Discussions sur des découvertes; Basile de Césaré;St Augustin; Léon XIII; Benoit XVI; Léon XIII; Jean XXIII; Thérèsa de Calcutta; Guillaume de Saint-thierry; Basile.

Le Très grand télescope (VLT) du mont Paranal au Chili a annoncé mardi avoir capté un jaillissement suivant une explosion survenue il y a quelque 13 milliards d’années, ce qui en ferait « l’objet » le plus ancien et éloigné jamais observé dans l’univers.
Le jet de rayon gamma, baptisé GRB 090423, a été détecté pendant 10 secondes le jeudi 23 avril dans la constellation du Lion, puis suivi aux téléscopes chiliens de La Silla et du Paranal, gérés par l’Organisation européenne pour la recherche astronomique dans l’hémisphère austral (ESO).
Les observations des 17 heures suivantes ont permis aux astronomes de mesurer « l’étirement » de la lumière dans l’univers en expansion, donc à remonter dans le temps, a expliqué l’astronome britannique Nial Tanvir, membre de l’équipe internationale du VLT qui a réalisé l’observation.
« L’explosion s’est produite il y a plus de 13 milliards d’années (
décalage vers le rouge
 8.2), quand l’univers avait 5% de son âge, soit 600 millions d’années, aprés le Big Bang« , l’explosion initiale qui serait à l’origine de la formation de l’univers, il y a 13,7 milliards d’années, poursuit l’ESO.
« Cela en fait le rayon gamma le plus distant jamais détecté (13 milliards d’A-L), mais aussi l’objet le plus ancien jamais decouvert, a commenté Tanvir.
Le précédent « record » était celui d’un rayon gamma provenant de l’explosion d’une étoile, quelque 200 millions d’années après GRB 090423. Il avait, comme lui, été détecté en 2008 par le satellite américain Swift, et suivi par le VLT du Parnal .
Pour les chercheurs du VLT, la découverte souligne l’importance des jaillissements de rayons gamma, ces puissantes sources d’énergie cosmique émises par des explosions, pour explorer les parties les plus éloignées de l’universOn estime que les premières étoiles se sont formées quand l’univers avait entre 200 et 400 millions d’années. 
 
http://www.espace-sciences.org/planetarium  et  GRB 090423: The Farthest Explosion Yet Measured  

Déjà, le 19 Mars 2008, un puissant jaillissement gamma,   détecté par le satellite  Swift , avait  pulvérisé le record de l’ objet  le plus éloigné, visible à l’oeil nu : Il était baptisé: GRB 080319B .
L’explosion était un éclat de rayons gamma. La plupart des éclats de rayons gamma se produisent lorsque les étoiles massives viennent à court de carburant nucléaire .
 Leur noyau s’effondre pour former des trous noirs ou des étoiles à neutrons, libérant un éclat intense de rayons gamma de grande énergie  et éjectant des jets de particules qui envahissent l’espace à une vitesse
    proche de celle de la lumière . Quand les jets percutent les nuages interstellaires environnants, ils réchauffent le
gaz  produisant souvent de brillantes postluminescences. Les éclats de rayons gamma sont les explosions les plus lumineuses dans l’Univers  depuis le Big Bang , il y a environ 13,7 milliards.
La postluminescence extrêmement lumineuse de GRB 080319B a été imagée par les instruments X-ray Telescope de Swift (à gauche) et Optical/Ultraviolet Telescope (à droite).
C’est de loin la plus brillante postluminescence d’éclat de rayons gamma jamais observée.
« Cet éclat était un monstre, » commente Neil Gehrels (Goddard Space Flight Center, Greenbelt, Md), principal investigateur de Swift. « Il balaye tous les éclats de rayons gamma que nous avons vu jusqu’ici. »
 Swift a détecté l’éclat à 06h12 UTC le 19 Mars, et déterminé les coordonnées dans la constellation du Bouvier (Boötes). Les télescopes spatiaux et terrestres se sont rapidement déplacés pour observer la postluminescence. L’éclat est appelé GRB 080319B.
Deux autres instruments de Swift, observant respectivement dans les rayons X et le domaine ultraviolet/optique, ont également remarqué la brillante postluminescence. Plusieurs télescopes terrestres ont vu la postluminescence s’illuminer à une magnitude visuelle comprise entre 5 et 6. Plus un objet est lumineux, plus bas est le chiffre qualifiant la magnitude. Depuis un endroit sombre dans la campagne, avec une vue normale, il est possible de voir les étoiles légèrement plus faibles que la magnitude 6. Cela signifie que la postluminescence était faible, mais visible à l’oeil nu.
Plus tard dans la soirée, le VLT (Very Large Telescope) au Chili et le HET (Hobby-Eberly Telescope) au Texas ont mesuré le décalage vers le rouge, ou redshitf, de l’éclat à 0,94. Un décalage vers le rouge est une mesure de la distance à un objet. Un redshitf de 0,94 traduit une distance de 7,5 milliards d’années-lumière, signifiant que l’explosion a eu lieu il y a 7,5 milliards d’années, un moment où l’Univers avait moins de la moitié de son âge actuel et que la Terre n’était pas encore formée.
« Aucun autre objet ou type d’explosion connu ne pourrait être vu à l’oeil nu à une si grande distance, » ajoute Stephen Holland (Goddard Space Flight Center), membre de l’équipe scientifique. « Si quelqu’un avait justement regardé au bon endroit au bon moment, il aurait vu l’objet le plus éloigné jamais vu par des yeux humains sans aide optique .
La postluminescence optique de GRB 080319B était 2,5 millions de fois plus lumineuse que la supernova la plus lumineuse jamais enregistrée, faisant de lui l’objet le plus intrinsèquement lumineux jamais observé par des humains dans l’Univers. L’objet précédent le plus éloigné visible à l’oeil nu est la galaxie voisine M33, à  2,9 millions d’années-lumière de la Terre.
L’analyse de GRB 080319B commence tout juste, aussi les astronomes ne savent pas pourquoi cet éclat et sa postluminescence étaient si lumineux. Une hypothèse est que l’éclat était plus énergique que d’autres, peut-être en raison de la masse, de la rotation, ou du champ magnétique de l’étoile  l’ayant engendré, ou peut-être, que l’explosion a concentré son énergie dans un faisceau étroit qui visait directement la Terre.
 

