Noel


Evangile de Jésus-Christ selon saint Mathieu 1,18-24.

Voici quelle fut l’origine de Jésus Christ.Marie, la mère de Jésus, avait été accordée en mariage à Joseph ; or, avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint. Joseph, son époux, qui était un homme juste, ne voulait pas la dénoncer publiquement ; il décida de la répudier en secret. Il avait formé ce projet, lorsque l’ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse : l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ; elle mettra au monde un fils, auquel tu donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » Tout cela arriva pour que s’accomplît la parole du Seigneur prononcée par le prophète : Voici que la Vierge concevra et elle mettra au monde un fils, auquel on donnera le nom d’Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous ». Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse .

Saint Augustin (354-430), évêque d’Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l’Église
Sermon 194, onzième sermon sur la Nativité du Seigneur

      Écoutez, enfants de la lumière, vous qui avez été adoptés en vue du Royaume de Dieu ; écoutez, frères très chers ; écoutez et tressaillez de joie dans le Seigneur, vous les justes, puisqu’« à vos coeurs droits, la louange va bien » (Ps 33,1). Écoutez ce que vous savez déjà, méditez ce que vous avez entendu, aimez ce que vous croyez, proclamez ce que vous aimez !…
Le Christ est né, Dieu par son Père, homme par sa mère ; il est né de l’immortalité de son Père et de la virginité de sa mère. De son Père, sans le concours d’une mère ; de sa mère, sans celui d’un père. De son Père, sans le temps ; de sa mère, sans la semence. De son Père, il est principe de vie ; de sa mère, la fin de la mort. De son Père, il est né pour régler l’ordre des jours ; de sa mère, pour consacrer ce jour-ci.
Devant lui il a envoyé Jean Baptiste, qu’il a fait naître lorsque les jours se mettent à décroître, et lui-même est né lorsque les jours commencent à rallonger, préfigurant ainsi les paroles de ce même Jean : « Lui, il faut qu’il grandisse ; et moi, que je diminue ». En effet, la vie humaine doit s’affaiblir en elle-même et s’augmenter en Jésus Christ, « afin que les vivants n’aient plus leur vie centrée sur eux-mêmes, mais sur lui, qui est mort et ressuscité pour eux » (2Co 5,15). Et afin que chacun de nous puisse répéter ces paroles de l’apôtre Paul : « Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi » (Ga 2,20).



Pape Benoît XVI :
Saint Joseph, modèle d’écoute
(trad. © copyright L’Osservatore Romano)


Le silence de saint Joseph est un silence empreint de contemplation du mystère de Dieu, dans une attitude de disponibilité totale aux volontés divines. En d’autres termes, le silence de saint Joseph ne manifeste pas un vide intérieur, mais au contraire la plénitude de foi qu’il porte dans son coeur, et qui guide chacune de ses pensées et chacune de ses actions. Un silence grâce auquel Joseph, à l’unisson avec Marie, conserve la Parole de Dieu, connue à travers les Saintes Écritures, en les confrontant en permanence avec les événements de la vie de Jésus ; un silence tissé de prière constante, prière de bénédiction du Seigneur, d’adoration de sa sainte volonté et de confiance sans réserve à sa providence.
Laissons-nous « contaminer » par le silence de saint Joseph ! Nous en avons tant besoin, dans un monde souvent trop bruyant, qui ne favorise pas le recueillement et l’écoute de la voix de Dieu. En ce temps de préparation à Noël, cultivons le recueillement intérieur, pour accueillir et conserver Jésus dans notre vie.

                                                                                                       



 Exemples de distances d’objets de l’univers

Distance à partir de la Terre

Lune

1,3 seconde-lumière

Soleil

8 minutes-lumière

Pluton

5,5 heures-lumière

Proxima Centauri

4,2 années-lumière

Centre de la Voie Lactée

26 000 années-lumière

Galaxie d’Andromède (Messier 31)

2,6 millions d’années-lumière

Amas de galaxies de la constellation de Coma

330 millions d’années-lumière

Horizon cosmique (Diamètre de l’Univers observable)

44 milliards d’années-lumière

 Exemples de luminosités d’étoiles comparées à celle du Soleil égale à 1 

 Exemple: Rigel est 40.000 fois plus lumineuse que le Soleil.

