région d’Erbil par mesure de sécurité.  « À Bagdad et ailleurs, déplore Mgr Warda, archevêque d’Erbil , les gens ne sont jamais surs de pouvoir rentrer chez eux le soir, parce qu’ils peuvent être victimes à chaque instant d’attentats à la bombe, d’assassinats ou d’enlèvements.
    Pour l’Église catholique, les conséquences sont immédiates : certaines paroisses à Mossoul* ou Bagdad doivent être fermées parce que les paroissiens partent, tandis qu’à Erbil, il faut dresser des tentes  parce que les églises sont trop petites pour accueillir tout le monde. Et l’archevêque de poursuivre : «  Bien que nous ne disposons pas de l’infrastructure qui s’imposerait pour faire face à une telle augmentation du nombre de personnes dans les communautés catholiques, les nouveaux arrivants continuent d’affluer. Dans leurs paroisses d’origine, ils étaient habitués à participer tous les jours aux offices religieux ou aux catéchèses. Ils n’y renoncent pas ici. Il nous faut donc d’urgence construire de nouvelles églises et édifier des locaux pour la catéchèse et les autres activités de la vie religieuse. »
    Mgr Warda décrit la situation en Irak comme un amalgame de « problèmes historiques, économiques, sociaux, religieux et politiques », notant que les circonstances sont trop complexes pour en saisir toute la portée. « Si je tente aujourd’hui d’expliquer ce qui se passe ici, demain, la réalité peut déjà se présenter tout différemment», affirme-t-il. La guerre a divisé la société et engendré « la réapparition de conflits non résolus soudain resurgis du passé ». En outre, comme l’Irak est entouré de pays qui souffrent également d’une multitude de conflits, il s’ensuit que l’le pays lui-même « ne mène souvent pas ses propres guerres. »
    L’Aide à l’Église en Détresse soutient en Irak, entre autres, plusieurs projets dans l’archidiocèse d’Erbil, notamment la construction de l’église « Notre-Dame du Perpétuel Secours » à Ankawa, un quartier d’Erbil, ainsi que plusieurs projets consacrés au catéchisme.
    *L’AED France avait invité Mgr Nona, archevêque de Mossoul à La Nuit des Témoins pour venir témoigner du quotidien des chrétiens de son diocèse. Retrouvez son témoignage lors de la Veillée à Notre-Dame de Paris (1:14’14) ainsi qu’un interview effectuée par Kto.
     
  • Témoignage d’un prêtre irakien, qui nous écrivait le mercredi 11 juin 2014 :
« Depuis jeudi dernier nous avons eu des nouvelles de l’avancée des troupes de l’État islamique de l’Irak et du Levant (Daa´ch) vers la deuxième ville d’Irak, Mossoul. Ces troupes ont d’abord semé la panique et la terreur, avant d’entrer dans la ville, parmi la population de Mossoul en bombardant aveuglement par les mortiers, des quartiers civils tuant beaucoup d’hommes et de femmes. La télévision irakienne a reporté les scènes violentes de bombardements et surtout les photos des victimes laissées dans les quartiers. C’est surtout cela qui a semé une terreur incommensurable dans le cœur de la population civile de la ville de Mossoul et dans toute la région de Ninive.
On devine que ce sont ces milliers de djihadistes islamistes qui ont fuit les combats en Syrie pour s’avancer vers Mossoul. Les troupes de l’État islamique de l’Irak et du Levant se sont avancés du côté de l’ouest de la ville de Mossoul vers le centre ville.
Durant la journée de samedi, une grande population mossouliottes du côté de l’Ouest a traversé les ponts pour gagner l’est de la ville et continuer sa marche à pied ou en voiture vers la région du Kurdistan. Entre Mossoul et Erbil la capitale du Kurdistan la distance est de 90 km. Cette marche de la population a été reportée sur les écrans de la télévision irakienne. Des chauffeurs entre Mossoul et Erbil ont rapporté qu’ils ont vu des centaines de milliers des habitants de Mossoul marchant vers le Kurdistan. Ils ont reçu nourriture et boisson de la part des organismes humanitaires kurdes.
Lundi matin, Mossoul a été déclarée ville occupée par les islamistes djihadistes de l’État islamique de l’Irak et du Levant. L’armée gouvernementale ainsi que les autorités civiles ont pris la fuite devant les combattants islamistes et ils ont déclaré la chute de Mossoul.
On dit que le gouverneur de Mossoul Athil Al Noujaïfi a publié un acte officiel avant de quitter la ville pour dire qu’il ne faut surtout pas résister à l’arrivée des troupes des terroristes. Ce fut la reddition totale de la ville en quelques heures.
Les chrétiens de la plaine de Ninive, dans les différentes villes et villages, comme Bartelah, Karelesh, Qaraqosh et autres ont été pris par une grande panique à cause des nouvelles venant de Mossoul. Une sorte de psychose populaire s’est formée dans la population de Qaraqosh et près de 200 familles ont pris la fuite pour aller vers le Kurdistan. Les autorités civiles et religieuses de Qaraqosh ont demandé le secours du Kurdistan. Vers la fin d’après-midi du lundi, des troupes de l’armée kurde sont entrées dans la ville de Qaraqosh pour la protéger au cas où les islamistes programmaient leur arrivée.
Quant à la ville de Mossoul, elle est actuellement dans la main des islamistes qui se sont emparés de l’aéroport de la ville, du bâtiment du gouverneur et des réserves d’armes de la ville. Le chef de ces combattants islamiste a pris la parole à la télévision régionale pour déclarer officiellement l’inauguration de l’État islamique de l’Irak et du Levant à Mossoul. Il a pu dans son discours calmer les esprits, et les rassurer pour que les habitants retournent à leur travaux quotidiens. Il a souhaité négocier avec l’État irakien.
De son côté, le premier ministre irakien Nourri Al-Maleki a déclaré à la télévision irakienne que la ville de Mossoul est tombée dans les mains des terroristes, qu’il faut combattre par toutes les sortes et tous les moyens ces terroristes , et qu’il était prêt à donner des armes aux habitants civils de Mossoul pour combattre les djihadistes islamistes fanatiques.
Mais derrière tout ce qui se passe à Mossoul, il y a des enjeux politiques graves. Les combattants de l’État islamique de l’Irak et du Levant sont réellement soutenus par l’Arabie Saoudite qui ne cesse de vouloir établir un état sunnite à l’intérieur de l’état de l’Irak. Si la situation continue on aura un état sunnite à Mossoul, ville riche en pétrole.
Les terroristes ne cherchent pas tuer ou éliminer la population mais seulement à prendre le pouvoir militaire et civil dans le gouvernement de Mossoul et dans d’autres grandes villes pour créer un État islamique sunnite.
Qui sont ces combattants de l’État islamique ? Certes il s’appelle les combattants de l’État islamique de l’Irak et du levant, mais on trouve avec eux beaucoup de gens qui étaient des anciens de partie Bath. Ils ont même fait une grande photo de Saddam Hussein. On parle aussi de Izzat Addori qui en ferait partie. Cet homme était vice président de Saddam.
Les chrétiens de Mossoul ainsi que les prêtres ont quitté leur ville dans la précipitation lundi dernier. Il se sont réfugiés dans les villes et villages des chrétiens de la plaine de Ninive.
Actuellement la ville de Qaraqosh est sécurisée par l’armée kurde de la province le Kurdistan. Cette armée a donné confiance à la population de cette ville chrétienne de 45 000 habitants. Les 200 familles chrétiennes de Qaraqosh qui avaient pris la fuite le lundi matin vers Érbil, la capitale du Kurdistan, sont revenues à Qaraqosh, après l’intervention de l’armée kurde. Dans ma conversation avec le père Kassab, j’ai appris qu’il a fait tout pour appeler au secours auprès du gouvernement du Kurdistan. Mais les chrétiens irakiens restent prudent et très méfiants à l’égard de tout se passe actuellement en Irak.

Irak : « nous craignons une guerre civile »

« Nous craignons une guerre civile. Si les différentes parties au conflit ne parviennent pas maintenant à trouver un accord, il faut s’attendre au pire. »  C’est ce qu’a déclaré ce 18 juin au téléphone à l’AED Mgr Saad Syroub, évêque auxiliaire chaldéen de Bagdad, qui se trouve dans la capitale irakienne. Et de préciser : « Une autre guerre signifierait la fin, surtout pour nous, chrétiens ».
L’évêque est rentré ce matin à Bagdad d’un voyage à l’étranger, interrompu « pour être aux côtés de ma communauté en un moment si difficile. » La situation dans la capitale est anormalement calme. Il n’y a pas beaucoup de voitures ni de passants dans les rues, alors qu’il s’agit d’un jour de semaine. « Tout le monde a peur et préfère ne pas sortir de chez soi – dit-il – mais d’autres ont quitté la ville. »
Selon des rumeurs non confirmées – rapportées à l’AED par l’évêque – certains quartiers de la partie nord de Bagdad seraient déjà aux mains de miliciens de l’EIIL, qui empêcheraient les résidents de se rendre dans d’autres quartiers de la ville et qui auraient imposé un couvre-feu.
Internet bloqué, chrétiens « terrifiés »
Par ailleurs, cela fait cinq jours que le gouvernement a bloqué l’accès à plusieurs sites internet, y compris les principaux serveurs de messagerie électronique, et à tous les réseaux sociaux, « ce qui nous empêche de communiquer avec l’étranger ».
Les chrétiens sont « terrifiés et tristes », et beaucoup demandent leur propre certificat de baptême pour pouvoir quitter la capitale. « Après plus de 2000 ans pendant lesquels nous avons résisté aux obstacles et aux persécutions – déclare Mgr. Syroub – l’Irak s’est d’aujourd’hui presque entièrement vidée de toute présence chrétienne. Nos jeunes quittent le pays et nous ne pouvons rien faire. De plus, quelle raison pourrions-nous leur donner pour qu’ils restent ? Comment les protéger et leur assurer que l’avenir sera meilleur ? »
«  Seul une Irak unie et intérieurement réconciliée pourra réagir aux menaces extérieures »
Pour le prélat, la période que traverse actuellement l’Irak est une conséquence directe du conflit qui a débuté en 2003, et de l’inefficacité du nouveau système démocratique « qui ne peut pas fonctionner s’il n’y a pas de véritable réconciliation. » Pour cela, plutôt qu’une intervention militaire extérieure, Mgr Syroub espère une pression accrue exercée par la communauté internationale, notamment les États-Unis, afin que les différentes factions à l’intérieur du pays parviennent à un accord. « Plus d’une semaine s’est écoulée depuis l’invasion de Mossoul par l’État islamique en Irak et au Levant, et il n’y a pas encore de projet politique commun. Seul une Irak unie et intérieurement réconciliée pourra réagir aux menaces extérieures. Chiites et sunnites doivent comprendre que la violence ne résout rien.

14 juin à 14h30

  • Soudan : l’Eglise de Khartoum demande aux autorités de revoir le cas de Mariam

Le 12 juin 2014, Mariam Ibrahim, chrétienne soudanaise condamnée à mort pour apostasie de l’islam courant mai, refuse toujours d’abandonner sa foi chrétienne. L’archidiocèse de Khartoum a publié hier une déclaration visant à corriger les inexactitudes des médias et demander aux autorités de résoudre l’affaire.

Exactement un mois après sa condamnation à mort, l’archidiocèse de Khartoum, au Soudan du Nord, a publié hier 11 juin une déclaration décrivant la situation actuelle de Mariam Ibrahim : «  Il y a beaucoup de gens qui essayent de persuader Mariam de renoncer au christianisme afin qu’elle soit libérée, mais elle refuse. Certaines personnes plaident auprès de son mari pour qu’il la convainque d’abandonner la foi chrétienne afin de sauver sa vie, mais en vain ». Par cette déclaration, le Père Mussa Kacho, vicaire épiscopal de la région de Khartoum, souhaite corriger les inexactitudes de certains médias. Et aussi « implorer » les autorités de réexaminer l’affaire. Il explique : « Mariam est toujours dans la prison d’Omdurman, pratiquement dans le couloir de la mort, allaitant son enfant alors qu’elle est enchaînée. Son cas est actuellement devant la Cour d’appel. Personne ne sait quand la Cour d’appel adoptera une décision. » Et de rajouter : « Selon les autorités concernées, Mariam ne peut être libérée qu’à condition de renoncer à sa foi chrétienne pour embrasser l’islam et obtenir le divorce de son mari Daniel. Le seul moyen de sauver leur mariage, à supposer que Mariam abandonne sa foi chrétienne, est que son mari Daniel embrasse l’islam et se remarie avec elle selon la religion islamique ».

Le couple s’est marié au sein de l’Église catholique le 19 décembre 2011. Son mari, Daniel Bicensio Wani, est un catholique de longue date et Mme Ibrahim s’est convertie de l’orthodoxie éthiopienne au catholicisme peu avant son mariage. Car bien que son père ait été musulman, Mariam a été baptisée et élevée dans la foi orthodoxe de sa mère. La déclaration de l’archidiocèse de Khartoum précise également : « a jamais été musulmane de sa vie. »

Liberté religieuse…dans la Constitution

Le Père Mussa Kacho a également attiré l’attention sur le fait que la Constitution provisoire de 2005 du Soudan garantissait la liberté religieuse : « Nul ne doit être contraint d’embrasser une religion à laquelle il/elle ne croit pas, ni de pratiquer des rites ou d’assister à des offices s’il/elle n’y consent pas volontairement ».

La déclaration de l’archidiocèse de Khartoum se conclut par cette demande: « C’est pourquoi, compte tenu des faits que nous avons énoncés ci-dessus, et pour honorer la position inébranlable de Mariam de conserver sa foi chrétienne, nous plaidons devant les tribunaux et autres autorités concernées que l’affaire concernant Mariam soit réexaminée et qu’un terme raisonnable lui soit apporté. »

  • République centrafricaine : « La paix est encore très loin »

La population est « vraiment lasse et découragée » et ne croit plus à aucune promesse, a déclaré à l’AED le Père Federico Trinchero, prieur du monastère des Carmes de Notre-Dame de Bangui.  Le Carme italien exige une solution rapide du conflit: « le peuple attend une véritable solution politique. Mais une telle solution n’aboutira à un résultat positif que si elle n’accepte aucun compromis envers quiconque usera de la violence ou répandra un esprit de vengeance ». Et d’ajouter que les troupes armées étrangères sont pour l’instant incapables d’agir efficacement et arrivent souvent trop tard.

18 morts et 40 otages suite à l’attentat contre Notre-Dame de Fatima

Une violente attaque a été perpétrée mercredi dernier, 28 mai, contre l’église Notre-Dame de Fatima, à Bangui, la capitale centrafricaine, au cours de laquelle au moins 18 personnes ont été tuées, tandis que plus de 40 personnes ont été prises en otages et enlevées. Leur sort reste encore incertain. Un regain de violence qui montre combien « la paix est encore très loin ». L’église qui a été attaquée ne se situe qu’à quelques kilomètres du monastère des Carmes. Certes, la situation autour du monastère est en ce moment relativement calme, mais l’attaque a engendré un nouvel accroissement du nombre de réfugiés.

Le monastère: l’un des plus grands camps de réfugiés de la capitale

L’intérieur du périmètre du monastère héberge plus de 7000 personnes déplacées et constitue l’un des plus grands camps de réfugiés de la capitale. « Nous espérons que les réfugiés pourront bientôt retourner chez eux, mais nous n’en voyons pas la fin. » Depuis décembre 2013, rien que le réfectoire du monastère a vu la naissance de 30 bébés. Par moments, plus de 15 000 réfugiés vivaient sur la concession du monastère.

Rechercher la paix, « même si ça dérange certains »

 « Je crains que le processus de réconciliation ne prenne des années. La rupture qui s’est produite dans le pays est très profonde. Mais j’espère qu’il sera possible de mobiliser les forces vitales de la jeunesse afin qu’elle prenne en main l’avenir de son pays », poursuit le Père Trinchero. « L’Église ne reste pas passive et poursuit sa mission. Mais cela pourrait en déranger plus d’un parmi ceux qui n’aiment pas la paix. »

  •  COMMENTAIRE DE SAINT CYPRIEN SUR LA PRIÈRE DU SEIGNEUR

À l’ordre de prier pour obtenir le pardon de nos péchés, le Seigneur a ajouté une loi qui nous impose un engagement précis : nous demandons que nos dettes soient remises, selon que nous-mêmes remettons à nos débiteurs, Nous devons savoir que nous ne pouvons pas obtenir ce que nous demandons à propos de nos péchés, si nous n’en faisons pas autant pour ceux qui ont péché envers nous. C’est pourquoi le Christ dit ailleurs : C’est la mesure dont vous vous servez qui servira de mesure pour vous . Et le serviteur qui, après avoir été libéré de toute sa dette, ne voulut pas à son tour remettre celle de son compagnon de service, est jeté en prison. Parce qu’il n’avait pas voulu faire grâce à son compagnon, il a perdu ce dont son maître lui avait fait grâce. Cela, le Christ l’établit avec plus de force encore dans ses préceptes, lorsqu’il décrète avec la plus grande sévérité : Quand vous êtes debout en prière, si vous avez quelque chose contre quelqu’un, pardonnez, pour que votre Père qui est au cieux vous pardonne vos fautes. Mais si vous ne pardonnez pas, votre Père qui est au cieux ne vous pardonnera pas non plus vos fautes . Tu n’auras aucune excuse le jour du jugement, car tu seras jugé selon ta sentence, et ce que tu auras fait à autrui, tu le subiras toi-même. En effet, Dieu a ordonné que les hommes soient pacifiques et en bon accord, qu’ils vivent unanimes dans sa maison . Il veut que nous persévérions, une fois régénérés, dans la condition où nous a mis la seconde naissance ; il veut, puisque nous sommes enfants de Dieu, que nous demeurions dans la paix de Dieu et, puisque nous avons reçu un même esprit, que nous vivions dans l’unité du cœur et des pensées. C’est ainsi encore que Dieu ne reçoit pas le sacrifice de l’homme qui vit dans la dissension. Il ordonne que l’on s’éloigne de l’autel pour se réconcilier d’abord avec son frère, afin que Dieu puisse agréer des prières présentées dans la paix. Le plus grand sacrifice que l’on puisse offrir à Dieu, c’est notre paix, c’est la concorde fraternelle, c’est le peuple rassemblé par cette unité qui existe entre le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Lorsque Abel et Caïn, les premiers, offrirent des sacrifices, ce n’est pas leurs présents que Dieu regardait, mais leurs cœurs. Celui dont le présent lui plaisait, c’est celui dont le cœur lui plaisait. Abel, pacifique et juste, en offrant le sacrifice à Dieu dans l’innocence, enseignait aux autres, quand ils offrent leur présent à l’autel, à y venir avec crainte de Dieu, avec un cœur loyal, en observant la justice, en vivant dans la concorde et dans la paix. Il convenait donc, puisqu’il offrait le sacrifice dans ces dispositions, qu’il devint ensuite un sacrifice offert à Dieu. Il apparut ainsi comme le premier martyr et il a préfiguré, par la victoire de son sang, la passion du Seigneur, lui qui possédait la justice et la paix du Seigneur. Ce sont des hommes semblables qui sont couronnés par le Seigneur, et qui, au jour du jugement, obtiendront justice avec lui.

  • Au-dessus du sommet

140619

Image Crédit : Luc Perrot, APOD, traduction Didier Jamet
 

Dans ce sublime paysage céleste, le coeur de la Voie lactée se lève au-dessus d’une mer de nuages. Comme en écho aux veines de poussière qui marbrent la Voie lactée, le sommet du piton de la Fournaise, sur l’île de la Réunion, se détache en silhouette. Prise le 28 février 2014 par le photographe Luc Perrot, cette image vient de remporter le premier prix, dans la catégorie « beauté du ciel nocturne », du concours photo de l’organisation internationale « The World At Night ». Elle s’est distinguée parmi plus d’un millier de candidatures, issues de 55 pays à travers le monde. Egalement présente dans la version vidéo du palmarès, cette image et celles qui l’accompagnent témoignent de l’importance qu’il y a à préserver la beauté des nuits terrestres.

  • Psaume 89

1D’âge en âge, Seigneur,
tu as été notre refuge.

2Avant que naissent les montagnes, +
que tu enfantes la terre et le monde, *
de toujours à toujours,
toi, tu es Dieu.

3Tu fais retourner l’homme à la poussière ;
tu as dit  : « Retournez, fils d’Adam ! »
4A tes yeux, mille ans sont comme hier,
c’est un jour qui s’en va, une heure dans la nuit.

5Tu les as balayés : ce n’est qu’un songe ;
dès le matin, c’est une herbe changeante :
6elle fleurit le matin, elle change ;
le soir, elle est fanée, desséchée.

7Nous voici anéantis par ta colère ;
ta fureur nous épouvante :
8tu étales nos fautes devant toi,
nos secrets à la lumière de ta face.

9Sous tes fureurs tous nos jours s’enfuient,
nos années s’évanouissent dans un souffle.
10Le nombre de nos années ? soixante-dix,
quatre-vingts pour les plus vigoureux !
Leur plus grand nombre n’est que peine et misère ;
elles s’enfuient, nous nous envolons.

11Qui comprendra la force de ta colère ?
Qui peut t’adorer dans tes fureurs ?
12Apprends-nous la vraie mesure de nos jours :
que nos cœurs pénètrent la sagesse.

13Reviens, Seigneur, pourquoi tarder ?
Ravise-toi par égard pour tes serviteurs.
14Rassasie-nous de ton amour au matin,
que nous passions nos jours
dans la joie et les chants.
15Rends-nous en joies tes jours de châtiment
et les années où nous connaissions le malheur.

16Fais connaître ton œuvre à tes serviteurs
et ta splendeur à leurs fils.
17Que vienne sur nous
la douceur du Seigneur notre Dieu !
Consolide pour nous l’ouvrage de nos mains ;
oui, consolide l’ouvrage de nos mains.

Seigneur, en toi est la source de vie.
En ta lumière, nous voyons la lumière.

  •  COMMENTAIRE DE SAINT CYPRIEN SUR LA PRIÈRE DU SEIGNEUR

La volonté de Dieu, c’est ce que le Christ a fait et enseigné : l’humilité dans la conduite, la fermeté dans la foi, la retenue dans les paroles, la justice dans les actions, la miséricorde dans les œuvres, la rectitude dans les mœurs ; être incapable de faire du mal, mais pouvoir le tolérer quand on en est victime, garder la paix avec les frères, chérir le Seigneur de tout son cœur, aimer en lui le Père, et craindre Dieu, ne préférer absolument rien au Christ, car lui-même n’a rien préféré à nous ; s’attacher inébranlablement à son amour ; se tenir à sa croix avec force et confiance ; quand il faut lutter pour son nom et son honneur, montrer de la constance dans notre confession de foi montrer, sous la torture, cette confiance qui soutient notre combat et, dans la mort, cette persévérance qui nous obtient la couronne : c’est cela, vouloir être héritier avec le Christ ; c’est cela, obéir au précepte de Dieu ; c’est cela, accomplir la volonté du Père.

  • La nébuleuse de la Patte de Chat

140618

 Image Crédit & Copyright: Roberto Colombari &SONEAR Obs.; Données couleur: Robert Gendler & Ryan Hannahoe, APOD, traduction  Didier Jamet
 

Certaines nébuleuses sont peut-être aussi célèbres pour avoir des contours familiers que les chats sont connus pour se placer dans des situations inextricables. Cependant, aucun chat connu n’aurait pu créer la vaste nébuleuse de la Patte de Chat visible ici dans cette image à grand champ de la constellation du Scorpion. Distante de 5 500 années-lumière, la Patte de Chat est en réalité une nébuleuse par émission dont la couleur rouge trahit la présence en abondance d’atomes d’hydrogène ionisés. Parfois aussi appelée nébuleuse de la Patte d’Ours, ou encore NGC 6334, elle a vu naître des étoiles dix fois plus massives que notre Soleil en l’espace de quelques millions d’années seulement.

Le Pape aux jeunes le 9 Juin:

 

« n’ayez pas peur de rêver d’un monde plus juste ; de demander, de chercher et d’approfondir. Vous savez que la foi n’est pas un héritage que nous recevons des autres, la foi n’est pas un produit qui s’achète, mais une réponse d’amour que nous donnons librement et construisons quotidiennement avec patience, entre succès et échecs. Ne craignez pas de vous jeter dans les bras de Dieu. Dieu ne vous demandera rien sinon pour le bénir et vous le rendre au centuple ! Ne vous laissez pas décourager par les perdants ou les peureux qui veulent vous enlever votre rêve, qui veulent vous enfermer dans leurs mentalités obscures au lieu de vous laisser voler dans la lumière de l’espérance ! S’il vous plaît, ne tombez pas dans la médiocrité ! Dans cette médiocrité qui amoindrit et nous rend gris. La vie n’est pas grise, la vie c’est miser sur les grands idéaux et les grandes choses.

 
  • Trois galaxies sur la Nouvelle-Zélande

140611

 Image Crédit & Copyright: Mike Mackinven, APOD, traduction  Didier Jamet 

Non, bien qu’elles soient capables de les détecter, les antennes radio n’émettent pas de galaxies. Cette image n’est au final qu’une astucieuse composition réalisée en Nouvelle-Zélande il y a deux semaines. On y voit la partie centrale de notre Voie lactée sembler émerger de la parabole pour former elle-même une arche. Sous la partie droite de l’arche et juste au-dessus de l’horizon, on remarque les deux plus brillants satellites de notre galaxie, le Petit (à gauche) et le Grand Nuages de Magellan. Quant à la parabole, elle fait partie de la Station de poursuite de satellites de Warkworth, située au nord d’Auckland.

 

  • La Lune des Fraises du 13 Juin dernier

 

140613Image Crédit & Copyright: Göran Strand, APOD, traduction D. Jamet

La pleine Lune du mois de juin était jadis qualifiée par les Amérindiens Algonquins de lune des Fraises. Ce nom, donné par concomitance avec la maturité des premières fraises sauvages, est également évocateur de la couleur de la Lune lorsqu’elle se lève à travers la brume, comme c’était le cas le mois dernier sur le petit village suédois de Marieby. Si la Lune paraît géante sur cette image, c’est parce qu’elle est photographiée au téléobjectif depuis une distance aux premières maisons de 8 kilomètres. Cela dit, même à l’oeil nu, la pleine Lune qui se lèvera ce soir vendredi 13 juin 2014 pourra vous sembler inhabituellement grosse tandis qu’elle se détachera de l’horizon, une illusion d’optique identifiée depuis longtemps. Contrairement à l’effet agrandissant d’un télescope ou d’un téléobjectif, la cause exacte de l’illusion de la Lune n’est pas encore complètement comprise, ni expliquée par un quelconque effet optique atmosphérique comme la diffusion ou la réfraction. Ces derniers sont en revanche responsables de la couleur rougeoyante et des contours déformés dont témoigne également cette photographie.

  • Saint Raphaël Arnaiz Baron (1911-1938), moine trappiste espagnol
    Écrits spirituels, 12/04/1938

J’ai cherché la vérité, et je ne l’ai pas trouvée ; j’ai cherché la charité, et j’ai seulement vu chez les hommes quelques étincelles qui n’ont pas rempli mon cœur assoiffé d’elle ; j’ai cherché la paix, et j’ai vu qu’il n’y a pas de paix sur terre. Cette illusion est passée ; elle est passée doucement, sans que je m’en aperçoive ; le Seigneur, qui m’avait illusionné pour m’attirer à lui, m’a ouvert les yeux, et comme je suis heureux maintenant ! « Que cherches-tu parmi les hommes ?, me dit-il. Que cherches-tu sur cette terre dans laquelle tu es un pèlerin ? Quelle paix désires-tu ? » Le Seigneur est bon…; je vois maintenant clairement que la paix véritable se trouve en Dieu ; qu’en Jésus se trouve la véritable charité ; que le Christ est l’unique vérité… Puisque tu m’as donné la lumière pour voir et comprendre, donne-moi maintenant, Seigneur, un cœur très grand, très grand, pour aimer ces hommes, qui sont tes enfants, mes frères, et dans lesquels mon énorme orgueil voyait des fautes, sans me voir moi-même par contre. Si tu avais donné ce que tu m’as donné au dernier d’entre eux ? Mais tu fais bien toutes choses. Mon âme pleure mes anciennes manies, mes anciennes habitudes ; elle ne cherche plus la perfection dans l’homme ; elle ne pleure plus quand elle ne trouve pas d’endroit « pour se reposer » (Mt 8,20). Elle possède tout. Toi, mon Dieu, tu es celui qui remplis mon âme ; tu es ma joie ; tu es ma paix et mon réconfort. Toi, Seigneur, tu es mon refuge, ma forteresse, ma vie, ma lumière, ma consolation, mon unique vérité et mon unique amour. Je suis heureux ! Je possède tout !