Source: Adrien , NASA & Gilbert Javaux – PGJ Astronomie
 NASA/Swift/Stefan Immler, et al.

Voir aussi : VY Canis Majoris (Modèle de Massey-Levesque-Plez-Olsen)[2],[3]

 Enorme formation d’étoiles aux limites des lois physique

 

L’étoile supergéante VY Canis Majoris crache des molécules indispensables à la vie . Des astronomes de l’Université d’Arizona ont découvert ,  avec un des radiotélescopes les plus sensibles , une vingtaine de molécules dont des composés indispensables à la vie dans VY Canis Majoris. Les molécules ont été découvertes dans différentes régions d’émission. (Lucy Ziurys, professeur d’astronomie et de chimie à l’Université d’Arizona et directrice de l’Arizona Radio Observatory (ARO).) commente son observation  dans les enveloppes autour d’étoiles riches en carbone :  « Mais quand nous avons commencé à regarder de plus près pour la première fois un objet riche en oxygène, nous avons commencé à trouver toutes ces choses intéressantes qui n’étaient pas censées être là. »
VY Canis Majoris, un des objets infrarouges les plus lumineux dans le ciel, est une vieille étoile distante d’environ 5.000 années-lumière. Elle est un demi-million de fois plus lumineuse que le Soleil ((pourcentage en masse)), mais luit essentiellement dans l’infrarouge (Le rayonnement infrarouge (IR) est un rayonnement électromagnétique d’une longueur d’onde supérieure à celle de la…) car c’est une étoile froide. Elle est vraiment « supergéante »: 25 fois plus massive (Le mot massif peut être employé comme 🙂 que le Soleil et si énorme qu’elle remplirait l’orbite (En mécanique céleste, une orbite est la trajectoire que décrit dans l’espace un corps autour d’un autre corps sous…) de Jupiter. Mais l’étoile perd de la masse (La masse est une propriété fondamentale de la matière qui se manifeste à la fois par l’inertie des corps et leur…) si rapidement que dans un million d’années – un clignement d’oeil à l’échelle astronomique – elle aura disparu. L’étoile a déjà soufflé une grande partie de son atmosphère (Le mot atmosphère peut avoir plusieurs significations 🙂, créant son enveloppe environnante qui contient environ deux fois plus d’oxygène que de carbone.