 

Étoile

Constellation

Type
spec.

Magn.
app.

Magn.
abs.

Lum.
(Soleil=1)

Dist.
(a.l.)

Rigel

Orion

B8

1,0

-6,69

40000

800

Achernar

Eridan

B5

0,5

-2,77

1100

140

Agena

Centaure

B1

0,6

-5,42

10 000

500

Spica

Vierge

B1

0,9

-3,55

2000

270

Mimosa

Croix du sud

B0

1,3

-3,92

3000

400

Regulus

Lion

B8

1,4

-0,52

140

78

Acrux

Croix du Sud

B2

1,4

-4,19

4000

300

Adhara

Grand Chien

B1

1,5

-4,1

4000

400

Shaula

Scorpion

B2

1,6

-5,05

10000

700

Bellatrix

Orion

B2

1,6

-2,72

1000

250

                                                  Bételgeuse                      M1      1,2      5,14    63000      430

  Si Bételgeuse ( ci-dessous, indiquée par la flèche rouge ) était au centre du système solaire, son rayon s’étendrait entre l’orbite de Mars et celle de Jupiter.


Rayons de quelques étoiles par rapport au soleil

Les rayons des étoiles listées sont donnés en multiples du rayon du Soleil, noté R = 6,960×108

      rayon du soleil.= 696.000 km              Rayon de la terre  6.378 km de rayon.

Exemple: Le rayon de Bételgeuse est 630 fois celui du Soleil, soit 438.480.000 Km

Étoile

Type

Rayon

        R

         UA

VV Cephei A

M2 Iab

2000

8,84

V354 Cephei

M2.5 Iab

1 520

7,07

KW Sagitarii

M1.5 Iab

1 460

6,79

KY Cygni

M3m

1 420

6,61

 

 

 

 

Mu Cephei

M2Ia

1 420

6,61

VY Canis Majoris (Modèle de Massey-Levesque-Plez-Olsen)[2],[3]

 ?

1 400

6,55

V509 Cassiopeiae

F80

910

4,23

V838 Monocerotis

 ?

800

3,72

V382 Carinae

G40-Ia

747

3,48

Antarès A

M1.5Iab-b

700

3,26

Bételgeuse

M2Iab

630

2,93

  
 

GRB 080319B est l’étoile la plus éloignée; elle est située à 7.5 milliards d’années-lumière.

HE 1327-2326 est l’étoile la plus vieille; elle est âgée de 13.2 milliards d’années et située à 7.500A-L. (T.Masseron B. Plez C-Enhanced Stars in the HERES Survey 157 (4) S. Straniero Beryllium in the Oldest Stars 164 (3) AM Boesgaard EM Levesque JA Rich HE

RX J0822-4300 est l’étoile  la plus rapide; sa vitesse est de 5 millions de km/h (1400km/sec).

Nombre d’étoiles dans l’univers: 30 milliards de trillions  (1trillion = 1 milliard de milliards ); nombre de superamas: 10 millions

Nombre de Galaxies naines : 7 trillions;  nombre de Galaxies: 350 milliards; nombre de groupe de galaxies: 25 milliards

Dans une galaxie comme Andromède, par exemple, il y a 300 milliards d’étoiles .                                                                                              

En Décembre 1995, le Télescope Spatial Hubble a été pointé vers une zone dégagée du ciel dans la Grande Ourse pendant dix jours. Il a ainsi produit une des plus fameuses images astronomiques des temps modernes – Hubble Deep Field Image. Cette image n’en est qu’une petite partie. Pratiquement chaque objet de l’image est une galaxie située entre 5 et 10 milliards d’années lumière. Les galaxies ainsi apparentes sont de toutes les formes et de toutes les couleurs, quelques unes sont jeunes et bleues, d’autres sont vieilles et rougeâtres. Crédit de la NASA

une lentille gravitationelle est un objet très massif (un amas de galaxies par exemple) se situant entre un observateur et une source « lumineuse » lointaine. La lentille gravitationnelle, imprimant un fort champ gravitationnel autour d’elle, aura comme effet de faire dévier les rayons lumineux qui passeront près d’elle, déformant ainsi les images que recevra un observateur placé sur la ligne de visée.Voir:  http://fr.wikipedia.org/wiki/Lentille_gravitationnelle

