Les Trous Noirs, quasars, galaxies, suivis de citations de Foucault, Basile , Emmanuel .


Les Trous Noirs, la Menace

Titre original:

Trou noir la menace.
                   
  • Publié le 25/01/08
  • Un documentaire diffusé sur France 5 et consacré aux trous noirs, ces éléments de l’univers encore mystérieux et mal connus.

  • Autor:
    Hybride54

  • Ressources:
    DailyMotion


NOUVELOBS.COM | 21.02.2008

Le " Géant noir "


Plus
de 2000 fois la taille de notre galaxie ! C’est la dimension
impressionnante des structures de matières noire découvertes par une
équipe de 19 astronomes français et canadiens. Ils offrent ainsi un
nouvel éclairage sur les propriétés de cette matière qui est cinq fois
plus abondante dans l’univers que la matière ordinaire…si elle existe.

Une
équipe internationale d’astronomes vient de déceler la trace de la plus
grande structure de matière noire jamais découverte. Les filaments,
feuilles et amas qui la compose, s’étendent sur une distance énorme :
270 millions d’années lumières !!! Soit 2000 fois la taille de notre
voie lactée. Impressionnant, surtout quand on sait que l’existence de
cette matière noire n’est pas encore absolument prouvée.

Il fût un temps, au début du 20ème siècle, où les astrophysiciens
pouvaient dormir sur leurs deux oreilles sans que leurs rêves ne soient
hantés par une mystérieuse matière exotique. En utilisant les équations
de Newton et d’Einstein, ils étaient capables d’expliquer le mouvement
des étoiles, l’expansion de l’univers, le déplacement des galaxies et
tout semblait coller parfaitement à leurs théories. Hélas cette
quiétude ne devait pas durer. Les premiers petits accrocs datent de
1933 quand l’astronome suisse Fritz Zwicky décide d’étudier un petit
groupe de sept galaxies dans l’amas de Coma. Il fut surpris de
constater que les vitesses observées dans l’amas de Coma étaient très
élevées et incompatibles avec les théories de la gravité à moins
d’intégrer dans les équations un supplément de masse correspondant à de
la matière invisible ou noire.
Depuis lors, d’autres observations sont venus confirmer l’existence
d’un problème de masse manquante et c’est la matière noire qui semble
être la meilleure solution pour expliquer ce déficit. La majorité des
scientifiques admettent son existence même s’il existe quelques
théories parallèles. En revanche, ils sont déjà beaucoup plus partagés
quant à sa composition : « chaude » ou « froide », selon les termes
consacrés.

La découverte de cette nouvelle structure géante ne permet pas de
trancher car elle découle d’une observation indirecte, reposant sur le
principe dit de « lentille gravitationnelle faible ». En clair, la
matière noire (ou autre chose…) dévie la lumière émise par des galaxies
lointaines, ce qui se traduit par des distorsions enregistrées, dans
cette étude, par le réseau d’observatoire « Canada-France-Hawaii
Telescope Legacy Survey ». L’analyse fine des données ainsi récoltées
permet d ‘évaluer la dimension et la masse de l’objet ayant provoqué
cette déviation.

Le résultat obtenu par cette équipe, s’il ne clôt pas définitivement un
débat vieux de 70 ans apporte tout de même de solides arguments en
faveur de l’existence de la matière noire.



Joël IGNASSE

Sciences et Avenir.com

21/02/2008




voyez l’article suivant en cliquant sur : Découverte du trou noir le plus lointain

  Communication du 9 Juin 2007 au journal : Astrophysique

Découverte d’un quasar situé à quelque 13 milliards d’années-lumière. Il s’agit ni plus ni moins du trou noir le plus lointain jamais observé et ce grâce au télescope Canada-France-Hawaii. C’est une équipe internationale menée par Chris Willott de l’Université d’Ottawa et comprenant, notamment, des chercheurs de l’Institut d’Astrophysique de Paris et du Laboratoire d’AstrOphysique de Grenoble qui a détecté ce quasar, mais aussi 3 autres quasars très lointains.