  • La comète et la galaxie

 

140606Image Crédit & Copyright: Alessandro Falesiedi, APOD, traduction: D. Jamet

Glissant doucement dans le ciel de l’hémisphère Nord, la comète PanSTARRS C/2012 K1 s’est laissée photographier le 2 juin 2014 dans la constellation de la Grande Ourse. Se trouvant à présent dans la partie interne du système solaire, le corps glacé issu du nuage de Oort présente deux queues, une, large mais relativement discrète, de poussière, et une d’ions, courbée et s’étendant vers le bas et la droite. La chevelure verte de la comète contraste joliment avec l’étoile jaune située au-dessus. En haut à gauche, on reconnaît NGC 3319, d’un diamètre apparent deux fois supérieur à celui de la pleine lune. Cette galaxie spirale se trouve à quelque 47 millions d’années-lumière de nous, bien au-delà des étoiles de notre Voie lactée. À titre de comparaison, la comète n’était qu’à 14 minutes-lumière de nous. La comète PanSTARRS va peu à peu gagner en éclat au cours des mois à venir, restant un objet d’intérêt pour les possesseurs de télescopes. Elle atteindra fin août le périhélie, le point de son orbite le plus proche du Soleil, juste un peu au-delà de l’orbite terrestre.

  • LETTRE DE S. BONIFACE

L’Église, qui navigue comme un grand vaisseau sur la mer de ce monde, qui en cette vie est battue par les flots d’épreuves de toute sorte, l’Église ne doit pas être abandonnée, mais gouvernée.
Nous en avons l’exemple chez les premiers pères : Clément, Corneille et beaucoup d’autres à Rome, Cyprien à Carthage, Athanase à Alexandrie, qui, sous les empereurs païens, gouvernaient le navire du Christ, ou plutôt son épouse très chère, l’Église, en enseignant, en défendant la vérité, en peinant et en souffrant jusqu’à répandre leur sang.
En considérant ces hommes et ceux qui leur ressemblent, je suis plein d’effroi, crainte et tremblement me pénètrent et je suis comme enveloppé par les ténèbres de mes péchés. Je voudrais bien abandonner entièrement le gouvernail de l’Église qui m’a été confié, si je pouvais trouver une approbation dans les exemples des Pères ou dans la Sainte Écriture.
Aussi, puisqu’il en est ainsi et que la vérité ne peut se fatiguer, se laisser vaincre ni se tromper, que notre âme fatiguée se réfugie auprès de celui qui dit par la bouche de Salomon : Mets ta confiance dans le Seigneur de tout ton cœur et ne t’appuie pas sur ta propre sagesse. Dans toutes tes démarches, pense à lui, et il dirigera tes pas . Et ailleurs : Le nom du Seigneur est une tour fortifiée. Le juste qui s’y réfugie sera sauvé .
Restons fermes dans la justice et préparons nos âmes à l’épreuve, pour attendre que le Seigneur nous soutienne, et disons-lui : D’âge en âge, Seigneur, tu es resté notre refuge .
Mettons en lui notre confiance, car c’est lui qui nous a imposé ce fardeau. Ce que nous ne pouvons porter par nous-mêmes, portons-le par lui qui est tout-puissant et qui dit : Mon joug est facile à porter et mon fardeau léger .
Restons fermes dans le combat au jour du Seigneur, car des jours d’angoisse et d’oppression sont venus pour nous. Si Dieu le veut, mourons pour les saintes lois de nos pères , afin d’obtenir avec eux l’héritage éternel.
Ne soyons pas des chiens muets, ne soyons pas des guetteurs silencieux, ne soyons pas des mercenaires qui fuient devant le loup, mais des pasteurs attentifs, veillant sur le troupeau du Christ, prêchant aux grands et aux petits, aux pauvres et aux riches, le dessein de Dieu, aux hommes de toute condition et de tout âge, autant que Dieu nous en donnera le pouvoir, à temps et à contre-temps, ainsi que saint Grégoire nous l’a prescrit dans son livre sur la charge pastorale.

  • Champ ultra profond d’Hubble
 

140605

Image Crédit: NASA, ESA, H.Teplitz & M.Rafelski (IPAC/Caltech),
A. Koekemoer (STScI), R. Windhorst(ASU), Z. Levay (STScI), APOD, traduction  Didier Jamet.
Sur cette version 2014 du champ ultra profond d’Hubble, les galaxies les moins brillantes sont 10 milliards de fois moins lumineuses que les plus faibles étoiles visibles à l’oeil nu, et nous montrent l’Univers tel qu’il se présentait dans un lointain passé, quelques centaines de millions d’années après le Big Bang. L’image a pu être réalisée par l’addition significative de données dans l’ultraviolet au célèbre champ profond d’Hubble réalisé dans la constellation du Fourneau. Ce champ ultra profond couvre à présent toute la gamme spectrale des caméras d’Hubble, depuis l’ultraviolet jusqu’à l’infrarouge proche en passant par le visible. Les données en ultraviolet offrent la possibilité cruciale d’étudier les processus de formation stellaire dans les galaxies situées à une distance comprise entre 5 et 10 milliards d’années-lumière.

Découverte de Kepler, 10 une nouvelle planète 17 fois plus lourde que la Terre
( Source: le Quotidien du Peuple en ligne )

04.06.2014 10h03

Vue d’artiste de la première mégaterre découverte par l’observatoire spatial Kepler : Kepler-10c. © Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics 
Des astronomes ont découvert un nouveau type de planète rocheuse située au-delà du système solaire et qui est plus de 17 fois plus lourde que la Terre, tout en faisant un peu plus du double de sa taille. Cette soi-disant « méga-Terre » est une très vieille étoile appelée Kepler-10, qui est située à environ 560 années-lumière de la Terre, dans la constellation du Dragon. La découverte, annoncée lors de la réunion de la Société américaine d’astronomie à Boston, a été une surprise puisque l’on croyait que des planètes aussi grandes étaient en général constituées de gaz, pas de corps rocheux solides comme la Terre ou Mars, a déclaré Dimitar Sasselov, physicien et directeur de la Harvard Origins of Life Initiative. Les scientifiques ne savent pas encore comment la planète, connue sous le nom de Kepler-10c, s’est formée. Son diamètre est d’environ 29 000 km, soit 2,3 fois celui de la Terre. Pour M. Sasselov, la découverte d’un autre type de monde rocheux est de bon augure dans la recherche de la vie ailleurs que sur la Terre. « Pour autant que nous le savons -et nous en savons très peu sur les origines de la vie- nous pensons que l’émergence de la vie depuis la géochimie » se produit sur des planètes solides, a-t-il ajouté. Les recherches liées montrent qu’environ 75% des planètes trouvées avec le télescope spatial Kepler de la NASA ont un diamètre quatre fois plus petit que celui de la Terre. Dans le système solaire, il n’y a rien entre la taille de la Terre, la plus grosse planète rocheuse, et Neptune, la plus petite géante gazeuse avec un diamètre de près de quatre fois celui de la Terre. Kepler-10c est une très vieille planète. Elle s’est formée il y a près de 10 milliards d’années à une époque de l’univers où les éléments lourds étaient très rares, alors que la première génération d’étoiles s’éteignait en supernovae, dispersant dans l’espace les nouveaux matériaux fabriqués et annonçant les étoiles de population II. © Esa, Nasa
En réalité, cette planète a été découverte en 2011 par le satellite Kepler de la Nasa, qui utilise la méthode des transits reposant sur la légère occultation de l’étoile quand une planète passe devant. Cette méthode permet seulement de calculer la taille (ou le diamètre) des objets observés. Il n’est pas possible de dire si l’objet en question est une planète tellurique ou gazeuse. À l’époque de la découverte de Kepler-10c, les astronomes ont pensé avoir affaire à un objet de la même famille que Neptune.

  • Bienheureuse Teresa de Calcutta (1910-1997), fondatrice des Sœurs Missionnaires de la Charité : Jesus, the Word to Be Spoken.
Jésus peut prendre totalement possession de notre âme si seulement elle s’abandonne à lui avec joie. « Un saint triste est un triste saint », avait l’habitude de dire saint François de Sales. Sainte Thérèse d’Avila ne s’inquiétait de ses sœurs que lorsqu’elle voyait l’une d’entre elles perdre sa joie. 
Aux enfants, aux pauvres, à tous ceux qui souffrent et sont seuls, donnez un sourire joyeux ; ne leur offrez pas seulement vos soins mais aussi votre cœur. Peut-être que nous ne serons pas en mesure de donner beaucoup, mais nous pouvons toujours donner la joie qui jaillit d’un cœur aimant Dieu. La joie est très communicative. Soyez donc pleins de joie lorsque vous serez parmi les pauvres.

 

Publié dans connaissance | Laisser un commentaire

MAI 2014

 

  • La comète cible de Rosetta

140523

Crédit: ESA / Rosetta / MPS Equipe OSIRIS

Entre le 27 mars et le 4 mai, la sonde spatiale Rosetta a réalisé une remarquable série de 9 images de la comète qu’elle doit atteindre cet été tandis que sa distance à l’objectif passait de 5 à 2 millions de kilomètres. Sillonnant le Système solaire le long d’une orbite qu’elle couvre en six ans et demi, la comète périodique 67P/Churyumov-Gerasimenko est vue ici passant devant l’amas globulaire M107 et quelques étoiles du Sagittaire. La chevelure de la comète se développe vers la fin de la séquence, s’étendant déjà sur quelque 1300 km. Rosetta doit se placer début août en orbite autour du noyau. À présent clairement actif, le noyau mesure environ 4km dans sa plus grande dimension et sa chevelure est due à la sublimation de sa glace alors que la comète approche du Soleil. Quant à l’atterrisseur Philae, il devrait se poser sur le noyau le 11 novembre 2014.

  • Saint Bernard (1091-1153), moine cistercien et docteur de l’Église : Homélies sur le Cantique des cantiques.

« Ils s’en vont en pleurant, ils jettent la semence. » Vont-ils donc pleurer toujours ? Certainement pas : « Ils reviendront dans la joie, rapportant les gerbes » (Ps 125,8). Et ils auront raison de se réjouir, puisqu’ils porteront des gerbes de gloire. Mais, direz-vous, cela n’arrivera qu’au dernier jour, au temps de la résurrection, et l’attente est bien longue. Ne perdez pas courage, ne cédez pas à ces enfantillages. En attendant, vous recevrez, « des prémices de l’Esprit » (2Co 1,22), assez pour moissonner dès aujourd’hui dans la joie. Semez dans la justice, dit le Seigneur, et récoltez l’espérance de la vie. Il ne vous renvoie plus au dernier jour, où tout vous sera donné réellement et non plus en espérance. Il parle du présent. Bien sûr, notre joie sera grande, notre allégresse infinie, lorsque commencera la vraie vie. Mais l’espérance d’une si grande joie ne peut pas être sans joie dès maintenant. 

 

  • Lyrides dans le ciel du Sud

140424

 Image Crédit & Copyright: Yuri Beletsky (Las Campanas Observatory, Carnegie Institution), APOD, traduction D. Jamet.
 

La pluie annuelle d’étoiles filantes des Lyrides a connu son pic d’activité au petit matin du 22 avril, tandis que notre belle planète plongeait dans le sillage de la comète de longue période Thatcher. Mais même dans le très sec et très pur ciel du désert d’Atacama, le dernier quartier de Lune éclipsait la plupart des météores les plus faibles, ne laissant percer que les plus brillants. Immortalisés et réunis sur ce photomontage numérique, ces météores semblent tous provenir d’un même point situé non loin de Vega, l’étoile la plus brillante de la constellation de la Lyre, d’où leur nom de Lyrides. Ce point origine des pluies d’étoiles filantes porte le nom de radiant, et n’est en réalité qu’un simple effet de perspective de trajectoires parallèles dont le radiant est le point de fuite. À l’arrière-plan, de riches champs stellaires nous rappellent que dans la Lyre, nous sommes tout près du plan de la Voie lactée.

« Connaître Jésus est le travail le plus important de notre vie », a affirmé le pape François durant la messe de ce vendredi matin, 16 mai 2014, à Sainte-Marthe. Il a donné trois « portes » pour entrer dans le mystère du Christ : « la prière, la célébration, l’imitation ». Le pape François a commenté l’affirmation de Jésus dans l’Évangile « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jn 14,1-6). « Connaître Jésus est le travail le plus important de notre vie », a-t-il affirmé. Mais s’il faut « étudier le catéchisme », cependant cela ne suffit pas. Jésus ne peut pas non plus être connu uniquement par « les idées » : « Les idées à elles seules ne donnent pas la vie. Celui qui emprunte cette route des idées seules finit dans un labyrinthe et n’en sort plus ! C’est cela les hérésies : chercher à comprendre qui est Jésus uniquement par l’esprit [humain] et avec sa propre lumière… Quand les idées sont seules, elles deviennent folles. »

Pour connaître Jésus, il faut ouvrir trois portes : « Première porte : prier Jésus. Sachez que l’étude sans la prière ne sert à rien. Les grands théologiens font de la théologie à genoux. Par l’étude, par la prière, [l’homme] s’approche un peu… Mais sans la prière, [il] ne connaîtra jamais Jésus. Jamais ! Jamais ! »

« Seconde porte : célébrer Jésus. La prière ne suffit pas ; il faut la joie de la célébration. Célébrer Jésus dans ses sacrements, parce que c’est là qu’il donne la vie, la force, la nourriture, le réconfort, l’alliance, la mission. Sans la célébration des sacrements, il n’est pas possible de connaître Jésus. »

« Troisième porte : imiter Jésus. Prendre l’Évangile : ce qu’il a fait, comment était sa vie, ce qu’il a dit, ce qu’il a enseigné et chercher à l’imiter ».

« Prier, célébrer et imiter. Entrer par ces trois portes », signifie « entrer dans le mystère de Jésus » : le pape a encouragé à faire un examen de conscience sur ces trois portes : « comment va la porte de la prière dans ma vie : la prière qui vient du cœur, ce n’est pas celle du perroquet ! Comment va la célébration chrétienne dans ma vie ? Et comment va l’imitation de Jésus dans ma vie ? »

Si son « livre des Évangiles est couvert de poussière, parce qu’il n’est jamais ouvert », le pape a exhorté le chrétien à « l’ouvrir » : « tu trouveras comment imiter Jésus ».

  • AED International   « Ils veulent tuer le coeur du Nigeria! »

Suite à l’enlèvement mi-avril d’environ 275 jeunes filles du lycée public de Chibok, dans l’État fédéral de Borno au Nigeria par Boko Haram, l’AED s’est entretenue avec le président de la conférence épiscopale du Nigeria, l’archevêque Mgr Ignatius Kaigama, de Jos. Cette interview a été menée dans le cadre du congrès sur la liberté de religion, organisé le 13 mai 2014 à Malte par l’AED.

AED: Votre Excellence, ce n’est pas la première fois que la violence de Boko Haram frappe des victimes innocentes, mais cette fois-ci, cette action a suscité l’horreur dans le monde entier.

R : Ils voulaient frapper le Nigeria au cœur. Je suis très inquiet. Ces jeunes filles n’ont jamais quitté leur lieu d’origine et se trouvent maintenant dans la brousse. Je prie pour que les valeurs religieuses avancées par Boko Haram suffisent et influencent le groupe afin qu’ils respectent la dignité de ces filles. Ce sont simplement des jeunes filles innocentes dont le sort fait de la peine à tous. La vie est sacrée.

C’est évidemment tragique qu’une telle horreur doive survenir pour attirer l’attention de l’opinion mondiale.

Oui, Boko Haram a déjà lancé beaucoup d’attaques depuis 2009, et causé la mort de milliers de personnes. Dans mon propre diocèse de Jos, nous avons été victimes de plusieurs attaques, par exemple l’attentat contre l’église catholique St Finbarr, où 14 personnes ont trouvé la mort. En février, le groupe a assassiné plus de cent hommes chrétiens dans les villages de Doron Baga et Izghe, mais la communauté internationale n’a montré aucune réaction. Je crois que c’est différent cette fois-ci, parce qu’il s’agit d’innocentes jeunes filles et aussi parce que cela touche à la souffrance immédiate des femmes qui sont les mères de ces enfants. Les femmes s’identifient plus fort aux souffrances des autres. Elles ont d’ailleurs commencé à manifester – autant les chrétiennes que les musulmanes.

Cependant, bien que Boko Haram persécute les chrétiens et veuille islamiser tout le pays, n’est-il pas exact aussi que la communauté musulmane souffre de plus en plus de la persécution et de la violence ?

Oui, certes. Au début, il s’agissait plus de l’idée d’éradiquer le christianisme et les soi-disant « valeurs occidentales » et d’implanter dans le nord du Nigeria un État sous le régime de la charia. Ils n’ont donc pas seulement attaqué les chrétiens, mais aussi des postes de police et autres institutions symbolisant les valeurs occidentales. Mais aujourd’hui, on ne peut plus dire qu’ils s’attaquent exclusivement aux chrétiens. Boko Haram a aussi tué des chefs religieux musulmans. L’enjeu ne concerne plus le nord ou le sud du pays, et même plus les musulmans ou les chrétiens. Il s’agit des êtres humains. Les Nigérians s’engagent ensemble en faveur de la liberté et de la dignité ; une voix commune s’élève, de plus en plus fort, qui clame : « La violence n’est jamais le bon chemin ».

Combien de ces jeunes filles sont-elles chrétiennes et dans quelles mesure sont-elles devenue des victimes parce que tant d’entre elles sont chrétiennes ?

La plupart des filles sont chrétiennes. La plupart des jeunes filles qui se sont enfuies sont chrétiennes, nous pouvons donc supposer que c’est valable aussi pour les autres qui sont encore prisonnières. Mais il est également exact que quelques jeunes filles musulmanes ont aussi été enlevées. Cet incident prouve une nouvelle fois que Boko Haram s’attaque aussi, en partie, aux musulmans.

Des voix critiques se sont élevées contre le gouvernement à cause de ses réactions face à la violence exercée par Boko Haram, en particulier après l’enlèvement des lycéennes. Dans quelle mesure cette critique est-elle fondée ?

Le gouvernement a sous-estimé la crise de Boko Haram et, en toute conséquence, réagi lentement. Une partie du problème consiste dans le fait que les ressources disponibles n’ont pas bien été mises en œuvre pour ravitailler et équiper de manière adéquate les forces de sécurité censées lutter contre la violence. Ceci est probablement dû à la corruption. Certains membres des forces de sécurité ont expliqué que Boko Haram disposerait d’armes meilleures et plus modernes que l’armée ou la police. Les moyens doivent parvenir entre les bonnes mains. Il existe aussi des cas où des soldats ont été tués en voulant défendre leur prochain ou leur famille, mais n’ont pas reçu suffisamment d’aide. Il est important que ces familles bénéficient d’un soutien.

Qu’est-ce que l’Église catholique entreprend pour réagir à ces enlèvements ?

Nous avons cherché à entamer un dialogue et ça n’a pas fonctionné. Le gouvernement a eu recours à la violence et ça n’a pas fonctionné. Dans cette phase, il nous faut prier : seul Dieu peut changer le cœur de ces hommes. Nous prions et vous invitons tous à la prière. En ma qualité de président de la conférence épiscopale, je me suis adressé à travers une missive à tous les catholiques du Nigeria en les invitant à une heure d’adoration, et en exhortant tous les évêques, ecclésiastiques et fidèles, à la prière.

Pour quoi priez-vous ?

Je prie pour trois choses : premièrement, qu’ils libèrent rapidement les jeunes filles et qu’elles soient indemnes. Deuxièmement, que Boko Haram cesse ses attaques et renonce à la violence. Et enfin, que le gouvernement reçoive de l’aide des autres pays du monde : que des pays se réunissent pour lutter contre le terrorisme, la faim et la pauvreté, afin de créer une unité authentique, et pas seulement pour servir des intérêts politiques et hypocrites.

Le problème existe maintenant depuis cinq ans. Avez-vous l’espoir que la communauté internationale puisse aujourd’hui le résoudre ?

Nous devons unir nos forces, c’est la seule solution. Boko Haram a des armes, mais comment ces armes parviennent-elles aux terroristes ? D’où vient l’argent ? Qui assure leur formation ? Je pense que la communauté internationale peut venir à bout de ce problème. Je suis prêtre, cela ne relève pas de ma mission, mais je crois que les gouvernements internationaux en viendraient à bout s’ils coopéraient. Le Nigeria joue un rôle important en Afrique et dans le monde. Il vaut mieux apporter l’aide maintenant que d’attendre qu’il soit trop tard et que les choses deviennent encore plus compliquées.

  • CG4, un globule cométaire rompu

140513

 Image Credit & Copyright: Jason Jennings (cosmicphotos), APOD, traduction  Didier Jamet 
 

Des vers géants de l’espace se nourrissent-ils de galaxies ? Pas le moins du monde. La créature à l’aspect étrange présente au centre de cette image n’est autre qu’un nuage de gaz appelé globule cométaire. Cependant ce globule-ci s’est rompu. Les globules cométaires se caractérisent typiquement par une tête de poussière suivie d’une queue allongée. Ces traits font que les globules cométaires présentent un certain nombre de similitudes visuelles avec les comètes, mais ils sont en réalité fort différents. Les globules sont fréquemment le lieu de naissance des étoiles, et d’ailleurs beaucoup ont la tête truffée de très jeunes étoiles. On ne sait pas exactement ce qui a provoqué la rupture de la tête de celui-ci. La galaxie visible à proximité de la «gueule» du globule est en réalité gigantesque, très éloignée de nous et de CG4, et ne semble se trouver à proximité de ce dernier que par un simple effet de perspective.

 

  • HOMÉLIE DE SAINT PIERRE CHRYSOLOGUE SUR LE SACRIFICE SPIRITUEL

Je vous adjure par la miséricorde de Dieu . Saint Paul nous demande, ou plutôt c’est Dieu qui nous demande par l’intermédiaire de Paul : Dieu veut être aimé plus qu’il ne veut être craint. Dieu demande parce qu’il ne veut pas tellement être Seigneur qu’être Père. Dieu demande avec miséricorde pour ne pas exiger avec rigueur. ~ 
   Écoutez ce que demande le Seigneur : Reconnaissez en moi votre corps, vos membres, vos viscères, vos os, votre sang. Et si ce qui appartient à Dieu vous inspire de la crainte, est-ce que vous n’aimez pas ce qui est à vous ? Si vous fuyez le Seigneur, pourquoi ne recourez-vous pas à celui qui vous a engendrés ?
Mais peut-être que l’énormité de ma passion, dont vous êtes les auteurs, vous couvre de honte ? Ne craignez pas. Cette croix a été mortelle non pour moi mais pour la mort. Ces clous ne me pénètrent pas de douleur, mais d’un amour encore plus profond envers vous. Ces blessures ne provoquent pas mes gémissements, mais elles vous font entrer davantage dans mon cœur. L’écartèlement de mon corps vous ouvre mes bras, il n’augmente pas mon supplice. Mon sang n’est pas perdu pour moi, mais il est versé pour votre rançon.
Venez donc, retournez à moi et reconnaissez votre Père en voyant qu’il vous rend le bien pour le mal, l’amour pour les outrages, et pour de si grandes blessures une si grande charité.
Mais écoutons maintenant l’adjuration de l’Apôtre : Je vous adjure d’offrir vos corps . L’Apôtre, par cette demande, a fait accéder tous les hommes au sommet du sacerdoce : offrir vos corps, comme un sacrifice vivant .
Quelle fonction sans précédent, que celle du sacerdoce chrétien ! L’homme y est à lui-même et la victime et le prêtre ; l’homme n’a pas à chercher au dehors ce qu’il doit immoler à Dieu ; l’homme apporte avec lui et en lui ce qu’il doit offrir pour lui-même à Dieu en sacrifice ; la victime demeure la même, tandis que le prêtre reste aussi le même ; la victime qu’on frappe reste vivante, et le prêtre ne meurt pas puisqu’il doit officier.

  • Derrière la nébuleuse de la Flamme

140510

 Image Crédit: Visible: DSS; Infrarouge: NASA/JPL-Caltech;
X: NASA/CXC/PSU/ K.Getman, E.Feigelson, M.Kuhn & équipe MYStIX, APOD, traduction Didier Jamet 
 

À quelque 1400 années-lumière de nous, la nébuleuse de la Flamme se démarque de son environnement sur cette image des régions de formation d’étoiles de la Ceinture d’Orion. Les données en X de l’observatoire spatial Chandra et infrarouge de Spitzer peuvent littéralement vous plonger au milieu du gaz luminescent et des nuages de poussière opaque. En promenant votre pointeur sur l’image disponible ici, vous verrez apparaître les nombreuses étoiles du jeune amas NGC 2024, dont l’âge va de 200 000 ans à 1,5 million d’années. Le composite en X et infrarouge centré sur la nébuleuse de la Flamme couvre un champ d’environ 15 années-lumière. Il révèle que les étoiles les plus jeunes se concentrent au milieu de l’amas, au contraire des modèles les plus simples de formation des pouponnières stellaires. Ces derniers prévoient en effet que la formation d’étoiles s’initie au centre pour se propager peu à peu vers les bords.

 

  • Bienheureux Charles de Foucauld (1858-1916), ermite et missionnaire au Sahara 

      Les sens sont curieux : la foi ne veut rien connaître, elle…voudrait passer toute sa vie immobile au pied du tabernacle. Les sens aiment la richesse et l’honneur ; la foi les a en horreur… : « Bienheureux les pauvres » (Mt 5,3). Elle adore la pauvreté et l’abjection dont Jésus se couvrit toute sa vie comme d’un vêtement qui fut inséparable de lui… Les sens s’effraient de ce qu’ils appellent les dangers, de ce qui peut amener la douleur ou la mort ; la foi ne s’effraie de rien, elle sait qu’il ne lui arrivera que ce que Dieu voudra — « tous les cheveux de votre tête sont comptés » (Mt 10,30) — et que ce que Dieu voudra sera toujours pour son bien — « Tout ce qui arrive est pour le bien des élus » (Rm 8,28). Ainsi, quoi qu’il puisse arriver, peine ou joie, santé ou maladie, vie ou mort, elle est contente d’avance et n’a peur de rien… Les sens sont inquiets du lendemain, se demandent comment on vivra demain ; la foi est sans nulle inquiétude…

  • Supernova magnifiée par un amas

140505

 Image Crédit: NASA, ESA, C. McCully (Rutgers U.) et al., APOD, traduction  Didier Jamet
 

Comment évaluer la masse, et donc la puissance, d’une lentille gravitationnelle ? Dans le cas présent, la lentille est l’amas de galaxies Abell 383, un énorme conglomérat de galaxies, de gaz chaud et de matière noire qui se trouve à 2,5 milliards d’années de nous avec un décalage vers le rouge de 0,187. Une nouvelle technique d’évaluation de sa masse a été récemment testée. Elle consiste à attendre qu’une supernova d’un type très particulier se produise dans une lointaine galaxie située en arrière-plan de l’amas, puis de voir de quelle façon elle a été grossie par la lentille gravitationnelle. Cette technique vient compléter d’autres moyens de mesure de la matière noire, dont l’existence a été postulée afin d’expliquer les caractéristiques de rotation des galaxies, le confinement du gaz chaud des amas et, justement, les effets de lentille gravitationnelle. Sur cette image du télescope spatial Hubble, l’amas de galaxies Abell 383 démontre son efficacité en tant que lentille gravitationnelle lorsqu’il s’agit d’agrandir et d’étirer en arcs l’image des galaxies d’arrière plan. Sur la gauche en insert, un agrandissement permet de noter l’aspect d’une lointaine galaxie avant et après une supernova. À ce jour, deux autres supernovae de type Ia ont été détectées en arrière-plan d’amas de galaxies dans le cadre du projet CLASH.

  • Pape François : Exhortation apostolique « Evangelii Gaudium / La Joie de l’Évangile » §180-181 (trad. © copyright Libreria Editrice Vaticana)

      En lisant les Écritures, il apparaît clairement que la proposition de l’Évangile ne consiste pas seulement en une relation personnelle avec Dieu… La proposition est le Royaume de Dieu (Lc 4,43) ; il s’agit d’aimer Dieu qui règne dans le monde. Dans la mesure où il réussira à régner parmi nous, la vie sociale sera un espace de fraternité, de justice, de paix, de dignité pour tous. Donc, aussi bien l’annonce que l’expérience chrétienne tendent à provoquer des conséquences sociales. Cherchons son Royaume : « Cherchez d’abord son Royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît » (Mt 6,33). Le projet de Jésus est d’instaurer le Royaume de son Père ; il demande à ses disciples : « Proclamez que le Royaume des cieux est tout proche » (Mt 10,7).