Comment les premières étoiles ont été formées ? Des indications concrètes ont été trouvées pour la première fois par une équipe internationale de chercheurs. . La détection a pu être réalisée grâce à l’interféromètre du Plateau de Bure de l’IRAM (Institut de Radioastronomie Millimétrique: CNRS-INSU, MPG, IGN) dans les Hautes-Alpes. Ces résultats sont publiés dans Nature du 05 février 2009.
La galaxie observée par les scientifiques, J1148+5251, est l’une des galaxies actives les plus éloignées de la Terre (La Terre, foyer de l’humanité, est surnommée la planète bleue. C’est la troisième planète du système solaire en partant…). Elle est à 12,8 milliards d’années lumière :
les images captées montrent la galaxie dans son état il y a 12,8 milliards d’années, soit moins d’un milliard d’années après le
Big Bang  ! Pour cartographier une source à une telle distance, le télescope  utilisé doit être en mesure de distinguer une pièce d’un euro à 18 kilomètres , ce qui est le cas pour l’interféromètre du Plateau de Bure. Grâce à l’observatoire de l’IRAM, les astronomes ont détecté dans ce quasar la raie émise par l’atome   de Carbone dans son état ionisé, ion qui joue un rôle essentiel dans le refroidissement du gaz  interstellaire, et donc dans la formation des étoiles. Cette raie, émise dans le domaine infrarouge  lointain à 158 microns, est inobservable du sol ; mais avec la théorie de l’expansion de l’ univers , elle se trouve « décalée » dans le domaine radio millimétrique, à 1 millimètre.    .
Des étoiles se forment lorsqu’un nuage interstellaire de gaz et de poussière s’effondre sous sa propre gravité (La gravitation est une des quatre interactions fondamentales de la physique.), s’échauffant progressivement. Le rayonnement  qui naît de ce processus disperse les nuages de gaz et de poussière et les empêche de s’effondrer à nouveau. Ainsi, le processus de formation d’étoiles se trouve arrêté. Il y a donc une limite d’étoiles naissantes par période et par région de formation stellaire.
« Cette limite est atteinte dans J1148+5251 ! », explique Fabian Walter, chercheur  au Max-Planck-Institut für Astronomie  à Heidelberg (Allemagne). « Dans notre Galaxie, des conditions aussi extrêmes, comparables à celles de J1148+5251, ne se trouvent que dans de petites régions, comme dans certaines parties de la nébuleuse d’Orion. Mais ce que nous avons observé correspond à la formation de trois soleils par jour, un taux de formation cent millions de fois celui d’Orion ! ».
Pour la première fois, les scientifiques ont également réussi à mesurer l’étendue de la région de formation stellaire. Celle-ci n’est que de 5 000 années-lumière, un chiffre relativement faible. « Le résultat est surprenant », constate Fabian Walter. « Dans cette galaxie, les étoiles qui se forment chaque année  ont une masse  totale de plus de 1 000 fois la masse de notre Soleil  et cela dans une région relativement petite selon les normes astronomiques ». En comparaison, la masse de toutes les étoiles qui naissent dans notre Galaxie ne fait qu’une masse solaire par an. Grâce aux mesures récoltées, les scientifiques pourront procéder aux premiers calculs des taux de formations d’étoiles par volume ainsi qu’aux comparaisons avec de modèles de formations stellaires déjà existants.
Il y a une autre raison pour laquelle ces mesures se révèlent spectaculaires: l’intense formation stellaire dans une région centrale de la galaxie montre clairement que les étoiles se forment au coeur même des jeunes galaxies. Ce n’est qu’au fil du temps que cette région intérieure se remplit avec de jeunes étoiles et qu’elle atteint la taille habituelle des galaxies plus vieilles – par exemple en entrant en collision ou en fusionnant avec une autre galaxie. D’une importance cruciale, ces observations  permettront aux scientifiques non seulement d’améliorer les savoirs sur l’évolution des galaxies – y compris la nôtre – mais également d’élaborer des modèles probants de cette évolution.
« Le résultat marque une étape décisive dans l’étude des premières galaxies formées dans l’Univers » déclare Pierre Cox, Directeur de l’IRAM et membre de l’équipe internationale.  » Il n’a été possible que grâce aux récents développements apportés à l’interféromètre du Plateau de Bure. Il préfigure d’autres observations d’objets aux confins de l’Univers qui permettront de mieux comprendre comment les galaxies se sont formées, de décrire leurs conditions apparemment extrêmes de formation stellaire ainsi que la relation entre la formation des étoiles et celle du trou noir (En astrophysique, un trou noir est un objet massif dont le champ gravitationnel est si intense qu’il empêche…) massif central. ».
Source: CNRS
Illustration: Harvard Smithsonian CfA;  http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=6277
Posté par Adrien le Mercredi 1er Août 2007 à 00:39:01
  