CFHQS J2329-0301: le trou noir le plus lointain jamais détecté.
Trois filtres différents ont été combinés pour faire ressortir la couleur rouge
du quasar (flêche) en comparaison avec celles des étoiles ou des galaxies.
Cette couleur rouge est un indicateur de l’éloignement extrême de l’objet,
mais c’est l’analyse de son spectre qui confirme cette distance

La découverte d’un objet aussi lointain , alors que l’Univers avait moins d’un milliard d’années , permet d’obtenir des informations sur les phases de l’histoire de l’Univers où galaxies, étoiles et trous noirs ont
commencé à se former très rapidement. Ces quasars sont en fait des
galaxies qui possèdent un trou noir super massif en leur centre. La matière
entourant le trou noir est attirée et en tombant au centre s’échauffe
et devient extrêmement lumineuse, d’où la possibilité d’observer des
objets aussi lointains.

Quasars distants

Ces quasars, se situant à de très grandes distances, ont été découverts dans le cadre d’une recherche systématique des quasars les plus lointains, projet intitulé "Canada-France High-z Quasar Survey" (CFHQS), qui utilise la caméra
MegaCam au foyer MegaPrime du Télescope Canada-France-Hawaï (CFHT). Les
astronomes ont réussi, parmi les millions d’étoiles et de galaxies
observés dans le cadre de ce projet, à détecter les quatre objets qui
s’avèrent être des quasars très lointains.
Le quasar le plus lointain, jamais observé, a été nommé CFHQS J2329-0301 d’après sa position dans le ciel
(il se trouve dans la constellation des Poissons). L’équipe a utilisé
le télescope de 8 m Gemini-Sud au Chili pour obtenir un spectre de ce
quasar. Il a un décalage spectral de 6,43 (le précédent record était de
6.42 !) et Chris Willott a pu dire: "dès que j’ai vu le spectre avec sa
prodigieuse raie d’émission, j’ai su que nous tenions un quasar
particulièrement lointain". La lumière de ce quasar a mis près de 13 milliards d’années pour nous parvenir. Comme le Big Bang
s’est produit il y a 13,7 milliards d’années, ceci signifie que nous
voyons le quasar tel qu’il était moins d’un milliard d’années après le
Big Bang.

L’intérêt de cette découverte réside dans le fait que plus le quasar est éloigné de la Terre,
plus il est près du début de l’Univers. Durant les premières centaines
de millions d’années l’Univers était obscur parce qu’il n’y avait ni
étoiles ni galaxies, et les atomes

étaient alors tous neutres. Puis les premières étoiles et galaxies ont
commencé à briller et leur lumière a causé un processus connu sous le
nom de ré-ionisation de l’Univers, où tous les atomes ont été ionisés.
La quête des informations permettant de caractériser ce processus et
son époque précise est aujourd’hui l’un des objectifs majeurs de l’astronomie. Comme le quasar est très brillant, sa lumière peut être utilisée comme source d’arrière-plan pour sonder les propriétés du gaz qui se situe entre lui et nous à cette époque de ré-ionisation.

On pense que le trou noir au sein de ce quasar possède une masse d’environ 500 millions de fois celle du Soleil.
Alain Omont de l’Institut d’Astrophysique de Paris, membre de l’équipe
fait remarquer que, "outre l’utilisation de la douzaine de quasars de
ce type connus pour étudier la ré-ionisation de l’Univers, ils
permettent aussi de repérer certaines des premières galaxies massives à
s’être formées dans l’Univers". "Nous aimerions savoir dans quels types
de galaxies vivent ces quasars", ajoute-t-il.

L’équipe prépare maintenant d’autres observations du quasar avec notamment l’obtention d’un spectre infrarouge avec Gemini et l’observation du gaz interstellaire du quasar à l’Institut de Radioastronomie Millimétrique.