  • Le noyau de la comète de Halley, un iceberg dans l’espace

100104

Crédit & Copyright: Halley Multicolor Camera Team, Giotto Project, ESA, APOD, traduction Didier Jamet 
 

À quoi ressemble un noyau de comète ? Constitués de la matière primordiale du système solaire, on a longtemps pensé que les noyaux cométaires étaient des sortes d’icebergs sales comme des trains de marchandise. Les télescopes terrestres ne révélaient en effet que le nuage gazeux entourant le noyau lors de leurs passages à proximité du Soleil, ne résolvant nettement que la chevelure de la comète, ainsi que sa queue. Cependant en 1986, la sonde spatiale européenne Giotto a été l’un des premiers engins spatiaux à croiser la route d’une comète et à photographier son noyau. Cette comète était en l’occurrence celle de Halley tandis qu’elle s’approchait du Soleil. Les données obtenues grâce aux appareils de prises de vue de Giotto ont été retraitées pour obtenir cette image améliorée du noyau patatoïde de la comète qui mesure 15 km dans sa plus grande dimension. Certains détails de surface du noyau sombre sont visibles sur la droite de l’image, tandis que la queue se déploie vers la gauche. Tous les 76 ans, la comète de Halley fait son retour dans les parages du Soleil. Et à chaque fois, elle se déleste d’une couche de glace estimée à 6 mètres d’épaisseur. Ces débris largués par le noyau de Halley finissent par se répartir en une traînée le long de l’orbite, et donnent lieu à la pluie d’étoiles filantes des Orionides qui se produit chaque année en octobre, ainsi qu’à celle des Eta Aquarides, en mai.

 

  • Saint Irénée de Lyon (v. 130-v. 208), évêque, théologien et martyr, « Contre les hérésies ».

      Dieu a fait l’homme libre…pour qu’il puisse répondre à ses appels de façon volontaire et sans contrainte. La violence, en effet, n’existe pas chez Dieu, mais sans cesse il nous invite au bien. Il a mis en l’homme le pouvoir de choisir, comme il l’avait fait pour les anges… Et ce n’est pas seulement dans le champ de son activité, mais c’est aussi dans le domaine de la foi que le Seigneur a sauvegardé la liberté…de l’homme. Il dit en effet : « Qu’il te soit fait selon ta foi » (Mt 9,29). Il montre ainsi que la foi appartient en propre à l’homme, puisqu’elle relève de sa décision personnelle. Il dit encore : « Tout est possible à celui qui croit » (Mc 9,23), et ailleurs : « Va, qu’il te soit fait comme tu as cru » (Mt 8,13). Tous ces textes montrent que l’homme oriente lui-même sa destinée selon qu’il choisit de croire ou non. C’est pourquoi « celui qui croit au Fils a la vie éternelle, tandis que celui qui ne croit pas en lui n’a pas la vie éternelle »… 
  Alors, dira-t-on, il aurait mieux valu que Dieu ne crée pas les anges avec la possibilité de transgresser sa Loi. Il n’aurait pas dû non plus créer les hommes, puisqu’ils allaient devenir si vite ingrats envers lui : en effet, c’était le risque attaché à leur nature raisonnable, capable d’examiner et de juger. Il aurait dû les faire à la ressemblance des êtres sans raison et sans principe de vie propre… Mais, dans ce cas, le bien n’aurait aucun attrait pour les hommes, leur communion avec Dieu aucune valeur à leurs yeux. Le bien n’éveillerait pas en eux le moindre désir, puisqu’il serait acquis sans qu’ils aient à le chercher…; le bien serait inné en eux, allant de soi… Si l’homme était bon par nature et non par volonté…, il ne comprendrait plus que le bien est beau, il ne pourrait pas en jouir. Quelle jouissance du bien pourraient avoir ceux qui l’ignorent ? Quelle gloire, ceux qui n’auraient fait aucun effort ? Quelle couronne, ceux qui n’auraient pas lutté pour l’obtenir ?… Au contraire, plus notre récompense résultera d’un combat, plus elle aura de prix ; plus elle aura de prix, plus nous l’aimerons.

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Avril 2014

 

 

M101 Galaxy  

 

La distance de M101 a été déterminée par la mesure de variables céphéides à l’aide du Télescope Spatial Hubble en 1994/95 pour aboutir à environ 24 (+/-2) millions d’années-lumière ; voir le H0 Key Project Team (paper III, 1996). Kenneth Glyn Jones mentionne les tentatives antérieures, depuis des observatoires terrestres, à l’annonce de la détection en 1986 de deux céphéides (donnant une distance estimée entre 20 et 26 millions d’années-lumière). Tout ceci est également en bon accord avec une distance déterminée par l’étude de la fonction de luminosité des nébuleuses planétaires par Feldmeier, Ciardullo et Jacoby (1996), qui fournit une valeur de 25,1 (+/- 1,6) millions d’années-lumière. En tenant compte du récent recalibrage de l’échelle des distances à partir des céphéides, la « véritable » distance de M101 devrait être supérieure d’environ 10%, soit 27 millions d’années-lumière.

Informations techniques Télescope utilisé: 2.5-m Isaac Newton Telescope. Instrument: Wide Field Camera. Detector: EEV. Filters and exposure times: Sloan g´, r´+H-alpha and i´.
Cette image a été obtenue grâce aux membres de  « IAC astrophotography group » (A. Oscoz, D. López, P. Rodríguez-Gil and L. Chinarro). Crédit: R. Barrena

  • Saint Clément d’Alexandrie (150-v. 215), théologien 

      « Le commandement du Seigneur est limpide, il clarifie le regard » (Ps 18,9). Reçois le Christ, reçois la capacité de voir, reçois la lumière, afin de connaître Dieu et l’homme… Recevons la lumière afin de recevoir Dieu…, recevons la lumière et devenons les disciples du Seigneur…, chassons l’ignorance et les ténèbres qui voilent notre regard comme un brouillard, contemplons le Dieu véritable… Alors que nous étions ensevelis dans les ténèbres et prisonniers de l’ombre de la mort (Mt 4,16; Is 42,7), du ciel une lumière plus pure que le soleil, plus douce que la vie d’ici-bas, a resplendi pour nous. Cette lumière est la vie éternelle, et tout ce qui y participe a la vie. La nuit redoute cette lumière ; de peur, elle disparaît, et fait place au jour du Seigneur ; tout est devenu lumière sans déclin.

  • Mars au voisinage de l’opposition
140411 Image Crédit & Copyright: Fabio Carvalho& Gabriela Carvalho, APOD, traduction Didier Jamet
Ce soir Mars sera entre l’opposition, qu’elle a atteinte le 8 avril, et la plus grande proximité à la Terre depuis deux ans. Située actuellement dans la constellation de la Vierge et à peu près exactement à l’opposé du Soleil, elle se trouve dans des conditions idéales pour être observée au télescope, comme en témoigne cette image prise le 3 avril 2014. Elle a été prise avec un appareil photonumérique de grande sensibilité placé au foyer d’un télescope de 40 cm de diamètre depuis Assis, au Brésil. La calotte polaire Nord de Mars est bien visible, ainsi que des nuages orographiques dus à la condensation de vapeur d’eau au-dessus de la région des grands volcans de Mars. La date de l’opposition et celle de plus grande proximité sont légèrement décalées du fait que les orbites de Mars et de la Terre ne sont pas des cercles parfaits. Si vous vous trouvez aux Amériques dans la nuit du 14 au 15 avril, vous pourrez observer, en plus de Mars dans les meilleures conditions, une éclipse totale de Lune. Bien que relativement proche de nous, la taille apparente de Mars ne représente jamais que 1/100e de celle de la Lune.

 

  • Sainte Catherine de Sienne (1347-1380), tertiaire dominicaine, docteur de l’Église, copatronne de l’Europe ; Dialogues, ch.134 (trad. Seuil 1953, p. 455 )

Je ne veux plus, ô Feu ineffable, Père éternel, ni que mon désir se lasse de vouloir ton honneur et le salut des âmes, ni que mes yeux tarissent ; je te demande que par ta grâce ils deviennent deux fleuves qui sortent de toi, océan de paix. Louange, louange à toi, Père, car tu as répondu à ma demande et même à ce que j’ignorais et même à ce que je ne t’avais pas demandé. En me donnant de pleurer tu m’as invitée à t’offrir tous mes désirs, doux, amoureux, angoissés, et mes prières, humbles et continuelles.

Je te demande maintenant de faire miséricorde au monde et à ta sainte Église. Je te prie d’accomplir ce que tu me fais te demander… Ne tarde plus à faire miséricorde au monde, consens à accomplir le désir de tes serviteurs. Tu es celui qui les fait crier, écoute donc leur voix. Ta vérité a dit que si nous appelions il nous serait répondu, que si nous frappions il nous serait ouvert, que si nous demandions il nous serait donné (Lc 11,9). Père éternel, vers toi tes serviteurs clament miséricorde. Réponds-leur donc.

  • Messier 5 vu par Hubble

140425

 Image Crédit: HST, ESA, NASA, APOD, traduction Didier Jamet
 

« Belle nébuleuse découverte entre la Balance et le Serpent »… Ainsi débute la cinquième entrée du célèbre catalogue de l’astronome français du 18e siècle Charles Messier. Bien qu’elle ait paru à Messier floue et dépourvue d’étoiles, cette mystérieuse nébuleuse est en réalité un amas globulaire rassemblant plus de 100 000 étoiles dans un diamètre de 165 années-lumière et se trouvant à 25 000 années-lumière de nous. Parcourant le halo de notre galaxie, les amas de galaxies en sont de vieux compagnons, M5 étant l’un des plus âgés avec quasiment 13 milliards d’années au compteur. Ce bel amas est un objectif de choix pour les astronomes amateurs, et encore plus pour le télescope spatial Hubble dont nous fêtons aujourd’hui même les 24 ans dans l’espace. Sur cette superbe image concentrée sur les 20 premières années-lumière de l’amas, on distingue aisément jusqu’au coeur dense de l’amas les étoiles géantes rouges et bleues et les attardées bleues rajeunies.

  • ROME, 27 avril 2014 (Zenit.org)Homélie du pape François,  ce dimanche qui conclut l’Octave de Pâques, et que saint Jean Paul II a voulu dédier à la Divine Miséricorde, aux plaies glorieuses de Jésus ressuscité.

Il les montre dès la première fois qu’il apparaît aux Apôtres, le soir même du jour qui suit le sabbat, le jour de la résurrection. Mais ce soir là, nous l’avons entendu, Thomas n’est pas là ; et quand les autres lui disent qu’ils ont vu le Seigneur, il répond que s’il ne voyait pas et ne touchait pas les blessures, il ne croirait pas. Huit jours après, Jésus apparut de nouveau au Cénacle, parmi les disciples, Thomas aussi était là ; il s’adresse à lui et l’invite à toucher ses plaies. Et alors cet homme sincère, cet homme habitué à vérifier en personne, s’agenouille devant Jésus et lui dit « Mon Seigneur et mon Dieu » (Jn 20,28).
Les plaies de Jésus sont un scandale pour la foi, mais elles sont aussi la vérification de la foi. C’est pourquoi dans le corps du Christ ressuscité les plaies ne disparaissent pas, elles demeurent, parce qu’elles sont le signe permanent de l’amour de Dieu pour nous, et elles sont indispensables pour croire en Dieu. Non pour croire que Dieu existe, mais pour croire que Dieu est amour, miséricorde, fidélité. Saint Pierre, reprenant Isaïe, écrit aux chrétiens : « Par ses plaies vous avez été guéris » (1P 2,24 ; Cf. Is53,5).

  • Forme humaine à la dérive dans l’espace

140427 Image Crédit: Equipage ISS Expedition 12, NASAAPOD, traduction Didier Jamet

Voici une scène qui semble tout droit tirée du film Gravity, mais ne doit cependant rien à la fiction et lui est même bien antérieure. Au cours du mois de février 2006, une combinaison spatiale s’est lentement éloignée de la Station Spatiale Internationale, sans espoir de retour. Qui a fait le coup ? Pas besoin d’une longue enquête : c’est l’équipage de la Station Spatiale, et il s’agissait d’une expérience scientifique. Rebaptisée pour l’occasion Suitsat-1, une combinaison spatiale russe Orlan qui n’était plus d’utilité a été équipée d’un émetteur radio de faible puissance et placée en orbite terrestre autonome. Le signal radio du scaphandre s’est considérablement affaibli au bout de deux orbites seulement, ce qui n’était pas prévu. Bouclant un tour de Terre toutes les 90 minutes, la combinaison a fini par se consumer dans les couches supérieures de l’atmosphère quelques semaines plus tard. On voit ici le scaphandre vide immortalisé tandis qu’il s’éloignait de la Station.

  • Pape François: Exhortation apostolique « La Joie de l’Evangile / Evangelii Gaudium »

      L’évangélisation obéit au mandat missionnaire de Jésus : « Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit, leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit » (Mt 28,19s)… Le Ressuscité envoie les siens prêcher l’Évangile en tout temps et en tout lieu, pour que la foi en lui se répande partout sur la terre. 

Dans la Parole de Dieu apparaît constamment ce dynamisme de « la sortie » que Dieu veut provoquer chez les croyants. Abraham a accepté l’appel à partir vers une terre nouvelle (Gn 12,1) ; Moïse a écouté l’appel de Dieu : « Va, je t’envoie » (Ex 3,10), et a fait sortir le peuple vers la terre promise ; à Jérémie il dit : « Tu iras vers tous ceux à qui je t’enverrai » (Jr 1,7)… Nous sommes tous appelés à cette nouvelle « sortie » missionnaire. Tout chrétien et toute communauté discernera quel est le chemin que le Seigneur demande, mais nous sommes tous invités à accepter cet appel : sortir de notre propre confort et avoir le courage de rejoindre toutes les périphéries qui ont besoin de la lumière de l’Évangile. 

La joie de l’Évangile qui remplit la vie de la communauté des disciples est une joie missionnaire. Les soixante-dix disciples en font l’expérience, eux qui reviennent de la mission pleins de joie (Lc 10,17). Jésus l’a vu et exulte de joie dans l’Esprit Saint… Cette joie est un signe que l’Évangile a été annoncé et donne du fruit. Mais elle a toujours la dynamique de l’exode et du don, du fait de sortir de soi, de marcher et de semer toujours de nouveau, toujours plus loin. Le Seigneur dit : « Allons ailleurs, dans les bourgs voisins, afin que j’y prêche aussi, car c’est pour cela que je suis sorti » (Mc 1,38)… Fidèle au modèle du maître, il est vital qu’aujourd’hui l’Église sorte pour annoncer l’Évangile à tous, en tous lieux, en toutes occasions, sans hésitation, sans répulsion et sans peur

  • Arp 81: 100 millions d’années plus tard

140423

 Image Crédit: Hubble Legacy Archive, ESA, NASA; Traitement Martin Pugh, APOD, traduction Didier Jamet 
 

Depuis la Terre, nous voyons ce duo de galaxies fortement déformées tel qu’il se présente après seulement une centaine de millions d’années depuis le frôlement des deux membres du couple. Catalogué sous le nom d’ Arp 81, le chaos résultant de leur interaction gravitationnelle mutuelle est détaillé sur cette image composite montrant des jets de gaz et de poussière déformés, des flambées de formation d’étoiles massives et une traîne gravitationnelle s’étirant sur 200 000 années-lumière derrière les survivantes cosmiques. Connue aussi sous le nom de NGC 6622 (à gauche) et NGC 6621, ces galaxies sont à peu près de même taille, mais vouées à fusionner en une grande et unique galaxie dans un lointain futur, en repassant à proximité l’une de l’autre jusqu’à la fusion finale. Situées dans la constellation du Dragon ( Draco en latin), ces deux galaxies se trouvent à 280 millions d’années-lumière de nous, mais on peut en observer de bien plus lointaines dans cette image retravaillée du télescope spatial Hubble.

 

  • ROME, 19 avril 2014 (Zenit.org) –Homélie du pape François

L’évangile de la résurrection de Jésus Christ commence par la marche des femmes vers le sépulcre, à l’aube du jour qui suit le sabbat. Elles vont au tombeau, pour honorer le corps du Seigneur, mais elles le trouvent ouvert et vide. Un ange puissant leur dit : « Vous, soyez sans crainte ! » (Mt 28, 5), et il leur demande d’aller porter la nouvelle aux disciples : « Il est ressuscité d’entre les morts ; il vous précède en Galilée » (v. 7). Vite, les femmes courent, et le long du chemin, Jésus lui-même vient à leur rencontre et dit : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront » (v. 10). La voix qui encourage à ouvrir le coeur.

Après la mort du Maître ; les disciples s’étaient dispersés ; leur foi s’était brisée, tout semblait fini, les certitudes écroulées, les espérances éteintes. Mais maintenant, cette annonce des femmes, bien qu’incroyable, arrivait comme un rayon de lumière dans l’obscurité. La nouvelle se répand : Jésus est ressuscité ; comme il avait prédit… Et aussi ce commandement d’aller en Galilée ; par deux fois les femmes l’avaient entendu, d’abord de l’ange, puis de Jésus lui-même : « Qu’ils aillent en Galilée, là ils me verront ».

La Galilée est le lieu du premier appel, où tout avait commencé ! Revenir au lieu du premier appel. Revenir là, revenir au lieu du premier appel. Sur la rive du lac, Jésus était passé, tandis que les pécheurs étaient en train de réparer leurs filets. Il les avait appelés, et eux avaient tout laissé et l’avaient suivi (cf. Mt 4, 18- 22).

Revenir en Galilée veut dire tout relire à partir de la croix et de la victoire. Sans peur. N’ayez pas peur! Tout relire – la prédication, les miracles, la nouvelle communauté, les enthousiasmes et les défections, jusqu’à la trahison – tout relire à partir de la fin, qui est un nouveau commencement, à partir de ce suprême acte d’amour. Pour chacun de nous aussi, il y a une “Galilée” à l’origine de la marche avec Jésus.

“Aller en Galilée” signifie quelque chose de beau, signifie pour nous redécouvrir notre Baptême comme source vive, puiser une énergie nouvelle à la racine de notre foi et de notre expérience chrétienne. Revenir en Galilée signifie surtout revenir là, à ce point incandescent où la grâce de Dieu m’a touché au début du chemin. C’est à cette étincelle que je puis allumer le feu pour l’aujourd’hui, pour chaque jour, et porter chaleur et lumière à mes frères et à mes sœurs.

À cette étincelle s’allume une joie humble, une joie qui n’offense pas la douleur et le désespoir, une joie bonne et douce.

Dans la vie chrétienne, après le Baptême, il y a aussi une “Galilée” plus existentielle : l’expérience de la rencontre personnelle avec Jésus Christ, qui m’a appelé à le suivre et à participer à sa mission. En ce sens, revenir en Galilée signifie garder au cœur la mémoire vivante de cet appel, quand Jésus est passé sur ma route, m’a regardé avec miséricorde, m’a demandé de le suivre ; retrouver la mémoire de ce moment où ses yeux ont croisé les miens, le moment où il m’a fait sentir qu’il m’aimait.

Aujourd’hui, en cette nuit, chacun de nous peut se demander : quelle est ma Galilée ? Où est ma Galilée ? Est-ce que je m’en souviens ? L’ai-je oubliée ? Je suis allé par des routes et des sentiers qui me l’ont fait oublier. Seigneur, aide-moi : dis-moi quelle est ma Galilée ; tu sais, je veux y retourner pour te rencontrer et me laisser embrasser par ta miséricorde.

L’évangile de Pâques est clair : il faut y retourner, pour voir Jésus ressuscité, et devenir témoins de sa résurrection. Ce n’est pas un retour en arrière, ce n’est pas une nostalgie. C’est revenir au premier amour, pour recevoir le feu que Jésus a allumé dans le monde, et le porter à tous, jusqu’aux confins de la terre.

 « Galilée des gentils » (Mt 4, 15 ; Is 8, 23) : horizon du Ressuscité, horizon de l’Église ; désir intense de rencontre… Mettons-nous en chemin !

  • La massive et proche galaxie spirale NGC 2841

140421

 Image Crédit: Hubble, Subaru; Composition & Copyright: Robert Gendler, APOD, traduction Didier Jamet
 

C’est une des plus massives galaxies connues. Distante de quelque 46 millions d’années-lumière de nous, la galaxie spirale NGC 2841 se trouve dans la constellation boréale de la Grande Ourse. Cette image incroyablement détaillée du splendide univers-île révèle les particularités d’une partie du disque galactique et de son noyau où le jaune prédomine. Les veines de poussière, les points rougeâtres des régions de formation d’étoiles et les régions bleutées marquant les emplacements d’amas d’étoiles jeunes sont emmitouflés dans les bras spiraux très resserrés. Ces caractéristiques sont plutôt inhabituelles par rapport aux autres grandes galaxies spirales dont les bras sont souvent plus étendus et les régions de formation d’étoiles moins ponctuelles. NGC 2841 présente un diamètre de plus de 150 000 années-lumière et est donc un tiers plus grande que notre propre galaxie, la Voie lactée. Cette image est constituée de données collectées par le télescope spatial Hubble et le télescope terrestre Subaru. L’étude du rayonnement X de cette galaxie suggère que NGC 2841 est entourée d’un vaste halo de gaz chaud résultant d’intenses vents stellaires et d’explosions de supernovae.

  • SERMON DE SAINT LÉON LE GRAND POUR LA PASSION

 

Le Seigneur est livré à ceux qui le haïssent. Pour insulter sa dignité royale, on l’oblige à porter lui-même l’instrument de son supplice. Ainsi s’accomplissait l’oracle du prophète Isaïe : Il a reçu sur ses épaules le pouvoir . En se chargeant ainsi du bois de la croix, de ce bois qu’il allait transformer en sceptre de sa force , c’était certes aux yeux des impies un grand sujet de dérision mais, pour les fidèles, un mystère étonnant : Le vainqueur glorieux du démon, l’adversaire tout-puissant des puissances du mal, présentait sur ses épaules, avec une patience invincible, le trophée de sa victoire, le signe du salut, à l’adoration de tous les peuples.

Comme la foule allait avec Jésus au lieu du supplice, on rencontra un certain Simon de Cyrène, et on fit passer le bois de la croix des épaules du Seigneur sur les siennes. Ce transfert préfigurait la foi des nations, pour qui la croix du Christ devait devenir, non un opprobre, mais une gloire. En vérité, le Christ, notre Pâque, a été immolé . Il s’est offert au Père en sacrifice nouveau et véritable de réconciliation, non dans le Temple, dont la dignité avait déjà pris fin, mais à l’extérieur et hors du camp , pour qu’à la place des victimes anciennes dont le mystère était aboli, une nouvelle victime fût présentée sur un nouvel autel, et que la croix du Christ fût cet autel, non plus du temple, mais du monde.

Devant le Christ élevé en croix, il nous faut dépasser la représentation que s’en firent les impies, à qui fut destinée la parole de Moïse : Votre vie sera suspendue sous vos yeux, et vous craindrez jour et nuit, sans pouvoir croire à cette vie . Pour nous, accueillons d’un cœur libéré la gloire de la croix qui rayonne sur le monde. Pénétrons d’un regard éclairé par l’Esprit de vérité le sens de la parole du Seigneur annonçant l’imminence de sa Passion : C’est maintenant le jugement du monde, c’est maintenant que le prince de ce monde va être jeté dehors. Et moi, une fois élevé de terre, j’attirerai tout à moi.

O admirable puissance de la croix ! O gloire inexprimable de la Passion ! En elle apparaît en pleine lumière le jugement du monde et la victoire du Crucifié ! Oui, Seigneur, tu as tout attiré à toi ! Alors que tu avais tendu les mains tout le jour vers un peuple rebelle , le monde entier comprit qu’il devait rendre gloire à ta majesté. Tu as tout attiré à toi, Seigneur, puisque, le voile du temple déchiré, le saint des saints devenu béant, la figure a fait place à la réalité, la prophétie à son accomplissement, la Loi à l’Évangile. Tu as tout attiré à toi, Seigneur, puisque la piété de toutes les nations célèbre partout, au vu et au su de tous, le mystère qui jusqu’alors était voilé sous des symboles dans un temple unique de Judée.

Ta croix, ô Christ, est la source de toutes les bénédictions, la cause de toute grâce. Par elle, les croyants tirent de leur faiblesse la force, du mépris reçu la gloire, et de la mort la vie. Désormais, l’unique offrande de ton corps et de ton sang donne leur achèvement à tous les sacrifices, car tu es, ô Christ, le véritable Agneau de Dieu, toi qui enlèves le péché du monde . L’ensemble des mystères trouve en toi seul son sens plénier : au lieu d’une multitude de victimes, il n’y a plus qu’un unique sacrifice.

  • Eclipse de Lune au lac Waterton

140417

Image Crédit & Copyright: Yuichi Takasaka / TWAN / www.blue-moon.ca, APOD, traduction: Didier Jamet
 

Cette série d’images de l’éclipse de Lune du 15 avril 2014 a été prise dans le Parc National de Waterton Lakes, dans l’Alberta, au Canada, planète Terre. L’horizon le plus lointain comprend les sommets du Parc National Glacier, aux Etats-Unis. Constitué d’une série de photos prises à intervalles réguliers de 10 minutes, ce montage permet de suivre la position de la Lune ainsi que les différentes phases de l’éclipse, dont les 80 minutes de totalité. Vers 270 avant notre ère, l’astronome grec Aristarque mesurait déjà la durée des éclipses de Lune, et ce sans montre à quartz ni appareil photo. En utilisant simplement certaines propriétés géométriques, il parvint cependant à mettre au point une méthode incroyablement simple et précise pour en déduire la distance de la Lune exprimée en rayons terrestres. Sur cette image, on peut également suivre le déplacement de Mars, juste au-dessus de la Lune, de Spica juste en dessous, et de Saturne en bas à gauche.

 

  • Saint Antoine de Padoue (v. 1195-1231), franciscain, docteur de l’Église  « Se levant de table, Jésus quitte son vêtement, prend un linge et s’en ceint. Puis il met de l’eau dans un bassin et commence à laver les pieds de ses disciples. » On lit dans la Genèse un récit du même genre. Abraham dit aux messagers, aux trois anges qui le visitent : « Je vais vous apporter un peu d’eau ; vous vous laverez les pieds et vous vous reposerez sous cet arbre ; je placerai devant vous une bouchée de pain, et vous reprendrez des forces » (18,4-5). Ce qu’Abraham a fait pour les trois anges, le Christ l’a fait pour ses apôtres, ces messagers de la vérité, qui allaient annoncer au monde entier la foi de la Trinité Sainte. 
     Il s’incline devant eux comme un enfant ; il s’incline et leur lave les pieds. Quelle humilité incompréhensible, quelle bonté inexprimable ! Lui que les anges adorent dans le ciel, il est aux pieds de ces pêcheurs ! Cette face qui fait trembler les anges se penche sur les pieds de ces pauvres ! C’est pourquoi Pierre est saisi de crainte… Après leur avoir lavé les pieds, il les fait « se reposer sous l’arbre », comme il est dit dans le Cantique des Cantiques : « Je me suis assis à l’ombre de celui que j’ai désiré, et son fruit est doux à mon palais » (2,3). Ce fruit, c’est son Corps et son Sang, qu’il leur a donnés en ce jour. C’est la « bouchée de pain » qu’il a placée devant eux, et qui les a réconfortés pour les travaux qu’ils devaient entreprendre…

  • Insolite globule dans IC 1396

140414

 Crédit & Copyright: T. Rector (U. Alaska Anchorage) & H. Schweiker (WIYN, NOAO, AURA, NSF), APOD, traduction  Didier Jamet

Un monstre est-il tapi dans l’antre d’IC 1396 ? Hébergeant entre autres la nébuleuse de la Trompe d’Eléphant, cette région de formation d’étoiles riche en gaz et en poussières peut aussi, avec un brin d’imagination, donner l’impression d’abriter d’autres formes familières, dont certaines presque humaines. C’est surtout vrai si on la considère dans sa globalité, où c’est alors une sorte de monstrueux visage qui semble se dessiner. Cependant le seul monstre réellement présent sur cette image est une jeune et brillante étoile fort heureusement très éloignée de la Terre. Son rayonnement est si intense qu’il grignote lentement la poussière des globules cométaires sombres visibles en haut à droite de l’image. Les jets et les vents de particules émis par cette étoile repoussent également le gaz et la poussière ambiants. Distant de quelque 3000 années-lumière, le complexe d’IC 1396 est assez discret bien qu’il couvre une portion du ciel égale à 10 pleines lunes. Tout récemment, on a découvert plus de 100 jeunes étoiles en train de se former dans cette nébuleuse.

  • CATÉCHÈSE BAPTISMALE DE SAINT JEAN CHRYSOSTOME

Veux-tu savoir quelle vertu possède le sang du Christ ? Revenons à ce qui en a été la figure, aux récits anciens de ce qui s’est passé en Égypte. ~
Moïse dit : « Immolez un agneau sans tache et marquez vos portes de son sang. » Que dis-tu, Moïse ? Le sang d’un animal sans raison peut-il sauver des hommes doués de raison ? Oui, dit Moïse, non pas parce que c’est du sang, mais parce qu’il est la figure du sang du Seigneur. ~ À présent, au lieu des portes marquées par le sang de la préfiguration, le diable voit sur les lèvres des fidèles le sang de la vérité préfigurée marquer la porte de ce temple du Christ qu’ils sont maintenant ; à plus forte raison va-t-il donc battre en retraite ! ~
Veux-tu connaître encore par un autre biais la vertu de ce sang ? Vois d’où il a commencé à couler et d’où il a pris sa source : il descend de la croix, du côté du Seigneur. Comme Jésus déjà mort, dit l’Évangile, était encore sur la croix, le soldat s’approcha, lui ouvrit le côté d’un coup de sa lance et il en jaillit de l’eau et du sang . Cette eau était le symbole du baptême, et le sang, celui des mystères. ~ C’est donc le soldat qui lui ouvrit le côté ; il a percé la muraille du temple saint ; et moi, j’ai trouvé ce trésor et j’en ai fait ma richesse. Ainsi en a-t-il été de l’Agneau : les Juifs égorgeaient la victime, et moi j’ai recueilli le salut, fruit de ce sacrifice.