Ziurys et ses collègues ne sont pas encore à la moitié de leur étude de VY Canis Majoris qu’ils ont déjà publié dans le journal Nature leurs observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide…) d’une vingtaine de composés chimiques. Ceux-ci incluent quelques molécules que les astronomes n’ont jamais détectées autour d’étoiles et qui sont nécessaires pour la vie, dont NaCl, PN, HNC et HCO+.

Source: Gilbert Javaux – PGJ Astronomie
Illustration: Université d’ArizonaDu Psaume 89

D’âge en âge, Seigneur,
tu as été notre refuge.Avant que naissent les montagnes, que tu enfantes la terre et le monde, *
de toujours à toujours,
toi, tu es Dieu. Tu fais retourner l’homme à la poussière …
A tes yeux, mille ans sont comme hier,
c’est un jour qui s’en va, une heure dans la nuit.
  La nébuleuse, de la Tête de cheval , IC 4592, est située dans la constellation d’Orion à environ 1 500 années-lumière de la Terre. C’est une nébuleuse sombre, en absorption, qui fait partie d’un gigantesque nuage moléculaire couvrant la quasi totalité de la constellation d’Orion.  Credit & Copyright: Rogelio Bernal Andreo

 


 

 

Guillaume de Saint-Thierry (vers 1085-1148), moine bénédictin puis cistercien .


 

« Qui connaît les secrets de l’homme, si ce n’est l’esprit de l’homme qui est en lui ? De même, personne ne connaît les secrets de Dieu, sinon l’Esprit de Dieu » (1Co 2,11). Hâte-toi donc de communier à l’Esprit Saint. Il est là dès qu’on l’invoque ; si on l’invoque c’est qu’il est déjà présent. Appelé, il vient ; il arrive dans l’abondance des bénédictions divines. C’est lui le fleuve impétueux qui réjouit la cité de Dieu (Ps 45,5). Lors de sa venue, s’il te trouve humble et sans inquiétude, tremblant à la parole de Dieu, il reposera sur toi et te révélera ce que Dieu cache aux sages et aux prudents de ce monde (Mt 11,25) Alors commenceront à briller pour toi toutes ces vérités que la Sagesse pouvait dire aux disciples alors qu’elle était sur terre, mais qu’ils ne pouvaient pas porter avant la venue de l’Esprit de vérité qui leur enseignerait toute vérité…
De même que ceux qui adorent Dieu doivent nécessairement l’adorer « en esprit et en vérité » (Jn 4,24), de même ceux qui désirent le connaître ne doivent chercher qu’en l’Esprit Saint l’intelligence de la foi… Au milieu des ténèbres et de l’ignorance de cette vie, il est lui-même pour les pauvres en esprit (Mt 5,3) la lumière qui éclaire, la charité qui attire, la douceur qui saisit l’âme, l’amour de celui qui aime, la dévotion de celui qui se livre sans réserve. C’est lui qui, de conviction en conviction, révèle aux croyants la justice de Dieu ; il donne grâce pour grâce (Jn 1,16) et à la foi qui écoute la Parole, il donne la foi de l’illumination.