Avec cette découverte, le télescope de 3,6 m du CFHT conforte sa position à la pointe de l’imagerie à grand champ de l’Univers lointain. Elle démontre aussi la puissance
de télescopes de taille relativement modeste comme le CFHT comme
machine à découvrir pour alimenter les télescopes de la classe des
8-10m avec des objets fascinants à observer.

Source: CNRS et flashespace.com
Illustration: © 2006 Canada-France-Hawaii Telescope Corporation

NASA's Chandra X
Crédit : NASA/SAO/CXC

Avec
la découverte de l’étoile et de sa période orbitale, les scientifiques
sont maintenant sur le point de mesurer la masse d’un tel trou noir,
une étape qui aiderait à vérifier son existence. La période et la
localisation de l’étoile s’intègre à la théorie principale sur la
manière dont ces trous noirs pourraient se former.
Ces
trous noirs suspectés de masse intermédiaire sont appelés des objets de
rayons X ultra-lumineux parce qu’ils sont de brillantes sources de
rayons X. En fait, la plupart de ces évaluations de masse de trou noir
étaient basées uniquement sur un calcul de la puissance de gravitation
nécessaire pour produire la lumière d’une intensité donnée.
Le
groupe de scientifiques de l’Université de l’Iowa a fait une mesure qui
peut être employée dans l’équation pour calculer directement la masse.
En utilisant la physique newtonienne pure et simple, les scientifiques
peuvent calculer la masse d’un objet une fois qu’ils connaissent la
période orbitale et la vitesse de plus petits objets en rotation autour
de lui.
"Nous avons trouvé une augmentation et
une chute dans la lumière de rayons X tous les 62 jours, probablement
provoqués par l’orbite de l’étoile compagnon autour du trou noir
", note Simet, membre de l’équipe de recherche. "Il
sera difficile de déterminer la vitesse, cependant, parce que l’étoile
est située dans un secteur obscurci par la poussière. Ceci fait qu’il
est dur pour les télescopes optiques et infrarouges d’observer l’étoile
et d’effectuer les calculs de vitesse. Jusqu’à maintenant, connaître la
période orbitale est très révélateur
".
Le
trou noir suspecté de masse intermédiaire, connu sous le nom de M82
X-1, est un objet ultra-lumineux de rayons X bien étudié dans un amas
proche d’étoiles contenant environ un million d’étoiles entassées dans
une région de seulement 100 années-lumière de large. Une théorie
principale propose qu’une multitude de collisions d’étoiles sur une
période courte dans une région serrée crée une colossale étoile de
courte durée de vie qui s’effrondre dans un trou noir de 1.000 masses
solaires. L’amas près de M82 X-1 a une densité assez élevée pour former
un tel trou noir. Aucun compagnon normal ne pourrait fournir assez de
carburant pour faire que M82 X-1 brille si intensément. Mais la période
orbitale de 62 jours implique que le compagnon doit avoir un densité
très faible. Ceci s’adapte au scénario d’une étoile supergigantesque
gonflée perdant de la masse à un taux assez élevé pour remplir de
combustible M82 X-1.
Les étoiles très massives
ou étoiles géantes (masse de l’ordre de 15 fois la masse solaire)
peuvent devenir un trou noir à la fin de leur vie. Lorsqu’une
etoile géante a épuisé son combustible (l’hélium)
elle se dilate atteignant 100 fois le diamètre du soleil. L’étoile
atteint la taille d’une super géante rouge. Elle continue à
se consumer (les réactions nucléaires de fusion continuent)
pour former du carbone et de l’oxygène. Ses couches extérieurs
explosent: c’est une supernova. Au centre de la déflagration
subsiste une étoile à neutrons de 12 km de largeur mais incroyablement
massive. Une petite cuillère de ce corps céleste pèserait
des milliards de tonnes. Avec une contraction plus poussée la
supernova (si son résidu dépasse 3 fois la masse solaire) devient
un trou noir. Un trou noir est extrêmement massif et rien ne peut
résister à son attraction gravitationnel qui l’entoure pas
même la lumière.
Les scientifiques pensent que toute
galaxie possède un trou noir en son centre. Même la notre.
Lorsque ce trou noir est très brillant il s’appelle un quasar et émet
mille fois plus d’énergie que la galaxie entière. Il émet
de l’énergie de toute longueur d’onde: des ondes radio (grandes
longueurs d’onde donc faibles énergies) aux rayons X et rayons gamma
(petites longueurs d’onde donc grandes énergies). Dans sa jeunesse
un trou noir émet beaucoup d’énergie car il engloutit beaucoup
de matière. Au bout d’un certain temps, les étoiles se rangent
sur leur orbite et tournent autour du trou noir et ne sont plus piégées
par son champ gravitationnel.
Les scientifiques ne peuvent pas
les voir mais ils peuvent les détecter grâce aux effets qu’ils
ont sur les autres corps célestes. Par exemple le gaz stellaire
piégé par un trou noir tourbillonne tout en rejoignant
le trou noir trahissant la présence de ce dernier. Hubble est
capable de détecter (grâce à un spectroscope) ce phénomène
et peut déterminer la position d’un éventuel trou noir.
Il peut même évaluer sa masse.
Le télescope spatial Chandra détecte les trous noirs grace à l’émission des rayons X de ces trous noirs .


