Explorations de Mars le 25 Mai, Youssef Bousnaya, Dorothée de Gaza; distance terre-lune, Exoplanètes, Mathieu……

Cliquez sur ces photos pour avoir les explications :

Est-ce de la glace que l’on voit ici sous l’atterrisseur Phoenix ? C’est très possible. Phoenix, qui s’est posé
il y a tout juste une semaine, devait creuser le sol martien pour y
chercher de la glace, mais ses rétrofusées ont peut-être déjà fait le
travail pendant la descente. Cette image prise la semaine passée avec la caméra du bras robotique de Phoenix révèle la présence d’une substance claire juste devant un pied d’atterrissage. Dans les toutes prochaines semaines, Phoenix
va poursuivre la documentation photographique de son environnement
immédiat, analyser la composition de ce substrat insolite et dur, et
creuser le sol environnant. Si ce substrat se révélait bien être de la glace martienne, il fournirait un socle commode à l’étude de l’histoire de l’eau sur Mars, et aiderait à mieux déterminer si la limite entre glace et sol a jamais été en mesure d’abriter la vie.
(Tiré de " Ciel des hommes ").

Regardez en cliquant sur :Phoenix, atterrissage en direct sur Mars !Phoenix, atterrissage en direct sur Mars !

CNES

FR

motionmaker

par
le CNES

Lander

Phoenix EDL Animation – This animation visualizes entry, descent and landing of the Phoenix Mars Lander in May 2008. The animation was created by Maas Digital under the direction of the Jet Propulsion Laboratory’s .

Cliquez ci-dessous pour voir l’histoire des différents vols sur Mars .

Earth to Mars Timeline

Pour voir plus de vidéos, allez sur : http://www.nasa.gov/multimedia/videogallery/Video_Archives_Collection_archive_1.html

Le 2 Juin 2008 : Une semaine aprés s’être posé sur Mars, Phoenix spacecraft
( NASA) lifted its first scoop of Martian soil as a test of the lander’s
Robotic Arm.

first-dig test area on Mars

Cliquez sur : › Full story
› Full caption
› Listen to Phoenix media

Highest Resolution Image of Dust and Sand Yet Acquired on Mars


This mosaic of four side-by-side microscope
images was acquired by the Optical Microscope,
a part of the Microscopy, Electrochemistry, and Conductivity Analyzer
(MECA) instrument suite on NASA’s Phoenix Mars Lander. Taken on the
ninth Martian day of the mission, or Sol 9 (June 3, 2008), the image
shows a 3 millimeter (0.12 inch) diameter silicone target after it has
been exposed to dust kicked up by the landing. It is the highest
resolution image of dust and sand ever acquired on Mars. The silicone
substrate provides a sticky surface for holding the particles to be
examined by the microscope.

The Phoenix Mission is led by the University of Arizona,
Tucson, on behalf of NASA. Project management of the mission is by
NASA’s Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, Calif. Spacecraft
development is by Lockheed Martin Space Systems, Denver.


Mars: The Search for Water, the Search
for Life ?
Cliquez sur : Flash Video Stream


Spacecraft visiting Mars have returned intriguing images of the surface
of the Red Planet for over forty years. Many of these images suggest
liquid water once flowed on the surface of Mars. The ViewSpace program
"Mars: The Search for Water, the Search for Life" looks at some of
these images and compares them to similar features found on the Earth
and addresses possible consequences of finding liquid water on Mars.

The content of this program was developed by Andrew Shaner, graduate
student and member of the Phoenix Mission Team. Principal Investigator,
Peter Smith helped Andy develop the content for this ViewSpace program.
ViewSpace is produced by John Stoke and the informal education group of
NASA’s Hubble Space Telescope’s Education and Public Outreach program.

Exhibit


 

La vocation de Matthieu par le Caravage

appelMt

 Pour distinguer les personnages de cette photo, en particulier, Mathieu avec la barbe , Pierre à droite et le Christ derrière Pierre et pointant du doigt Mathieu . .)


«
En passant, Jésus vit Lévi, le fils d’Alphée, assis au bureau de la
douane, et lui dit : « suis-moi ». Et se levant, il Le suivit. »

Dans ce bureau de douane, deux groupes de personnages se distinguent par leurs vêtements.

A
gauche, autour de saint Matthieu, il sont vêtus comme les contemporains
du Caravage ; le Christ et saint Pierre tels qu’ils pouvaient l’être à
leur époque. Ainsi la scène se déroule hors du temps historique pour
faire entrer le spectateur dans ce récit évangélique.
Le Christ,
dans le même geste qu’Adam dans la fresque de la création de Michel
Ange, prolonge la création de l’homme par Dieu, en vocation à suivre
son appel.

C’est
cette main tendue qui franchit le « vide » qui sépare les deux groupes
de personnages, séparation entre l’humain et le divin, le péché et la
grâce. Ce franchissement devient ainsi l’ouverture de l’alliance entre
Dieu et les hommes réalisée dans le don de la grâce.

Avec ce geste, le Christ a engagé un dialogue auquel participe Pierre et Matthieu.

Au
dessus de la main du Christ, une fenêtre ouverte, à meneaux en forme de
croix, annonce la mort et la résurrection du Christ par laquelle il
rachète les péchés. La vocation de Matthieu devient alors, non
seulement le pardon de ses fautes, mais aussi une naissance, la passage
de la mort à la vie, de l’ombre à la lumière.

