Halo de Lune; Comète; 1éres étoiles; ;Grégoire de Naziance; P. Cantalamassa; Diadoque de Photicé; Sophrone; C de Foucault; Césaire d’Arles; A de Rievaulx; Matiére de l’univers; J. Ratzinger; Jean de Damas.

Nous avons essayer de voir la Comète Lulin le 5 Mars, vers 20h30; au lieu de la comète , nous avons vu, à notre grande surprise, ce beau halo autour de la lune D’après la légende, l’empereur Constantin Ier aurait vu un halo d’une telle forme en 313 près de Trèves, signe qui l’aurait convaincu de se convertir au christianisme. Il existe de nombreux types de halos, tous formés par l’interaction entre la lumière solaire (directe ou renvoyée par la lune) et des cristaux de glace en suspension dans l’air ou présents dans les nuages visibles de la haute troposphère, entre 5 et 10 km d’altitude , notamment dans les cirrostratus. La forme et l’orientation particulière des cristaux, ainsi que l’incidence du rayonnement lumineux sont responsables du type de halo observé. La lumière est réfléchie et réfractée par ces cristaux et sa lumière peut être dispersée, comme pour un arc-en-ciel.

Ce phénomène optique peut être bref (quelques secondes) ou se prolonger jusqu’à plusieurs heures. Il peut être discret ou, plus rarement, nettement visible. http://fr.wikipedia.org/wiki/Halo_(ph%C3%A9nom%C3%A8ne_optique)

La comète Lulin avec  Régulus et les galaxies NGC 3016, NGC 3019, NGC 3020, le 28 février.
Credit &
Copyright: Johannes Schedler (Panther Observatory) ;  Comet Lulin and Distant Galaxies



St Grégoire de Nazianze

Tu dois savoir d’où vient l’existence, le souffle, l’intelligence et ce qu’il y a de plus précieux, la connaissance de Dieu, l’espérance du royaume des cieux, et celle de contempler la gloire que tu vois aujourd’hui de manière obscure, comme dans un miroir, mais que tu verras demain dans toute sa pureté et son éclat. D’où vient que tu sois fils de Dieu ? Qui t’a donné de voir la beauté du ciel, la course du soleil, le cycle de la lune, les astres innombrables, et en tout cela, l’harmonie et l’ordre qui les conduisent ainsi, à la manière d’une lyre bien accordée ? qui t’a donné la pluie , l’agriculture, les aliments, les arts, l’administration, les lois, la cité, une vie civilisée, des relations familiéres avec tes semblables ? D’où vient que parmi les animaux, certains sont apprivoisés, d’autre fournissent ta nourriture ? qui t’a établi Seigneur et roi de tout ce qui vit sur la terre ?
N’est-ce pas celui qui, avant toute chose et en retour de tous ses dons, te demande d’aimer les hommes ? Alors que lui notre Dieu et notre Seigneur, n’a pas honte d’être appelé notre Père, allons nous renier nos frères ? Non frères ne soyons pas les gérants malhonnêtes des biens qui nous ont été confiés . Ne nous donnons pas tant de peines à amasser et conserver quand d’autres souffrent la peine de la pauvreté .
Pratiquons cette loi sublime et primordiale de Dieu, qui fait pleuvoir sur les justes et les pécheurs et qui fait lever son soleil également sur tous. Il déploie pour tous les immenses étendues de la terre en friche, les sources, les fleuves et les forêts.