Les astronomes ont tiré parti de la puissance du VLT de l’ESO et d’effets complexes de lentille gravitationnelle pour scruter les environs d’un trou noir supermassif distant de dix milliards d’années-lumière avec une précision inégalée.

http://www.eso.org/public/outreach/press-rel/pr-2008/pr-47-08.html


Simulation d’une lentille gravitationnelle. Voici ce que nous verrions si un trou noir se trouvait entre nous et une galaxie.


Principe de la déviation des rayons lumineux.


Benoît XVI  (trad. Au commencement, Fayard 1986, p.33). Cet instant que la Bible appelle «le commencement » nous indique Celui qui avait le pouvoir de créer l’être et de dire : « Que cela soit ! » et cela fut (Gn 1,1-3)…Cette parole « Que cela soit ! » n’a pas engendré un magma chaotique. Plus nous connaissons l’univers, plus nous trouvons en lui une rationalité dont les voies parcourues par la pensée nous émerveillent. A travers elles, nous redécouvrons cet Esprit créateur auquel nous devons également la raison. Nous constatons que l’infiniment grand, l’univers des étoiles, est régi par la puissance d’une Raison [Logos]. Mais nous en apprenons également toujours plus sur l’infiniment petit, sur la cellule, sur les éléments fondamentaux du vivant. Là encore, nous découvrons une rationalité qui nous étonne …….

ROME, Dimanche 21 décembre 2008 (ZENIT.org) –
La fonction de l’astronomie est « de rythmer les temps de la prière », a expliqué Benoît XVI à l’angélus de midi, en ce 4e dimanche de l’Avent, à l’occasion du solstice d’hiver. Le pape a notamment fait remarquer que la place Saint-Pierre et son obélisque forment une méridienne. Benoît XVI a expliqué que le « mystère de salut », par l’incarnation, la passion et la résurrection du Christ, « a une dimension cosmique, et pas seulement historique : « le Christ est le soleil de la grâce qui, par sa lumière, « transfigure et illumine l’univers en attente » (Liturgie) ».Il a aussi fait observer que « la place même de la fête de Noël est liée au solstice d’hiver, lorsque les journées de l’hémisphère boréal, recommencent à s’allonger ». La Place Saint-Pierre, a rappelé le pape, est aussi une méridienne : « le grand obélisque, en effet projette son ombre le long d’une ligne qui court sur les pavés vers la fontaine [qui se trouve] sous cette fenêtre, et ces jours-ci, l’ombre est la plus longue de l’année ». Benoît XVI a souligné la fonction de l’astronomie de « rythmer les temps de la prière » : « L’Angélus, par exemple, se récite le matin, à midi et le soir, et c’est grâce à la méridienne, qui servait dans l’antiquité à connaître le « vrai midi », que l’on réglait les horloges ».Le pape a saisi l’occasion de ce solstice d’hiver pour « saluer tous ceux qui participent à différents titres aux initiatives de l’année mondiale de l’astronomie, en 2009, proclamée pour le 4e centenaire des premières observations par le télescope de Galilée ». Il a cité trois papes qui se sont illustrés dans l’astronomie : « Sylvestre II, qui l’a enseignée, Grégoire XIII, auquel nous devons notre calendrier, et saint Pie X qui savait construire des horloges solaires ». Le pape voit dans les « lois de la nature », scrutées par les chercheurs, « un grand stimulant à contempler avec gratitude les œuvres du Seigneur ».