Le
Christ lui-même sort de l’ombre, son entrée dans la pièce n’a rien
d’éblouissante ; de même que la lumière qui accompagne son appel, si
elle vient toucher tous les personnages, ne trouble pas l’intérêt que
le jeune et le vieillard (sur la gauche) mettent à compter leur argent.

Les
visages des différents personnages expriment une certaine distance
vis-à-vis de la scène : indifférence ? Surprise ? Défiance ?

Matthieu
a gardé une main posée sur ses pièces, mais avec l’autre il hésite à se
désigner. Cette réponse au dialogue ouvert par le Christ nous fait
douter que ce personnage soit bien Matthieu. Il ne s’est pas encore
levé, son expression est étonnée : toute la scène est dans l’instant où
la grâce passe. Et le Christ attend la réponse de Matthieu qui va
devoir laisser son argent pour suivre ces hommes dont les pieds nus
expriment la pauvreté.

Saint
Pierre est situé entre le spectateur et le Christ. Il est celui sur qui
le Christ a bâti son Eglise, médiatrice entre Dieu et les hommes. C’est
ainsi l’Eglise qui répète à son tour le geste du Christ invitant à la
suivre.

Ce
commentaire est issu d’une brochure achetée en l’église Saint-Louis des
Français de Rome, où est exposé ce tableau du Caravage



Thérèse de l’Enfant Jésus (1873-1897), carmélite, docteur de l’Église


« Je veux te faire lire dans le livre de vie, où est contenue la science

d’Amour ». La science d’Amour, oh oui ! cette parole résonne doucement à

l’oreille de mon âme, je ne désire que cette science-là ; pour elle, ayant

donné toutes mes richesses, j’estime, comme l’épouse [du Cantique des]

cantiques, n’avoir rien donné (Ct 8,7). Je comprends si bien qu’il n’y a que

l’amour qui puisse nous rendre agréables au Bon Dieu que cet amour est le seul

bien que j’ambitionne.

Jésus se plaît à me montrer l’unique chemin qui conduit à cette

fournaise divine ; ce chemin c’est l’abandon du petit enfant qui s’endort sans

crainte dans les bras de son Père. « Si quelqu’un est tout petit qu’il vienne

à moi » a dit l’Esprit Saint par la bouche de Salomon (Pr 9,4) et ce même

Esprit d’amour a dit encore que « La miséricorde est accordée aux petits » (Sg

6,6). En son nom, le prophète Isaïe nous révèle qu’au dernier jour « Le

Seigneur conduira son troupeau dans les pâturages, qu’il rassemblera les

petits agneaux et les pressera sur son sein » (Is 40,11)…

Ah ! si toutes les âmes faibles et imparfaites sentaient ce que sent la

plus petite de toutes les âmes, l’âme de votre petite Thérèse, pas une seule

ne désespérerait d’arriver au sommet de la montagne de l’amour, puisque Jésus

ne demande pas de grandes actions, mais seulement l’abandon et la

reconnaissance. Il a dit dans le psaume 49 : « Je n’ai nul besoin des boucs de

vos troupeaux, parce que toutes les bêtes des forêts m’appartiennent et les

milliers d’animaux qui paissent sur les collines… Immolez à Dieu des

sacrifices de louanges et d’actions de grâces ». Voilà donc tout ce que Jésus

réclame de nous, il n’a point besoin de nos oeuvres, mais seulement de notre

amour. Car ce même Dieu qui déclare n’avoir point besoin de nous dire s’il a

faim (Ps 49) n’a pas craint de mendier un peu d’eau à Samaritaine (Jn 4,7). Il

avait soif… Il avait soif d’amour. Ah ! je le sens plus que jamais, Jésus

est altéré, il ne rencontre que des ingrats et des indifférents parmi les

disciples du monde. Et parmi ses disciples à lui, il trouve, hélas ! peu de

coeurs qui se livrent à lui sans réserve, qui comprennent toute la tendresse

de son amour infini.



Youssef Bousnaya (vers 869-979), moine syrien


Mon fils, applique-toi de toute ton âme à acquérir l’amour des hommes,

dans lequel et par lequel tu t’élèveras à l’amour de Dieu qui est la fin de

toutes les fins. Vains sont tous tes labeurs qui ne sont pas accomplis dans la

charité. Toutes les bonnes oeuvres et tous les labeurs conduisent l’homme

jusqu’à la porte du palais royal ; mais c’est l’amour qui nous y fait demeurer

et nous fait reposer sur le sein du Christ (Jn 13,25).

Mon fils, que ton amour ne soit pas partagé, divisé, intéressé, mais

répandu partout en vue de Dieu, désintéressé. Le Christ te donnera la

connaissance pour comprendre le mystère de cette parole. Aime tous les hommes

comme toi-même ; bien mieux, aime ton frère plus que toi-même ; ne recherche

pas seulement ce qui te convient, toi, mais ce qui est utile à ton frère.

Méprise-toi toi-même pour l’amour de ton prochain, afin que le Christ soit

miséricordieux et fasse de toi un cohéritier de son amour. Prends bien garde

de mépriser cela. Car Dieu nous a aimés le premier, et il a livré son Fils à

la mort pour nous. « Dieu a tellement aimé le monde qu’il a livré pour lui son

Fils unique », dit l’apôtre Jean, témoin de la vérité (Jn 3,16). Celui qui

marche dans ce sentier de l’amour, grâce à son labeur, arrivera promptement à

la demeure qui est le but de ses efforts. Ne pense donc pas, mon fils, que

l’homme puisse acquérir l’amour de Dieu, qui nous est donné par sa grâce,

avant d’aimer ses frères en humanité.