  • Spica, Mars et une Lune éclipsée

140416

 Image Crédit & Copyright: Damian Peach, APOD, traduction Didier Jamet 
 

Une Belle lune rougie glissait dans les cieux au matin du 15 avril 2014, totalement immergée dans l’ombre de la Terre pour largement plus d’une heure. Il s’agissait de la première éclipse totale de Lune de l’année et elle a pu être appréciée au mieux depuis les Amériques. Vue depuis l’île caribéenne de la Barbade, le disque lunaire à l’éclat diminué est vu ici pendant la phase de totalité. Le rouge profond de la Lune contraste avec le bleu de Spica, Alpha de la Vierge, à deux degrés d’arc d’elle. Bien plus brillante que Spica et à environ 10 degrés sur la droite, Mars, qui venait d’être à l’opposition, est au même moment au plus proche de la Terre depuis deux ans. La teinte caramel de la planète rouge semble répéter le thème de la lune éclipsée.

« Cette semaine, cela nous fera du bien à tous de regarder le crucifix, d’embrasser les plaies de Jésus, de les embrasser sur le crucifix. Il a pris sur lui toute la souffrance humaine, il s’est revêtu de cette souffrance », explique le pape François.

Le pape a en effet consacré sa catéchèse du mercredi matin à la Semaine Sainte, en insistant sur la « victoire de Dieu dans l’échec »: « Quand tout semble perdu, quand il ne reste plus personne (…), c’est alors que Dieu intervient avec la puissance de la résurrection. (…) Au moment le plus obscur, Dieu intervient et ressuscite. »

Le pape s’est exclamé: « Cette semaine, pensons beaucoup à la douleur de Jésus et disons-nous à nous-mêmes : c’est pour moi. »

En levant l’index pour indiquer le chiffre « ‘un », le pape a ajouté: « Même si j’avais été seul au monde, il l’aurait fait. Il l’a fait pour moi. »

Il a proposé ce petit exercice spirituel d’amour: « Embrassons le crucifix et disons : pour moi. Merci Jésus! Pour moi. »

Le pape a conclu là-dessus sa catéchèse: « Cette semaine, cela nous fera du bien de prendre le crucifix dans nos mains et de beaucoup l’embrasser, beaucoup, en disant : merci Jésus, merci Seigneur. »

 

  • En plein dans la nébuleuse d’Orion

140408

Image Crédit: R. Villaverde, Hubble Legacy Archive, NASA, APOD, traduction Didier Jamet
 

La Grande Nébuleuse d’Orion, une immense et proche région où naissent des étoiles, est probablement la plus célèbre de toutes les nébuleuses astronomiques. Ici, le gaz luminescent entoure les jeunes étoiles chaudes au bord d’un immense nuage moléculaire interstellaire à seulement 1500 années-lumière de la Terre. Sur l’image ci-dessus prise par le télescope spatial Hubble, de faibles filaments et nappes de poussière et de gaz sont particulièrement manifestes. La Grande Nébuleuse d’Orion est visible à l’oeil nu juste en dessous et à gauche de la ceinture aisément identifiable de trois étoiles dans la constellation populaire d’Orion. En plus d’abriter un brillant amas ouvert d’étoiles connu sous le nom de Trapèze, la Nébuleuse d’Orion contient de nombreuses nurseries stellaires. Ces pouponnières contiennent de l’hydrogène, de jeunes étoiles chaudes, des proplyds et des jets stellaires déversant de la matière à de hautes vitesses. Connue aussi sous le nom de M 42, la Nébuleuse d’Orion couvre environ 40 années-lumière et est située dans le même bras spiral de notre Galaxie que le Soleil.

  • Pape François, « Evangelii Gaudium / La Joie de l’Évangile »

La joie de l’Évangile remplit le cœur et toute la vie de ceux qui rencontrent Jésus. Ceux qui se laissent sauver par lui sont libérés du péché, de la tristesse, du vide intérieur, de l’isolement. Avec Jésus Christ la joie naît et renaît toujours… Le grand risque du monde d’aujourd’hui, avec son offre de consommation multiple et écrasante, est une tristesse individualiste qui vient du cœur bien installé et avare, de la recherche malade de plaisirs superficiels, de la conscience isolée. Quand la vie intérieure se ferme sur ses propres intérêts, il n’y a plus de place pour les autres, les pauvres n’entrent plus, on n’écoute plus la voix de Dieu…  Même les croyants courent ce risque…

  • Mars la rouge et Spica la bleue

140402

 Image Crédit & Copyright: P-M Hedén (Clear Skies, TWAN), APOD, traduction  Didier Jamet
 
Ce duo de corps célestes effectuera une brillante chorégraphie au cours des mois à venir. Mars étincellera dans la robe rouge qui a fait sa réputation alors qu’elle sera au meilleur de sa forme pour 2014 la semaine prochaine. La raison pour laquelle Mars est si brillante en ce moment est tout simplement que la Terre et Mars sont relativement proches l’une de l’autre. Spica brille en revanche d’un éclat bleuté relativement constant. Spica et ses feux de saphir ont été visibles tout au long de l’histoire de l’humanité, raison pour laquelle son nom remonte à l’antiquité. Sur cette image, la planète et l’étoile se levaient au-dessus de l’horizon sud-est la semaine dernière, leur éclat perçant les ramures encore décharnées d’une forêt de chênes suédoise au sortir de l’hiver.

  • L’Imitation de Jésus Christ, traité spirituel du 15ème siècle 

       « Celui qui scrute la majesté de Dieu sera accablé par sa gloire » (Pr 25,27 Vulg). Dieu n’a pas donné à l’homme l’intelligence suffisante pour tout connaître…; ce que l’on exige de toi, c’est une foi solide et une vie pure, et non une connaissance universelle. Si tu ne peux parfois même pas comprendre et saisir ce qui est au-dessous de toi, comment comprendrais-tu ce qui est au-dessus ? Abandonne-toi à Dieu, soumets ta raison à ta foi, et la lumière nécessaire te sera donnée.   Certains sont tentés au sujet de la foi et du saint sacrement ; il peut y avoir là une suggestion de l’ennemi. Ne te laisse donc pas assaillir par les doutes que le démon t’inspire, ni tourmenter par les pensées qu’il te suggère, mais crois à la parole de Dieu, crois à ses saints et à ses prophètes, et l’esprit mauvais s’enfuira. Il est souvent très profitable à un serviteur de Dieu de subir de telles épreuves. En effet, le diable ne tente pas les incroyants et les pécheurs, puisqu’il est sûr de les posséder ; c’est aux fidèles et aux amis de Dieu qu’il s’attaque afin de s’emparer d’eux par tous les moyens. Continue donc d’avancer dans la voie de Dieu avec une foi simple et inébranlable ; approche-toi de lui avec un respect humble, et pour tout ce qui dépasse ta compréhension, abandonne-toi avec confiance à la toute-puissance de Dieu. Dieu ne trompe jamais personne, mais celui qui se fie trop à lui-même risque fort de tomber dans l’erreur. Dieu s’approche des simples, se révèle aux humbles, « donne l’intelligence aux petits » (Ps 118,130), montre le chemin aux âmes pures, mais prive de sa grâce les curieux et les orgueilleux. La raison humaine tombe souvent dans l’erreur, mais la vraie foi est infaillible. La raison et toutes ses recherches doivent se ranger derrière la foi, et non la précéder ou la combattre.

  • En lisière de NGC 2174

140403

 Image Crédit: NASA, ESA, Hubble Heritage Team (STScI/AURA), APOD, traduction  Didier Jamet

Ce fantastique paysage céleste se trouve en lisière de NGC 2174, une région de formation d’étoiles distante de quelque 6400 années-lumière dans la constellation d’Orion. Il est constitué de pittoresques nuages de gaz et de poussières sculptés par les vents et les radiations des jeunes étoiles des environs, réparties dans des amas ouverts situés hors champ, au-delà du haut de l’image, autour du centre de NGC 2174. Les montagnes de NGC 2174 sont en réalité encore moins denses que l’air que nous respirons, et ne doivent leur apparence massive qu’à la poussière dont elles sont chargées. Alors que la formation d’étoiles se poursuit au sein de ces nuages, ils seront probablement dispersés par le rayonnement des étoiles qu’ils auront formées d’ici quelques millions d’années. Prise dans l’infrarouge proche par le télescope spatial Hubble, cette image couvre un champ d’environ 6 années-lumière. Elle a été publiée dans le cadre des célébrations des 24 ans du lancement d’Hubble à bord de la navette spatiale Discovery intervenu le 24 avril 1990.

  •  Sentence de saint Isidore.  

Celui-là est heureux qui est sage selon Dieu : la vie heureuse, c’est la connaissance de la divinité ; la Connaissance de la divinité est 1e fruits des bonnes ŒuvresLa prière nous purifie, la lecture nous instruit; si nous pouvons faire les deux, c’est bien . Si nous ne pouvons pas, la prière vaut mieux que la lecture. Celui qui veut être toujours avec Dieu doit prier fréquemment et lire fréquemment. Car lorsque nous prions, c’est nous qui parlons à Dieu, et lorsque nous lisons, c’est Dieu qui parle avec nous. Tout progrès vient de la lecture et de la méditation. Ce que nous ignorons, nous l’apprenons avec la lecture. Ce que nous avons appris, nous le conservons par la méditation. La lecture des Saintes écritures procure un double don: d’une part, elle forme l’intelligence, d’autre part, elle détache l’homme des vanités du monde et le conduit à aimer Dieu. La lecture comporte une double recherche, d’abord comprendre les écritures ? Ensuite quelle utilité fait leur valeur? Ensuite on est capable d’exprimer ce qu’on a appris. Le lecteur courageux sera plus disposé à accomplir ce qu’il lit qu’à rechercher la science. Il est en effet moins pénible d’ignorer ce que l’on désire savoir que de ne pas accomplir ce que l’on connaît. De même qu’en lisant nous désirons savoir, de même en connaissant devons nous accomplir ce que nous avons appris de bien.

Carthagène fut la patrie d’Isidore. Son père Sévérien, et sa mère Théodora. Il eut deux frères, saint Léandre et saint Fulgence, tous deux évêques, et une sœur, Florentine, aussi honorée d’un culte public. Lorsqu’il était encore dans les langes, sa nourrice l’ayant laissé seul dans le jardin, il fut environné d’un essaim d’abeilles, dont quelques-unes entraient dans sa bouche et y déposaient leur miel, tandis que les autres couraient sur son visage sans lui faire aucun mal ; ce qui fût-pris pour un présage de sa douceur et de son admirable éloquence. Il fut d’abord l’élève de son frère aîné, saint Léandre, évoque de Séville, qui l’aimait comme un fils, mais qui usait envers lui d’une telle sévérité, qu’un jour le jeune Isidore, craignant les corrections trop énergiques et trop fréquentes de son frère, s’enfuit de l’école de Séville. Après avoir erré quelque temps dans la campagne, le jeune écolier s’assit auprès d’un puits où il se mit à regarder la margelle creusée en divers endroits par la chute continuelle de quelques gouttes d’eau. Il se demandait d’où provenaient ces sillons, lorsqu’une femme qui venait chercher de l’eau, et que frappèrent vivement la beauté et l’humble innocence de l’écolier, lui expliqua que les gouttes d’eau, en tombant sans cesse sur le même endroit, avaient creusé la pierre. Il rentra en lui-même, et il comprit que si l’eau avait pu creuser cette pierre, l’assiduité à l’étude pourrait bien imprimer dans son esprit les sciences qu’on demandait qu’il apprît : aussi il retourna sur ses pas et s’appliqua plus que jamais aux lettres humaines. Il se fit même, par l’opération de Dieu qui le destinait à être le premier docteur de son siècle, un si grand changement dans sa personne, qu’il devint en peu d’années très-habile dans les langues latine, grecque et hébraïque, excellent orateur, savant philosophe, bon mathématicien et théologien incomparable. Son historien ne fait point difficulté de dire qu’il a égalé Platon en élévation d’esprit, Aristote dans la connaissance des choses naturelles, Cicéron en éloquence, Didyme en abondance, Origène en érudition, saint Jérôme en solidité de jugement, saint Augustin en doctrine et saint Grégoire dans la facilité de tirer des sens moraux de l’Ecriture sainte. Il vécut longtemps dans une cellule où son frère le tint enfermé pour l’empêcher de se trop répandre au dehors, en lui donnant les plus savants maîtres du temps.
Devenu le collaborateur actif de son frère dans la conversion des Ariens, il combattit avec beaucoup de vigueur ceux qui résistaient et que soutenait le roi Leuvigilde, son beau-frère ; et, bien que ce prince fût armé de fureur contre son propre sang, et qu’il n’eût pas même épargné son propre fils, saint Herménégilde, notre Saint ne laissa pas néanmoins de s’opposer courageusement à sa perfidie et de confirmer sans cesse les catholiques dans la foi de la consubstantialité du Verbe divin avec son Père ; aussi regardait-il le martyre comme un souverain bonheur, et il eût volontiers acheté au prix de tous ses biens l’honneur de mourir pour la défense de la vérité catholique. Deux conciles furent célébrés de son temps en Espagne ; il y présida : le premier est celui que nous appelons le second de Séville, où il convainquit un hérétique Acéphale, nommé Grégoire, et guérit un aveugle par le seul attouchement de son gant. Le second fut le quatrième de Tolède, où il fit faire soixante-quatorze Canons très-utiles pour l’explication de la foi et pour le rétablissement de la discipline de l’Eglise. On croit que ce fut ce concile qui le pria de dresser le Missel et le Bréviaire à l’usage des églises d’Espagne 2. Il fit beaucoup d’autres ouvrages, dont saint Braulion et saint Ildefonse, qui étaient sortis de son séminaire, et qui avaient admirablement bien profité de ses instructions, ont fait le catalogue. On lui en attribue encore d’autres, que l’on peut voir mentionnés dans ses œuvres. La persécution finit par la mort du persécuteur et par la conversion de Récarède, son autre frère et son successeur au royaume des Goths, à laquelle saint Isidore ne contribua pas peu ; alors notre Saint se retira dans un monastère qu’il avait fait bâtir, pour y travailler plus facilement à la mortification de ses sens et de ses passions, à la ruine de son amour-propre, à l’étude des saintes Ecritures et à la méditation continuelle des vérités divines. Ce fut là une école céleste où il acquit en peu de temps de grands trésors de science et de vertu ; mais le décès de saint Léandre, son frère, étant arrivé, il fut tiré du cloître par force et après plusieurs résistances, pour gouverner l’église de Séville, qui était alors la première de toute l’Espagne (600 ou 601). On ne saurait rien ajouter au soin qu’il apporta pour s’acquitter dignement de ce grand emploi, et pour être pasteur d’effet comme il l’était de nom. Il se fit l’œil de l’aveugle, le pied du boiteux, la consolation des affligés, le soulagement des pauvres et le refuge de tous les malheureux. Il n’épargna rien pour exterminer l’arianisme qui infestait encore une grande partie de son diocèse ; pour réformer les mœurs des fidèles, qui s’étaient corrompues sous le règne des hérétiques ; pour rétablir dans sa splendeur la discipline ecclésiastique et pour faire que les offices de l’Eglise fussent célébrés avec la majesté et la dévotion que demande la grandeur du Dieu que l’on y honore. Il composa pour cela deux livres des divins Offices, avec un Missel et un Bréviaire, qui ont été longtemps en usage parmi les Goths et les Mozarabes. On croit que cet Office était aussi en usage en France avant Charlemagne. Comme ce vigilant Prélat savait que l’instruction et l’éducation des jeunes clercs est d’une extrême importance pour la bonne conduite d’un diocèse, il fit bâtir un collège, ou séminaire, pour y élever ceux qui aspiraient aux saints Ordres et à l’état ecclésiastique ; et, quoique le gouvernement de son évêché lui donnât beaucoup d’affaires, il ne laissait pas de s’y rendre assidûment, non-seulement pour leur enseigner la doctrine sacrée, que nous appelons maintenant théologie, mais aussi pour les former aux fonctions et aux cérémonies de leur état. Il fonda aussi par toute l’Espagne plusieurs beaux monastères, bientôt remplis d’un grand nombre de saints religieux, pour la conduite desquels il composa une règle, que l’on appelle la Règle de saint Isidore ; le saint Abbé d’Aniane en fait souvent mention dans sa Concorde des Règles. Cela fait juger à plusieurs que celle de saint Benoît n’était pas encore reçue en ces provinces 1. Six mois avant sa mort, il en ressentit les approches par une fâcheuse maladie ; quoiqu’elle lui affaiblît le corps, elle semblait néanmoins lui fortifier l’esprit. Sa première application, dans ce mal, fut de redoubler ses aumônes, ou, pour mieux dire, de faire distribuer aux pauvres, aux vierges, aux monastères et aux étudiants tout ce qui lui restait de biens. Une augmentation de fièvre l’ayant averti, quatre jours avant son décès, que l’heure en était fort proche, il fit venir deux évêques, ses suffragants, pour l’assister dans ce passage. Après leur arrivée, il se fit porter dans l’église de Saint-Vincent, où il donna la bénédiction à son peuple, accouru les larmes aux yeux pour la recevoir. Ensuite, étant assis au milieu du chœur, il se dépouilla de ses habits, se fit donner le cilice et la cendre par ces évêques, et, en cet habit de pénitence, il fit cette prière à Dieu : « 0 Dieu, qui connaissez les cœurs des hommes, qui avez pardonné au Publicain ses péchés, lorsque, éloigné par respect de vos autels, il se frappait humblement la poitrine ; et qui avez rendu la vie à Lazare, mort depuis quatre jours, recevez maintenant ma confession et détournez vos yeux des péchés sans nombre que j’ai commis contre votre majesté. C’est pour moi, et non pas pour les justes que vous avez mis dans l’Eglise, le bain salutaire de la pénitence ». Il prolongea encore cette oraison, et, après avoir été absous par un des évêques, il reçut la sainte communion avec de grands sentiments d’humilité et de contrition. Ensuite il se recommanda aux prières de toute l’assistance et pria aussi pour son peuple ; et, pour couronner par une action héroïque une si belle disposition à la mort, il fit venir tous ses débiteurs et leur rendit leurs obligations ; il commanda en même temps que ce qui lui pouvait rester d’argent fût sur-le-champ donné aux pauvres. Il se fit de même porter à l’église les autres jours, et, le quatrième, il rendit son âme à Dieu, entre les mains de ses clercs et d’un nombre infini de moines, de vierges et de saints laïques, qui voulurent assister à une mort si précieuse, le 4 avril 639.
Le corps de saint Isidore fut inhumé au lieu même où il mourut. En l’année 1058, il fut transféré en la ville de Léon, capitale du royaume du même nom, où il repose dans l’église de Saint-Jean-Baptiste, laquelle porte aujourd’hui le nom de Saint-Isidore.
  • La trompe d’éléphant dans IC 1396

101106

 Crédit & Copyright: Rolf Geissinger, APOD, traduction Didier Jamet
 
La nébuleuse de la trompe d’éléphant serpente au travers du complexe IC 1396 formé d’une nébuleuse par émission immergée au cœur d’un jeune amas stellaire, dans la haute et lointaine constellation de Céphée. Cette trompe d’éléphant cosmique fait plus de 20 années-lumière de long. Cette mosaïque en fausses couleurs a été prise au travers de filtres étroits ne laissant passer que la lumière émise par les atomes ionisés d’hydrogène, de soufre et d’oxygène qui peuplent la région. Le résultat met en valeur les brillants contours qui soulignent les poches de gaz et de poussières interstellaires froides. Ces sombres nuages en forme de filaments contiennent le matériau brut à partir duquel vont se former les étoiles et dissimulent les proto-étoiles. À près de 3000 années-lumière de distance, le relativement peu brillant complexe d’IC 1396 couvre une vaste région du ciel, à peu près 5° sur le ciel. Ce gros plan spectaculaire couvre un champ de 2° sur le ciel, à peu près 4 fois la taille de la pleine Lune.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

30 Mars 2014

  • La  galaxie spirale NGC 7217 dans pégase. 

Credit: Mischa Schirmer (ING) and Gilles Bergond (IAA, Granada), Isaac Newton Group.
 Instrument : William Herschel Telescope 4.2-m ; Detector : EEV. Filtres : B, V and R.

  • Saint Antoine de Padoue (v. 1195-1231), franciscain, docteur de l’Église: 

« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu. » ‘ Ton ‘ Dieu est-il dit, et c’est une raison pour l’aimer davantage ; nous aimons bien plus ce qui est à nous que ce qui nous est étranger. C’est certain, le Seigneur ton Dieu mérite d’être aimé ; il s’est fait ton serviteur, pour que tu lui appartiennes et que tu ne rougisses pas de le servir… Trente années durant, ton Dieu s’est fait ton serviteur, à cause de tes péchés, pour t’arracher à la servitude du diable. Tu aimeras donc le Seigneur ton Dieu. Lui qui t’a fait, il s’est fait ton serviteur, à cause de toi ; il s’est donné tout entier à toi, afin que tu te donnes à toi-même. Alors que tu étais malheureux, il a refait ton bonheur, s’est donné à toi pour te rendre à toi-même.   Tu aimeras donc le Seigneur ton Dieu « de tout ton cœur. » ‘ Tout ‘ : tu ne peux garder pour toi aucune partie de toi. Il veut l’offrande de tout toi-même. Il t’a acheté tout entier de tout lui-même, pour te posséder, lui seul, toi tout entier. Tu aimeras donc le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur. Ne va pas, comme Ananie et Saphire, garder pour toi une partie de toi-même, car alors tu pourrais périr comme eux (Ac 5,1s). Aime donc totalement et non en partie. Car Dieu n’a pas de parties ; il est tout entier partout. Il ne veut pas de partage en ton être, lui qui est tout entier en son Être. Si tu te réserves une partie de toi-même, tu es à toi, et non pas à lui.  Veux-tu donc tout posséder ? Donne-lui ce que tu es, et il te donnera ce qu’il est. Tu n’auras plus rien de toi ; mais tu auras tout lui-même avec tout toi-même.

  • Une galaxie perd sa substance

140328

 Image Crédit: NASA, ESA, CXC, APOD, traduction Didier Jamet 
 
La galaxie spirale ESO 137-001 fonce à travers l’amas de galaxies Abell 3627 situé à quelque 220 millions d’années-lumière de nous. Cette lointaine galaxie est vue ici dans ce composite d’images des satellites Hubble et Chandra au travers d’un rideau d’étoiles de notre propre galaxie, dans la constellation du Triangle Austral. Alors que la spirale déboule à une vitesse avoisinant les 7 millions de km/h, elle perd son gaz et sa poussière du fait de la pression dynamique engendrée par sa rencontre avec le milieu intergalactique pourtant très ténu. Manifestes dans les données d’Hubble en infrarouge proche, de brillants amas d’étoiles se sont formés dans le matériau arraché formant de minces filaments bleu clair. Les données de Chandra, obtenues dans la longueur d’onde des rayons X, révèlent quant à elles en bleu foncé que la traînée de gaz s’étend déjà sur plus de 400 000 années-lumière. Cette considérable perte de substance devrait y raréfier la formation d’étoiles. Une discrète galaxie elliptique tirant sur le jaune, manquant elle aussi de poussière et de gaz, se trouve dans le coin supérieur droit de l’image.

  • COMMENTAIRE DE SAINT AUGUSTIN SUR L’ÉVANGILE DE JEAN

  Le Seigneur a dit brièvement : Moi, je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, il aura la lumière de la vie. Ces paroles contiennent d’une part un ordre, d’autre part une promesse. Faisons donc ce qu’il a ordonné pour ne pas désirer avec imprudence ce qu’il a promis. Qu’il ne nous dise pas, au jugement : « As-tu fait ce que j’ai commandé, pour que tu réclames ce que j’ai promis ? — Qu’as-tu donc ordonné, Seigneur, notre Dieu ? » Il te le dit : « Suis-moi. » Tu as demandé un conseil de vie. De quelle vie, sinon celle dont il est dit : En toi est la source de vie ?  ~ Obéissons donc maintenant, suivons le Seigneur ; brisons les entraves qui nous empêchent de le suivre. Et qui est capable de défaire de tels nœuds sans être aidé par Celui dont il est dit : Tu as brisé mes chaînes ? Celui dont un autre psaume dit : Le Seigneur délie les enchaînés, le Seigneur redresse les accablés .

  • Io en vraies couleurs

140330

Crédit: Projet Galileo, JPL, NASA, APOD, traduction  Laurent Laveder
 

La lune la plus étrange du système solaire est jaune clair. Cette image, montrant Io en vraies couleurs, a été prise en juillet 1999 par la sonde Galileo qui a tourné autour de Jupiter de 1995 à 2003. Les couleurs de Io proviennent du soufre et des roches à base de silicium fondues. La surface inhabituelle de Io reste très jeune grâce à son système de volcans actifs. L’intense marée gravitationnelle de Jupiter étire Io et les autres lunes Galiléennes de Jupiter la font osciller. La friction résultante chauffe énormément l’intérieur de Io, conduisant à l’explosion de roches fondues à sa surface. Les volcans de Io sont si actifs qu’ils mettent toute la lune sens dessus-dessous. Certaines laves volcaniques de Io sont si chaudes qu’elles brillent dans la nuit.

 

  • DE SAINT THÉOPHILE D’ANTIOCHE À AUTOLYCUS

Si tu me dis : Montre-moi ton Dieu, je pourrais te répondre : Montre-moi l’homme que tu es, et moi je te montrerai mon Dieu. Montre donc comment les yeux de ton âme regardent, et comment les oreilles de ton cœur écoutent. Ceux qui voient avec les yeux du corps observent ce qui se passe dans la vie et sur la terre ; ils discernent la différence entre la lumière et l’obscurité, le blanc et le noir, le laid et le beau ; entre ce qui est harmonieux, bien proportionné, et ce qui manque de rythme et de proportion ; entre ce qui est démesuré et ce qui est tronqué ; il en est de même pour ce qui tombe sous le sens de l’ouïe : sons aigus, ou graves, ou agréables. On pourrait, de la même façon, dire des oreilles du cœur et des yeux de l’âme qu’il leur est possible de saisir Dieu. Dieu, en effet, est perçu par ceux qui peuvent le voir, après que les yeux de leur âme se sont ouverts. Tous ont des yeux, mais certains ne les ont que voilés et ne voient pas la lumière du soleil. Si les aveugles ne voient pas, ce n’est pas parce que la lumière du soleil ne brille pas. C’est à eux-mêmes, et à leurs yeux, que les aveugles doivent s’en prendre. De même toi : les yeux de ton âme sont voilés par tes fautes et tes actions mauvaises. L’homme doit avoir une âme pure, comme un miroir brillant. S’il y a de la rouille sur le miroir, l’homme ne peut plus y voir son visage. Ainsi, lorsqu’il y a une faute dans l’homme, cet homme ne peut plus voir Dieu. ~ Mais, si tu le veux, tu peux guérir. Confie-toi au médecin et il opérera les yeux de ton âme et de ton cœur. Qui est ce médecin ? C’est Dieu, qui guérit et vivifie par le Verbe et la Sagesse. C’est par son Verbe et sa Sagesse que Dieu a fait toutes choses. Comme dit le Psaume : Le Seigneur a établi les cieux par sa Parole, et leur puissance par le Souffle de sa bouche . Cette Sagesse est souveraine. En effet : Dieu a fondé la terre par sa Sagesse ; il a disposé les cieux par son intelligence ; c’est par sa science que furent creusés les abîmes, que les nuées ont distillé la rosée . Si tu comprends cela et si ta vie est pure, pieuse et juste, tu peux voir Dieu. Avant tout, que la foi et la crainte de Dieu entrent les premières dans ton cœur, et alors tu comprendras cela. Quand tu auras dépouillé la condition mortelle et revêtu l’immortalité, alors tu verras Dieu selon ton mérite. C’est ce Dieu qui ressuscitera ta chair immortelle, en même temps que ton âme. Et alors, devenu immortel, tu verras le Dieu immortel, à condition d’avoir cru en lui maintenant.