Deux trous noirs super massifs
sur le point de fusionner

Des astronomes viennent de localiser une fusion galactique,
et de déterminer avec précision l’emplacement exact du
trou noir
super massif de chacune des galaxies. Ces monstres
jumeaux
tourbillonnent l’un autour de l’autre, et dans plusieurs
millions
d’années ils fusionneront, en émettant de puissantes
ondes gravitationnelles.

Les deux galaxies sont connues sous le nom collectif de
NGC 6240, et sont situées à environ 300 millions
d’années-lumière
de la Terre. Grâce à la puissante optique adaptative
du Keck
Observatory à Hawaï, NGC 6240 s’est révélée constituée de

deux disques en rotation, chacun possédant son trou noir super
massif
propre.


NGC 6240
résulte
de la collision
de deux disques galactiques.
Les astronomes ont détecté
les amas de
jeunes étoiles résultant de
la fusion
(petits points bleus), et ont identifié
les
caractéristiques associés aux
deux trous noirs.
La barre verte représente une
seconde
d’arc,
soit 1 600 années-lumière
à la distance de NGC 6240

Il y a des millions d’années, ces disques étaient deux galaxies
bien
séparées qui se sont peu à peu rapprochées, et ont
commencé à
fusionner. Ce processus d’évolution galactique
est semblable à celui
qui a permis la formation de notre
propre Voie Lactée, sur des milliards d’années. Les astronomes
commencent à comprendre la correspondance entre les
trous noirs et la masse de la galaxie qui les entoure, la masse
de ces trous noirs s’accroissant au fur et à mesure du
développement des galaxies.

Les trous noirs super massifs de NGC 6240 se dirigent
lentement vers leur centre de gravité commun. Dans les
10 à 100 millions d’années à venir, ils se développeront
en spirales
l’un dans l’autre et fusionneront dans un trou
noir unique. Cette
collision sera accompagnée d’intenses
émissions d’ondes
gravitationnelles.

Source:UCSC News ReleaseIllustration: C. Max, G. Canalizo, W. de Vries


La galaxie NGC5291
(en blanc
au centre)
et son anneau (incomplet)
de débris
de collisions observés à l’aide de
l’interféromètre du VLA (en bleu).
Les chercheurs ont mis en évidence
la
présence de matière noire au sein
de condensations denses formées
dans
ces débris (en rouge)

Pour des informations complémentaires , voir les sites :

Ondes gravitationnelles: Virgo entre en phase
d’exploitation

Hubble détecte un anneau de matière noire

De la matière cachée dans les débris de collision
des galaxies

Les trous noirs sont-ils des passages vers
d’autres Univers ?