COMMENTAIRE DE SAINT THOMAS D’AQUIN SUR L’ÉVANGILE DE JEAN

Le chemin, c’est le Christ lui-même, et c’est pourquoi il dit: Moi, je suis le chemin. Cela se comprend bien, puisque par lui nous avons accès auprès du Père.
Mais parce que ce chemin n’est pas éloigné du terme, parce qu’il y est joint, au contraire, Jésus ajoute: La vérité et la vie ; et c’est ainsi que lui-même est à la fois le chemin et le terme. Le chemin en tant qu’homme: Moi je suis le chemin ; en tant que Dieu, il ajoute : la vérité et la vie. Ces deux derniers mots désignent parfaitement le terme du chemin.
Car
le terme de ce chemin, c’est la fin que recherche le désir humain. Or,
l’homme désire principalement deux choses: d’abord la connaissance de
la vérité, ce qui lui est propre; ensuite la continuation de son
existence, ce qui est commun à tous les êtres.
Or, le Christ est le
chemin pour parvenir à la connaissance de la vérité, alors pourtant
qu’il est lui-même la vérité: Conduis-moi, Seigneur, dans ta vérité, et j’entrerai sur ton chemin. Et le Christ est le chemin pour parvenir à la vie, alors pourtant qu’il est lui-même la vie: Tu m’as fait connaître les chemins de la vie.
C’est pourquoi il a désigné le terme de ce chemin par la vérité et la vie. L’une et l’autre, plus haut, ont été attribuées au Christ. D’abord, il est lui-même la vie: En lui était la vie ; ensuite, il est la vérité, puisqu’il était la lumière des hommes ; or la lumière, c’est la vérité. ~
Si donc tu cherches par où passer, prends le Christ, puisque lui-même est le chemin: C’est le chemin, suivez-le.
Et Augustin commente: « Marche en suivant l’homme et tu parviendras à
Dieu ». Car il vaut mieux boiter sur le chemin que marcher à grands pas
hors du chemin. Car celui qui boite sur le chemin, même s’il n’avance
guère, se rapproche du terme; mais celui qui marche hors du chemin,
plus il court vaillamment, plus il s’éloigne du terme.
Si tu cherches où aller, sois uni au Christ, parce qu’il est en personne la vérité à laquelle nous désirons parvenir: C’est la vérité que ma bouche proclame. Si tu cherches où demeurer, sois uni au Christ, parce qu’il est en personne la vie: Celui qui me trouvera trouvera la vie, et il obtiendra du Seigneur le salut.
Sois
donc uni au Christ, si tu veux être en sûreté: tu ne pourras pas
t’égarer puisque lui-même est le chemin. C’est pourquoi ceux qui sont
unis à lui ne marchent pas dans un pays sans routes, mais par un chemin
droit. En outre, le Christ ne peut pas se tromper, parce qu’il est
lui-même la vérité et enseigne toute vérité. Il dit en effet : Je suis né, je suis venu pour ceci: rendre témoignage à la vérité. Enfin il ne peut être mis en échec, parce que c’est lui-même qui est la vie et qui donne la vie, ainsi qu’il le dit: Moi, je suis venu pour qu’ils aient la vie, pour qu’ils l’aient en abondance.



INSTRUCTION SPIRITUELLE DE SAINT DOROTHÉE DE GAZA

Celui
qui s’accuse soi-même, quelle joie, quel repos il possède, partout où
il va! Qu’une peine, qu’un outrage, qu’une épreuve quelconque lui
survienne, il juge d’avance qu’il en est digne et il n’est jamais
troublé. Y a-t-il un état qui soit davantage exempt de soucis?
Mais,
dira-t-on, si un frère me tourmente, et qu’en m’examinant je constate
que je ne lui en ai fourni aucun prétexte, comment pourrai-je m’accuser
moi-même?
En fait, si quelqu’un s’examine avec crainte de Dieu,
il découvrira qu’il a certainement donné un motif de reproche par une
action, une parole, ou une attitude. Et s’il voit qu’en rien de tout
cela il n’a, soi-disant, donné aucun motif d’hostilité pour le présent,
c’est vraisemblablement qu’il a tourmenté ce frère une autre fois, pour
le même sujet ou pour un autre, ou bien encore parce qu’il a tourmenté
une autre fois un autre frère. Et c’est pour cela, parfois même pour
une autre faute, qu’il devait souffrir ainsi.
Il arrive aussi
qu’un frère, se croyant installé dans la paix et la tranquillité,
lorsqu’on lui dit une parole pénible, soit plongé dans le trouble. Et
il juge qu’il a raison de s’affliger, se disant en lui-même: "S’il
n’était pas venu me parler et me troubler, je n’aurais pas péché. "
C’est
une illusion, c’est un faux raisonnement. Celui qui lui a dit cette
parole, y a-t-il introduit la passion? Il lui a révélé la passion qui
était en lui, afin qu’il s’en repente, s’il le veut. Ainsi, ce frère
était pareil à un pain de pur froment, d’apparence brillante, mais qui,
une fois rompu, ferait voir sa corruption.
Il était installé
dans la paix, croyait-il, mais il avait au-dedans de lui une passion
qu’il ignorait. Qu’un frère lui dise une seule parole, et aussitôt a
jailli la corruption qui était cachée en lui. S’il veut obtenir
miséricorde, qu’il se repente, qu’il se purifie, qu’il progresse, et il
verra qu’il devra plutôt remercier son frère d’avoir été pour lui la
cause d’un tel profit. En effet, les épreuves ne l’accableront plus
autant. Plus il progressera, plus elles lui paraîtront légères. A
mesure en effet que l’âme progresse, elle se fortifie et devient
capable de supporter tout ce qui lui arrive.