  • Le Quintet de Stephan plus 1

140327

Assemblage et traitement des images : Robert Gendler and Judy Schmidt Données Image: Subaru Telescope (NAOJ), Hubble Legacy Archive, R. Gendler, APOD, traduction Didier Jamet
 
Premier groupe galactique compact à avoir été identifié, le Quintet de Stephan est le principal sujet de cette spectaculaire image mêlant des données du télescope spatial Hubble et du télescope terrestre Subaru. Les galaxies du Quintet sont rassemblées vers le centre de l’image, mais seules 4 galaxies de ce groupe ( NGC 7319, 7318A, 7318B, et 7317) participent véritablement au ballet gravitationnel qui se déroule à 300 millions d’années-lumière de nous. Ces galaxies présentent une coloration tirant fortement sur le jaune et des formes assez tourmentées dues aux effets de marée gravitationnelle consécutifs à leurs passages répétés à proximité les unes des autres. Quant à la galaxie bleutée (NGC 7320), elle est en réalité beaucoup plus proche de nous que ses apparentes voisines, à seulement 40 millions d’années-lumière de distance. Un indice de cette relative proximité nous est fourni par le fait que l’on parvienne à distinguer un grand nombre d’étoiles individuelles dans la galaxie bleue, alors que la luminosité des autres galaxies du groupe est beaucoup plus diffuse. Sur la gauche de l’image, on distingue une sixième galaxie, NGC 7320C, qui elle aussi se trouve à 300 millions d’années-lumière de nous, ce qui en dépit de la proximité de NGC 7320 permettrait de reconstituer un quintet. Le Quintet de Stephan se situe dans les limites de la constellation de Pégase, le Cheval ailé. À la distance estimée du Quintet, cette image doit couvrir un champ de quelque 500 000 années-lumière.

  • TRAITÉ DE TERTULLIEN SUR LA PRIÈRE

  La prière est le sacrifice spirituel qui a supprimé les anciens sacrifices.  À quoi bon , dit le Seigneur, m’offrir tant de sacrifices ? Les holocaustes de béliers, la graisse des veaux, j’en suis rassasié. Le sang des taureaux, des agneaux et des boucs, je n’en veux plus. Qui donc vous a demandé de m’apporter tout cela ? Ce que Dieu réclame, l’Évangile nous l’enseigne. L’heure vient , dit Jésus, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité. En effet, Dieu est Esprit, et c’est pourquoi il cherche de tels adorateurs. Nous sommes les vrais adorateurs et les vrais sacrificateurs. En priant dans l’Esprit, c’est par l’Esprit que nous offrons en sacrifice la prière, victime qui revient à Dieu, qui lui plaît, qu’il a recherchée, qu’il s’est destinée. C’est elle, offerte de tout cœur, nourrie de la foi, guérie par la vérité, gardée parfaite par l’innocence, purifiée par la chasteté, couronnée par l’amour, — c’est elle, la prière, que nous devons conduire jusqu’à l’autel de Dieu, avec la procession des bonnes œuvres, parmi les psaumes et les hymnes ; c’est elle qui obtiendra tout de Dieu en notre faveur. En effet, qu’est-ce que Dieu peut refuser à la prière qui procède de l’esprit et de la vérité, lui qui l’exige ? Les grandes preuves de son efficacité, nous les lisons, nous les entendons, nous les croyons ! La prière de jadis délivrait du feu, des bêtes, de la famine, et pourtant elle n’avait pas reçu du Christ sa perfection. D’ailleurs combien la prière chrétienne est plus amplement efficace ! Elle ne place pas au milieu de la fournaise un ange porteur de rosée ; elle ne ferme pas les gueules des lions ; elle n’apporte pas aux affamés le repas des moissonneurs. Elle n’écarte aucune souffrance par un bienfait particulier : elle forme par la patience ceux qui pâtissent, qui souffrent et qui s’affligent, elle développe la grâce par son efficacité pour que la foi sache ce qu’elle peut obtenir du Seigneur, en comprenant qu’elle souffre pour le nom de Dieu. Autrefois la prière infligeait des calamités, mettait en déroute les armées ennemies, arrêtait les bienfaits de la pluie, mais maintenant la prière de justice détourne toute colère divine, monte la garde en faveur des ennemis, supplie pour les persécuteurs. Est-il étonnant qu’elle ait su obtenir de force les eaux du ciel, puisqu’elle a pu en faire tomber le feu ? C’est la prière seule qui triomphe de Dieu ; mais le Christ n’a pas voulu qu’elle produise aucun mal, toute la vertu qu’il lui a conférée est pour le bien. Aussi tout ce qu’elle sait faire, c’est rappeler les âmes des défunts du chemin qui conduit droit à la mort, fortifier les faibles, guérir les malades, délivrer les possédés, ouvrir les prisons, défaire les chaînes des innocents. C’est elle encore qui lave les fautes, repousse les tentations, arrête les persécutions, réconforte les timides, adoucit les magnanimes, guide les voyageurs, apaise les flots, paralyse les bandits, nourrit les pauvres, modère les riches, relève ceux qui sont tombés, retient ceux qui trébuchent, raffermit ceux qui restent debout. Tous les anges prient, toutes les créatures prient ; les bêtes domestiques et les bêtes sauvages fléchissent les genoux, et, lorsqu’elles sortent de leurs étables ou de leurs repaires, elles regardent vers le ciel, non sans motif, en faisant frémir leur souffle, chacune à sa manière. Quant aux oiseaux, lorsqu’ils se lèvent, ils se dirigent vers le ciel et ils étendent leurs ailes, comme nous étendons les mains, en forme de croix, et ils font entendre ce qui apparaît comme une prière. Que dire encore sur la fonction de la prière ? Le Seigneur lui-même a prié, à qui soient honneur et puissance pour les siècles des siècles.

  • La  » Nouvelle Nébuleuse Planétaire « 

A New Planetary Nebula

Description: This image is a new planetary nebula discovered by the INT/WFC Photometric Hydrogen-Alpha Survey of the Northern Galactic Plane (IPHAS). It is a two-colour image, red for H-alpha and green for [OIII]. North is to the right and East is to the top. The nebula was confirmed to be a relatively old planetary nebula using the ISIS spectrograph on the William Herschel Telescope.Credit: Laurence Sabin, Nick Wright and the IPHAS collaboration. Date: 2006.  informations techniques: Telescope: 2.5-m Isaac Newton Telescope. Instrument: Wide Field Camera. Detector: EEV. Filters and exposure times: 50 minutes in Hα and 30 minutes in [OIII].

  • Saint Cyprien (v. 200-258), évêque de Carthage et martyr , « la Jalousie et l’envie ».

      Revêtir le nom du Christ sans suivre la voie du Christ, n’est-ce pas trahir le nom divin et abandonner le chemin du salut ? Car le Seigneur lui-même enseigne et déclare que l’homme qui garde ses commandements entrera dans la vie (Mt 19,17), que celui qui écoute ses paroles et les met en pratique est un sage (Mt 7,24) et que celui qui les enseigne et y conforme ses actes sera appelé grand dans le Royaume des cieux. Toute prédication bonne et salutaire, affirme-t-il, ne profitera au prédicateur que si la parole qui sort de sa bouche se traduit ensuite en actes. Or, y a-t-il un commandement que le Seigneur ait enseigné plus souvent à ses disciples que celui de nous aimer les uns les autres du même amour dont il a lui-même aimé ses disciples ? (Jn 13,34; 15,12) Trouvera-t-on, parmi ses conseils qui conduisent au salut et parmi ses préceptes divins, un commandement plus important à garder et à observer ? Mais comment celui que la jalousie a rendu incapable d’agir comme un homme de paix et de cœur pourra-t-il garder la paix ou l’amour du Seigneur ? Voilà pourquoi l’apôtre Paul aussi a proclamé les mérites de la paix et de la charité. Il a affirmé avec force que ni la foi ni les aumônes, ni même les souffrances du confesseur de la foi et du martyr ne lui serviraient de rien, s’il ne respectait pas les liens de la charité (1Co 13,1-3).  

  • La Galaxie M 51

M51 Galaxy

Description: M51 Galaxy, known as The Whirlpool Galaxy, is a bright spiral galaxy fairly close to us (7.5 Megaparsecs = 25 million light years). To the north of M51, at the top of the picture, is a companion galaxy which is being disrupted by the gravitational tidal forces of the main galaxy. The B-band image was obtained by SAR el Príncipe de Asturias (Crown Prince of Spain) on his visit to the William Herschel Telescope the day before the first stone ceremony of the Spanish 10-m GranTeCan telescope.Credit: Javier Méndez (ING) and Nik Szymanek. Date: 2 June 2000. Technical information: Telescope: 4.2m William Herschel. Instrument: Prime Focus Camera. Detector: EEV 42-80. Filters and exposure times: B, V and R. Exposure time was 300s in each band.

  • Guillaume de Saint-Thierry (v. 1085-1148), moine bénédictin puis cistercien , La Contemplation de Dieu .

Seigneur, mon âme misérable est nue, glacée et transie ; elle désire être réchauffée par la chaleur de ton amour… Dans l’immensité de mon désert, dans l’étendue de la vanité de mon cœur, je ne ramasse pas quelques branches comme la veuve de Sarepta, mais seulement ces brindilles, afin de me préparer de quoi manger, avec la poignée de farine et le vase d’huile, et puis en entrant dans la tente de ma demeure, je mourrai (1R 17,10s). Ou plutôt, je ne mourrai pas si vite ; non, Seigneur, « je ne mourrai pas, mais je vivrai et je raconterai les œuvres du Seigneur » (Ps 117,17). 

Je me tiens donc dans ma demeure de solitude…et j’ouvre la bouche vers toi, Seigneur ; je cherche le souffle. Et quelquefois, Seigneur…, tu me mets quelque chose dans la bouche du cœur, mais tu ne me permets pas de savoir ce que c’est. Sans doute, je goûte une saveur si douce, si délicieuse, si réconfortante…que je ne chercherais rien d’autre. Mais tu ne me permets pas de comprendre, ni par la vision, ni par l’intelligence…; je voudrais la retenir, la ruminer, la savourer, mais aussitôt elle passe… Par expérience, j’apprends ce que tu dis de l’Esprit dans l’Évangile : « On ne sait d’où il vient ni où il va…; l’Esprit souffle où il veut » (Jn 3,8). Je découvre en moi qu’il souffle non pas quand je le veux, mais quand lui, il le veut…  Vers toi seul je dois lever les yeux, toi « la source de vie », seulement « en ta lumière voir la lumière » (Ps 35,10). Vers toi donc, Seigneur, vers toi mes yeux sont tournés… Mais combien de temps tarderas-tu, combien de temps mon âme s’étendra-t-elle vers toi, misérable, anxieuse, à bout de souffle ? Je t’en prie, « cache-moi dans le secret de ta face, loin des intrigues des hommes ; protège-moi dans ta tente, loin de la guerre des langues » (Ps 30,21). 

  • La nébuleuse d’Orion dans la poussière

140325

  Image Crédit & Copyright: Robert Fields, APOD,  traduction Didier Jamet
 
Qu’est-ce qui environne un foyer de formation d’étoiles ? Dans le cas de la nébuleuse d’Orion, c’est de la poussière. L’entièreté du champ d’Orion, situé à environ 1600 années-lumière de nous, est saturée de filaments de poussière. Opaque à la lumière visible, cette poussière se forme dans les atmosphères des étoiles massives relativement froides et est expulsée avec les vents de particules. Le Trapèze et d’autres amas de formation d’étoiles font partie de la nébuleuse. Les filaments de poussière entourant M42 et M43 apparaissent en gris sur cette image, tandis que le gaz luminescent est présenté ici en nuances d’ocre et de bleu. Au cours des prochains millions d’années, l’essentiel de cette poussière aura été balayé par les propres étoiles qu’elle contribue à former.
  • HOMÉLIE DE SAINT BASILE SUR L’HUMILITÉ

Que le sage ne se glorifie pas de sa sagesse, que le vaillant ne se glorifie pas de sa vaillance, que le riche ne se glorifie de sa richesse ! Alors, où est la vraie gloire et en quoi l’homme est-il vraiment grand ? Le prophète répond : Celui qui veut se glorifier trouvera sa gloire s’il reconnaît et comprend que je suis le Seigneur. Voilà quelle est la noblesse de l’homme, voilà quelle est sa gloire et sa grandeur : connaître vraiment ce qui est grand et s’y unir, et rechercher sa gloire dans la gloire de Dieu. L’Apôtre dit en effet : Celui qui se glorifie, qu’il se glorifie dans le Seigneur , après avoir dit : Le Christ a été envoyé pour être notre sagesse, pour être notre justice, notre sanctification, notre rédemption . ~ Voilà quelle est en Dieu notre fierté parfaite et exacte : ne pas se flatter de sa propre justice, mais savoir qu’on est dépourvu de vraie justice et ne trouver sa justice que dans la foi au Christ. Et c’est en cela que Paul se glorifie, car il méprise sa propre justice : il recherche cette justice qui est donnée par le Christ, qui vient de Dieu et qui consiste en la foi, pour connaître le Christ, éprouver la puissance de sa résurrection, et communier aux souffrances de sa passion, en reproduisant sa mort dans l’espoir de parvenir à ressusciter d’entre les morts. Alors, toute la prétention de l’orgueil s’écroule. Il ne te reste plus rien, pauvre homme, dont tu puisses te vanter, où tu puisses mettre ta fierté et ton espérance. Il ne te reste qu’à mortifier tout ce que tu possèdes, qu’à chercher dans le Christ ta vie future. Nous l’avons par avance, nous y sommes déjà, puisque nous vivons entièrement par la grâce que Dieu nous donne. Et certes, c’est l’action de Dieu qui produit en nous la volonté et l’action, parce qu’il veut notre bien . En outre Dieu nous révèle par son Esprit sa sagesse qui a préparé notre gloire . Et c’est Dieu qui nous donne la force dont nous avons besoin dans nos labeurs. J’ai travaillé plus qu’eux tous, dit saint Paul ; non pas moi, mais la grâce de Dieu qui est avec moi. Dieu nous a délivrés de tout danger au-delà de toute espérance humaine. Nous avions reçu en nous-mêmes notre arrêt de mort , dit saint Paul. Ainsi notre confiance ne pouvait plus se fonder sur nous-mêmes, mais sur Dieu qui ressuscite les morts. C’est lui qui nous a arrachés à une telle mort et nous en arrachera ; en lui nous avons mis notre espérance : il nous en arrachera encore .

  • Globules dans la nébuleuse de la poule qui court

140305

 Image Crédit & Copyright: Fred Vanderhaven, APOD, traduction  Didier Jamet 
 
Les oeufs de cette poule ne sont pas d’or mais ils donneront peut-être des étoiles. Cette nébuleuse par émission, enregistrée sous la référence IC 2944, est également surnommée par les astronomes nébuleuse de la poule qui court du fait de sa forme générale. Cette image a été prise récemment depuis l’observatoire de Siding Spring en Australie et est présentée ici en couleurs scientifiquement assignées. Non loin du centre de l’image, on remarque de petits nuages moléculaires riches en poussière opaque. Appelés globules de Thackeray en hommage à leur découvreur, ces oeufs seront peut-être à l’avenir le siège de condensations gravitationnelles qui donneront de nouvelles étoiles. Mais ils peuvent tout aussi bien finir rapidement désintégrés par le rayonnement intense d’autres jeunes étoiles proches qui forment l’ amas ouvert Collinder 249. Ce superbe paysage céleste couvre un champ d’environ 70 années-lumière à la distance estimée de la nébuleuse (6000 années-lumière).

  • P. François-Xavier Dumortier s.j,  10 octobre 2013, Zenit.org

« Alors l’ange dit: « N’aie pas peur Marie ». Si la nouveauté de Dieu fait toujours un peu peur – parce que nous nous sentons plus sûrs quand nous avons tout sous contrôle – alors le mot-clé que nous sommes invités à écouter est celui-ci: « N’aie pas peur ». Ne pas avoir peur signifie: avoir confiance en Dieu, avoir foi en sa Parole, reposer sur sa fidélité. Non seulement la confiance donne le courage de vivre la nouveauté mais elle permet en plus de regarder le monde avec des yeux qui savent voir l’invisible (…). « Marie dit à l’ange : « Comment est-ce possible ? ». La question de Marie n’est pas la voix d’un doute, mais révèle plutôt sa volonté de comprendre. (…) Avoir confiance ne signifie pas en effet renoncer à la raison et à l’intelligence. Par cette question, Marie manifeste son désir d’entrer pleinement dans la compréhension de l’événement qui la concerne et exprime son désir de s’approprier le projet de Dieu car en elle la raison et la foi forment un tout. (…) La foi chrétienne n’est pas une expérience irrationnelle. La révélation de Dieu exige en effet des efforts de notre raison et de notre intelligence. 

Marie répond, enfin: « Me voici, je suis la servante du Seigneur, que ta parole s’accomplisse pour moi ». Dieu ne s’impose pas à Marie malgré elle: il a besoin de son assentiment, d’un « oui » qui provienne de sa liberté. Ce n’est pas le « oui » d’une personne qui ne peut pas dire « non ». Ce n’est pas le « oui » de quelqu’un qui n’a pas compris la mesure de la question. Ce n’est pas le « oui » rapide et superficiel d’une personne dépourvue d’intériorité et de profondeur. Ce n’est pas un « oui » provisoire, ni sous conditions. C’est un « oui » qui a la force et le poids d’une personne libre qui s’engage de tout son cœur et de toute son âme. (…)

Dieu désire entrer dans notre humanité et dans notre histoire par et grâce à ce « oui » de la liberté, osé et risqué, de celui qui répond comme « la servante du Seigneur ». (…) Sans ces « oui » osés et risqués, il n’y aurait pas de croyants, car la foi n’est présente que s’il y a assentiment à l’appel de Dieu. Il n’y aurait pas d’époux, car ces derniers vivent du « oui » qu’ils se sont dits. Il n’y aurait pas de prêtres, ni religieuses, ni religieux, car leurs vies se fondent sur le « oui » qu’ils ont donné au début de leur parcours.

  • Au bord d’un trou noir

140323

Crédit de l’illustration: April Hobart, CXC, APOD, traduction Didier Jamet 

Au centre d’un tourbillon de gaz chaud se trouve probablement une bête qui n’a jamais été vue directement : un trou noir.   Les études de la brillante lumière émise par le  gaz tourbillonnant indiquent fréquemment non  seulement la présence d’un trou noir, mais  aussi ses caractéristiques probables. Le gaz entourant GRO J1655-40, par exemple,  clignote de façon inhabituelle au rythme de 450 fois par seconde. Avec une masse estimée préalablement de sept fois la masse de notre Soleil pour  l’objet central, le clignotement rapide peut être  expliqué par un  trou noir qui  tourne très rapidement. Quel mécanisme physique est en réalité à l’origine du  clignotement — et d’une oscillation quasi-périodique plus lente — dans les disques d’accrétion entourant les  trous noirs et les  étoiles à neutron ? Cela reste le sujet de nombreuses recherches. 

  • Saint François de Sales (1567-1622), évêque de Genève

« Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit »

Combien ce grand saint Joseph [que nous fêtons aujourd’hui] a été fidèle en humilité ! Cela ne se peut dire selon sa perfection, car malgré ce qu’il était, en quelle pauvreté et en quelle abjection ne vécut-il pas tout le temps de sa vie ! Pauvreté et abjection sous laquelle il tenait cachées et couvertes ses grandes vertus et dignités… Vraiment, je ne doute nullement que les anges, ravis d’admiration, ne soient venus, troupes à troupes, le considérer et admirer son humilité, lorsqu’il tenait ce cher enfant dans sa pauvre boutique, où il travaillait de son métier pour nourrir le fils et la mère qui lui étaient confiés.

  • L’inflation de l’Univers

060323

   Crédit: WMAP Science Team, NASA, APOD, traduction Didier Jamet
  Aujourd’hui, l’expansion de l’Univers se poursuit à un rythme relativement paisible. Mais son expansion initiale a été d’une rapidité invraisemblable, tandis qu’il naquit probablement d’infimes fluctuations quantiques en un millionième de millionième de seconde. En fait, ce scénario cosmologique, connu sous le nom d’inflation, vient d’être caractérisé de façon chiffrée au terme d’une analyse sur trois ans des données du satellite WMAP. Les instruments de WMAP détectent le rayonnement micro-onde cosmologique de fond, la lueur primordiale du jeune Univers. Le formidable succès de WMAP dans l’investigation de ce qui s’est passé au cours de ce premier millionième de millionième de seconde, et qui a permis de préciser le scénario d’inflation initiale, repose sur son aptitude à réaliser des mesures d’une finesse sans précédent des propriétés du fond cosmologique. Ces subtiles propriétés sont le reflet des conditions initiales qui présidaient à la naissance de l’Univers et sont donc liées à ses tout premiers moments d’existence. Schématiquement, ce diagramme retrace les 13,7 milliards d’années d’existence de notre Univers (plus un millionième de millionième de seconde…) depuis l’échelle quantique jusqu’à la mise en service de WMAP en passant par la formation des étoiles, des galaxies et des planètes. 

  • COMMENTAIRE DE SAINT HILAIRE SUR LE PSAUME 127
La vraie crainte de Dieu Heureux tous ceux qui craignent le Seigneur, qui marchent sur ses chemins. Au contraire, au sujet de la crainte du Seigneur, il est écrit ceci : Venez, mes fils, écoutez-moi : la crainte du Seigneur, je vous l’enseignerai. Il faut donc apprendre la crainte de Dieu, puisqu’elle est enseignée. En effet, elle n’est pas dans la terreur, elle est dans la logique de l’enseignement. Elle ne vient pas du tremblement de la nature, mais de l’observance du précepte ; elle doit commencer par l’activité d’une vie innocente et par la connaissance de la vérité. Pour nous, la crainte de Dieu est tout entière dans l’amour, et la charité parfaite mène à son achèvement la peur qui est en elle. La fonction propre de notre amour envers lui est de se soumettre aux avertissements, d’obéir aux décisions, de se fier aux promesses. Écoutons donc l’Écriture, qui nous dit : Et maintenant, lsraël, qu’est-ce que le Seigneur te demande ? Sinon que tu craignes le Seigneur ton Dieu, que tu marches sur tous ses chemins, que tu l’aimes et que tu observes, de tout ton cœur et de toute ton âme, les commandements qu’il t’a donnés pour ton bonheur. Nombreux sont les chemins du Seigneur, bien qu’il soit lui-même le chemin. Mais lorsqu’il parle de lui-même, il se nomme le chemin et il en montre la raison lorsqu’il dit : Personne ne va vers le Père sans passer par moi. Il faut donc interroger beaucoup de chemins et nous devons en fouler beaucoup pour trouver le seul qui soit bon ; c’est-à- dire que nous trouverons l’unique chemin de la vie éternelle en traversant la doctrine de chemins nombreux. Car il y a des chemins dans la Loi, des chemins chez les prophètes, des chemins dans les évangiles, des chemins chez les Apôtres ; il y a aussi des chemins dans toutes les actions qui accomplissent les commandements, et c’est en les prenant que ceux qui marchent dans la crainte de Dieu trouvent le bonheur.
  • Poussières dans la nébuleuse de la Rosette 

NGC2237 Nebula

Credit: Nick Wright (UCL) and the IPHAS collaboration. http://www.star.ucl.ac.uk/~nwright/imaging.html. IPHAS http://astro.ic.ac.uk/Research/Halpha/North/

Information technique: Telescope: 2.5-m Isaac Newton Telescope. Instrument: Wide Field Camera. Detector: EEV. Filtres : Hα, R.
  • CATÉCHÈSE BAPTISMALE DE SAINT JEAN CHRYSOSTOME

  Le peuple juif a vu des miracles. Toi aussi, tu en verras de plus grands et de beaucoup plus éclatants que lorsque les Juifs sont sortis d’Égypte. Tu n’as pas vu Pharaon noyé avec ses troupes, mais tu as vu le diable englouti avec ses armes. Le peuple juif a traversé la mer, toi, tu as traversé la mort. Ils ont été délivrés des Égyptiens, toi, tu as été affranchi des démons. Ils ont quitté un esclavage barbare, toi, l’esclavage beaucoup plus pénible du péché. Veux-tu savoir par d’autres raisons comment c’est bien toi qui as été favorisé de plus grands bienfaits ? Les Juifs n’ont pas pu alors regarder le visage de Moïse resplendissant de gloire, lui qui pourtant n’était que leur compagnon de service et leur semblable. Mais toi, tu as vu le Christ dans sa gloire

  • Les galaxies des Antennes en collision

140316

  Image Crédit: Hubble Legacy Archive, NASA, ESA; Traitement & Copyright: Davide Coverta, APOD, traduction Didier Jamet
Deux galaxies s’étripent joyeusement dans la constellation du Corbeau et voici les dernières images de leur lutte. Heureusement, lorsque deux galaxies entrent en collision, les étoiles qui les composent passent généralement entre les gouttes. C’est parce que les galaxies sont surtout remplies de vide et que, quoique brillantes, les étoiles n’occupent finalement qu’une petite proportion du total. Durant la lente collision s’étendant sur une centaine de millions d’années, une galaxie peut toutefois écarteler gravitationnellement l’autre, et le gaz et la poussière, qui sont abondants dans les deux galaxies, entrent alors en collision. Dans le choc de Titans visible ci-dessus, de sombres piliers de poussières trahissent la présence de massifs nuages moléculaires comprimés par la collision galactique, provoquant la naissance rapide de millions d’étoiles, dont certaines sont gravitationnellement liées au sein de massifs amas stellaires

  • Saint Césaire d’Arles (470-543), moine et évêque

   Il y a une miséricorde dans le ciel à laquelle on parvient par la miséricorde sur cette terre… Et il y a deux sortes d’aumône : l’une bonne, l’autre meilleure. L’une qui consiste à offrir un morceau de pain aux pauvres ; l’autre à pardonner aussitôt à ton frère qui a péché contre toi. Avec l’aide du Seigneur, empressons-nous de pratiquer ces deux sortes d’aumône pour pouvoir recevoir le pardon éternel et la vraie miséricorde du Christ. Car lui-même, il a dit : « Si vous pardonnez, votre Père vous pardonnera aussi vos péchés ; si vous ne pardonnez pas, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos péchés » (Mt 6,14s). Et l’Esprit Saint s’écrie ailleurs : « L’homme garde sa colère envers l’homme et il cherche auprès de Dieu un remède ? Il n’a pas de miséricorde pour un homme, son semblable, et il demande à Dieu miséricorde ? » (cf Si 28,3s)…       Hâtons-nous, autant que nous le pouvons et tant que nous vivons, d’avoir ces deux sortes d’aumône et de les distribuer aux autres. Ainsi au jour du jugement nous pourrons dire en toute assurance : « Donne, Seigneur, parce que nous avons donné. »  

  • Une protubérance solaire

140304

  Image Crédit & Copyright: jp-Brahic, APOD, traduction Didier Jamet 
  De spectaculaires protubérances peuvent parfois être aperçues juste un peu au-delà du limbe solaire. C’était notamment le cas le 23 février dernier alors qu’une vaste protubérance, visible ci-dessus, soulignait la forte activité récente du Soleil. Au premier plan, une mer de gaz chaud particulièrement agitée et correspondant à la chromosphère est visible avec force détails dans une longueur d’onde spécifique de l’hydrogène. Une protubérance solaire est en fait un nuage de gaz solaire maintenu au-dessus de la surface par une boucle du puissant champ magnétique solaire. La Terre est représentée en haut à droite pour donner une idée de l’échelle gigantesque du phénomène. Bien que très chaudes, les protubérances apparaissent généralement sombres quand elles sont vues sur fond de la photosphère solaire, qui est encore un peu plus chaude, et forment des sortes de filaments. Une protubérance quiescente dure typiquement un mois, et peut entrer en éruption pour produire une éjection de matière coronale propulsant de fabuleuses quantités de gaz ionisé à travers le système solaire. Lorsque ce gaz est projeté en direction de la Terre et qu’il atteint notre planète, il peut y provoquer de spectaculaires aurores polaires

  • Saint Césaire d’Arles (470-543)
L’un de vous dira : « Je ne peux pas du tout aimer mes ennemis. » Partout dans les Saintes Écritures, Dieu t’a dit que tu le peux ; et toi, tu réponds au contraire que tu ne peux pas ? Réfléchis maintenant : qui doit-on croire, Dieu ou toi ? Puisque celui qui est la Vérité même ne peut pas mentir, que la faiblesse humaine abandonne désormais ses excuses futiles. Celui qui est juste n’a pas pu commander quelque chose d’impossible, et celui qui est miséricordieux ne condamnera pas un homme pour ce qu’il n’a pas pu éviter. Pourquoi donc nos faux-fuyants ? Personne ne sait mieux ce que nous pouvons faire que celui qui nous a donné de pouvoir. Tant d’hommes, de femmes, d’enfants, de jeunes filles si délicates ont supporté pour le Christ les flammes, le feu, le glaive et les bêtes sauvages de façon imperturbable, et nous, nous disons que nous ne pouvons pas supporter les insultes des gens stupides ?…

  • Le Quintet de Stephan revu par Hubble 
  • 090911
    Crédit: NASAESA, & l’équipe  Hubble SM4 ERO  , APOD, traduction  Didier Jamet
      Premier groupe galactique à avoir été identifié, le Quintet de Stephan est ici magnifié sur cette spectaculaire image prise par un télescope spatial Hubble remis à neuf. Situées à quelque 300 millions d’années-lumière, seules 4 galaxies de ce groupe (NGC 7319, 7318A, 7318B, et 7317) sont véritablement en interaction gravitationnelle. Ces galaxies présentent une coloration tirant fortement sur le jaune et des formes assez tourmentées dues aux effets de marée gravitationnelle consécutifs à leurs passages répétés à proximité les unes des autres. Quant à la galaxie bleutée (NGC 7320), elle est en réalité beaucoup plus proche de nous que ses apparentes voisines, à seulement 40 millions d’années-lumière de distance. Un indice de cette relative proximité nous est fourni par le fait que l’on parvienne à distinguer un grand nombre d’étoiles individuelles dans la galaxie bleue, alors que la luminosité des autres galaxies du groupe est beaucoup plus diffuse. Enfin les étoiles visibles au premier plan, piquées d’aigrettes de diffraction, appartiennent encore à une autre galaxie, la nôtre, la Voie lactée. Le Quintet de Stephan se situe dans les limites de la constellation de Pégase, le Cheval ailé.