Observation d’une éclipse de trou noir

Voir aussi les images de Chandra sur :

http://chandra.harvard.edu/photo/chronological99.html

et sur :

http://chandra.harvard.edu/photo/category.html

et le
dossier chandra

et aussi :

astronomie.haplosciences.com/blackhole.html.

et http://www.dinosoria.com/trou_noir.htm

La plus massive des étoiles connues dans l’univers vient d’être découverte par une équipe d’astronomes canadiens. L’étoile appartient à un système binaire qui porte le nom tout simple de A1 ; elle possède une masse de 114 fois celle de notre Soleil.( petit en comparaison de la masse d’un trou noir supermassif de 500 millions de fois la masse du soleil !


A1, l’étoile la plus massive jamais détectée

Cliquer sur l’image pour l’agrandi


A1 appartient à un amas d’étoile nommé NGC 3603, situé dans la Voie Lactée, à environ 20 000 années-lumière de la Terre.
Son compagnon dans le système binaire est également très massif, avec
84 masses solaires. Ces masses ont été déterminées par analyse des
orbites des étoiles à l’aide du VLT (Very Large Telescope) ainsi que
d’éclipses observées à l’aide du télescope spatial Hubble. Les deux étoiles gravitent l’une autour de l’autre en 3,77 jours terrestres.
Sur l’illustration ci-dessus figure une autre étoile (C), appartenant
aussi à un système binaire, dont la période de révolution est de 8,92
jours terrestres. Cependant la masse de ses composantes, que l’on
suppose importante également, n’a pas encore pu être déterminée.
Selon les scientifiques, la limite de la masse d’une étoile à 150 masses solaires est due à l’équilibre entre la pression
des radiations poussant vers l’extérieur de l’étoile et les forces
gravitationnelles. Au-delà de cette limite, l’étoile perdrait sa
stabilité et se fragmenterait dans l’espace. Cependant dans l’univers
primordial, des étoiles dont la masse excédait plusieurs centaines de
fois celle du Soleil ont sans doute pu exister, la pression de rayonnement étant moins forte: les éléments lourds n’étaient alors pas impliqués dans la fusion nucléaire régnant au coeur de ces étoiles.


Illustration: HST / Université de Montréal


Les étoiles chaudes ont des tailles de 10 fois
la taille du Soleil, alors que les étoiles froides n’atteignent qu’un dixième de la valeur solaire.
Les autres groupes du diagramme de Hertzsprung-Russell présentent des tailles très différentes.
Les géantes rouges ont entre une dizaine et une centaine de
fois la taille du Soleil. Les supergéantes rouges
peuvent quant à elles être un millier de fois plus grosses que notre étoile. L’énorme luminosité
de ces étoiles est donc liée à leurs dimensions gigantesques. Enfin, les naines
blanches
sont de manière générale une centaine de fois plus petites que le Soleil, ce qui
leur donne une taille similaire à celle de la Terre et explique leur faible luminosité. La limite théorique pour le poids d’une étoile est d’environ 150 masses
solaires : au delà, l’équilibre entre les forces de gravitation de la
matière stellaire et les forces de radiation qui émane du coeur de
l’étoile est rompu, l’étoile se disloque.

Cliquez sur les mots suivant,qui vous intéressent

Petits corps du Système solaire

Vulcanoïdes · Objets géocroiseurs · Ceinture principale · Astéroïdes troyens · Centaures · Damocloïdes · Comètes

Transneptuniens (Ceinture de Kuiper · Objets épars · Nuage d’Oort)

Voir aussi : Astéroïde · Astéroïdes binaires · Lunes astéroïdales

Pour une liste, voir : Liste des astéroïdes du système solaire

Système solaire (étoile : le Soleil)

Planètes : Mercure · Vénus · Terre · Mars · Jupiter · Saturne · Uranus · Neptune

Planètes naines : Cérès · Pluton · Éris

Petits corps : Astéroïdes · Comètes · Ceinture de Kuiper · Objets épars · Nuage d’Oort
E Lune · J Io Europe Ganymède Callisto · S Titan · N Triton

Voir aussi la liste d’objets célestes du système solaire, classés par taille,
par masse, ou par distance au Soleil · la galerie

 Le centre de la Galaxie d’ Androméde , prise par Chandra  est une " source froide " de
rayons X de millions de degrés de nature inconnue . Juste au dessus de
cette source froide , on voit une source ( jaune ) qui est , pense t ‘
on , due aux rayons X provenant de la matiére allant vers le trou noir " supermassif " au centre de la Galaxie ; Ce trou noir contient une masse de 30 millions de Soleil .
De nombreuses autres sources de rayons X apparaissent aussi ; la
plupart appartiennent à des systémes binaires , dans lesquels une étoile à neutrons , ou " trou noir " est en orbite autour d’une étoile normale .


Du Bienheureux Charles de
Foucauld
(1858-1916), ermite et missionnaire au Sahara
 
Lorsque nous désirons suivre Jésus, ne nous étonnons pas s’il ne nous le permet
pas tout de suite, ou même s’il ne nous le permet jamais… En effet ses vues
portent plus loin que les nôtres ; il veut non seulement notre bien, mais celui
de tous…
Assurément, partager sa vie, avec et comme les apôtres, est un bien et une
grâce, et on doit toujours tâcher de se rapprocher de cette imitation de sa
vie. Mais…la vraie, la seule perfection, ce n’est pas de mener tel ou tel
genre de vie, c’est de faire la volonté de Dieu ; c’est de mener le genre de
vie que Dieu veut, où il veut, et de le mener comme il l’aurait mené
lui-même…
Lorsqu’il nous laisse le choix à nous-mêmes, alors oui, cherchons à le suivre
pas à pas le plus exactement possible, à partager sa vie telle qu’elle fut,
comme le firent ses apôtres pendant sa vie et après sa mort : l’amour nous
pousse à cette imitation… Quand sa volonté nous voudra ailleurs, allons où il
voudra, menons le genre de vie que sa volonté nous désignera, mais partout
rapprochons-nous de lui de toutes nos forces et soyons dans tous les états,
dans toutes les conditions, comme lui-même y aurait été, s’y serait conduit, si
la volonté de son Père l’y avait mis comme elle nous y met.


De
la Bienheureuse
Teresa de Calcutta
(1910-1997),
fondatrice des Sœurs Missionnaires de la Charité

Si nous montrons tant d’amour aux pauvres, c’est qu’en eux
nous trouvons Jésus aujourd’hui, lui qui est la Parole de Dieu faite chair.
Plus nous sommes unis à Dieu, plus grandissent notre amour pour les pauvres et
notre disponibilité à les servir du fond du cœur…
N’allez pas chercher Dieu dans des pays lointains ; il est tout près de vous ;
il est avec vous. Tenez toujours vos lampes allumées (Mt 25,1s), et vous le
découvrirez sans cesse. Veillez et priez (Lc 21,36).
Jésus offre son amitié durable, confiante, personnelle, à chacun de nous ; il
l’exprime avec tendresse et amour. Il nous a liés à lui pour toujours. Et
maintenant, par notre empressement, nous mettons cet amour en pratique. Jésus
est venu dans le monde en faisant le bien, et nous essayons maintenant de
l’imiter, parce que je crois que Dieu aime le monde à travers nous. Je vois
tant de gens dans la rue, des gens dont on ne veut pas, dont on ne s’occupe
pas, des gens avides d’amour. Ils sont Jésus.


Saint Basile
(vers 330-379)
, moine et évêque de
Césarée en Cappadoce, docteur de l’Église



Notre Seigneur Jésus
Christ a dit à tous, à plusieurs reprises et en donnant diverses preuves : «
Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il se renonce à lui-même, qu’il prenne
sa croix et qu’il me suive
» ; et encore : « Celui d’entre vous qui
ne renonce pas à tout ce qu’il a ne peut être mon disciple
». Il nous
paraît donc exiger le renoncement le plus complet… « Où est ton trésor,
dit-il ailleurs, là est ton coeur
» (Mt 6,21).
Si donc nous nous réservons des biens
terrestres ou quelque provision périssable, notre esprit y demeure enlisé comme
dans de la boue.
Il
est alors inévitable que notre âme soit incapable de contempler Dieu, et
devienne insensible aux désirs des splendeurs du ciel et des biens qui nous
sont promis
. Nous ne pourrons obtenir ces biens que si nous les
demandons sans cesse, avec un ardent désir qui, du reste, nous rendra léger
l’effort pour les atteindre.

Se renoncer, c’est donc délier les liens qui nous attachent à cette vie
terrestre et passagère, se libérer des contingences humaines, afin d’être plus
à même de marcher dans la voie qui conduit à Dieu. C’est se libérer des
entraves afin de posséder et user de biens qui sont « beaucoup plus précieux
que l’or et que l’argent » (Ps 18,11)
.
Et pour tout dire, se renoncer, c’est transporter le
coeur humain dans la vie du ciel, en sorte qu’on puisse dire : « Notre patrie
est dans les cieux »
(Ph
3,20). Et surtout, c’est commencer à devenir semblable au Christ, qui pour nous
s’est fait pauvre, de riche qu’il était (2Co 8,9). Nous devons lui
ressembler si nous voulons vivre conformément à l’Évangile, c’est à dire 
aimer Dieu, et notre prochain en perdant notre vie pour lui .


Pére Emmanuel : à
propos de la parabole de "Lazare et le riche" :
Luc 16,19-31

Vous
avez bien entendu comme moi : l’homme riche de l’Evangile n’est pas un
mauvais bougre. Ce n’est pas un escroc. Non, non, pas du tout. L’Evangile ne
dit pas qu’il l’ait volé, son argent ! Peut-être même qu’après avoir
travaillé toute sa vie comme un forcené, le temps est venu pour cet homme riche
de mettre la pédale douce et de profiter enfin du fruit de son travail !
Je ne sais pas ce que vous en pensez mais moi, je trouve cet Evangile de prime
abord… absolument terrifiant ! Pourquoi ? Précisément parce que ce
riche qui finit en enfer n’est pas un mauvais riche. Il goûte au contraire un
repos qu’on peut supposer, pourquoi pas… tout à fait mérité ! L’Evangile
ne dit pas que l’homme en question ait maltraité ni même méprisé le pauvre
Lazare tapis à sa porte. Alors quel est son crime ? D’avoir
« ignoré » le pauvre. C’est l’un des grands maux de la richesse que
si l’on n’y prend garde, il coupe de la communauté humaine la plus primaire,
celle des besoins, au point que l’on peut côtoyer la misère sans même la
voir.
L’abîme qui sépare Lazare au ciel de l’enfer du riche s’est creusé
dès cette vie. Car
rester
loin des autres, c’est rester loin de Dieu
. Dans l’au-delà, où la séparation est définitive, le
« portail » est devenu un « abîme »…
« Des pauvres, vous en aurez toujours », nous avait prévenu Jésus.
Dieu envoie des pauvres aux riches pour
les sauver
de leur richesse !
 le risque est de penser que cette parabole est pour Rockefeller ou Bill
Gates et pas pour nous, ce risque est aussi le nôtre…… A l’heure de la mondialisation,
nous savons qu’il suffit d’avoir des victuailles chez soi, dans son frigo, pour
être riche. Lorsqu’elle se fait l’écho des terribles famines qui sévissent
chaque année en Afrique ou en Asie, la télévision nous rappelle que manger à sa
faim reste un privilège. Jean-Paul II avait raison de s’écrier : « Le
développement inégal entre les nations est la version planétaire de la parabole
du riche et de Lazare. Les habitants de l’hémisphère nord seront jugés sur le
contenu de leur poubelle. »
Mais alors, si les riches, c’est nous, cette parole nous condamne tous !
Où est donc la Bonne
Nouvelle ? Si le gouffre se creuse chaque jour davantage
autour du jouisseur que nous sommes (car nous jouissons d’un nombre croissant
de biens et de services), si notre conscience anesthésiée n’est plus atteinte
par le reproche que lui adresse la pauvreté, si notre écran télé nous protège
–en nous séparant comme le « portail » de l’Evangile- de toute la
misère du monde, qui de nous se sauvera ? Attention, toi, le bon vivant,
semble nous dire l’Evangile, tu vas faire un bien vilain mort !
Sommes-nous convaincus que nous sommes en train de fabriquer notre ciel… ou
notre enfer aujourd’hui ? Convertissons-nous et croyons en la Bonne Nouvelle !
Jésus Christ s’est fait pauvre pour nous enrichir de sa pauvreté !
« Les riches dans l’Eglise, disait Bossuet, sont des étrangers. Ce sont
les pauvres qu’ils servent qui les y naturalisent. »
Recherchons donc la compagnie des
pauvres ! Et servons-les ! C’est là que se cache Notre Seigneur !
Combien de Lazare gravitent autour de
nous, jusque dans notre famille ! Combien de pauvres ! S’ils ne sont
pas tous pauvres de pain,
combien
de ces Lazare sont
pauvres de vie éternelle ! Pauvres
d’amour ! Pauvres de joie véritable !

Certaines personnes par exemple sont si pauvres à l’intérieur qu’elles
n’arrêtent pas de parler. La plupart des gens évitent leur compagnie car elles
sont insupportables, humainement parlant. On ne peut pas en placer une.
Quelqu’un qui ne sent pas aimé sera toute sa vie à la recherche d’une oreille
compatissante, c’est bien normal.
Alors demandons l’Esprit Saint ! Faisons aux pauvres que
Dieu a mis « à notre porte » l’aumône de notre temps, de notre
service, de notre écoute –ou de notre argent! Le nom de Lazare signifie
« Secours de Dieu ». Lazare est le type même du pauvre. Il attend
tout de Dieu ! C’est pourquoi Dieu lui donne tout. Dieu donne toujours
tout à ceux qui attendent tout de Lui ! Alors demandons-le lui !
Nous pouvons ressembler à Lazare par la foi : « Seigneur, tu connais
ma pauvreté. Donne-moi cet amour qui me manque tellement, viens m’aimer dans
mes manques d’amour quotidiens, pour que cet amour qui me sauve aujourd’hui,
cet amour qui me pardonne et me ressuscite puisse rejaillir sur mon frère
pauvre comme une éternelle offrande à ta gloire ! »



Evangile de

Jésus-Christ selon saint Jean 12,44-50.

Jésus, lui, affirmait avec force : « Celui qui croit en moi, ce n’est pas en

moi qu’il croit, mais en celui qui m’a envoyé ;

et celui qui me voit voit celui qui m’a envoyé.

Moi qui suis la lumière, je suis venu dans le monde pour que celui qui croit

en moi ne demeure pas dans les ténèbres.

Si quelqu’un entend mes paroles et n’y reste pas fidèle, moi, je ne le jugerai

pas, car je ne suis pas venu juger le monde, mais le sauver.

Celui qui me rejette et n’accueille pas mes paroles aura un juge pour le

condamner. La parole que j’ai prononcée, elle le condamnera au dernier jour.

Car ce que j’ai dit ne vient pas de moi : le Père lui-même, qui m’a envoyé,

m’a donné son commandement sur ce que je dois dire et déclarer ;

et je sais que son commandement est vie éternelle. Donc, ce que je déclare, je

le déclare comme le Père me l’a dit. »

Advertisements
Cet article a été publié dans connaissance. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s