Distance terre-Lune : La distance Terre-Lune fut mesurée pour la 1ère fois, avec précision, à l’observatoire du Pic du Midi, avec un Laser à rubis, en 1964, par une équipe de l’école Polytechnique dirigée par A. Orszag ; Elle montra des variations continuelles, provoquées par l’orbite
sensiblement elliptique de notre satellite. On peut également observer
un changement d’apparence beaucoup plus subtil si on y regarde de plus
près : la lune semble osciller légèrement le long d’un axe oblique
d’une image à l’autre. Cet effet, connu sous le nom de libration : Cliquez sur "
l’animation " pour voir cet effet.
Aujourd’hui, la distance est mesurée au CERGA, voir :
http://grasse.obs-azur.fr/cerga/laser/laslune/presentation.htm


5 nouvelles exoplanètes découvertes par par le satellite COROT et son télescope depuis 510 jours.( sur 277 exoplanétes découvertes au total, voir http://obswww.unige.ch/~naef/RECAN/announcement.html  )
Les observations du 6ème champ, et la troisième campagne d’observations de 5 mois d’affilée,
avec l’enregistrement simultané de 12000 étoiles, a commencé au début du mois.

Au symposium 253 de l’IAU, qui s’est tenu cette semaine à Boston, l’équipe CoRoT a profité de cette première
opportunité pour présenter et discuter les résultats avec les spécialistes de la découverte
des exoplanètes.
CoRoT a annoncé 3 nouvelles découvertes à ce symposium. Cela monte le total des nouvelles
exoplanètes découvertes par CoRoT à 5.

La présentation d’un nouveau type d’objet a immédiatement soulevé des débats entre l’équipe CoRoT et les 200
astronomes internationaux présents à cette réunion.

Cet objet, appelé CoRoT-exo-3b, se situe entre une naine brune et une planète. Pour une super planète,
son rayon est déjà petit. Si c’est une étoile, ce serait la plus petite qui existe.

Des observations de suivi au sol ont mesuré pour cet objet une masse de 20 Jupiters.
Sa densité est donc deux fois celle du platine!

CoRoT, construit pour découvrir les plus petites planètes,
apporte maintenant une nouvelle discussion sur la nature même d’une planète,
en trouvant en quelque sorte un chaînon manquant entre étoiles et
planètes.
Bonne nouvelle aussi du côté de la découverte des petites planètes.

CoRoT a pu détecter un signal de 5 dix millièmes. S’il s’agit bien d’un transit, le rayon de la planète
serait de 1.7 fois le rayon de la Terre.

Figure 1:Le plus petit signal détecté (à gauche) est agrandi dans la deuxieme figure
(à droite). La nature planétaire n’est pas encore confirmée.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir


Référence

The CoRoT team, Communication at the Boston Conference,
IAU Symposium 253 et Annie Baglin
(Observatoire de Paris, LESIA)

voir aussi : http://smsc.cnes.fr/COROT/index.htm

et http://corot.oamp.fr/pages/participants.html


5 autres exoplanètes  révélées par "SOPHIE" et son télecope de Saint Michel de Provence ( cliquez )


 How SuperWASP works

There are an estimated 10 billion planetary systems in our galaxy
alone, yet to-date, only a few hundred have been discovered.
Exoplanets are very difficult to detect because they don’t emit any
light of their own and are completely obscured by their extremely
bright parent stars. Normal telescope observation techniques cannot be
used. Instead of trying to image/detect exoplanets directly we look for
the physical effects they have on their parent star such as shifts in
position or changes in brightness.

SuperWASP
detects planets by looking for ‘transits’. These occur when a planet
passes in front of its parent star, temporarily obscuring some of its
light. This can be detected from the Earth as a slight dimming of the
star’s luminosity. The dimming can be as little as 1% so extremely
accurate measurements are needed. The image to the
left
 is
a transit diagram demonstrating the process. As the planet passes in
front of the star it produces a characteristic ‘light-curve’ whose
shape is affected by the size and orbital distance (and hence orbital
period) of the planet. SuperWASP constantly monitors the brightness of
the stars in its field of view and alerts us of any variations that may
be due to the presence of a planet.

The
easiest planets to detect are close orbiting gas giants known as ‘Hot
Jupiters’. These are very large planets (about 10 times the size of the
Earth) which orbit extremely closely to their parent star (far closer
than Mercury orbits our Sun). Their size and proximity creates a large
decrease in brightness which is easy to detect. Their close orbital
proximity produces very short orbital periods, sometimes as short as a
few days, which enables the whole transit to be observed from only a
few observations. The image to the right shows the transit of Venus in
front of our own sun which occurred in June 2004 (image courtesy of Keele University Observatory).
Venus is such a small planet that its transit hardly blocks any light
and so would be very difficult to detect if it were orbiting around another nearby
star.