Première prédication de Carême du P. Cantalamessa

Citant saint Basile, il a expliqué que « le Père est la cause primordiale, celui d’où viennent toutes choses ; le Fils la cause efficiente, celui par lequel toutes choses sont faites ; l’Esprit-Saint est la cause perfectionnante ».« L’action créatrice de l’Esprit est à l’origine de la perfection de la création », L’Esprit étant « celui qui fait passer [le monde] d’un être sans forme à un être formé et parfait. En d’autres termes, l’Esprit Saint est celui qui fait passer la création du chaos au cosmos, qui fait d’elle quelque chose de beau, d’ordonné, de propre ».Et puisque « l’homme est un microcosme, c’est donc à lui en tant qu’individu que s’applique tout ce que nous avons dit du cosmos », « L’Esprit Saint est celui qui fait passer chacun de nous  du désordre, de la confusion, de la dispersion, à l’ordre, à l’unité et à la beauté. Cette beauté qui consiste à être conformes à la volonté de Dieu et à l’image du Christ, à passer de l’homme ancien à l’homme nouveau »; « pour le croyant chrétien, l’écologisme ne se réduit pas à une nécessité pratique de survie ou un problème politique et économique, mais il a un fondement théologique. La création est l’œuvre de l’Esprit Saint ! » . La Pâque est « le passage de la vieillesse à la jeunesse »; Saint Maxime de Turin a défini la Pâque comme un passage « des péchés à la sainteté, des vices à la vertu, de la vieillesse à la jeunesse : une jeunesse qui s’entend non pas en termes d’âge mais de simplicité. Nous étions en effet des vieillards décrépis en raison de la vieillesse de nos péchés, mais par la résurrection du Christ, nous avons été renouvelés dans l’innocence des enfants ».« Le Carême est le temps idéal pour s’appliquer à ce rajeunissement ».« L’Esprit Saint est l’âme de ce renouvellement et de ce rajeunissement. Commençons nos journées en récitant le premier vers de l’hymne composé en son honneur : ‘Viens, esprit créateur’ : Viens, esprit créateur, renouvelle dans ma vie le prodige de la première création, souffle sur le vide, les ténèbres et le chaos de mon cœur, et guide-moi vers la pleine réalisation du ‘dessein intelligent’ de Dieu sur ma vie ».

 Diadoque, évêque de Photicé (Gréce);400-486.

Celui qui se chérit lui-même ne peut pas aimer Dieu, mais celui qui, à cause des richesses surabondantes de l’amour divin, ne se chérit pas lui-même, celui là aime Dieu. Aussi un tel homme ne cherche jamais sa propre gloire, mais celle de Dieu. C’est en effet le propre d’une âme sensible à l’amour de Dieu que de chercher la gloire de Dieu, chaque fois qu’elle accomplit les commandements, et de se réjouir de son propre abaissement. Car la gloire convient à Dieu en raison de sa grandeur, et l’abaissement convient à l’homme, car il fait de lui le familier de Dieu. Si nous agissons ainsi, nous serons joyeux à l’exemple de Saint Jean Baptiste et nous commencerons à répéter sans relâche: "il faut qu’Il s’élève, et que je diminue"…..
Celui qui aime Dieu dans le fond de son coeur, celui-là est connu de Dieu. C’est pourquoi un tel homme vit dans une ardente passion pour l’illumination de la connaissance, jusqu’à ce qu’il goute une grande plénitude intérieure, alors qu’il ne se connait plus lui-même, il est entiérement transformé par l’amour de Dieu. Un tel homme est dans cette vie sans y être. S’il continue d’habiter dans son corps, il en sort continellement par le mouvement d’amour de son âme, qui le porte vers Dieu. Sans relâche, désormais, le coeur brulé par le feu de l’amour, il reste attaché à Dieu d’une façon irrésistible, parce qu’il a été arraché définitivement à l’amitié envers soi-même par l’amour de Dieu. Car , "si nous avons été hors de nous mêmes", dit Saint Paul, "c’est pour Dieu; si nous sommes raisonnables, c’est pour vous".

Saint Sophrone naquit à Damas entre 550 et 560. Il se fit moine en Palestine; il visita les monastères égyptiens et Rome. Il fut appelé en l’an 634 à succéder à Modeste comme patriarche de Jérusalem. Il mourut en 638.
 