Saint Augustin (354-430) :   Qu’est-ce que suivre, sinon imiter ? La preuve, c’est que le Christ a souffert pour nous, nous laissant un exemple, comme dit l’apôtre Paul, pour que nous suivions ses traces (1P 2,21).
Bienheureux les pauvres en esprit.
Imitez donc celui qui s’est fait pauvre à cause de vous alors qu’il était riche (2Co 8,9).
Bienheureux les doux.
Imitez celui qui a dit : mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de coeur (Mt 11,29).
Bienheureux ceux qui pleurent.
Imitez celui qui pleura sur Jérusalem (Lc 19,41). 
Bienheureux ceux qui ont faim et soif de justice.
Imitez celui qui a dit : ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé (Jn 4,34).
Bienheureux les miséricordieux.
Imitez celui qui a porté secours à celui qui avait été blessé par les voleurs et qui gisait sur le chemin à demi mort et désespéré (Lc 10,33).
Bienheureux les coeurs purs.
Imitez celui qui n’a point fait de péché et sur les lèvres de qui il ne s’est point trouvé de malice (1 P 2,22).
Bienheureux les pacifiques.
Imitez celui qui a dit en faveur de ses persécuteurs : Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font (Lc 23,34).
Bienheureux ceux qui souffrent persécution pour la justice.
Imitez celui qui a souffert pour vous, vous laissant un exemple pour que vous suiviez ses traces.
Je te vois, ô Jésus bon, avec les yeux de la foi que tu as ouverts en moi, je te vois criant et disant, comme si tu haranguais le genre humain : « Venez à moi et mettez-vous à mon école. » 

SAINT BASILE

Le Seigneur, qui nous dispense la vie, a établi une alliance avec nous, le baptême, qui comporte une figure de la mort et une figure de la vie; l’image de la mort est accomplie par l’eau; et quant à la vie, c’est l’Esprit qui nous en fournit le premier don. Ainsi apparaît en pleine lumière l’objet de notre recherche: pourquoi l’eau est-elle jointe à l’Esprit? C’est que le baptême vise un double but: réduire à l’impuissance l’être de péché afin de ne plus porter des fruits pour la mort, mais aussi vivre de l’Esprit et porter des fruits qui conduisent à la sanctification. L’eau offre l’image de la mort en recevant le corps comme dans un tombeau; l’Esprit infuse la force vivifiante en renouvelant nos âmes, qu’il fait passer de la mort du péché à la vie originelle. C’est donc cela, renaître de l’eau et de l’Esprit: la mort s’accomplit dans l’eau, et c’est l’Esprit qui produit notre vie.

 
 M97 ( Nébuleuse du Hibou) est une des plus complexes nébuleuses planétaires. Son apparence a été interprétée comme celle d’une coquille en forme de tore cylindrique (ou d’un globe sans ses pôles), vu obliquement, de sorte que les extrémités du cylindre, correspondant à des zones pauvres en matière éjectée, seraient les yeux du hibou. Cette coquille est entourée par une plus faible nébuleuse, peu ionisée. La masse de M97 a été estimée à 0,15 masse solaire . Son âge dynamique serait de 6 000 ans (selon Stephen J. Hynes, Planetary Nebulae). Comme souvent pour les nébuleuses planétaires,  Sa distance est incertaine : le Sky Catalogue 2000.0 donne 1 300 années-lumière (400 pc), I.S. Shklovsky 1 430, tandis que O’Dell et Kohoutek, indépendamment, ont trouvé 1 600 au début des années 1960, Cudworth (1974) 2 600 (valeur que nous avons retenue), Becvar dans son « Atlas Coeli Catalog » indique 7 460, Voroncov-Vel’jaminov 8 150. Enfin Kenneth Glyn Jones donne 10 000, puis Kaufmann 12 000.
 

 
   
                                                    
Au début de l’univers, à environ  1043 seconde, notre univers avait une température de  100.000  milliards de milliards de milliards de milliards de degrés , c’est à dire 1032 degrés Kelvin,  et il avait   1033 cm de diamètre, c’est-à-dire 10 millions de milliards de fois plus petit qu’un atome d’hydrogène! ;  il renfermait toute la masse de l’univers actuel ! Dans cet Univers, régnait le vide  où bouillonnait une énergie inimaginable de photons (E=mc²), dans laquelle se matérialisait sporadiquement des particules et antiparticules ( quarks, antiquarks), au milieu d’ une superforce; cela, il y a environ 13,7 milliards d’années . Avant ces 1043 seconde, temps de Planck, les physiciens n’ont aucune théorie sur ce qu’était l’univers, c’est la limite des connaissances actuelles..
Cf:  http://molaire1.club.fr/bigbang.html .
Pour voir le déroulement des étapes aprés le big bang, Cliquez sur :
Découvrir, puis cliquez sur: LA SAGA DU BIG BANG .
 