The SuperWASP observatories each consist of an array of
8 cameras, backed with a high-quality CCD (See Technical section
for more details). These cameras are extremely wide field – upto 2000 times
greater than a conventional astronomical telescope. The cameras
continuously image the night sky, each camera capturing up to
100,000 stars per image (this many are needed to stand any chance of
detecting transiting planets). This amounts to over 50 gigabytes of
observational data per night, per observatory, which is automatically processed by our custom built computer ‘Pipeline’.

The ‘Pipeline’ first reduces the images by removing errors such as
variations in pixel sensitivity, dirt/scratches on the lenses, noise
etc. This is done by comparing the images to special calibration
images. The diagram below shows three of these images;

1) ‘Flat-field’ – an image (or several images) of a uniform area of the
sky taken at twilight, used to remove variations in pixel sensitivity
across the CCD, dust and scratches and variations in illumination
across the lens known as vignetting.
2) ‘Bias’ – a short exposure image with the lens shutter in place, used
to estimate the effect of a voltage difference applied to the CCD to
ensure a linear response.
3) ‘Dark-current’ – a longer exposure with the lens shutter in place,
used to eliminate thermal noise from the CCD (although the CCDs are
cooled to -50C thermal noise is still present).

Automatic image reduction
The ‘pipeline’ then examines the images
and matches each star with an
astronomical catalogue of stars to identify them. Finally a complex
photometric analysis is performed to measure the brightness of every
star, the results of which are stored in the project database hosted by
the University of Leicester.
When sufficient observations have been made (over several months),
we perform searches for dips in brightness that might indicate the
presence of a planet passing in front of a star. Unfortunately there are a large number of phenomenon, other than
planets, that can cause changes in stellar brightness. Very careful analysis is
needed to verify the presence of a planet which is performed with the help of our collaborators from the Geneva Planet Search
group. To confirm the presence of the planet they use sensitive
spectrographs to measure the minute shift in position of the star as
the planet orbits around.

Once confirmed, astronomers can then use large instruments such as
the Hubble and Spitzer space telescopes to study these worlds.


Une vision de l'Univers (Simulation )Une vision de l’Univers (Simulation )

Ref. cite-des-sciences (Paris)

afficher en 750x750Recensement Crédit :
GLIMPSE

Illustration Crédit :

R. Hurt (SSC),
JPL-Caltech,
NASA

Observant depuis l’intérieur de notre galaxie, la Voie lactée, il nous est difficile de discerner sa vraie structure. Mais un ambitieux programme de recensementtélescope spatial Spitzer offre à présent des indices convaincants du fait que nous vivons dans une grande galaxie caractérisée par ses deux grands bras spiraux,
celui du Bouclier-Centaure et le bras de Persée, émergeant chacun d’une
des deux extrémités d’une vaste barre centrale. Aussi un astronome
d’une lointaine galaxie qui serait située au-dessus de la notre verrait probablement la Voie lactée sous la forme d’une spirale barrée à deux bras semblable à cette vue d’artiste.
De précédentes études ont révélé la présence d’une plus petite
structure barrée proche du centre ainsi que de quatre bras
supplémentaires, plus modestes. Les astronomes estiment toujours que le
soleil se trouve environ au premier tiers du diamètre de la galaxie en
partant du bord extérieur, dans un bras mineur appelé l’éperon d’Orion.
Pour avoir accès à une version légendée de l’image, cliquez ici.



BAUDOIN DE FORD

Le
Seigneur connaît les pensées et les intentions de notre coeur. Nul
doute que lui, en effet, les connaisse toutes, mais nous, nous
connaissons seulement celles qu’il nous rend manifestes par la grâce du
discernement
. Car l’esprit de l’homme ne sait pas toujours ce qui est
en lui, et même lorsqu’il s’agit de ses pensées, qu’elles soient
voulues ou non, il s’en fait une idée qui ne correspond pas toujours à
la réalité
. Même celles qui se présentent avec évidence au regard de
son esprit, il ne les discerne pas avec précision, tant son regard est
obscurci.

Il arrive souvent, en effet, pour une raison humaine
ou qui relève du Tentateur, qu’on soit lancé par sa propre pensée dans
ce qui n’est que l’apparence de la piété, et qui, aux yeux de Dieu, ne
mérite nullement la récompense promise à la vertu. C’est qu’en effet
certaines choses peuvent prendre l’aspect de vertus véritables, comme
d’ailleurs de vices, et tromper les yeux du coeur. Par leurs séductions
propres, elles peuvent troubler la vue de notre intelligence
au point
de lui faire prendre souvent pour du bien des réalités mauvaises en
fait, et inversement de lui faire discerner du mal là où, en fait, il
n’y en a pas. C’est là un aspect de notre misère et de notre ignorance,
qu’il nous faut beaucoup déplorer et grandement redouter.
Il est écrit à ce sujet: Il est des voies qui paraissent droites à l’homme, mais qui débouchent sur l’enfer. C’est pour nous garder de ce danger que saint Jean nous exhorte en disant: Eprouvez les esprits, pour voir s’ils viennent de Dieu.
Mais qui peut vérifier si les esprits viennent de Dieu, à moins d’avoir
reçu de Dieu le discernement des esprits, et de pouvoir ainsi examiner
avec précision et sans se tromper les pensées, les affections et les
intentions de l’esprit? Ce discernement est à la source de toutes les
vertus et chacun en a besoin, soit pour conduire les autres, soit pour
se diriger et s’amender soi-même.
Droite est notre idée de ce
qu’il faut faire, quand elle est guidée par la volonté de Dieu; pure et
bonne est notre intention, quand elle se dirige vers Dieu en toute
simplicité. L’ensemble de notre vie en ce corps et de chacun de nos
actes sera pénétré de lumière à condition que notre oeil soit simple.
Cet oeil simple est vraiment tel, quand, à travers une réflexion
droite, il voit ce qu’il faut faire, et quand, dans une intention pure,
il passe à l’acte, simplement, et se garde de toute duplicité. La
pensée droite n’accepte pas l’erreur, intention purifiée exclut le
faux-semblant. Tel est le vrai discernement, en qui se rejoignent la
droiture de la pensée et la pureté de l’intention.
Ainsi, tout doit se faire à la lumière du discernement, comme en Dieu, et sous le regard de Dieu.


Isaac de l’Étoile (?-vers 1171), moine cistercien


Tous les hommes sans exception désirent le bonheur, la béatitude. Mais

ils ont sur elle des idées différentes : pour l’un, elle est dans la volupté

des sens et la douceur de la vie ; pour un autre, dans la vertu ; pour un

autre, dans la connaissance de la vérité. C’est pourquoi celui qui enseigne

tous les hommes…commence par redresser ceux qui s’égarent, dirige ceux qui

sont sur la route, et accueille ceux qui frappent à la porte… Celui donc qui

est « le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jn 14,6) redresse, dirige, accueille,

et il commence par cette parole : « Heureux les pauvres en esprit ».

La fausse sagesse de ce monde, qui est vraiment folie (1Co 3,19), se

prononce sans comprendre ce qu’elle affirme ; elle déclare bienheureuse « la

race étrangère, dont la main droite est remplie d’injustice, dont la bouche

profère le mensonge » parce que « leurs greniers sont pleins et débordants,

leurs brebis fécondes et leurs vaches grasses » (Ps 143,7-13). Mais toutes

leurs richesses sont incertaines, leur paix n’est pas la paix (Jr 6,14), leur

joie est stupide. Au contraire, la Sagesse de Dieu, le Fils par nature, la

main droite du Père, la bouche qui dit la vérité, proclame bienheureux les

pauvres, destinés à être rois, rois du Royaume éternel. Il semble dire : «

Vous cherchez la béatitude, mais elle n’est pas où vous cherchez ; vous

courez, mais hors du chemin. Voici le chemin qui conduit au bonheur : la

pauvreté volontaire à cause de moi, tel est le chemin. Le Royaume des cieux en

moi, voilà la béatitude. Vous courez beaucoup mais mal ; plus vous allez vite,

plus vous vous éloignez du terme…»

Ne craignons pas, frères. Nous sommes pauvres ; écoutons le Pauvre

recommander aux pauvres la pauvreté. Nous pouvons croire en son expérience.

Pauvre il est né, pauvre il a vécu, pauvre il est mort. Il n’a pas voulu

s’enrichir ; oui, il a accepté de mourir. Croyons donc la Vérité qui nous

indique le chemin vers la vie. Il est ardu, mais il est court ; la béatitude,

elle, est éternelle. Le chemin est étroit, mais il mène à la vie (Mt 7,14).



Saint Jean Chrysostome (vers 345-407), évêque d’Antioche puis de

Constantinople, docteur de l’Église


« Vous êtes le sel de la terre » dit le Sauveur ; il leur montre par là

combien sont nécessaires tous les préceptes qu’il vient d’énoncer. « Ma

parole, leur dit-il, ne sera pas seulement pour votre propre vie, mais elle

vous est confiée pour le monde entier. Je ne vous envoie pas à deux villes, à

dix ou à vingt, ni à un seul peuple, comme autrefois les prophètes. Je vous

envoie à la terre, à la mer, à toute la création (Mc 16,15), partout où abonde

le mal.
En effet, en leur disant : « Vous êtes le sel de la terre », il leur a

indiqué que toute la nature humaine est affadie, corrompue par le péché ;

c’est par leur ministère que la grâce de l’Esprit Saint régénèrera et

conservera le monde. C’est pourquoi il leur enseigne les vertus des

Béatitudes, celles qui sont les plus nécessaires, les plus efficaces chez ceux

qui ont la charge de la multitude. Celui qui est doux, modeste,

miséricordieux, juste ne renferme pas en lui-même les bonnes actions qu’il

accomplit ; il a soin que ces belles sources coulent aussi pour le bien des

autres. Celui qui a le coeur pur, qui est artisan de paix, qui souffre

persécution pour la vérité, voilà la personne qui consacre sa vie au bien de

tous.