« À propos de l’Incarnation, je crois que Dieu le Verbe, le Fils unique du Père, touché de compassion pour notre nature déchue, de son initiative, par vouloir de Dieu qui l’a engendré et avec le consentement de l’Esprit, est descendu vers notre bassesse, et que, en entrant dans le sein tout resplendissant de pureté virginale de Marie, la Vierge sainte et radieuse, pleine d’une sagesse divine et exempte de toute tache du corps, de l’âme et de l’esprit, s’est incarné, lui qui est incorporel. Il s’est fait vraiment homme, lui qui reste toujours Dieu, il a voulu se faire homme pour purifier le semblable avec le semblable ; pour sauver le frère au moyen du frère. Voilà pourquoi une Vierge sainte est choisie ; elle a été purifiée dans son corps et dans son âme; étant chaste, pure et immaculée, elle devient la coopératrice de l’Incarnation du Créateur."



 Charles de Foucauld
(1858-1916), ermite et missionnaire au Sahara


Quelque bas que nous tombions, ne désespérons jamais. La bonté de Dieu est au-dessus de tout mal possible. « Quand vos péchés seraient comme l’écarlate, je vous rendrais plus blanc que la neige » (Is 1,18). Il n’est pas un moment dans notre vie où nous ne puissions pas commencer une existence nouvelle,… séparée comme par un mur de nos infidélités passées. Que vous êtes bon, mon Dieu, et comme vous vous appliquez à relever les pécheurs, à crier « Espérance » aux coupables. Comme vous vous montrez, dès les premières lignes de l’Evangile, le Bon Pasteur, le Père de l’enfant prodigue, le divin médecin venu pour les malades.

      Il semble que vous preniez à tâche dès les premières lignes de l’Evangile de nous répéter : « Je ne veux pas la mort du pécheur mais qu’il se repente et qu’il vive » (Ez 18,23). O Dieu, Père des miséricordes, vous voulez nous dire qu’il y a espérance et grâce même pour les coupables, même pour les plus déchus, les plus souillés. Ceux qui aux yeux des hommes sont irrémédiablement avilis et tombés sont encore nobles et beaux à vos yeux. Qu’ils se repentent, qu’ils disent comme David : « J’ai péché » (2S 12,13). Vous ouvrez si largement pour ces âmes, que le monde croyait si perdues et que vous avez si pleinement retrouvées, relevées, purifiées, embellies, vous leur ouvrez si largement le trésor de vos faveurs qu’aucune grâce ne leur est refusée, qu’aucune grandeur ne leur est inaccessible.


 St Césaire d’Arles (470-543), moine et évêque

Si nous faisons bien attention, frères, le fait que le Christ a faim dans les pauvres nous est profitable… Regarde : un sou d’un côté et le Royaume del’autre. Quelle comparaison y a-t-il ? Tu donnes un sou au pauvre et du Christ tu reçois le Royaume ; tu donnes un morceau de pain et du Christ reçois la vie éternelle ; tu donnes un vêtement et du Christ tu reçois la rémission de tes péchés.

Ne méprisons donc pas les pauvres, mais désirons-les plutôt et hâtons-nous d’aller au devant d’eux, parce que la misère des pauvres est le médicament des riches, comme le Seigneur lui-même l’a dit : « Donnez plutôt en aumônes ce que vous avez, et tout sera pur pour vous », et encore : « Vendez ce que vous possédez et donnez-le en aumônes » (Lc 11,41;12,33). Et l’Esprit Saint s’écrie par le prophète : « Comme l’eau éteint le feu, ainsi l’aumône éteint le péché » (Si 3,30)… Faisons donc miséricorde, frères, et avec l’aide du Christ, tenons le lien de sa garantie, celle surtout que je vous ai rappelée quand il dit : « Donnez et on vous donnera » (Lc 6,38) et encore : « Bienheureux les miséricordieux, car eux-mêmes obtiendront miséricorde » (Mt 5,7).Que chacun s’applique, selon ses moyens, à ne pas venir à l’église les mains vides : celui qui désire recevoir doit en effet offrir quelque chose. Que celui qui le peut couvre le pauvre d’un vêtement neuf ; que celui qui ne le peut pas en offre au moins un vieux. Quant à celui qui ne se juge pas assez à l’aise pour cela, qu’il offre un morceau de pain, qu’il accueille un voyageur, qu’il lui prépare un lit, qu’il lui lave les pieds, pour mériter d’entendre le Christ lui dire : « Venez, les bénis, prenez possession du Royaume ; car j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger ; j’étais étranger et vous m’avez accueilli. » Personne, frères très chers, ne pourra s’excuser de ne pas faire l’aumône, quand le Christ a promis de donner une récompense en échange d’un verre d’eau fraîche (Mt 10,42).