  • Aphraate (?-v. 345), moine et évêque près de Mossoul; Les Exposés, n°3

 Les Ninivites ont jeûné d’un jeûne pur lorsque Jonas leur a prêché la conversion… Voici ce qui est écrit : « Dieu vit qu’ils se détournaient de leurs mauvais chemins ; alors il détourna d’eux l’ardeur de sa colère » (Jon 3,10). On ne dit pas : « Il vit une abstinence de pain et d’eau, avec sac et cendre », mais : « qu’ils revenaient de leurs mauvais chemins et de la méchanceté de leurs œuvres. » Car le roi de Ninive avait parlé et dit : « Que chacun se détourne de sa mauvaise conduite et de la rapacité de ses mains » (v. 8). C’était un jeûne pur, et il a été accepté…       Car, mon ami, quand on jeûne, c’est toujours l’abstinence de méchanceté qui est la meilleure. Elle est meilleure que l’abstinence de pain et d’eau, meilleure que « s’humilier soi-même, courber le cou comme un crochet et se couvrir de sac et de cendre », comme le dit  Isaïe (58,5). En effet, quand l’homme s’abstient de pain, d’eau ou de quelque nourriture que ce soit, quand il se couvre de sac et de cendre et qu’il s’afflige, il est aimé, beau aux yeux de Dieu et accueilli. Mais ce que Dieu agrée le plus, c’est de « …délier les chaînes injustes et de couper les liens de la tromperie » (v. 6). Pour cet homme alors « sa lumière se diffusera comme le soleil, et sa justice marchera devant lui. Il sera comme un verger surabondant, comme une source dont les eaux ne tarissent pas » (v. 8-11). Il ne ressemble pas aux hypocrites « qui se composent un visage défait et prennent un air sombre » pour faire connaître leur jeûne (Mt 6,16).

  •  NGC7331

140301

 Image Credit & Copyright: Dietmar Hager, Torsten Grossmann, APOD, traduction  Didier Jamet 
 La galaxie spirale NGC 7331 est souvent citée comme un bon analogue de notre propre Galaxie, la Voie Lactée. Distante de quelque 50 millions d’années-lumière dans la constellation boréale de Pégase, NGC 7331 fut très tôt identifiée comme une « nébuleuse spirale » et est en réalité une des plus brillantes parmi les galaxies qui n’ont pas eu les honneurs du célèbre catalogue établi par Charles Messier au 18e siècle. Le disque de cette galaxie étant incliné dans notre direction, de longues poses au télescope fournissent souvent des images offrant une saisissante impression de relief. Dans cette vue particulièrement bien cadrée, l’effet est encore amplifié par la présence des galaxies lointaines qui constituent l’arrière-plan de cette magnifique île-univers. Ces galaxies n’ayant qu’un dixième de la taille apparente de NGC 7331, on peut en déduire grossièrement qu’elles se trouvent 10 fois plus éloignées de nous. Bien que semblant former un regroupement très serré, l’alignement de ces galaxies avec NGC 7331 n’est que fortuit. Ce regroupement apparent de galaxies est également connu sous le nom de groupe de Deer Lick
  • Saint Cyprien (v. 200-258), évêque de Carthage et martyr: La Prière du Seigneur, 11-12 .

      Nous devons nous rappeler, frères bien-aimés, lorsque nous appelons Dieu notre Père, que nous devons nous comporter en enfants de Dieu… Nous devons être comme les temples de Dieu (1Co 3,16), pour que les hommes puissent voir que Dieu habite en nous ; nos actes ne doivent pas être indignes de l’Esprit… L’apôtre Paul a déclaré dans sa lettre : « Vous ne vous appartenez plus à vous-mêmes, car le Seigneur a payé le prix de votre rachat. Rendez donc gloire à Dieu dans votre corps » (1Co 6,19).       Nous prions : « Que ton nom soit sanctifié. » Ce n’est pas parce que nous souhaitons que Dieu soit sanctifié par nos prières, mais parce que nous demandons au Seigneur que son nom soit sanctifié en nous. Par qui Dieu pourrait-il être sanctifié, puisque c’est lui qui sanctifie ? Il a dit lui-même : « Soyez saints parce que je suis saint » (Lv 20,26). C’est pourquoi nous demandons instamment, puisque nous avons été sanctifiés par le baptême, de persévérer dans ce que nous avons commencé d’être. Et nous prions pour cela chaque jour.

Les Pléiades dans la poussière d’étoiles

140225

  Image Crédit & Copyright: David Lane, APOD, traduction  Didier Jamet

Les Pléiades constituent le plus brillant amas d’étoiles visible depuis la Terre et peut être vu à l’œil nu depuis quasiment tout point situé dans l’hémisphère nord. Le nuage de gaz et de poussière fait sans doute partie de la ceinture de Gould, un rare anneau de formation d’étoiles proche du Soleil dans notre Galaxie. Au cours des 100 000 dernières années écoulées, une partie de la ceinture de Gould s’est retrouvée au contact des Pléiades, provoquant une forte interaction entre la poussière et les étoiles. La pression de radiation des étoiles repousse d’autant plus efficacement la poussière qu’elle est fine, engendrant des nébuleuses par réflexion à la couleur bleue caractéristique. Ce processus de discrimination sous l’effet de la pression de radiation provoque l’apparition de filaments de poussière successifs, particulièrement bien mis en lumière sur cette image.

Le pape a présidé la messe des Cendres au cours de laquelle il a béni et imposé les cendres, ce 5 mars 2014, à 17h, en l’église Sainte-Sabine, à Rome. Le mercredi des Cendres étant traditionnellement aussi la première « station » de carême, le pape a présidé la procession pénitentielle de l’église bénédictine Saint-Anselme, avant de se à Sainte-Sabine. L’attention au frère, début de la conversion Citant la première lecture, « Déchirez vos cœurs et non pas vos vêtements » (Joël 2,13), le pape a rappelé dans son homélie que « la caractéristique de ce temps de grâce réside dans la conversion du cœur ». En effet, « la conversion ne se réduit pas à des formes extérieures ou à de vagues résolutions, mais implique l’existence entière à partir du centre de la personne, de la conscience ». Le pape cite l’exemple des « luttes de pouvoir » qui révèlent que l’on se prend pour le Bon Dieu: « Quand je vois dans mon milieu quotidien restreint la lutte de pouvoir pour des espaces. Ces gens jouent à Dieu Créateur, et ils ne se sont pas encore rendu compte qu’ils ne sont pas Dieu ». Le carême est un chemin où l’homme est appelé à « défier la routine, ouvrir ses yeux et ses oreilles, mais surtout ouvrir son cœur à Dieu et aux frères », pour aller au-delà de sa « petite pré carré » : « c’est seulement quand les difficultés et les souffrances des frères nous interpellent, que nous pouvons commencer notre chemin de conversion vers Pâques. » Dans un monde « où Dieu est exclu de l’horizon », le carême invite l’homme à se souvenir qu’il est « créature », qu’il n’est « pas Dieu », perspective qui aide à relativiser « les luttes de pouvoir », a fait remarquer le pape. Au final, le carême est « une invitation à se réveiller, à sortir de la torpeur », à « retourner à Dieu » car « quelque chose ne va pas bien en nous, dans la société, dans l’Eglise » et chacun a « besoin de changer, d’opérer un tournant, de se convertir ». Le sens de la prière, du jeûne, de l’aumône Le pape s’est arrêté sur les trois éléments du chemin spirituel du carême, donnés par l’Evangile : « la prière, le jeûne et l’aumône », tous trois marqués par « la nécessité de ne pas se laisser dominer par les apparences », a-t-il estimé. « La valeur de la vie ne dépend pas de l’approbation des autres ou du succès », mais de ce que l’homme a « à l’intérieur ». La prière « est la force du chrétien et de toute personne croyante » : elle est « plongeon dans la mer de l’amour infini de Dieu, pour goûter sa tendresse » devant « la faiblesse et la fragilité de la vie », devant « tant de blessures qui peuvent durcir le cœur ». La prière du carême est appelée à davantage « se charger des besoins des frères », à « intercéder devant Dieu pour tant de situations de pauvreté et de souffrance », a-t-il poursuivi. Le jeûne quant à lui ne doit pas être « formel », c’est-à-dire qu’il ne doit pas « rassasier » en donnant l’impression d’être « bien comme il faut », a mis en garde le pape : « Le jeûne n’a de sens que s’il porte atteinte aux sécurités » de celui qui le pratique et « s’il s’en suit un bénéfice pour les autres », s’il aide « à cultiver le style du Bon Samaritain, qui se penche sur le frère en difficulté ». Le jeûne comporte « le choix d’une vie sobre, qui ne gaspille pas » car il appelle à « une prise de conscience et de responsabilité face aux injustices, aux abus ». Il est aussi « signe de la confiance en Dieu et en sa providence ». L’aumône enfin « suppose la gratuité », car « on donne à quelqu’un dont on n’attend rien en retour » : « La gratuité devrait être une des caractéristiques du chrétien », qui est « conscient d’avoir tout reçu de Dieu gratuitement ». A une époque où « la gratuité ne fait pas partie de la vie quotidienne, où tout se vend et s’achète », elle est l’occasion de se libérer « de l’obsession de la possession, de la peur de perdre ce qu’on a, de la tristesse de celui qui ne veut pas partager son bien-être », a conclu le pape.

  • Vénus et la voie lactée

Image Credit & CopyrightJack Fusco Venus et la  » Voie Lactée  »  photographiés le 1er Mars sur la plage de Sea Isle City , New Jersey, USA.

  • Bienheureux Jean-Paul II (1920-2005), pape Audience générale du 21/03/1979

      « Pourquoi tes disciples ne jeûnent-ils pas ? » Jésus leur avait répondu : « Les invités à la noce peuvent-ils être en deuil tant que l’époux est avec eux ? Mais des jours viendront où l’époux leur aura été enlevé : c’est alors qu’ils jeûneront. » Le temps du carême, en effet, nous rappelle que l’époux nous a été enlevé. Il a été enlevé, arrêté, emprisonné, souffleté, flagellé, couronné d’épines, crucifié. Le jeûne du carême est l’expression de notre solidarité avec le Christ… « Mon amour a été crucifié, et la flamme du désir pour les choses matérielles est éteinte en moi », écrivait saint Ignace, évêque d’Antioche [au tournant des 1er et 2e siècles]…       La nourriture et la boisson sont indispensables à l’homme pour vivre. Il s’en sert et il doit s’en servir, mais il ne lui est pas permis d’en abuser d’une façon ou d’une autre. L’abstention traditionnelle de nourriture et de boisson a non seulement pour but de donner à la vie de l’homme l’équilibre qui lui est nécessaire, mais aussi de le détacher de ce que l’on pourrait appeler « la mentalité de consommation ». Cette mentalité est devenue aujourd’hui une des caractéristiques de la civilisation et, en particulier, de la civilisation occidentale… L’homme orienté vers les biens matériels…en abuse bien souvent.       Il ne s’agit pas ici que de nourriture et de boisson. Lorsque l’homme est orienté exclusivement vers la possession et l’usage des biens matériels, c’est-à-dire vers les choses, c’est alors toute la civilisation qui est mesurée selon la quantité et la qualité des choses qu’elle peut fournir à l’homme, et non selon l’homme, à la mesure de l’homme. Cette civilisation, en effet, fournit les biens matériels non seulement pour qu’ils servent à l’homme, à ses activités créatrices et utiles mais, et toujours plus, pour satisfaire et exciter ses sens, pour le plaisir d’un instant, pour des sensations de plus en plus multiples, [par exemple, par] les médias audiovisuels… L’homme d’aujourd’hui doit donc jeûner c’est-à-dire s’abstenir non seulement de nourriture et de boisson, mais de beaucoup d’autres moyens de consommation, de stimulations et de satisfactions des sens.

  • Dans les parages d’un trou noir supermassif 

http://www.cidehom.com/apod.php?_date=140224

Les astrophysiciens s’accordent généralement à penser que la plupart des centres galactiques hébergent des trous noirs concentrant la masse de millions de soleils. Les régions environnant ces trous noirs supermassifs sont paradoxalement très lumineuses, ce qui leur vaut le qualificatif de noyaux actifs de galaxies. Cette vidéo est une tentative de restitution de ce à quoi peuvent ressembler les parages d’un noyau actif de galaxie. Ils sont typiquement entourés d’un massif disque d’accrétion dont le trou noir tire sa substance, et panachés de puissants jets de particules chargées. Les nuages de gaz et de poussière en orbite autour du trou noir se sont avérés si denses qu’ils arrivent parfois à arrêter même les pénétrants rayons X émis par le trou noir. Ces éclipses de rayons X, qui peuvent durer de quelques heures à quelques années, ont été détectées grâce à l’analyse minutieuse de plus d’une décennie de données accumulées par le satellite RXTE de la NASA. (APOD, traduction Didier Jamet).

 

  • COMMENTAIRE DE SAINT GRÉGOIRE D’AGRIGENTE SUR L’ECCLÉSIASTE

  La lumière est douce, dit l’Ecclésiaste, et c’est bien bon de contempler le soleil visible avec les yeux de notre corps. ~ Car si la lumière disparaissait, le monde n’aurait plus d’aspect, et la vie serait sans vie. Et c’est pourquoi Moïse, le contemplateur de Dieu, a dit jadis : Dieu vit que la lumière était bonne. ~ Mais nous devons penser ~ à la grande, véritable et éternelle lumière qui éclaire tout homme venant dans ce monde, c’est-à-dire le Christ, le Sauveur du monde et son Rédempteur. Après s’être fait voir aux prophètes, il s’est fait homme et il est allé jusqu’aux extrémités de la condition humaine, ce qui fait dire au prophète David : Chantez à Dieu un psaume pour son nom, frayez la route à celui qui monte au couchant : son nom est « le Seigneur », bondissez de joie devant sa face. ~ L’Ecclésiaste a donc dit que la lumière était douce : il a prédit qu’il serait bon pour nous de voir de nos yeux le soleil de gloire, c’est-à-dire celui qui a dit, au temps de sa divine incarnation : Moi, je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, il aura la lumière de la vie. Et encore : Voici le jugement : la lumière est venue dans le monde. ~ Ainsi donc, cette lumière du soleil, vue par les yeux de notre corps, annonçait le soleil spirituel, le Soleil de justice. C’est vraiment le soleil le plus doux qui se soit levé pour ceux qui, en ce temps-là, ont eu le bonheur d’être ses disciples, et de le regarder de leurs yeux pendant qu’il partageait la vie des hommes, comme s’il était un homme ordinaire. Et pourtant, il était aussi par nature Dieu véritable ; c’est pourquoi il était en mesure de rendre la vue aux aveugles, de faire marcher les boiteux et entendre les sourds ; il a purifié les lépreux et, d’un seul mot, rappelé les morts à la vie. Et maintenant encore, il n’y a vraiment rien de plus doux que de fixer sur lui les yeux de notre esprit pour contempler et se représenter son inexprimable et divine beauté ; il n’y a rien de plus doux que d’être illuminés et embellis par cette participation et cette communion à la lumière, d’avoir le cœur adouci, l’âme sanctifiée, et d’être remplis d’une allégresse divine tous les jours de la vie présente.

  • Aurores aux doigts de rose 

140226

 Image Crédit & Copyright: David Weir (Earth and Sky Ltd.)

  Sur cette image prise la semaine passée en Nouvelle Zélande se révèlent de rares aurores roses, coloration sans doute due à des atomes d’oxygène excités par un flux de particules solaires dans la haute atmosphère terrestre. Sur la gauche de l’image, la Lune se lève au-dessus d’une montagne et, jouant avec les nuages, émet quelques rayons crépusculaires. Entre les nuages et les aurores, la bande centrale de la Voie lactée divise verticalement la scène. En plein dans les aurores, une petite tache brumeuse n’est autre que le Petit Nuage de Magellan. Sur la droite de l’image, ce sont les dômes de l’observatoire universitaire de Mont John, sur les rives du lac Tekapo, qui constituent le premier plan.

  • Saint Jean Chrysostome (v. 345-407), prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l’Église; Catéchèses baptismales, n°8, 19-25

 

      Si vraiment nous donnons la première place aux réalités spirituelles, nous n’aurons pas à nous préoccuper des biens matériels, car Dieu, dans sa bonté, nous les procurera en abondance. Si, au contraire, nous veillons uniquement à nos intérêts matériels sans prendre soin de notre vie spirituelle, le souci constant des choses terrestres nous conduira à négliger notre âme… Ne renversons donc pas l’ordre des choses. Connaissant la bonté de notre Maître, nous lui ferons confiance en tout et ne nous laisserons pas accabler par les soucis de cette vie… « Votre Père céleste sait que vous avez besoin de tout cela, avant même que vous l’ayez demandé » (Mt 6,32.8).       Jésus veut donc que nous soyons libres de tout souci de ce monde et que nous nous consacrions totalement aux œuvres spirituelles. « Cherchez donc, nous dit-il, les biens spirituels et je pourvoirai moi-même amplement à tous vos besoins matériels… Regardez les oiseaux du ciel, ils ne font ni semailles ni moisson, ils ne font pas de réserve dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. » Autrement dit : « Si je prends un tel soin des oiseaux sans raison et que je leur procure tout ce dont ils ont besoin, sans semailles ni labour, je veillerai d’autant mieux sur vous, qui êtes doués de raison, pourvu que vous choisissiez de préférer le spirituel au corporel. Puisque je les ai créés pour vous, ainsi que tous les autres êtres, et que j’en prends tant de soin, de quelle sollicitude ne vous jugerai-je pas dignes, vous pour qui j’ai fait tout cela ? »

  • Levé de Soleil sur  Mars

Image Credit:  Mars Exploration Rover Mission, Texas A&MCornell, JPL, NASA

  • Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens ( 1 Co 4, 1-5 )

Frères, il faut que l’on nous regarde seulement comme les serviteurs du Christ et les intendants des mystères de Dieu. Et ce que l’on demande aux intendants, c’est en somme de mériter confiance. Pour ma part, je me soucie fort peu de votre jugement sur moi, ou de celui que prononceraient les hommes ; d’ailleurs, je ne me juge même pas moi-même. Ma conscience ne me reproche rien, mais ce n’est pas pour cela que je suis juste : celui qui me juge, c’est le Seigneur. Alors, ne portez pas de jugement prématuré, mais attendez la venue du Seigneur, car il mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres, et il fera paraître les intentions secrètes. Alors, la louange qui revient à chacun lui sera donnée par Dieu.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Février 2014

  • Mars et Orion au-dessus de Monument Valley
140202
Crédit & Copyright: Wally Pacholka (Astropics.com), APOD, traduction  Didier Jamet
Bienvenue au site « The World At Night » (Le Monde La Nuit). Son objectif est de nous donner à voir le ciel nocturne vu depuis les 4 coins du monde, comme en témoigne cette image prise à Monument Valley, Etats-Unis d’Amérique, avec ses célèbres buttes pittoresques au premier plan. Ces buttes sont en réalités constituées de roches volcaniques dures qui seules ont résisté à l’érosion provoquée par l’eau, laquelle a dissous toutes les roches environnantes, plus tendres. Les deux buttes jumelles sur la gauche de l’image sont appelées « les Mitaines », tandis que celle sur la droite est la butte Merrick. Prise une semaine avant Noël 2007, l’image nous montre également la planète Mars sous la forme du plus brillant objet de l’image illuminant la partie gauche du ciel. À la droite de l’image on reconnaît la constellation d’Orion. Bételgeuse est l’étoile rouge proche du centre de l’image et la ceinture et la nébuleuse d’Orion sont à sa droite. La brillante étoile bleue Rigel ferme la marche au-dessus de la butte Merrick dans cette superbe image issue du site The World At Night

  • HOMÉLIE DE SAINT GRÉGOIRE DE NYSSE
Les yeux du sage sont dans sa tête, mais l’insensé marche dans les ténèbres.
Si l’âme lève les yeux vers sa tête, qui est le Christ comme l’explique saint Paul, on la jugera heureuse à cause de la clarté de sa vision, puisqu’elle porte ses regards là où ne règne pas l’obscurité du mal. Ce grand Apôtre et ceux qui, pareils à lui, sont grands eux aussi, avaient les yeux dans la tête : ce sont tous ceux qui ont dans le Christ leur vie, leur mouvement et leur être.
De même qu’un homme placé dans la lumière ne peut voir de ténèbres, ainsi est-il impossible à celui qui dirige son regard vers le Christ de le fixer sur quelque vanité. Avoir les yeux dans la tête — j’entends par tête le principe de toutes choses —, c’est avoir les regards fixés sur toute vertu, car le Christ est la vertu absolue. C’est les avoir fixés sur la vérité, sur la justice, sur l’incorruptibilité, sur tout bien. Donc, les yeux du sage sont dans sa tête, mais l’insensé marche dans les ténèbres . Car celui qui ne met pas sa lampe sur le lampadaire mais sous le lit transforme sa lumière en ténèbres. ~
Et combien y a-t-il d’hommes qui se consacrent aux biens célestes, qui s’adonnent à la contemplation de ce qui existe réellement, que l’on estime aveugles et inutiles dans les affaires matérielles ? Paul se vantait d’être ainsi lorsqu’il se disait fou à cause du Christ . En effet, son intelligence et sa sagesse ne concernaient aucune des choses qui captivent ici-bas notre intérêt. Il disait donc : Nous, nous sommes fous à cause du Christ , comme s’il disait : « Nous, nous sommes aveugles en ce qui concerne la vie d’en bas parce que nous regardons en haut et que nous avons nos yeux dans la tête. » À cause de cela, il n’avait ni toit, ni table, il était pauvre, errant, nu, souffrant de la faim et de la soif. ~
Qui ne l’aurait pas jugé digne de pitié, en le voyant prisonnier, accablé de coups, englouti dans la mer à la suite d’un naufrage, chargé de chaînes ? Cependant, s’il en était ainsi sur le plan humain, il n’a jamais cessé d’avoir les yeux dans la tête, lui qui disait : Qui pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est dans le Christ Jésus ? la détresse ? l’angoisse ? la persécution ? la faim ? le dénuement ? le danger ? le supplice ? Cela revient à dire : « Qui m’arrachera les yeux de la tête, pour les placer sur la terre que l’on foule aux pieds ? »
Quant à nous, il nous prescrit d’en faire autant lorsqu’il nous ordonne de rechercher ce qui est en haut , ce qui revient à dire : « avoir les yeux dans la tête ».

  • Un astéroïde de la taille d’un réfrigérateur s’écrase sur la Lune
Le phénomène a été observé au télescope par un astronome espagnol. Publié le 25 février 2014
Un astéroïde s'est écrasé sur la Lune Crédit Reuters
C’est un jour qu’il n’est pas prêt d’oublier. Le 11septembre 2013 Jose Maria Madiedo, enseignant à l’Université espagnole de Huelva, a assisté en direct à un phénomène rare : le crash d’un astéroïde gros comme un réfrigérateur sur la Lune. Comme à son habitude, ce scientifique avait les yeux rivés sur deux télescopes lorsque soudain il détecte un puissant flash lumineux dans la Mare Nubium («mer des nuages» en latin), un bassin lunaire rempli de lave refroidie.
La puissance de ce flash est tel que selon la  Royal Astronomical Society (RAS) britannique il devait être visible à l’œil nu. En effet, selon les calculs de l’astronome et de ses collègues, l’astéroïde pesait environ 400 kg pour un diamètre compris entre 60 cm et 1,40 m et il filait à plus de 60 000 km/h lorsqu’il s’est abattu sur la Lune. Une vitesse telle que l’impact a créé un cratère de 40 mètres de diamètre.
A titre de comparaison, la météorite qui a explosé au-dessus de la ville russe de Tcheliabinsk voici un an mesurait une vingtaine de mètres de diamètre pour un poids de 13 000 tonnes, et une petite partie seulement de sa masse initiale est parvenue jusqu’à la surface de la Terre.
Read more at http://www.atlantico.fr/atlantico-light/asteroide-taille-refrigerateur-ecrase-lune-992714.html#uXsemvGPCs32vhj2.99

  • HOMÉLIE DE SAINT GRÉGOIRE DE NYSSE SUR L’ECCLÉSIASTE

 Il y a un temps pour enfanter, et un temps pour mourir, nous dit l’Ecclésiaste. Il a tout à fait raison de commencer son développement par cette association nécessaire, en rattachant la mort à la génération. En effet, la mort succède nécessairement à l’enfantement, et toute génération se désagrège dans la corruption. ~
Donc, il y a un temps pour enfanter et un temps pour mourir . Je voudrais bien qu’il soit possible d’enfanter au moment voulu et de mourir au bon moment ! Personne ne dira que l’Ecclésiaste nous montre cet enfantement comme délibéré, et la mort comme volontaire ; ainsi qu’une action bien dirigée par la vertu. Car l’enfantement ne dépend pas de la volonté de la femme, ni la mort, du libre choix des mourants. Personne n’a jamais qualifié de vertu ou de vice ce qui ne dépend pas de nous. Il s’impose donc de comprendre ce qu’est un enfantement au moment voulu et une mort au bon moment.
Il me semble qu’il y a un enfantement opportun et non prématuré lorsque, selon Isaïe, on a conçu par la crainte de Dieu et que, par les douleurs que l’âme éprouve dans l’enfantement, on a engendré son propre salut. Nous sommes en effet, pour ainsi dire, nos propres pères lorsque, par notre préférence pour le bien, nous nous sommes formés nous-mêmes, engendrés et mis au monde.
C’est ce que nous réalisons du fait que nous accueillons Dieu en nous. Nous devenons alors enfants de Dieu, enfants de sa puissance et fils du Très-Haut. En revanche, nous faisons de nous-mêmes des prématurés, des êtres incomplets et inconsistants si le Christ n’est pas formé en nous , comme dit saint Paul. Il faut, en effet, dit-il ailleurs, que l’homme de Dieu soit un être accompli. ~
Si l’on voit clairement comment nous sommes enfantés au moment voulu, il est clair aussi pour tous comment nous mourons au bon moment. C’est ainsi que, pour saint Paul, tout moment était opportun pour une bonne mort. Il le crie en propres termes, il en fait une sorte d’engagement, lorsqu’il dit : Chaque jour, je meurs, oui, pour votre fierté . Et encore : C’est pour toi, Seigneur, qu’on nous frappe de mort chaque jour. Et enfin : Nous avons reçu en nous-mêmes notre arrêt de mort.
On voit très clairement comment Paul meurt chaque jour, lui qui ne vit jamais pour le péché, qui mortifie sans cesse les membres de son corps, qui porte en lui-même l’agonie du corps du Christ, qui est sans cesse crucifié avec le Christ vivant en lui. À mon avis, c’est là une mort au bon moment, celle qui est devenue l’introductrice de la vraie vie.
C’est moi , dit Dieu, qui fais mourir et qui fais vivre , afin de faire comprendre que, c’est vraiment un don de Dieu que d’être mort au péché et de vivre par l’Esprit. C’est parce qu’il fait mourir que sa parole promet de faire vivre.

  • L’amas de la Ruche

140222

Image Crédit & Copyright: Bob Franke, APOD, traduction  Didier Jamet 
 Distant de quelque 600 années-lumière, M44 est un des amas d’étoiles les plus proches de notre Système solaire. Egalement appelé amas de la Ruche, ses étoiles sont relativement jeunes avec une moyenne d’âge d’environ 600 millions d’années, à comparer aux 4,5 milliards d’années bien tassés de notre Soleil. Un autre amas partage cette jeunesse relative avec M44 : l’amas des Hyades, dans le Taureau. Il n’est d’ailleurs pas exclu que les deux amas soient issus du même nuage moléculaire primordial. Amas ouvert s’étendant sur quelque 15 années-lumière, M44 rassemble environ un millier d’étoiles et couvre un champ apparent équivalant à celui de trois pleines lunes (1,5 degré d’arc) dans la constellation du Cancer. Visible à l’oeil nu, M44 est connu depuis l’antiquité sous le nom de Praesepe, le mot latin par lequel on désigne un berceau ou une crèche. Décrit sous l’aspect d’un discret nuage de brouillard cosmique bien avant de devenir au 18e siècle la 44e entrée du catalogue de Charles Messier, il a fallu attendre l’apparition des télescopes pour distinguer individuellement ses étoiles. Sujet de choix pour les observations aux jumelles, l’amas révèle sur cette image quelques géantes rouges tirant sur le jaune tranchant avec les étoiles majoritairement bleues du reste de l’amas. 