Si vous voulez voir un bon film sur le big bang, allez sur :

http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosbig/imgAr/cinetheq/film/uneHeurePour.htm
  
  

 

Ronde et compacte, NGC 7008 ou « nébuleuse du foétus », nébuleuse planétaire distante de 2800 années-lumière située dans la constellation riche en nébuleuses du Cygne. Cette image prise  grâce à l’adroite combinaison d’images prises au travers de filtres à bandes étroites ou larges avec deux télescopes distincts pour une durée totale d’exposition de 12 heures. Cette nébuleuse d’une année-lumière de diamètre lui a valu le surnom de nébuleuse du fœtus, quoique les nébuleuses planétaires aient plus à voire avec la mort des étoiles qu’avec leur naissance . Les nébuleuses comme NGC 7008 sont en effet produites à l’occasion d’une brève phase que connaissent les étoiles semblables au Soleil à la fin de leur vie. Ejectant leurs couches externes, les étoiles refroidissent pour finir par devenir des naines blanches, comme l’étoile visible à proximité du centre de NGC 7008. Crédit & Copyright: Dietmar Hager, Don Goldman, Paul Mortfield 

   
 

Pape Benoît XVI  : Encyclique « Spe Salvi »,  § 26

Ce n’est pas la science qui rachète l’homme. L’homme est racheté par l’amour. Cela vaut déjà dans le domaine purement humain. Lorsque quelqu’un, dans sa vie, fait l’expérience d’un grand amour, il s’agit d’un moment de « rédemption » qui donne un sens nouveau à sa vie. Mais, très rapidement, il se rendra compte que cet amour qui lui a été donné ne résout pas, par lui seul, le problème de sa vie. Il s’agit d’un amour qui demeure fragile ; il peut être détruit par la mort. L’être humain a besoin de l’amour inconditionnel. Il a besoin de la certitude qui lui fait dire : « Ni la mort ni la vie, ni les esprits ni les puissances, ni le présent ni l’avenir, ni les astres, ni les cieux, ni les abîmes, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est en Jésus Christ » (Rm 8,38-39). Si cet amour absolu existe, avec une certitude absolue, alors –- et seulement alors –- l’homme est « racheté », quel que soit ce qui lui arrive dans un cas particulier. 
 C’est ce que l’on vent dire lorsque l’on dit : Jésus Christ nous a « rachetés ». Par lui nous sommes devenus certains de Dieu — d’un Dieu qui ne constitue pas une lointaine « cause première » du monde — parce que son Fils unique s’est fait homme et de lui chacun peut dire : « Ma vie aujourd’hui dans la condition humaine, je la vis dans la foi au Fils de Dieu qui m’a aimé et qui s’est livré pour moi » (Ga 2,20).

 Léon XIII, pape  (de 1878 à 1903 ; Encyclique « Divinum Illud Munus » du 9 mai 1897 )

 Le mystère de la très sainte Trinité est appelé par les docteurs de l’Église la substance du Nouveau Testament, c’est-à-dire le plus grand de tous les mystères, la source et le fondement des autres. C’est pour le connaître et le contempler que les anges ont été créés dans le ciel et les hommes sur la terre… C’est pour manifester ce mystère plus clairement que Dieu lui même est descendu du séjour des anges vers les hommes…
 L’apôtre Paul annonce la Trinité des personnes et l’unité de leur nature quand il écrit : « Tout est de lui, et par lui, et en lui ; à lui la gloire pour l’éternité ! » (Rm 11,36)… Saint Augustin écrit, en commentant ce passage : « Ces paroles ne sont pas à prendre au hasard. ‘ De lui ‘ désigne le Père, ‘ par lui ‘ le Fils, ‘ en lui ‘ le Saint Esprit ». Avec justesse l’Église a l’habitude d’attribuer au Père les oeuvres de la Divinité où resplendit la puissance, au Fils celles où resplendit la sagesse, à l’Esprit Saint celles où resplendit l’amour. Non pas que toutes les perfections et les oeuvres extérieures ne sont communes aux personnes divines : « les oeuvres de la Trinité sont indivisibles, comme l’essence de la Trinité est indivisible… » (St Augustin).
 Mais, par une certaine comparaison, une certaine affinité entre ces oeuvres et les propriétés des personnes, les oeuvres sont attribuées ou « appropriées », comme l’on dit, à une des personnes plutôt qu’aux autres… De cette façon, le Père, qui est « le principe de toute la divinité » (St Augustin), est aussi la cause efficiente de toute chose, de l’incarnation du Verbe, et de la sanctification des âmes : « tout est de lui ». Mais le Fils, le Verbe, la Parole de Dieu et l’image de Dieu, est aussi la cause-modèle, l’archétype ; de lui tout ce qui a été créé reçoit sa forme et sa beauté, l’ordre et l’harmonie. Il est pour nous « le chemin, la vérité et la vie » (Jn 14,6), le réconciliateur de l’homme avec Dieu : « tout est par lui ». Le Saint Esprit est la cause ultime de toute chose…, la bonté divine et l’amour mutuel du Père et du Fils ; par sa force puissante mais douce, il complète l’amour mutuel du Père et du Fils ; par sa force puissante mais douce, il complète l’oeuvre cachée du salut éternel de l’homme et la mène à sa perfection : « tout est en lui ».

Bienheureux Jean XXIII (1881-1963), pape, Encyclique « Pacem in Terris » 
Il revient à tout croyant d’être, dans le monde d’aujourd’hui, une étincelle lumineuse, un foyer d’amour et un ferment pour toute la masse (Mt 5,14; 13,33). Chacun le sera dans la mesure de son union à Dieu. La paix ne saurait régner entre les hommes si elle ne règne d’abord en chacun d’eux, si chacun n’observe en lui-même l’ordre voulu par Dieu… Il s’agit, en fait, d’une entreprise trop sublime et trop élevée pour que sa réalisation soit au pouvoir de l’homme laissé à ses seules forces, fût-il par ailleurs animé de la bonne volonté la plus louable. Pour que la société humaine donne avec la plus parfaite fidélité l’image du royaume de Dieu, le secours d’en haut est absolument nécessaire…
Par sa Passion et par sa mort, le Christ a vaincu le péché, source première de toutes les discordes, détresses et inégalités… « C’est lui qui est notre paix… Il est venu proclamer la paix, paix pour vous qui étiez loin, et paix pour ceux qui étaient proches » (Ep 2,14s). Et c’est ce même message que nous fait entendre la liturgie de ces saints jours de Pâques : « Jésus notre Seigneur, ressuscité, se tint au milieu de ses disciples et leur dit : La paix soit avec vous, alléluia. Et les disciples, ayant vu le Seigneur, furent remplis de joie » (cf Jn 20,19s). Le Christ nous a apporté la paix, nous a laissé la paix : « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous la donne pas comme le monde la donne ».
C’est cette paix apportée par le Rédempteur que nous lui demandons instamment dans nos prières. Qu’il bannisse des âmes ce qui peut mettre la paix en danger, et qu’il transforme tous les hommes en témoins de vérité, de justice et d’amour fraternel. Qu’il éclaire ceux qui président aux destinées des peuples… Que le Christ enflamme le coeur de tous les hommes et leur fasse renverser les barrières qui divisent, resserrer les liens de l’amour mutuel, user de compréhension à l’égard d’autrui et pardonner à ceux qui leur ont fait du tort. Et qu’ainsi, grâce à lui, tous les peuples de la terre forment entre eux une véritable communauté fraternelle, et que parmi eux ne cesse de fleurir et de régner la paix tant désirée.

 

 Messier 106 Credit & Copyright: Ken Crawford (Rancho Del Sol Observatory)
 

Bienheureuse Teresa de Calcutta (1910-1997), Something Beautiful for God

 

Il n’est pas possible de s’engager dans l’apostolat direct si l’on n’est pas une âme de prière. Soyons conscients d’être un avec le Christ, comme il était conscient d’être un avec son Père ; notre activité n’est véritablement apostolique que dans la mesure où nous le laissons travailler en nous et à travers nous avec sa puissance, son désir et son amour. Nous devons parvenir à la sainteté, non pas pour nous sentir en état de sainteté, mais pour que le Christ puisse pleinement vivre en nous. Le don total de nous-mêmes à l’amour, à la foi, à la pureté, est lié au service des pauvres. C’est quand nous aurons appris à chercher Dieu et sa volonté que nos rapports avec les pauvres deviendront un chemin de sanctification pour nous et pour autrui.
Aimez prier : au cours de la journée éprouvez souvent le besoin de prier et prenez la peine de prier. La prière dilate le coeur jusqu’à la capacité de ce don que Dieu nous fait de soi-même. Demandez et cherchez, et votre coeur s’agrandira jusqu’à pouvoir l’accueillir et le garder à vous.

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans connaissance. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s