LE MIROIR DE LA CHARITÉ, D’AELRED DE RIEVAULX

Rien ne nous encourage tant à l’amour des ennemis, en lequel consiste la perfection de l’amour fraternel, que de considérer avec gratitude l’admirable patience du plus beau des enfants des hommes. Il a tendu son beau visage aux impies pour qu’ils le couvrent de crachats. Il les a laissés mettre un bandeau sur ces yeux qui d’un signe gouvernent l’univers. Il a exposé son dos au fouet. Il a soumis aux pointes des épines sa tête, devant laquelle doivent trembler princes et puissants. Il s’est livré lui-même aux affronts et aux injures. Et enfin il a supporté patiemment la croix, les clous, la lance, le fiel, le vinaigre, demeurant au milieu de tout cela plein de douceur et de sérénité. Il fut mené comme une brebis à l’abattoir, il s’est tu comme un agneau devant celui qui le tondait, et il n’ouvrit pas la bouche. ~
En entendant cette admirable parole, pleine de douceur, d’amour et d’imperturbable sérénité: Père pardonne-leur, que pourrait-on ajouter à la douceur et à la charité de cette prière?
Et pourtant le Seigneur ajouta quelque chose. Il ne se contenta pas de prier, il voulut aussi excuser; Père, dit-il, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font. Ils sont sans doute de grands pécheurs, mais ils en ont à peine conscience ; c’est pourquoi, Père, pardonne-leur. Ils crucifient, mais ils ne savent pas qui ils crucifient, car s’ils l’avaient su, ils n’auraient jamais crucifié le Seigneur de gloire. C’est pourquoi, Père, pardonne-leur. Ils pensent qu’il s’agit d’un transgresseur de la Loi, d’un usurpateur de la divinité, d’un séducteur du peuple. Je leur ai dissimulé mon visage. Ils n’ont pas reconnu ma majesté. C’est pourquoi, Père, pardonne-leur: ils ne savent pas ce qu’ils font.
Pour apprendre à aimer, que l’homme ne se laisse donc pas entraîner par les impulsions de la chair. Et afin de n’être pas pris par cette convoitise, qu’il porte toute son affection à la douce patience de la chair du Seigneur. Pour trouver un repos plus parfait et plus heureux dans les délices de la charité fraternelle, qu’il étreigne aussi ses ennemis dans les bras du véritable amour.
Mais afin que ce feu divin ne diminue pas à cause des injures, qu’il fixe toujours les yeux de l’esprit sur la sereine patience de son bien-aimé Seigneur et Sauveur.

Le Miroir de la charité III:

Rien ne nous encourage tant à l’amour des ennemis, en lequel consiste la perfection de l’amour fraternel, que de considérer avec gratitude la patience admirable du « plus beau des enfants des hommes » (Ps 44,3). Il a tendu son beau visage aux impies pour qu’ils le couvrent de crachats. Il les a laissés mettre un bandeau sur ces yeux qui d’un signe gouvernent l’univers. Il a exposé son dos au fouet… Il a soumis aux pointes des épines sa tête, devant laquelle doivent trembler princes et puissants. Il s’est livré lui-même aux affronts et aux injures. Et enfin il a supporté patiemment la croix, les clous, la lance, le fiel, le vinaigre, demeurant au milieu de tout cela plein de douceur et de sérénité. « Il a été mené comme une brebis à l’abattoir, il s’est tu comme un agneau devant celui qui le tond, et il n’ouvrait pas la bouche » (Is 53,7).
En entendant cette parole admirable, pleine de douceur, d’amour et de sérénité imperturbable : « Père, pardonne-leur » (Lc 23,34), que pourrait-on ajouter à la douceur et à la charité de cette prière ?
Et pourtant le Seigneur a ajouté quelque chose. Il ne s’est pas contenté de prier ; il a voulu aussi excuser : « Père, dit-il, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font. » Ils sont sans doute de grands pécheurs, mais ils en ont à peine conscience ; c’est pourquoi, Père, pardonne-leur. Ils crucifient, mais ils ne savent pas qui ils crucifient… Ils pensent qu’il s’agit d’un transgresseur de la Loi, d’un usurpateur de la divinité, d’un séducteur du peuple. Je leur ai dissimulé mon visage. Ils n’ont pas reconnu ma majesté. C’est pourquoi « Père, pardonne leur : ils ne savent pas ce qu’ils font. »





La distribution de matière dans l’univers par Marguerite Pierre , CEA  Service d’astrophysique Laboratoire AIM


Ces vingt dernières années, les relevés des vitesses radiales de galaxies nous environnant ont révélé que l’univers à grande échelle présente un entrelacs de feuillets et de filaments (cf. fig.1), les amas de galaxies se trouvant à l’intersection des structures. Les espaces vides (ou bulles) occupent une place prépondérante. Actuellement on estime la taille caractéristique des structures à environ 200 Mpc. (Dans cet exposé on suppose que la constante de Hubble H0 = 50 km/s/Mpc et le paramètre de décélération q0 = 1/2).  

fig 1: Le relevé de Las Campanas (1996) montrant la distribution à 3 dimensions des galaxies et souligne la topologie "en éponge" de l’univers. (583×411 12Ko)
Les galaxies ne représentent toutefois qu’une faible fraction de la densité cosmique. La matière noire constitue à elle seule près de 80% de la masse et un gaz ténu (densité de l’ordre de 10-3 atome/cm3) possédant une température de plusieurs dizaines de millions de degrés, contribue sans doute pour 15% ou plus; qu’en est-il de leur distribution spatiale? 

La matière noire, dont l’existence a été inférée dès 1931 par l’observation des vitesses des galaxies individuelles dans les amas, est par définition invisible. Le gaz, quant à lui, est détecté dans la bande X mais uniquement dans les amas de galaxies, là où il est particulièrement chaud et dense. Cependant, les simulations numériques prédisent que la matière noire et le gaz sont distribués selon un réseau de filaments (fig 2), analogue à celui qui est observé dans la distribution des galaxies.
 


fig 2: Trois facons de "voir" la distribution de la matière dans l’univers local. Ces trois cartes représentent la même région (200 Mpc/h de côté) et proviennent de simulations numériques; elles illustrent les propriétés à grande échelle de la matière.
Bleu: L’émissivité du gaz X. Seules les régions les plus denses et les plus chaudes sont visibles (amas de galaxies).
Blanc: La répartition de la matière noire qui montre bien la structure filamentaire de l’univers et la densité sous-jacente.
Rouge: La carte en température du gaz X. Les régions noires ont une température inférieure au million de degrés; les filaments (rouge) sont à quelques millions de degrés; les noeuds des structures ou amas de galaxies (jaune-blanc) dépassent les 50 millions de degrés. (Simulations par R. Teyssier)


Cardinal Joseph Ratzinger [Pape Benoît XVI] :  Retraite prêchée au Vatican, 1983 (trad. Le Ressuscité, DDB 1986, p. 41)

Dans l’Evangile, Jésus nous invite à la prière : « Demandez et l’on vous donnera ; cherchez et vous trouverez ; frappez et l’on vous ouvrira ». Ces paroles de Jésus sont très précieuses, parce qu’elles expriment la véritable relation entre Dieu et l’homme, et parce qu’elles répondent à un problème fondamental de toute l’histoire des religions et de notre vie personnelle. Est-il juste et bon de demander quelque chose à Dieu ? ou bien l’unique réponse correspondant à la transcendance et à la grandeur de Dieu ne consiste-t-elle pas à le glorifier, à l’adorer, à lui rendre grâce, en une prière qui sera donc désintéressée ?…
Jésus ignore cette crainte.
L’idée de Dieu que Jésus nous enseigne est différente : son Dieu est très humain ; ce Dieu est bon et puissant. La religion de Jésus est très humaine, très simple — c’est la religion des simples : « Je te rends grâce, Père, Seigneur du ciel et de la terre, car tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents et tu les as révélées aux petits » (Mt 11,25). Les petits, ceux qui ont besoin de l’aide de Dieu et le disent, comprennent beaucoup mieux la vérité que les intelligents qui, en refusant la prière de demande et en n’admettant que la louange désintéressée de Dieu, construisent une autosuffisance de l’homme qui ne correspond pas à son indigence, telle que l’expriment les paroles d’Esther : « Viens à mon aide ! » (14,4) Derrière cette noble attitude qui ne veut pas déranger Dieu avec nos petits malheurs, se cache le doute suivant : Dieu a-t-il le pouvoir de répondre aux réalités de notre vie, Dieu peut-il changer nos situations et entrer dans la réalité de notre vie terrestre ?…
Si Dieu n’agit pas, s’il n’a pas pouvoir sur les événements concrets de notre vie, comment Dieu reste-t-il Dieu ? Et si Dieu est amour, l’amour ne trouvera-t-il pas une possibilité de répondre à l’espérance de celui qui aime ? Si Dieu est amour, et s’il ne pouvait pas nous aider dans notre vie concrète, l’amour ne serait pas l’ultime pouvoir du monde.

La matière et l’énergie sombres dans l’Univers


En 1998, pour la toute première dans l’histoire de la cosmologie, les astrophysiciens[1] ont réussi à dresser le bilan de la quantité totale de matière et d’énergie sombres contenues dans l’Univers. Certains astrophysiciens considèrent qu’il s’agit là d’une découverte scientifique tout aussi importante que la découverte du rayonnement fossile en 1965. Que nous dit ce bilan qui fut affiné en 2005 ?

Ce bilan est tout d’abord un bilan cosmique dans toutes les acceptations de ce terme ! En effet, il s’agit d’un bilan "consolidé" de plusieurs dizaines de bilans individuels relatifs à l’influence gravitationnelle de toutes ses composantes et des processus physico-chimiques bien définis qui affectent l’évolution générale de l’Univers. Citons pêle-mêle la mesure des abondances des premiers éléments chimiques formés durant la nucléosynthèse du Big Bang, les analyses des fluctuations de la température du rayonnement fossile à 2.7 K, de la distribution des étoiles dans les galaxies, de la structure à grande échelle de l’Univers, de la mesure du gaz chaud interamas, de l’analyse spectrale des quasars et des supernovae, de l’analyse des phénomènes de lensing et microlensing ainsi que des contraintes sur la masse des neutrinos; excusez du peu ! A partir de ces estimations, les astrophysiciens sont parvenus à préciser les contributions respectives des différentes composantes de la matière et de l’énergie constituant l’Univers. 

L’Univers tel qu’il est à plusieurs milliards d’années-lumière… Il y a bien sûr des milliers de galaxies mais il y a surtout plus de 60% de matière et d’énergie sombres ! Document NASA/STSCI/HST.

Exprimé en fraction de la densité critique de l’Univers, densité qui assure un juste équilibre entre son effondrement et son expansion infinie, ils sont arrivés aux résultats suivants :  

Etoiles : 0.5%

Baryons (total des protons, neutrons et hypérions) : 4 ± 0.6%

Matière (total) : 27 ± 4%

Neutrinos : 0.5%

– Energie sombre : 73 ± 4%. //

L’aspect visuel de l’amas de galaxies NGC 2300 (UGC 3798 ou Arp 114) et son aspect beaucoup plus vaste et inattendu dans le rayonnement X tel que photographié par le satellite ROSAT. La galaxie principale de type E-S0 mesure 3′ de diamètre et brille à la magnitude 12.1 dans la constellation de Céphée. Document NASA/GSFC.

L’objet de la mission est de cartographier avec la meilleure précision possible les fluctuations de température du rayonnement thermique cosmologique, ainsi que sa polarisation. Ces informations sont cruciales pour la cosmologie, car elles permettent de reconstituer avec une grande précision le contenu matériel de l’univers. Les premiers résultats de la sonde WMAP ont été salués à juste titre comme une grande avancée dans la compréhension de l’univers car WMAP a réalisé la première carte complète du fond diffus cosmologique depuis celle du satellite COBE en 1992, et ce avec une résolution considérablement meilleure.

Wilkinson Microwave Anisotropy Probe

Wilkinson Microwave Anisotropy Probe

Organisation

NASA

Domaine

micro-onde (fond diffus cosmologique)

Orbite

Point de Lagrange L2 (1,5 millions de kilomètres de la Terre)

Lancement

30 juin 2001

Extraction

2007

Masse

840 kg

Autres noms

Microwave Anisotropy Probe, MAP

Page web

http://map.gsfc.nasa.gov/

Caractéristiques physiques

Technologie

Radiomètre à 22, 30, 40, 60 et 90 GHz

Diamètre

Réflecteur de 1,4/1,6 m

 Jean de Damas (vers 675-749), moine.


« Une voix sortit de la nuée, qui disait : ‘ Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis tout mon amour ; écoutez-le ! ‘ » (Mt 17,5) Tels sont les mots du Père sortis de la nuée de l’Esprit : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, lui qui est homme et qui a l’apparence d’un homme. Hier il s’est fait homme, il a vécu humblement parmi vous ; maintenant son visage resplendit. Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; il est avant les siècles. Il est le Fils unique du Dieu unique. Hors du temps et éternellement il est engendré de moi, le Père. Il n’a pas accédé après moi à l’existence, mais de toute éternité il est de moi, en moi et avec moi »…
C’est par la bienveillance du Père que son Fils unique, son Verbe, s’est fait chair. C’est par sa bienveillance que le Père a accompli, dans son Fils unique, le salut du monde entier. C’est la bienveillance du Père qui a fait l’union de toutes choses en son Fils unique… Vraiment, il a plu au Maître de toutes choses, au Créateur qui gouverne l’univers, d’unir en son Fils unique la divinité et l’humanité et, par celle-ci, toute créature, « pour que Dieu soit tout en tous » (1Co 15,28).
« Celui-ci est mon Fils bien-aimé, ‘ le resplendissement de ma gloire, l’empreinte de ma substance ‘ par qui aussi j’ai créé les anges, par qui le ciel a été affermi et la terre établie. Il ‘ porte l’univers par sa parole toute-puissante ‘ (He 1,3) et par le souffle de sa bouche, c’est-à-dire l’Esprit qui guide et donne la vie. Écoutez-le, car celui qui le reçoit, me reçoit (Mc 9,37), moi qui l’ai envoyé, non en vertu de mon pouvoir souverain, mais à la façon d’un père. En tant qu’homme, en effet, il est envoyé, mais en tant que Dieu, il demeure en moi et moi en lui… Écoutez-le, car il a les paroles de la vie éternelle » (Jn 6,68).

Publicités
Cet article a été publié dans connaissance. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s