  •  Pape François, le 18 février 2014 (Zenit.org) –

Pour résister à la séduction des tentations, il n’y a que « l’écoute de la Parole de Jésus », a expliqué le pape, en commentant l’Epître de saint Jacques, selon laquelle jamais Dieu ne tente l’homme, mais ce sont ses passions qui le tentent et enfantent le péché, lequel, « une fois commis, produit la mort ». Le pape a fait observer, rapporte Radio Vatican, que tout d’abord la tentation se présente de façon quasi « inoffensive »:  une « attirance » qui cependant finit par se transformer en une « cage » dont on tente souvent de minimiser « l’esclavage », plutôt que de chercher à en sortir: on reste sourds à la Parole de Dieu. « D’où vient la tentation ? a demandé le pape. Comment agit-elle en nous ? L’apôtre nous dit qu’elle ne vient pas de Dieu mais de nos passions, de nos faiblesses intérieures, des blessures qu’a laissées en nous le péché originel : c’est de là que viennent les tentations, de ces passions. C’est curieux, la tentation a trois caractéristiques : elle grandit, elle est contagieuse et elle se justifie. Elle grandit : elle commence d’un air tranquille, et elle grandit… C’est ce que disait Jésus lui-même, lorsqu’il parlait de la parabole du bon grain et de l’ivraie : le bon grain poussait mais l’ivraie qui avait été semée par l’ennemi poussait aussi. Et la tentation grandit : elle grandit, elle grandit… Et si on ne l’arrête pas, elle prend toute la place ». Le pape François, a fait observer que la tentation « cherche quelqu’un pour lui tenir compagnie, elle est contagieuse » et « en grandissant et en devenant contagieuse, la tentation nous enferme dans un univers dont il n’est pas facile de sortir ». C’est l’expérience que font les apôtres et qui est racontée dans l’Évangile de ce jour, où l’on voit les Douze s’accuser mutuellement sous les yeux de leur Maître de ne pas avoir apporté de pain à bord. Jésus, rappelle le pape, que cette dispute fait peut-être sourire, les invite à se méfier « du levain des pharisiens, d’Hérode ». Mais les apôtres insistent encore, sans l’écouter ; ils étaient « tellement enfermés dans leur problème de savoir qui était coupable de ne pas avoir apporté de pain », commente le pape, qu’ils n’avaient pas de place, pas de temps, pas de lumière pour la Parole de Dieu ». « Et de la même manière, lorsque nous sommes tentés, a-t-il ajouté, nous n’entendons pas la Parole de Dieu, nous n’entendons pas. Nous ne comprenons pas. Et Jésus a dû rappeler la multiplication des pains pour les faire sortir de leur monde, parce que la tentation nous enferme, nous ôte toute capacité d’y voir clair, nous ferme tout horizon et nous entraîne au péché. Lorsque nous sommes tentés, seule la Parole de Dieu, la Parole de Jésus nous sauve. Entendre cette Parole qui nous ouvre l’horizon… Jésus est toujours prêt à nous enseigner comment sortir de la tentation. Et Jésus est grand parce que non seulement il nous fait sortir de la tentation, mais il nous fait davantage confiance ».

  • Pape François, Audience générale du 12/06/2013

 

Quelle est la loi du Peuple de Dieu ? C’est la loi de l’amour, amour pour Dieu et amour pour le prochain selon le commandement nouveau que nous a laissé le Seigneur (Mt 22,36; Jn 13,34)… : reconnaître Dieu comme unique Seigneur de la vie et, dans le même temps, accueillir l’autre comme vrai frère, en dépassant divisions, rivalités, incompréhensions, égoïsmes ; les deux choses vont de pair.
      Quelle mission a ce peuple ? Celle d’apporter dans le monde l’espérance et le salut de Dieu : être le signe de l’amour de Dieu qui appelle tous à l’amitié avec lui; être le levain qui fait fermenter toute la pâte, le sel qui donne du goût et qui préserve de la corruption, être une lumière qui illumine. Autour de nous…, nous voyons que le mal existe, le diable agit. Mais je voudrais dire à voix haute : Dieu est plus fort !… Parce qu’il est le Seigneur, l’unique Seigneur. Et je voudrais ajouter que la réalité parfois sombre, marquée par le mal, peut changer si, les premiers, nous apportons la lumière de l’Évangile en particulier à travers notre vie…
      Chers frères et sœurs, être Église, être Peuple de Dieu, selon le grand dessein d’amour du Père, cela signifie être le ferment de Dieu dans notre humanité, cela signifie annoncer et apporter le salut de Dieu dans notre monde, qui est souvent égaré, qui a besoin d’avoir des réponses qui encouragent, qui donnent de l’espérance, qui donnent une nouvelle vigueur sur le chemin. Que l’Église soit un lieu de miséricorde et d’espérance de Dieu, où chacun puisse se sentir écouté, aimé, pardonné, encouragé à vivre selon la bonne vie de l’Évangile. Et pour faire sentir l’autre écouté, aimé, pardonné, encouragé, l’Église doit garder les portes ouvertes, afin que tous puissent entrer. Et nous devons sortir de ces portes et annoncer l’Évangile.

 

  • Le long jet de la nébuleuse du Phare

140221

Crédit image en rayons X: NASA / CXC / ISDC / L. Pavan et al., APOD, traduction par Didier Jamet
  La nébuleuse du Phare a été formée par le vent d’un pulsar, une étoile à neutrons en rotation rapide fendant le milieu interstellaire à plus de 1000 kilomètres par seconde. Distants de quelque 23 000 années-lumière dans la constellation australe de la Carène, le pulsar et la nébuleuse (enregistrés sous la référence IGR J1104-6103) sont visibles en bas à droite de cette image du télescope spatial Chandra. Les particules énergétiques générées par le pulsar sont repoussées à la manière d’une queue cométaire à l’opposé du sens de déplacement du pulsar, qui s’éloigne du rémanent de supernova dont il est originaire. Les deux sont le fruit de l’explosion d’une étoile massive qui a éjecté le pulsar. Ajoutant une touche supplémentaire à l’exotisme cosmique déjà extrême de la scène, un jet spiralant long de quasiment 37 années-lumière s’étend presque perpendiculairement à la direction de fuite du pulsar. Il s’agit du plus long jet de particules connu dans notre galaxie. 
  • Saint Raphaël Arnaiz Baron (1911-1938), moine trappiste espagnol Écrits spirituels 07/04/1938 (trad. Cerf 2008)
« Si quelqu’un veut marcher derrière moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive »

Comme on vit bien dans le cœur du Christ ! Qui pourrait se plaindre de souffrir ? L’insensé seul, qui n’adore pas la Passion du Christ, la croix du Christ, le cœur du Christ, peut désespérer dans ses propres souffrances… Comme on vit bien auprès de la croix de Jésus ! Christ Jésus…, montre-moi ce savoir qui consiste à aimer le mépris, les injures, l’abjection ; enseigne-moi à souffrir avec la joie humble et sans cris des saints ; enseigne-moi à être doux avec ceux qui ne m’aiment pas ou qui me méprisent ; montre-moi cette connaissance que toi, du haut du Calvaire, tu montres au monde entier.
Je sais : une voix intérieure, très douce, m’explique tout ; je sens en moi quelque chose, qui vient de toi et que je ne sais pas définir, qui me déchiffre tant de mystères que l’homme ne peut pas comprendre. Moi, Seigneur, à ma manière, je comprends tout. C’est l’amour. Tout est là. Je le vois, Seigneur, je n’ai besoin de plus rien. C’est l’amour ! Qui peut expliquer l’amour du Christ ? Que les hommes et les créatures se taisent ; taisons-nous, pour que, dans le silence, nous entendions les chuchotements de l’amour, de l’amour humble, de l’amour patient, de l’amour immense, infini, que Jésus nous offre, cloué sur sa croix, les bras grands ouverts. Le monde, dans sa folie, ne l’écoute pas.

 

  • La comète Lovejoy sur la Grande Muraille

140220

Image Crédit & Copyright: Jiajie Zhang, APOD, traduction Didier Jamet

  Perdant peu à peu de son éclat alors qu’elle s’en retourne vers les confins du système solaire, la comète Lovejoy (C/2013 R1) embellit encore notre ciel vu aux jumelles ou dans un petit télescope. Cette comète, relique de la prime enfance du Système solaire, apparaît ici se levant peu avant l’aube du 12 janvier 2014 parmi les étoiles du Serpentaire. À droite de la comète, on remarque la brillante étoile Alpha Ophiuchi, également appelée Rasalhague, transcription de l’arabe « tête du Serpentaire ». En dessous de ce ciel étoilé serpente la Grande Muraille de Chine, vue ici dans la portion de Panlongshan, au nord-est de Pékin. Panlongshan signifie « Dragon enroulé ». 

  • L’épreuve de la tentation et les dons de Dieu ( Jc 1, 12-18 )

Heureux l’homme qui supporte l’épreuve avec persévérance, car, une fois vérifiée sa qualité, il recevra la couronne de la vie comme la récompense promise à ceux qui aiment Dieu. Dans l’épreuve de la tentation, que personne ne dise : « Ma tentation vient de Dieu .» Dieu en effet ne peut être tenté de faire le mal, et lui-même ne tente personne. Chacun est tenté par ses propres désirs qui l’entraînent et le séduisent. Puis le désir engendre et met au monde le péché, et le péché, parvenu à sa maturité, enfante la mort. Ne vous y trompez pas, frères bien-aimés, les dons les meilleurs, les présents merveilleux, viennent d’en haut, ils descendent tous d’auprès du Père de toutes les lumières, lui qui n’est pas, comme les astres, sujet au mouvement périodique ni aux éclipses passagères. Il a voulu nous donner la vie par sa parole de vérité, pour faire de nous les premiers appelés de toutes ses créatures.

  • En passant par Dingo Gap

140218

 Image Crédit: NASA, JPL-Caltech, MSSS; Traitement numérique : Damia Bouic, APOD, traduction  Didier Jamet
  Un cap important vient d’être franchi. Après avoir atterri sur Mars en août 2012, le rover Curiosity cherche depuis des indices d’une possible vie passée sur la planète rouge. Dans cette quête, il a déjà découvert le fond d’un lac d’eau douce aujourd’hui asséché, mais a également cherché en vain du méthane, gaz possiblement d’origine biologique, dans l’atmosphère martienne. Afin de poursuivre ses investigations, Curiosity se dirige à présent vers le mont Aeolis, le massif montagneux central du grand cratère dans lequel il a atterri. La vie a peut-être jadis marqué une préférence pour l’eau qui courrait sur les pentes de cette très ancienne montagne. Il y a deux semaines, afin de contourner un terrain rocailleux, Curiosity a été dirigé vers une dune de sable d’un mètre de haut qui verrouillait un point d’accès au Mont Sharp. Juste après avoir franchi Dingo Gap, le rover a braqué sa caméra en arrière pour observer la dune sur laquelle il a laissé la trace de ses roues

  • Saint [Padre] Pio de Pietrelcina (1887-1968), capucin 

      Le plus bel acte de foi est celui qui jaillit sur tes lèvres en pleine obscurité, parmi les sacrifices, les souffrances, le suprême effort d’une ferme volonté de faire le bien. Comme la foudre, cet acte de foi déchire les ténèbres de ton âme ; au milieu des éclairs de l’orage, il t’élève et te conduit à Dieu.
      La foi vive, la certitude inébranlable et l’adhésion inconditionnelle à la volonté du Seigneur, voilà la lumière qui éclaire les pas du peuple de Dieu au désert. C’est cette même lumière qui resplendit à chaque instant en tout esprit agréable au Père. C’est cette lumière aussi qui a conduit les mages et leur a fait adorer le Messie nouveau-né. C’est l’étoile prophétisée par Balaam (Nb 24,17), le flambeau qui guide les pas de tout homme qui cherche Dieu.
      Or cette lumière, cette étoile, ce flambeau, sont également ce qui illumine ton âme, ce qui dirige tes pas pour t’empêcher de chanceler, ce qui fortifie ton esprit dans l’amour de Dieu. Tu ne le vois pas, tu ne le comprends pas, mais ce n’est pas nécessaire. Tu ne verras que ténèbres, certes non pas celles des fils de perdition, mais bien plutôt celles qui entourent le Soleil éternel. Tiens pour assuré que ce Soleil resplendit dans ton âme ; le prophète du Seigneur a chanté à son sujet : « À ta lumière je verrai la lumière » (Ps 35,10).

  • Le Casque de Thor

140215

 Image Crédit & Copyright: Bob & Janice Fera (Fera Photography), APOD, traduction  Didier Jamet
 Ce nuage cosmique en forme de casque ailé est appelé communément Casque de Thor. Avec ses 30 années-lumière de diamètre, ce couvre-chef est incontestablement adapté aux mensurations d’un dieu scandinave. En réalité, ce casque est une bulle de matière interstellaire, soufflée par le vent rapide émanant de l’étoile, massive et brillante, qui occupe son centre après avoir été créée au sein du nuage moléculaire qui l’entoure. Identifié comme une étoile Wolf-Rayet, l’astre central est une étoile géante extrêmement chaude ; on pense qu’elle traverse une phase très brève de son évolution précédant son explosion en supernova. Cataloguée sous le numéro NGC 2359, la nébuleuse est située à 15 000 années-lumière dans la constellation du Grand Chien. Cette image très nette montre des détails remarquables des structures en filaments de la nébuleuse ; elle montre aussi des couleurs d’émeraude dues aux émissions d’atomes d’oxygène répartis dans le gaz luminescent. 

  • 2 février – Hypapante, Présentation de Jésus au Temple

La Fête de la lumière: Célébrée dès le IVe siècle à Jérusalem, cette fête eut d’abord pour objet la rencontre (…) avec le vieillard Syméon. En proclamant que cet enfant était la lumière du monde et serait un signe de contradiction, le vieillard achevait de manifester que Jésus était le Messie, Sauveur du monde. Au VIIe siècle, cette fête commence à être célébrée à Rome et s’accompagne d’une procession qui, commencée à l’aurore, se faisait à la lumière des cierges, pour témoigner que dans la nuit du monde, Jésus était cette lumière tant attendue. (…) En Gaule, la fête devint mariale, reprenant la Purification exigée des jeunes mères juives qui se faisait quarante jours après la naissance, d’où la date de la fête qui se rattache encore au mystère de Noël. La Purification de la Vierge Marie eut lieu quarante jours après la Nativité du Seigneur. Cette fête a été nommée ordinairement de trois manières, la Purification, Hypapante, et la Chandeleur (…).’Hypapante’, ce qui est la même chose que Présentation, parce que Jésus a été présenté au temple : Hypapante veut encore dire rencontre*, parce que Siméon et Anne se rencontrèrent avec le Seigneur(…).
  • la constellation de Cassiopée File:CassiopeiaCC.jpg

140214

  • la nébuleuse du « Coeur » dans Cassiopée

 Image Crédit & Copyright: César Blanco González, APOD, traduction  Didier Jamet
S’étendant sur près de 200 années-lumière, la nébuleuse par émission IC 1805 mêle gaz interstellaire luminescent et obscurs nuages de poussière. Du fait de son apparence générale très appropriée pour un jour de Saint-Valentin, elle a été surnommée nébuleuse du Coeur. Située à quelque 7500 années-lumière de nous dans le bras spiral galactique de Persée, IC 1805 a vu naître des étoiles. Près du centre de ce coeur cosmique, on trouve d’ailleurs encore de chaudes étoiles massives formant l’amas Melotte 15, à peine âgé de 1,5 million d’années. Un peu ironiquement, la nébuleuse du Coeur se trouve dans la constellation de Cassiopée, personnage mythologique et Reine d’Ethiopie restée célèbre pour sa vanité et son narcissisme. Cette image de la nébuleuse du Coeur couvre un champ de 2 degrés sur le ciel, soit à peu près 4 fois le diamètre de la pleine Lune. 
  • COMMENTAIRE DE SAINT ÉPHREM SUR L’ÉVANGILE 
    Qui donc est capable de comprendre toute la richesse d’une seule de tes paroles, Seigneur ? Ce que nous en comprenons est bien moindre que ce que nous en laissons ; comme des gens assoiffés qui boivent à une source. Les perspectives de ta parole sont nombreuses, comme sont nombreuses les orientations de ceux qui l’étudient. Le Seigneur a coloré sa parole de multiples beautés, pour que chacun de ceux qui la scrutent puisse contempler ce qu’il aime. Et dans sa parole il a caché tous les trésors, pour que chacun de nous trouve une richesse dans ce qu’il médite.
    La parole de Dieu est un arbre de vie qui, de tous côtés, te présente des fruits bénis ; elle est comme ce rocher qui s’est ouvert dans le désert pour offrir à tous les hommes une boisson spirituelle. Selon l’Apôtre, ils ont mangé un aliment spirituel, ils ont bu à une source spirituelle. Celui qui obtient en partage une de ces richesses ne doit pas croire qu’il y a seulement, dans la parole de Dieu, ce qu’il y trouve. Il doit comprendre au contraire qu’il a été capable d’y découvrir une seule chose parmi bien d’autres. Enrichi par la parole, il ne doit pas croire que celle-ci est appauvrie ; incapable de l’épuiser, qu’il rende grâce pour sa richesse. Réjouis-toi parce que tu es rassasié, mais ne t’attriste pas de ce qui te dépasse. Celui qui a soif se réjouit de boire, mais il ne s’attriste pas de ne pouvoir épuiser la source. Que la source apaise ta soif, sans que ta soif épuise la source. Si ta soif est étanchée sans que la source soit tarie, tu pourras y boire à nouveau, chaque fois que tu auras soif. Si au contraire, en te rassasiant, tu épuisais la source, ta victoire deviendrait ton malheur.
    Rends grâce pour ce que tu as reçu et ne regrette pas ce qui demeure inutilisé. Ce que tu as pris et emporté est ta part ; mais ce qui reste est aussi ton héritage. Ce que tu n’as pas pu recevoir aussitôt, à cause de ta faiblesse, tu le recevras une autre fois, si tu persévères. N’aie donc pas la mauvaise pensée de vouloir prendre d’un seul trait ce qui ne peut être pris en une seule fois ; et ne renonce pas, par négligence, à ce que tu es capable d’absorber peu à peu.

  • Dans la nébuleuse de l’Aigle

140216

 Crédit & Copyright: T. A. Rector &  B. A. Wolpa,  NOAOAURA, APOD, traduction  Didier Jamet
 Vu de loin, l’ensemble ressemble à un aigle. Un examen plus attentif de la nébuleuse de l’Aigle montre que la brillante région est en réalité une fenêtre au centre d’une plus grosse coquille sombre de poussière. A travers cette fenêtre, un atelier très éclairé apparaît là où tout un amas ouvert d’étoiles est en train de se former. Dans cette cavité, de hauts piliers et des globules ronds de poussière sombre et de gaz moléculaire froid demeurent là où les étoiles continuent à se former. Plusieurs jeunes étoiles brillantes bleues sont déjà visibles. Leur lumière et leurs vents soufflent les filaments restants ainsi que les murs de gaz et de poussière. La nébuleuse par émission de l’Aigle, étiquetée M 16, est située à environ 6500 années-lumière de la Terre, couvre environ 20 années-lumière et est visible avec des jumelles en direction de la constellation du Serpent. L’image ci-dessus combine trois couleurs émises spécifiquement et a été prise par le télescope de 0,9 m de Kitt Peak, en Arizona, aux USA

  • SLAVONNE DE CONSTANTIN

Constantin, qui allait prendre le nom de Cyrille, accablé par ses travaux, tomba malade ; et comme sa maladie se prolongeait, il eut un jour une vision de Dieu et il se mit à chanter : Quand on m’a dit : Nous entrerons dans la maison du Seigneur, mon esprit s’est réjoui et mon cœur a exulté. Lorsqu’on l’eut revêtu des ornements sacrés, il demeura ainsi toute la journée ; il était plein de joie et disait : « Désormais, je ne suis plus le serviteur de l’empereur, ni d’aucun homme sur terre, mais seulement du Dieu tout-puissant. Je n’existais pas, puis j’ai existé, et je serai éternellement. Amen. » Le lendemain, il revêtit le saint habit monastique et, ajoutant la lumière à la lumière, il s’attribua le nom de Cyrille (qui appartient au Seigneur). Il vécut cinquante jours sous cet habit. Comme l’heure approchait où il devait entrer dans son repos et partir pour les demeures éternelles, il priait, les mains élevées vers Dieu, et il disait en pleurant : « Seigneur mon Dieu, qui as créé toute la hiérarchie des anges et les armées des esprits invisibles, qui as déployé le ciel et fondé solidement la terre, qui as amené tout ce qui existe de la non-existence à l’existence ; toi qui exauces toujours ceux qui font ta volonté, te vénèrent et observent tes commandements, exauce ma prière et garde ce troupeau fidèle qui t’appartient, auquel tu as donné pour chef le serviteur incapable que je suis. « Délivre-les de la méchanceté impie et païenne de ceux qui te blasphèment ; développe ton Église en nombre, et rassemble tous ses membres dans l’unité. Fais-en un peuple choisi, unanime dans la vraie foi et la doctrine authentique ; mets dans leur cœur la parole de ton enseignement ; c’est par ta grâce, en effet, que tu nous as chargés de prêcher l’Évangile de ton Christ, en nous incitant à pratiquer les bonnes œuvres et tout ce qui t’est agréable. Ceux que tu m’as donnés, je te les rends comme t’appartenant ; dirige-les par la force de ta main droite et couvre-les de tes ailes, afin que tous louent et glorifient ton nom, celui du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Amen. » Après avoir donné à tous le baiser de paix, il dit : « Béni soit Dieu, qui ne vous a pas livrés à la morsure de nos adversaires invisibles, mais qui a brisé leur piège et nous a ainsi délivrés de la mort. » Alors il s’endormit dans le Seigneur, âgé de quarante-deux ans. Le Pape ordonna que tous les Grecs présents à Rome se joindraient aux Romains, en tenant des cierges pour chanter à ses obsèques, qu’ils célébreraient comme pour le Pape lui-même. Et c’est ce que l’on fit.

  • Une Ariane 5 dans le ciel de Thaïlande 
140212
Image Crédit & Copyright: Matipon Tangmatitham, APOD, traduction  Didier Jamet
 Sur ce panorama quelque peu surréaliste photographié vendredi dernier depuis le parc national de Doi Inthanon en Thaïlande, on remarque notamment la brillante planète Vénus ainsi que la lumière zodiacale sur la gauche de l’image, la bande centrale de la Voie lactée, ainsi que la traînée laissée par une étoile filante. Juste à gauche de cette étoile filante, un étrange panache qu’on pourrait croire échappé d’une comète attire l’oeil : il s’agit des gaz brûlés laissés dans son sillage par une fusée Ariane 5 qui avait auparavant décollé de Kourou en Guyane. Le photographe a eu beaucoup de chance de pouvoir inscrire ce lancement dans sa composition : il n’avait absolument pas prévu que la fusée serait dans son champ de vision. 
  • Frère Dominique: Marie, une mère qui ose regarder nos faiblesses en face 
Aujourd’hui que nous faisons mémoire de Notre-Dame de Lourdes, nous sommes particulièrement sensibles à l’attention de Marie : « ils n’ont plus de vin ». L’arche d’entrée dans le « troisième jour » est l’amour prévenant d’une mère qui ose regarder nos faiblesses en face. Quand nous employons tant d’énergie à les cacher, à les nier et à tenter de les oublier, Marie les signale pudiquement à Jésus. La journée des malades est donc la journée de l’espérance ! Quand la fête semble gâchée, elle prend un élan nouveau pour ceux qui ont invité Marie à la partager. L’évangile nous montre également que les serviteurs doivent entrer dans cette démarche. Par leur travail, ils assurent le bon déroulement de la noce. Mais par eux-mêmes, ils n’ont aucun moyen de faire du mariage une fête réussie. Si les provisions de vin ont été mal calculées, qu’y peuvent-ils ? Pourtant Marie vient à eux, toujours discrètement, et les invite à se conformer à la volonté de Dieu. Elle rappelle qui est le vrai maître de la cérémonie et donne l’exemple de docilité dont ils ont besoin. Alors le vin coule à flots.(…)

  • Les nébuleuses du Coeur et de l’Âme
140211
 Image Crédit & Copyright: Leonardo Orazi, APOD, traduction D. Jamet
  Le coeur et l’âme de la galaxie sont-ils situés dans Cassiopée ? Probablement pas, mais c’est là que se trouvent deux nébuleuses par émission brillantes surnommées le Coeur et l’Âme. La nébuleuse du Coeur, appelée officiellement IC 1805 et visible ci-dessus à droite, a une forme rappelant le symbole classique d’un coeur. Les deux nébuleuses brillent intensément dans la lumière rouge de l’hydrogène excité. Plusieurs jeunes amas ouverts d’étoiles peuplent l’image et sont visibles ci-dessus en bleu, notamment au centre des nébuleuses. La lumière met environ 6000 ans pour nous parvenir de ces nébuleuses, qui couvrent ensemble grossièrement 300 années-lumière. Des études d’étoiles et d’amas comme ceux découverts dans les nébuleuses du Coeur et de l’Âme ont permis de faire le point sur la manière dont les étoiles massives se forment et comment elles affectent leur environnement. 

  • Encyclopédie Maria, tome IV, Beauchesne
En 1636, la Sainte Vierge demande à Mère Anne-Marie de Jésus Crucifié, religieuse stigmatisée que le Cardinal de Richelieu tenait en grande estime, que la France lui soit consacrée. L’année suivante, le Roi Louis XIII, « dans le secret de son cœur », consacre sa personne et son Royaume à Marie, et avec la Reine, Anne d’Autriche, il multiplie les prières et les pèlerinages pour obtenir un héritier attendu depuis 22 ans.

La Mère de Dieu répond en apparaissant à un religieux de Notre-Dame des Victoires, tout juste fondée par le Roi, reconnaissant pour ses premiers succès. Elle demande trois neuvaines à Notre-Dame de Cotignac en Provence, Notre-Dame de Paris et Notre-Dame des Victoires. (…) Le religieux, frère Fiacre, achève les trois neuvaines le 5 décembre et c’est neuf mois après jour pour jour que naîtra Louis XIV qui recevra le nom de baptême de « Louis Dieudonné ». Dès que la Reine est certaine de sa grossesse, et sans attendre la naissance pour savoir si l’enfant serait garçon ou fille, Louis XIII publie le 10 février 1638 l’Edit officiel qui consacre solennellement la France à Marie.

  • Une étoile âgée de 13, 7 Milliards d’années
Une découverte qui pourrait nous en apprendre beaucoup sur notre univers…
Elle se serait formée juste après le Big Bang, et n’est qu’à 6.000 années-lumières de la Terre. Cette étoile, qui est la plus vieille connue à ce jour, a été découverte par une équipe de l’école de recherches en astronomie et astrophysique de l’univsersité nationale australienne après 11 ans de travaux. Selon Stefan Keller, qui a codirigé les recherches, « c’est un premier pas vers la connaissance des toutes premières étoiles de l’univers ». « La première génération d’étoiles de notre univers est fondamentalement différente de celles que nous connaissons actuellement, explique Stefan Keller. Elles étaient massives, plusieurs centaines de fois la masse de notre Soleil, et se sont éteintes après seulement quelques millions d’années, à comparer à notre Soleil, qui a une durée de vie de neuf milliards d’années. »
L’étoile récemment découverte, qui répond au doux nom de SMSS J031300.36-670839.3, serait âgée de 13,7 milliards d’années. Elle pourrait permettre aux scientifiques de mieux connaître ces premières étoiles, en analysant les dépôts que celles-ci ont laissé en explosant. « Elle nous a en quelque sorte permis de prendre « l’empreinte digitale » de ces ancêtres, développe Stefan Keller.
Le scientifique compare ce travail à la recherche d’une aiguille dans une botte de foin. « Ce n’était qu’une étoile parmi 60 millions dans notre recherche. »
         M.C.

  • Regardez cette  belle Conférence de Jean Vanier à l’UNESCO :

http://www.ustream.tv/recorded/43233907

  • NGC 5101 et ses amis 

140208

 Image Crédit & Copyright: Martin Pugh, APOD, Traduction Didier Jamet

Sur cette image, la spirale barrée NGC 5101 (en haut à droite) et NGC 5078 (le macaron en bas à gauche) ne sont en réalité séparées que d’un demi degré, soit la taille apparente de la pleine Lune. Se trouvant dans les limites de la constellation de l’Hydre, leur distance est estimée à quelque 90 millions d’années-lumière, et leur taille comparable à celle de notre Voie lactée. Si elles se trouvaient bien à la même distance de nous, elles seraient alors distantes l’une de l’autre de 800 000 années-lumière seulement, soit largement moitié moins que la distance nous séparant de la galaxie d’Andromède. On remarque que NGC 5078 est en interaction directe avec une plus petite galaxie, IC 879. De nombreuses galaxies d’arrière-plan sont également visibles, dont certaines au travers même du disque de NGC 5101. Quant aux étoiles marquées d’aigrettes de diffraction, elles appartiennent à notre propre Voie lactée.