Coma Cluster

Location Map

Location Map Location Map
Tiré de : http://chandra.harvard.edu/xray_sources/coma/coma_3b.html

Au coeur de l’amas de galaxies de Coma

afficher en 900x600
Crédit:
NASA,
ESA,
Hubble Heritage
(STScI/AURA);
Remerciement:
D. Carter
(LJMU)
et al. et l’équipe
Coma HST ACS Treasury


Presque toutes les taches de lumière visibles sur cette image sont des galaxies. L’amas de galaxies de Coma est un des amas les plus denses qui soient. Il contient des milliers de galaxies. Chacune de ces galaxies héberge des milliards d’étoiles. Notre propre galaxie, la Voie lactée, en réunit au moins 200 milliards. Bien que proche par comparaison avec la plupart des autres amas, la lumière de l’amas de Coma met cependant des centaines de millions d’années à nous parvenir. En fait, l’amas de Coma est si grand que la lumière met des millions d’années simplement à le traverser ! Cette mosaïque d’images prises par le télescope spatial Hubble ne nous révèle qu’une petite partie de l’amas de Coma.
Son niveau de détail nous permet cependant d’étudier la façon dont les
galaxies se forment et évoluent dans les amas aussi opulents. La
plupart des galaxies des amas sont elliptiques, et Coma n’échappe pas à la règle, bien que certaines galaxies visibles ici
soient nettement des spirales. La spirale dans le quadrant supérieur
gauche de l’image apparaît sous la forme d’une des galaxies plus
bleues, toujours en haut et à gauche, de cette image à plus grand champ. À l’arrière-plan, des milliers de galaxies non directement liées à l’amas de Coma tissent la trame de fond de l’Univers.

traduction de Le site officiel APOD réalisée par : Didier Jamet ( image d’astronomie du jour )


ROME, Dimanche 15 juin 2008 (ZENIT.org)
– « Le Christ donne tout », c’est la parole que Benoît XVI a prononcée
lors de son élection, sur le balcon de saint Pierre. C’est aussi le
titre d’un ouvrage de Mgr Pascal Ide, qui étudie dans ce livre la
théologie déployée par Benoît XVI depuis son élection. Une pensée basée
sur le mystère de l’amour, vu à partir de son fondement théologique.

Zenit – Monseigneur Pascal Ide, est ce que vous pouvez nous dire en
quelques mots comment pourrait se résumer la pensée de Benoît XVI ?

 Mgr Pascal Ide
C’est un peu audacieux comme question. Il m’est apparu en lisant
attentivement tous ses discours, pas seulement l’encyclique ou
l’exhortation après le synode sur l’eucharistie, qu’au moins un des
centres de la pensée de Benoît XVI, c’est l’amour. Autrement dit, la
grande parole, la grande révélation de la première lettre de Jean, «
Dieu est amour ». Il est vrai qu’on peut décrire l’amour comme on aime
bien le faire
aujourd’hui comme sentiment, ou même comme le faisait Jean Paul II,
comme communion de personnes. Mais il me semble que notre pape voit
l’amour d’abord comme un don de soi, comme la capacité qu’a la personne
de se livrer à l’autre. Je pense notamment à une très belle homélie que
Benoît XVI a faite lorsqu’il est allé à Pavie ; il a repris un de ses
auteurs préféré, saint Augustin, et il a montré que ce grand docteur de
l’Eglise avait connu trois conversions. Dans la deuxième, le pape
raconte que lorsque saint Augustin est revenu en Afrique et s’est
retrouvé entouré par ses amis, il a fondé une espèce de petite
communauté d’étude et de prière. Et quelques temps après on le retrouve
en larmes, car la foule avait demandé qu’il devienne prêtre, et on sait
bien que plus tard il deviendra même évêque. Or, en
consentant à devenir prêtre puis évêque, il a dû renoncer à toute sa
vie d’étude et de prière, mais aussi, ainsi que le commente Benoît XVI,
en se donnant et en renonçant à ce qui lui plaisait, il a finalement
acquis une fécondité bien plus grande que ce qu’il attendait. Les
observateurs ne s’y sont pas trompés, qui ont commenté : à travers
l’exemple d’Augustin, qu’il chérit tant, le pape relisait son propre
chemin, le professeur devenu archevêque de Freising-Munich et
finalement pape. Il a renoncé à ce qu’il aimait, à savoir les études et
l’enseignement, pour un rayonnement plus grand. Là se dit finalement
l’essence de l’amour, qui est don de soi en vue d’une plus grande
fécondité. Non pas don de soi qui serait négation de soi et
engendrerait une tristesse, mais don de soi qui est accomplissement de
soi et
porte une plus grande joie.

Zenit – Par rapport à Jean Paul II, est ce qu’on peut dire qu’il y a un changement de théologie du pape ?

Mgr Pascal Ide
– Non, il y a plutôt une continuité, comme toujours. Le cardinal
Ratzinger était un familier de Jean Paul II qu’il rencontrait quasiment
tous les dimanches soir et qu’il connaissait bien. La nouveauté réside
plutôt dans la diversité de leur formation : Jean Paul II était un
philosophe, Benoît XVI est un théologien. Jean Paul II était centré sur
les questions d’éthique et de famille, le pape actuel est beaucoup plus
intéressé par les questions de théologie fondamentale, et au fond par
le cœur même de la théologie. C’est pour ça qu’il a braqué son intérêt
sur l’amour comme le cœur de la théologie, et finalement
le mystère du Christ qui lui-même révèle le mystère de la Trinité. Mais
rappelons-nous que le précédent pape avait consacré sa deuxième
encyclique au Père riche en miséricorde.

Zenit – Est-ce qu’il y aurait un slogan pour exprimer cette théologie basée sur l’amour ?

Mgr Pascal Ide
– Oui, ce serait le commentaire que Benoît XVI a donné de la célèbre
phrase de Jean Paul II « N’ayez pas peur ». Mais pourquoi ne pas avoir
peur ? Pour une raison très simple, car « le Christ donne tout et ne
retire rien », et en ce sens là, la parole « Le Christ donne tout »,
que le pape actuel a répétée assez souvent, notamment quand il était en
Allemagne, dit bien son intuition centrale : alors que l’homme moderne
a peur que Dieu entre dans sa vie en lui
ôtant sa liberté, Benoît XVI affirme : le Christ est celui qui béni
l’homme sans l’amputer, mais en l’enrichissant.

Zenit – Benoît XVI parait façonné par la pensée d’Augustin. Est-ce qu’on retrouve cette pensée sous-jacente à la sienne ?

Mgr Pascal Ide
– Il est très clair qu’en effet Benoît XVI connaît Augustin presque par
cœur, il le cite très souvent. Il lui a d’ailleurs consacré l’une de
ses thèses de théologie. Je pense notamment que ce qui est commun entre
Benoît XVI et St Augustin est la théologie de l’amour, de la vérité qui
se révèle n’être qu’amour, et de l’amour qui s’incarne humblement. Et
il me semble que ces deux notes, amour et humilité, se retrouvent chez
le docteur d’Hippone et chez le pape. A la fois l’amour de Dieu qui
rayonne mais l’amour aussi
qui se présente humblement à chaque homme, qui dialogue avec chaque
homme. Donc, d’un côté, la pensée du pape actuel est profondément
enracinée dans la tradition augustinienne, de l’autre, il est très au
courant des débats actuels, notamment en théologie, en exégèse, en
catéchèse, ou encore en liturgie. Et il sait s’enrichir de pensées
venant de tous horizons.

Zenit
– Le pape Benoît XVI apparaît parfois, notamment dans le domaine
liturgique, comme tourné vers un ordre ancien. Est-ce qu’il en va de
même dans sa théologie ?

Mgr Pascal Ide
– En effet, Benoît XVI présente des affinités personnelles qu’il ne
cache pas avec tel ou tel aspect du rite extraordinaire de la messe,
ainsi qu’il a pu le dire à telle ou telle occasion. N’oublions pas non
plus qu’il connaît bien la
liturgie à laquelle il a consacré beaucoup de livres et d’articles.
Mais ce qui est frappant, c’est d’abord sa connaissance très grande de
tous les courants théologiques et philosophiques, et surtout sa grande
capacité à dialoguer. Il a une capacité de pouvoir se mettre au centre
d’une pensée, de voir jusqu’au bout ce qu’elle tient de vrai, et en
même temps d’apporter un discernement critique, avec une grande
générosité et une grande paix. Tous ceux qui l’ont approché, déjà comme
préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, et aujourd’hui
comme pape, ont toujours été étonnés non seulement de sa connaissance
mais encore de son empathie vis-à-vis des courants de la pensée
actuelle.

Zenit – Finalement, est-ce qu’on peut dire que le pape Benoît XVI est plutôt théologien que pasteur
?

Mgr Pascal Ide – Il
apparaît de plus en plus que le docteur – on sait que Benoît XVI est un
théologien, un professeur, qui a écrit des centaines d’articles et des
dizaines d’ouvrages – est aussi un pasteur. Je me souviens par exemple
de cette rencontre, sur la place Saint Pierre, avec des enfants qui lui
posaient des questions. Il aime beaucoup improviser, et à un enfant qui
lui demandait pourquoi il fallait se confesser aussi souvent, il
répondait : Mais dis moi, tu as une chambre ? Ta chambre, est ce que tu
ne dois pas la ranger régulièrement ? Et bien c’est pareil pour ton
âme, elle est comme une maison intérieure, tu dois aussi la mettre en
ordre régulièrement. Lumineux !

Propos recueillis par Stéphane Lemessin


Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 5,43-48 (du mardi 17 juin

2008)  .

Vous avez appris qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton

ennemi.

Eh bien moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous

persécutent,

afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est dans les cieux ; car il

fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et tomber la pluie sur

les justes et sur les injustes.

Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez-vous ? Les

publicains eux-mêmes n’en font-ils pas autant ?

Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? Les

païens eux-mêmes n’en font-ils pas autant ?

Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait.

Saint Isaac le Syrien :

«

Il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons »

PHOTO DE L’ UNIVERS jusqu’ à 5000 A-L

Voir  : http://atunivers.free.fr/5000lys.html


Nombre de superamas
de l’univers visible = 10 millions

Nombre de groupes
de galaxies de l’univers visible = 25 milliards

Nombre de
grandes galaxies de l’univers visible = 350 milliards

Nombre de
galaxies naines de l’univers visible = 7 trillions (1 trillion= 1 milliard de milliard)

Nombre d’étoiles
de l’univers visible = 30 milliards de trillions

Publicités
Cet article a été publié dans connaissance. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Explorations de Mars le 25 Mai, Youssef Bousnaya, Dorothée de Gaza; distance terre-lune, Exoplanètes, Mathieu……

  1. Bonjour!
    Vous écris pour dire que je viens de publier une nouvelle traduction des Instructions de Dorothée de Gaza. Vous pouvez le trouver, parmi d’autres ouvrages de spiritualité en français et en anglais, sur:
    http://www.lulu.com/spotlight/Lectio

    et dans quelque temps il sera sur Amazon.

    bien fraternellement

    Sr Pascale

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s