Académie pontificale des Sciences : Création et évolution, aucune incompatibilité : Il n’existe aucune incompatibilité entre création et évolution, explique Benoît XVI : le monde n’est pas un « chaos », mais un « cosmos » ordonné et fondé par le Créateur, mais cela n’est pas incompatible avec la tâche de la science de l’explorer et de découvrir progressivement les lois qui le régissent et le font évoluer. ROME, Vendredi 31 /11/ 2008 (ZENIT.org).

Pie XII  (en 1951) : a écrit : "Il semble en vérité que la science d’aujourd’hui remontant d’un trait des millions de siècles, ait réussi à se faire le témoin de ce Fiat lux  initial, de cet instant où surgit du néant avec la matière un océan de lumière et de radiations, tandis que les particules des éléments chimiques se séparaient et s’assemblaient en millions  de galaxies  …"

Message du synode des évêques, Novembre 2008 à Rome. La Parole de Dieu  résonne aux origines de la création, rompant le silence du néant et donnant origine aux merveilles de l’univers. C’est une Voix qui pénètre ensuite dans l’histoire, blessée par le péché humain et bouleversée par la douleur et par la mort. Elle voit également le Seigneur en route avec l’humanité afin de lui offrir sa grâce, son alliance, son salut. C’est une Voix qui descend ensuite dans les pages des Saintes Écritures que nous lisons à présent au sein de l’Église sous la conduite de l’Esprit Saint qui a été donné comme lumière de vérité à l’Église et à ses pasteurs. En outre, ainsi que l’écrit saint Jean, "Le Verbe s’est fait chair " (1, 14). C’est alors qu’apparaît le Visage. C’est Jésus Christ, qui est le Fils de Dieu éternel et infini, mais également homme mortel, lié à une époque historique, à un peuple et à une terre. Il vit l’existence difficile de l’humanité jusqu’à la mort, mais il ressuscite glorieux et il vit pour toujours. C’est lui qui rend parfaite notre rencontre avec la Parole de Dieu. C’est lui qui nous révèle le "sens plénier" et unitaire des Écritures Saintes, qui fait du Christianisme une religion centrée sur une personne, Jésus Christ, révélateur du Père. C’est lui qui nous fait comprendre que les Écritures aussi sont "chair", c’est-à-dire paroles humaines à comprendre et à étudier dans leurs manières de s’exprimer, mais qui conservent en elles la lumière de la vérité divine que nous pouvons vivre et contempler seulement avec l’Esprit Saint.

Jean-Paul II : La Foi et la raison sont comme les deux ailes qui permettent à l’esprit humain de s’élever vers la contemplation de la vérité. C’est Dieu qui a mis au cœur de l’homme le désire de connaître la vérité et, au terme, de Le connaître Lui-même afin que, Le connaissant et L’aimant, il puisse atteindre la pleine vérité sur lui-même……. Sans émerveillement devant la beauté de l’univers, l’homme ne recherche plus la vérité et tombe dans la répétitivité …beaucoup de philosophies modernes ne se posent plus les questions radicales sur le sens et le fondement de la vie humaine……La connaissance que l’église propose à l’homme ne lui vient pas de sa propre spéculation, mais du fait d’avoir accueilli la Parole de Dieu dans la Foi ; à l’origine de notre être de croyant se trouve une rencontre avec Dieu, qui a fait s’entrouvrir un mystère caché depuis des siècles, mais maintenant révélé : « il a plu à Dieu, dans sa bonté et sa sagesse, de se révéler lui-même et de faire connaître le mystère de sa volonté (Ep1,9), par lequel les hommes ont accès auprès du Père, par le Fils, Verbe fait chair, dans l’Esprit saint et sont rendus participants de la nature divine » ; c’est là une initiative pleinement gratuite qui part de Dieu pour rejoindre l’humanité et la sauver. En tant que source d’Amour, Dieu désire se faire connaître  et la connaissance que l’homme a de Lui porte à son accomplissement toute autre vraie connaissance que son esprit est en mesure d’atteindre sur le sens de son existence.
                                                                       

Advertisements
Cet article a été publié dans connaissance. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s