  • HOMÉLIE DU IVe SIÈCLE :  

Ceux qui ont été dignes de devenir fils de Dieu et de renaître de l’Esprit Saint, qui ont en eux-mêmes le Christ pour les éclairer et les réconforter, sont guidés par l’Esprit Saint selon des voies diverses et variées ; invisiblement, dans leur cœur, ils sont animés par la grâce en demeurant dans le repos spirituel. ~ Parfois ils sont comme plongés dans le deuil et l’affliction pour le genre humain, ils répandent des prières pour toute l’humanité, ils se livrent à la tristesse et aux larmes, parce que l’Esprit les embrase d’amour pour tous les hommes. D’autres fois, l’Esprit fait brûler en eux tant d’exaltation et d’amour que, si c’était possible, ils enfermeraient dans leur cœur tous les hommes, sans distinction de bien ou de mal. D’autres fois, ils s’abaissent plus bas que tous les autres dans l’humilité de l’Esprit, au point de s’estimer les derniers et les moindres de tous. D’autres fois, ils demeurent dans une joie inexprimable sous l’action de l’Esprit. D’autres fois, ils sont comme un vaillant héros qui revêt l’armure royale, se porte au combat, lutte courageusement contre les ennemis et remporte la victoire. C’est ainsi que l’homme spirituel prend les armes célestes de l’Esprit, assaille les ennemis, leur livre combat et les met sous ses pieds. Parfois, l’âme se repose dans un profond silence, dans le calme et la paix, ne connaît que la jouissance spirituelle, un repos et une plénitude inexprimables. Parfois, la grâce l’établit dans une compréhension et une sagesse sans pareille, dans une profonde connaissance, par l’Esprit, sur les mystères que ni la langue ni la bouche ne peuvent déclarer. Parfois, il devient comme un homme quelconque. C’est ainsi que, chez de tels hommes, la grâce produit des effets variés et conduit l’âme par des chemins divers, la réconforte selon la volonté de Dieu, l’exerce de toutes sortes de manières, pour la ramener parfaite, irréprochable et pure, devant le Père du ciel. ~ Prions Dieu, nous aussi, prions avec amour et beaucoup d’espérance, qu’il nous accorde la grâce céleste du don de l’Esprit, qu’il nous guide afin que nous accomplissions la volonté de Dieu ; qu’il nous ranime par toute la richesse de son réconfort. Ainsi, par la grâce de cette direction, de cet exercice et de ce progrès spirituels, nous deviendrons dignes de parvenir à la perfection de la plénitude du Christ, selon la parole de l’Apôtre : Vous serez comblés et vous entrerez dans toute sa plénitude.

  • Regardez ces explications sur les trous noirs et les étoiles:

http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/dico/d/univers-etoile-3730/

  • Pape François:  pour la Journée mondiale des missions 2013

      Nous vivons un moment de crise qui touche différents secteurs de l’existence, non seulement celui de l’économie, de la finance, de la sécurité alimentaire, de l’environnement mais également celui du sens profond de la vie et des valeurs fondamentales qui l’animent. La coexistence humaine est marquée, elle aussi, par des tensions et des conflits qui provoquent insécurité et difficulté à trouver le chemin d’une paix stable. Dans cette situation complexe, où l’horizon du présent et de l’avenir semble caractérisé par des nuages menaçants, il est encore plus urgent de porter avec courage au sein de chaque réalité l’Évangile du Christ qui constitue une annonce d’espérance, de réconciliation, de communion, une annonce de la proximité de Dieu, de sa miséricorde, de son salut, une annonce du fait que la puissance de l’amour de Dieu est capable de l’emporter sur les ténèbres du mal et de conduire sur le chemin du bien. L’homme de notre temps a besoin d’une lumière sûre qui éclaire sa route et que seule la rencontre avec le Christ peut donner. Portons à ce monde, par notre témoignage, avec amour, l’espérance donnée par la foi !       Le caractère missionnaire de l’Église n’est pas un prosélytisme mais un témoignage de vie qui illumine le chemin, qui porte espérance et amour. L’Église — je le répète une fois encore — n’est pas une organisation d’assistance, une entreprise, une ONG mais une communauté de personnes animées par l’action de l’Esprit Saint, qui ont vécu et vivent l’étonnement de la rencontre avec Jésus Christ et désirent partager cette expérience de joie profonde, partager le message de salut que le Seigneur nous a apporté. C’est justement l’Esprit Saint qui conduit l’Église sur ce chemin. Je voudrais vous encourager tous à vous faire porteurs de la Bonne Nouvelle du Christ.

     –

  • La Roue de feu australe 

140128

  Image Crédit: NASA, ESA, Hubble Heritage Team  (STScI/AURA), and  W. P. Blair (JHUet al., APOD, traduction Didier Jamet
 M83 est une des plus proches et des plus brillantes galaxies spirales de nos cieux. Visible aux jumelles dans la constellation de l’Hydre, ses majestueux bras spiraux lui ont valu le surnom de « Roue de feu » australe, ces fusées d’artifices disposées circulairement de façon à engendrer des spirales de feu. Quoique découverte il y a 250 ans, ce n’est que bien plus tard que l’on comprit que M83 n’était pas un proche nuage de gaz, mais une galaxie spirale barrée assez semblable à notre propre Galaxie, la Voie Lactée. M83, visible sur cette image du télescope spatial récemment publiée, est un membre de premier plan d’un groupe de galaxies qui comprend Centaurus A et NGC 5253, toutes distantes d’environ 15 millions d’années-lumière. Plusieurs brillantes explosions de supernovae ont été observées dans M 83. Notons enfin qu’un curieux double anneau a été découvert autour du noyau de M83.
  • Bienheureux Jean-Paul II (1920-2005), Discours du 02/04/1987 aux jeunes du Chili

 Chers jeunes, seul le Christ peut donner la vraie réponse à toutes vos difficultés ! Le monde a besoin de votre réponse personnelle aux paroles de vie du maître : « Je te le dis, lève-toi ! » Nous voyons comment Jésus vient à la rencontre de l’humanité dans les situations les plus difficiles et les plus pénibles. Le miracle accompli dans la maison de Jaïre nous montre son pouvoir sur le mal. Il est le Seigneur de la vie, le vainqueur de la mort… Cherchez le Christ ! Regardez vers le Christ ! Vivez en Christ ! Tel est mon message : « Que Jésus soit la pierre angulaire (Ep 2,20) de vos vies et de la nouvelle civilisation que vous aurez à construire dans un esprit de solidarité généreuse et de partage. Il ne peut pas y avoir d’authentique croissance humaine dans la paix et la justice, dans la vérité et la liberté, sans la présence du Christ et de sa force salvatrice.  Que signifie construire votre vie sur le Christ ? Cela signifie se laisser prendre par son amour.

  • La nuit révèle un univers

140207

Image Crédit & Copyright: Babak Tafreshi (TWAN), APOD, Traduction D. Jamet
« La nuit cache le monde, mais révèle un univers ». Rarement ce proverbe iranien aura été aussi bien mis en scène que sur cette image prise en novembre dernier dans le nord du Kenya. La nuit s’apprêtait à fondre dans son obscurité les rives du lac Turkana, qui hébergent de nombreux crocodiles du Nil. Cette région est aussi connue pour être un des berceaux de l’humanité du fait des nombreux fossiles d’hominidés qu’on y a recensés. Vénus, alors brillante étoile du Berger, dominait la nuit étoilée. Mais son éclat ne suffisait pas à masquer celui des étoiles ni de la Voie lactée.

  • TRAITE DE SAINT IRÉNÉE CONTRE LES HÉRÉSIES

Le Verbe de Dieu s’est fait homme, celui qui est Fils de Dieu s’est fait Fils de l’homme, pour que l’homme devienne fils de Dieu, en communiant au Verbe de Dieu et en recevant l’adoption. Car nous ne pouvions pas recevoir l’incorruptibilité et l’immortalité, sans être étroitement unis à l’incorruptibilité et à l’immortalité.

  • Le ciel en terrasse 
140206Image Crédit & Copyright: Cui Yongjiang, APOD, traduction Didier Jamet
  Le 25 janvier dernier, bien après le coucher du Soleil, une luminescence du ciel nocturne d’une rougeur particulièrement intense inondait ce ciel. La scène a été immortalisée grâce à un appareil numérique réglé en longue pose dans la province du Yunnan, au sud-ouest de la Chine. Péniblement visible à l’oeil nu au meilleur de sa forme, cette lumière du ciel nocturne est un phénomène de chimiluminescence, littéralement la production de lumière par une réaction chimique. Se produisant à une altitude similaire à celle des aurores, la luminescence du ciel nocturne peut être observée partout dans le monde. L’amorce énergétique du phénomène est fournie par le rayonnement ultraviolet extrême du Soleil. Cette nuit là, en dépit de la luminescence du ciel nocturne, la bande de la Voie lactée restait bien visible au-dessus de l’horizon, avec la brillante étoile Sirius près du haut de l’image. La scène se reflétait magnifiquement sur les rizières en terrasse gorgées d’eau de Yuanyang. 

ROME, 21 février 2014 (Zenit.org) -Homélie du Pape François: 

 « La foi conduit toujours au témoignage. La foi est une rencontre avec Jésus-Christ, avec Dieu, et de là elle naît et te conduit au témoignage. C’est cela que l’apôtre Jacques veut dire : une foi sans les œuvres, une foi qui ne t’implique pas, qui ne te pousse pas au témoignage, n’est pas la foi. Ce sont des paroles, et rien d’autre que des paroles », a expliqué le pape. Le pape a épinglé les chrétiens qui « récitent beaucoup les paroles du Credo » mais « les mettent très peu en pratique », les érudits « qui classent la théologie dans une série de possibilités, sans que cette sagesse ait des répercussions concrètes dans la vie ». Commentant l’Epître de Jacques, il a ajouté: « Son affirmation est claire : la foi sans fruit dans la vie, une foi qui ne porte pas de fruit dans les œuvres, n’est pas la foi » « Nous aussi, nous nous trompons souvent là-dessus : ‘Mais j’ai une grande foi’, entendons-nous dire. ‘Je crois tout, tout…’. Et peut-être la personne qui dit cela a-t-elle une vie tiède, faible. Sa foi est comme une théorie, mais elle n’est pas vivante dans sa vie. L’apôtre Jacques, lorsqu’il parle de la foi, parle précisément de la doctrine, de ce qui est le contenu de la foi. Mais vous pouvez connaître tous les commandements, toutes les prophéties, toutes les vérités de foi, mais si cela n’est pas mis en pratique, dans les œuvres, cela ne sert à rien. Nous pouvons réciter le Credo théoriquement, même sans la foi, et c’est ce que font beaucoup de personnes. Les démons aussi ! Les démons connaissent très bien ce qui est dit dans le Credo et ils savent que c’est la vérité ». L’Epître de saint Jacques dit : « Tu crois qu’il y a un seul Dieu ? Tu as raison. Les démons, eux aussi, le croient, mais ils tremblent de peur ». La différence, commente le pape, c’est que les démons « n’ont pas la foi », parce qu’« avoir la foi n’est pas avoir une connaissance », mais « recevoir le message de Dieu » apporté par le Christ. Dans l’Évangile on trouve « deux signes révélateurs » de celui qui « sait ce qu’il faut croire mais n’a pas la foi »: la casuistique et l’idéologie. La « casuistique » est représentée par ceux qui demandaient à Jésus s’il était permis de payer les taxes ou lequel des sept frères du mari aurait dû épouser la femme restée veuve. « L’idéologie » est représentée par « les chrétiens qui pensent la foi mais comme un système d’idées, idéologique ; à l’époque de Jésus aussi, il y en avait. L’apôtre Jean dit d’eux qu’ils sont l’antéchrist, les idéologues de la foi, quel que soit leur signe. À cette époque, il y avait les gnostiques, mais il y en aura beaucoup… » Et ainsi, a ajouté le pape, « ceux qui tombent dans la casuistique ou ceux qui tombent dans l’idéologie sont des chrétiens qui connaissent la doctrine mais sans la foi, comme les démons. Avec la différence que eux, ils tremblent, mais ceux-là, non ; ils vivent tranquillement ». Dans l’Évangile, il y a aussi des exemples de « personnes qui ne connaissent pas la doctrine mais qui ont une grande foi », a fait observer le pape en citant l’épisode de la Cananéenne qui, par sa foi, obtient de Jésus la guérison de sa fille victime d’une possession, et la Samaritaine qui ouvre son cœur parce que, dit le pape, « elle a rencontré non pas des vérités abstraites », mais « Jésus-Christ ». Et encore, l’aveugle guéri par Jésus et qui est pour cela « interrogé par des pharisiens et des docteurs de la loi jusqu’à ce qu’il s’agenouille avec simplicité pour adorer celui qui l’a guéri ». Ces trois exemples « montrent combien la foi et le témoignage sont indissolubles », a conclu le pape. Il a offert la messe pour le cardinal Silvano Piovanelli, archevêque émérite de Florence, dont c’était aujourd’hui le 90e anniversaire: il l’a remercié « pour son travail, son témoignage et sa bonté ».

  • LETTRE DE SAINT AMBROISE À ORONTIEN

Dans cette lettre Ambroise répond aux questions que pose à Orontien le chapitre 8 de la lettre aux Romains. D’après saint Paul, celui qui, par l’Esprit, fait mourir le comportement charnel, celui-là vivra. Ce n’est pas étonnant qu’il vive, puisqu’il devient fils de Dieu, ayant l’Esprit de Dieu. Il est fils de Dieu à tel point qu’il ne reçoit pas un esprit d’esclavage mais l’esprit des enfants d’adoption ; et à tel point que le Saint-Esprit de Dieu rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Ce témoignage est bien celui de l’Esprit Saint puisque c’est lui qui crie dans nos cœurs : Abba, Père , comme c’est écrit dans la lettre aux Galates. Mais ce qui témoigne hautement que nous sommes fils de Dieu, c’est que nous sommes héritiers de Dieu, héritiers avec le Christ . Est héritier avec lui celui qui est glorifié avec lui ; et il est glorifié avec lui, celui qui, en souffrant pour lui, souffre avec lui. Pour nous encourager à souffrir, saint Paul ajoute que tout ce que nous souffrons est peu de choses, sans proportion avec les biens à venir de cette grande récompense qui rétribuera nos labeurs : récompense qui se révélera en nous lorsque nous serons recréés à l’image de Dieu et que nous pourrons regarder sa gloire en face. Pour mettre en valeur la grandeur de cette révélation à venir, l’Apôtre ajoute que la création elle-même attend cette révélation des fils de Dieu. Cette création est maintenant livrée malgré elle au pouvoir du néant ; mais elle est dans l’espérance. Car elle espère que le Christ l’aidera par sa grâce à se libérer de l’esclavage de la dégradation inévitable, et à recevoir la liberté glorieuse des fils de Dieu. Ainsi y aura-t-il une seule liberté, pour la création et pour les fils de Dieu, lorsque la gloire de ceux-ci se révélera. Mais maintenant, tant que cette révélation se fait désirer, toute la création gémit en attendant de partager la gloire de notre adoption et de notre rédemption. Elle enfante déjà cet esprit qui la sauve, et elle veut être délivrée de l’esclavage du néant. ~ Il est clair que les créatures qui gémissent en attendant l’adoption des fils ont en elles les premiers dons de l’Esprit. Cette adoption des fils, c’est la rédemption du corps tout entier, lorsque celui-ci, en qualité de fils adoptif de Dieu, verra en face ce bien éternel et divin. Il y a déjà adoption filiale dans l’Église du Seigneur lorsque l’Esprit s’écrie : Abba, Père , selon la lettre aux Galates. Mais cette adoption sera parfaite lorsque ceux qui seront admis à voir la face de Dieu ressusciteront tous dans l’immortalité, l’honneur et la gloire. Alors la condition humaine s’estimera vraiment rachetée. C’est pourquoi l’Apôtre ose dire : Nous avons été sauvés en espérance . L’espérance sauve en effet, comme la foi, dont il est dit : Ta foi t’a sauvé.

  • La vraie joie et la vraie sagesse ( Jc 1, 1-11 ) 

Moi, Jacques, serviteur de Dieu et du Seigneur Jésus Christ, je vous salue joyeusement, vous qui appartenez aux douze tribus d’lsraël dispersées dans le monde. Mes frères, quand vous butez sur toute sorte d’épreuves, pensez que c’est une grande joie. Car l’épreuve, qui vérifie la qualité de votre foi, produit en vous la persévérance, et la persévérance doit vous amener à une conduite parfaite ; ainsi vous serez vraiment parfaits, il ne vous manquera rien. Mais s’il manque à l’un de vous la sagesse, qu’il la demande à Dieu : lui qui donne à tous avec simplicité et sans faire de reproches, il la lui donnera. Mais qu’il demande avec foi, sans la moindre hésitation, car celui qui hésite est semblable au va-et-vient des flots de la mer agités par le vent. Qu’il ne s’imagine pas, cet homme-là, qu’il recevra du Seigneur quoi que ce soit, s’il est partagé, instable dans tout ce qu’il fait. Parmi les frères, l’homme de basse condition pourra s’enorgueillir de ce que Dieu l’élève, et le riche de ce que Dieu l’abaisse, car il passera comme l’herbe en fleur. Quand le soleil est monté, avec sa chaleur brûlante, l’herbe a séché, sa fleur est tombée, et l’éclat de sa beauté s’en est allé ; ainsi le riche se flétrira avec toutes ses entreprises.

  • INSTRUCTION DE SAINT COLOMBAN SUR LA FOI
    Dieu est partout, tout entier, immense. Partout il est proche, selon le témoignage qu’il donne de lui-même : Je suis , dit-il, un Dieu proche, et non un Dieu lointain . Le Dieu que nous cherchons ne demeure donc pas loin de nous : nous l’avons parmi nous si nous en sommes dignes. Il habite en nous comme l’âme dans le corps, si du moins nous sommes pour lui des membres sains que le péché n’a pas tués. ~ À cette condition, il habite vraiment en nous, lui qui a dit : J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux . S’il nous fait la grâce d’habiter en nous, nous sommes véritablement vivifiés par lui, comme ses membres vivants. En lui , dit l’Apôtre, nous avons la vie, le mouvement et l’être .
    Mais qui pourra suivre le Très-Haut jusqu’en son être inexprimable et incompréhensible ? Qui scrutera les profondeurs de Dieu ? Qui risquera de traiter de l’origine éternelle de l’univers ? Qui se glorifiera de connaître le Dieu infini qui emplit tout et enveloppe tout, pénètre tout et dépasse tout, embrasse tout et se dérobe à tout, lui que personne n’a jamais vu , tel qu’il est ? Que nul n’ait donc la présomption de sonder l’impénétrable profondeur de Dieu, le quoi, le comment, le pourquoi de son être. Cela ne peut être ni exprimé, ni scruté, ni pénétré. Crois simplement, mais avec force, que Dieu est et qu’il sera tel qu’il a été, car Dieu est immuable.
    Qui donc est Dieu ? Père, Fils et Esprit Saint, Dieu est un. Ne te demande rien de plus au sujet de Dieu. Que ceux qui veulent savoir le fond des choses concernant Dieu commencent par considérer l’ordre naturel. Le savoir concernant la Trinité est en effet justement comparé à la profondeur de la mer, dont la Sagesse a dit : Ce qui est profond, qui peut l’atteindre ? Comme le fond des mers est invisible aux regards des hommes, ainsi la divine Trinité demeure insaisissable à la compréhension humaine. C’est pourquoi, si quelqu’un veut comprendre ce qu’il doit croire, qu’il ne s’imagine pas pouvoir le faire davantage par des raisonnements que par la foi ; car la sagesse divine ainsi recherchée se retirera plus loin encore.
    Recherche donc la suprême connaissance non en discutant, mais en menant une vie parfaite, non par la langue mais par la foi qui jaillit d’un cœur simple et n’est pas le résultat des conjectures d’une docte impiété. Si tu cherches l’ineffable par des raisonnements, il s’éloignera davantage de toi ; si c’est par la foi, la sagesse se tiendra où elle demeure : à ta porte ; et où elle se tient, elle peut être vue, ne fût-ce qu’en partie. En toute vérité, elle est atteinte dès l’instant où l’on croit à l’invisible, sans pour autant le comprendre. Puisque Dieu est invisible, nous devons croire en lui ; et cependant Dieu peut être vu en quelque manière par le cœur pur
  • SERMON DE SAINT BERNARD, ABBÉ DE CLAIRVAUX

Chercher la sagesse.
Travaillons pour une nourriture qui ne périt pas, travaillons à l’œuvre de notre salut. Travaillons dans la vigne du Seigneur pour obtenir le denier — le salaire de la journée. Travaillons dans la sagesse, elle qui dit : Ceux qui travaillent en moi ne pécheront pas. Le champ, c’est le monde, dit la Vérité, creusons-le. Un trésor y est caché, trouvons-le c’est la sagesse, elle que l’on tire des profondeurs cachées. Tous, nous le cherchons, tous, nous le désirons.
Si vous cherchez, cherchez bien , dit le prophète : convertissez-vous et venez . Tu te demandes de quoi il faut te convertir ? Détourne-toi de ta volonté propre , est-il écrit. Mais, dis-tu, si je ne trouve pas la sagesse dans ma volonté propre, où la trouverai-je ? Mon âme, en effet, la désire avec force, et s’il lui arrive de la trouver, elle ne se contentera pas de cela, mais elle en voudra une mesure bien pleine, tassée, secouée, débordante , que je puisse verser dans mon tablier . Elle a raison, certes : Heureux en effet l’homme qui a trouvé la sagesse et qui acquiert l’intelligence . Cherche-la donc tant qu’on peut la trouver, et tant qu’elle est proche, appelle-la. Tu veux savoir à quel point elle est proche ? La Parole est près de toi, dans ta bouche et dans ton cœur , mais seulement à la condition que tu la recherches d’un cœur droit. De la sorte, tu trouveras la sagesse avec ton cœur, et l’intelligence abondera dans ta bouche. Qu’elle y abonde, oui, mais qu’elle n’en déborde pas : prends garde de ne pas la vomir !
C’est vraiment du miel que tu as trouvé, en trouvant la sagesse. Pourtant n’en mange pas trop, pour ne pas la vomir d’écœurement. Manges-en de manière à rester toujours sur ta faim. Car c’est elle qui dit : Ceux qui me mangent auront encore faim . Ne va pas estimer comme une grande quantité ce que tu as ; ne t’en gorge pas pour ne pas la vomir : cela même que tu parais avoir te serait enlevé, car avant qu’il ne soit temps tu te serais arrêté dans ta recherche. Or, tant qu’on peut la trouver, tant qu’elle est proche, il ne faut cesser de la chercher et de l’appeler. Sinon il en sera comme de celui qui mange beaucoup de miel : Salomon lui-même le dit bien : Cela ne lui vaut rien, car celui qui aura cherché sans discrétion la majesté sera écrasé par la gloire.
En effet, de même qu’il est écrit : Heureux l’homme qui a trouvé la sagesse , de même : Heureux l’homme , et même plus heureux, s’il persévère dans la sagesse , et de fait, c’est peut-être bien en cela que consiste son abondance.
Voilà les trois manières dont tu peux avoir la bouche pleine de sagesse et d’intelligence : d’abord par l’aveu de ta propre injustice, ensuite par l’action de grâce et la proclamation de la louange, enfin par une parole qui édifie. Car celui qui croit du fond de son cœur devient juste, celui qui, de sa bouche, affirme sa foi, parvient au salut. C’est vrai d’ailleurs : Dès qu’il se met à parler, le juste se fait son propre accusateur . En deuxième lieu, il faut qu’il exalte le Seigneur, et en troisième lieu (s’il lui reste encore de la sagesse), il doit édifier son prochain.

  • DISCOURS DU PAPE FRANÇOIS AUX REPRÉSENTANTS DU CHEMIN Néocatéchuménale, Salle Paul VI Samedi 1er février 2014

    Vidéo

    Chers frères et sœurs,

    Je remercie le Seigneur pour la joie de votre foi et pour l’ardeur de votre  témoignage chrétien, merci à Dieu ! Je vous salue tous cordialement, à commencer  par l’Equipe internationale responsable du Chemin néocatéchuménal, avec les  prêtres, les séminaristes et les catéchistes. J’adresse un salut plein  d’affection aux enfants, présents ici en grand nombre. Ma pensée va de manière  particulière aux familles qui se rendront dans diverses parties du monde pour  annoncer et témoigner de l’Évangile. L’Église vous est reconnaissante pour votre  générosité! Je vous remercie pour tout ce que vous faites dans l’Église et dans  le monde.

    C’est précisément au nom de l’Église, notre Mère — notre Sainte Mère l’Église,  hiérarchique comme aimait à le dire saint Ignace de Loyola — au nom de l’Église  que je voudrais vous proposer quelques simples recommandations. La première est  celle de prendre le plus grand soin pour construire et conserver la communion  au sein même des Églises particulières dans lesquelles vous irez œuvrer. Le  Chemin possède son propre charisme, sa propre dynamique, un don qui comme tous  les dons de l’Esprit possède une profonde dimension ecclésiale ; cela signifie  se mettre à l’écoute de la vie des Églises dans lesquelles vos responsables vous  envoie, à en valoriser les richesses, à souffrir pour ses faiblesses si  nécessaire, et à marcher ensemble, comme un unique troupeau, sous la conduite  des pasteurs des Églises locales. La communion est essentielle : il vaut peut  être parfois mieux renoncer à vivre dans tous les détails ce que votre  itinéraire exigerait, afin de garantir l’unité entre les frères qui forment  l’unique communauté ecclésiale, dont vous devez toujours vous sentir une partie.

    Une autre indication : partout où vous allez, cela vous fera du bien de  penser que l’Esprit de Dieu arrive toujours avant nous. Cela est important : le Seigneur nous précède toujours !  Pensez à Philippe, quand le  Seigneur l’envoie sur cette route où il rencontre un administrateur assis sur  son char (cf. Ac 8, 27-28). L’Esprit est arrivée avant : celui-ci lisait  le prophète Isaïe et ne le comprenait pas, mais son cœur brûlait. Ainsi, quand  Philippe s’approche de lui, il est préparé pour la catéchèse et pour le baptême.  L’Esprit nous précède toujours ; Dieu arrive toujours avant nous ! Même dans les  lieux les plus lointains, même dans les cultures les plus diverses, Dieu répand  partout la semence de son Verbe. De là naît la nécessité d’une particulière attention au contexte culturel dans lequel vous, familles, vous irez œuvrer  : il s’agit d’un milieu souvent très différent de celui dont vous provenez. Un  grand nombre d’entre vous peineront à apprendre la langue locale, parfois  difficile, et cet effort est appréciable. D’autant plus important sera votre  engagement à « apprendre » la culture que vous rencontrerez, en sachant  reconnaître le besoin d’Évangile qui est présent partout, mais aussi cette  action que le Saint-Esprit a accomplie dans la vie et dans l’histoire de chaque  peuple.

    Et enfin, je vous exhorte à avoir soin avec amour les uns des autres, de  manière particulière des plus faibles. Le Chemin néocatéchuménal, en tant qu’itinéraire  de découverte du propre baptême, est une route exigeante, le long de laquelle un  frère ou une sœur peuvent trouver des difficultés imprévues. Dans ces cas-là, l’exercice  de la patience et de la miséricorde de la part de la communauté est un signe de  maturité dans la foi. La liberté de chacun ne doit pas être forcée, et l’on doit  respecter également le choix éventuel de celui qui décide de chercher, en dehors  du Chemin, d’autres formes de vie chrétienne qui l’aident à grandir dans la  réponse à l’appel du Seigneur.

    Chères familles, chers frères et sœurs, je vous encourage à apporter partout,  également dans les milieux les plus déchristianisés, en particulier dans les  périphéries existentielles, l’Évangile de Jésus Christ. Évangélisez avec amour,  apportez à tous l’amour de Dieu. Dites à ceux que vous rencontrerez sur les  routes de votre mission que Dieu aime l’homme tel qu’il est, même avec ses  limites, avec ses erreurs, également aussi avec ses péchés. C’est pourquoi il a  envoyé son Fils, pour qu’Il prenne nos péchés sur lui. Soyez les messagers et  les témoins de la bonté infinie et de l’inépuisable miséricorde du Père.

    Je vous confie à notre Mère, Marie, afin qu’elle inspire et qu’elle soutienne  toujours votre apostolat. À l’école de cette tendre Mère, soyez des  missionnaires zélés et joyeux. Ne perdez pas la joie, allez de l’avant !

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire