Des étoiles

 

Sur la carte ci-dessous, au Sommet du Triangle d’été, Deneb est une supergéante bleue, 200 fois plus grosse que le Soleil (placée à sa place, elle s’étendrait jusqu’à l’orbite terrestre), l’une des plus grandes que l’on connaisse et une masse de 25 fois celle du Soleil. Elle finira vraisemblablement en supernova d’ici un million d’années. Sa luminosité est environ 60 000 fois plus élevée que celle du Soleil : si Deneb était une source ponctuelle de lumière située à la même distance que le Soleil, sa lumière serait plus intense que la plupart des lasers industriels. Bételgeuse est aussi une supergéante , mais elle est rouge; c’est l’une des plus grandes étoiles connues. Si Bételgeuse était au centre du système solaire, son rayon s’étendrait entre l’orbite de Mars et celle de Jupiter. c’est une supergéante de couleur rouge, froide et bien apparente à l’œil. Il s’agit fort probablement de la plus grande étoile de cette région de la Voie lactée. Elle est en outre le seul astre connu de magnitude 1 dont l’éclat varie d’environ 1 magnitude sur une période de 5,7 années . En quinze ans, son diamètre a été réduit de 15%, sans qu’on en connaisse encore les raisons. Elle était la seule étoile avec le Soleil dont la surface ait pu être observée en détail par les astronomes, avant l’avènement des techniques d’interférométrie. Cette supergéante rouge est environ 1000 fois plus grosse que le Soleil et sa luminosité, plus que 100 000 soleils réunis. Ses caractéristiques montrent clairement que l’on assiste à la fin de vie d’une étoile. Avec un âge de seulement quelques millions d’années, Bételgeuse est vouée à exploser en supernova qui sera facilement visible depuis la Terre même en plein jour, d’ici à quelques milliers d’années.

  
 
 
          Liste des 22 étoiles les plus brillantes

 
  Nom commun Désignation
de Bayer
Magnitude
apparente
Distance
al
     
0 Soleil   -26,73 0,000016
1 Sirius α CMa -1,47 8,6  
2 Canopus α Car -0,72 310  
3 Arcturus α Boo -0,04 (var) 34  
4 Alpha Centauri A α1 Cen -0,01 4  
5 Véga α Lyr 0,03 25  
6 Rigel β Ori 0,12 630  
7 Procyon α CMi 0,38 11  
8 Achernar α Eri 0,46 130  
9 Bételgeuse α Ori 0,5 (var) 430  
10 Hadar β Cen 0,60 530  
11 Capella A α1 Aur 0,71 42  
12 Altaïr α Aql 0,77 16  
13 Aldébaran α Tau 0,85 (var) 65  
14 Capella B α2 Aur 0,96 42  
15 L’Épi α Vir 1,04 260  
16 Antarès α Sco 1,09 600  
17 Pollux β Gem 1,15 34  
18 Fomalhaut α PsA 1,16 25  
19 Deneb α Cyg 1,25 3 200  
20 Mimosa β Cru 1,30 350
21 Alpha Centauri B α2 Cen 1,33 4
22 Régulus α Leo 1,35 77
  
 
 
 
Saint Ambroise (v. 340-397), évêque de Milan et docteur de l’Église 
  
Chaque jour tu peux être témoin du Christ. Tu étais tenté par l’esprit d’impureté, mais… tu as jugé qu’il ne fallait pas souiller la chasteté de l’esprit et du corps : tu es martyr, c’est-à-dire témoin, du Christ… Tu étais tenté par l’esprit d’orgueil, mais en voyant le pauvre et l’indigent, tu as été saisi d’une tendre compassion, tu as préféré l’humilité à l’arrogance   : tu es témoin du Christ. Mieux que cela   : tu n’as pas donné ton témoignage en parole seulement mais aussi en action.
Quel est le témoin le plus sûr   ? «   Celui qui confesse que le Seigneur Jésus est venu parmi nous dans la chair   » (1Jn 4,2) et qui observe les préceptes de l’Évangile… Combien y en a-t-il chaque jour, de ces martyrs cachés du Christ, qui confessent le Seigneur Jésus   ! L’apôtre Paul a connu ce martyre-là et le témoignage de foi rendu au Christ, lui qui a dit   : «   Notre sujet de fierté, c’est le témoignage de notre conscience   » (2Co 1,12). Car combien ont confessé la foi extérieurement mais l’ont niée intérieurement   ! … Sois donc fidèle et courageux dans les persécutions intérieures pour triompher aussi dans les persécutions extérieures. Dans les persécutions du dedans également, il y a «   des rois et des gouverneurs   », des juges au pouvoir redoutable. Tu en as un exemple dans les tentations subies par le Seigneur (Mt 4,1s). 
 
  

  
Un autre objet observé  est un quasar situé à environ 13 milliards d’AL ;  il a été découvert en 2007, avec le télescope Canada-France-Hawai ; son énergie est équivalente à 1000 millions de masses solaires ; les quasars sont des galaxies qui possédent un trou noir super-massif au centre. La matière entourant le trou noir est attirée et en tombant au centre s’échauffe et devient extrêmement lumineuse, d’où la possibilité d’observer des objets aussi lointains. Ce quasar  a été nommé CFHQS J2329-0301 d’après sa position dans le ciel (il se trouve dans la constellation des Poissons). L’équipe conduite par Chris Willott, a utilisé le télescope de 8 m Gemini-Sud au Chili pour obtenir un spectre d’émission ; On voit la raie Lyman alpha qui se situe à 9 000 Angstroms indiquant ainsi le très fort décalage vers le rouge puisque cette raie est émise à 1 216 Angstroms par les atomes d’hydrogène. Il a un décalage spectral de 6,43 (le précédent record était de 6.42 . La lumière de ce quasar a mis près de 13 milliards d’années pour nous parvenir. Comme le Big Bang s’est produit il y a 13,7 milliards d’années, ceci signifie que nous voyons le quasar tel qu’il était moins d’un milliard d’années après le Big Bang ;  Durant les premières centaines de millions d’années, l’Univers était obscur parce qu’il n’y avait ni étoiles ni galaxies, et les atomes étaient alors tous neutres. Puis les premières étoiles et galaxies ont commencé à briller et leur lumière a causé un processus connu sous le nom de ré-ionisation de l’Univers, où tous les atomes ont été ionisés .
  
  
                                                  Spectre du quasar obtenu avec le télescope Gemini-sud. 
  

 Sources : « Four quasars above redshift 6 discovered by the Canada-France high-z quasar survey ». Chris J. Willott, Philippe Delorme, Alain Omont, Jacqueline Bergeron, Xavier Delfosse, Thierry Forveille, Loic Albert, Céline Reyle, Gary J. Hill, Michael Gully-Santiago, Phillip Vinten, David Crampton, John B. Hutchings, David Schade, Luc Simard, Marcin Sawicki, Alexandre Beelen et Pierre Cox. Soumis à Astrophysical Journal (2007).

 

Enorme formation d’étoiles aux limites des lois physique
Comment les premières étoiles ont été formées ? Des indications concrètes ont été trouvées pour la première fois par une équipe internationale de chercheurs. . La détection a pu être réalisée grâce à l’interféromètre du Plateau de Bure de l’IRAM (Institut de Radioastronomie Millimétrique: CNRS-INSU, MPG, IGN) dans les Hautes-Alpes. Ces résultats sont publiés dans Nature du 05 février 2009.

 

La galaxie observée par les scientifiques, J1148+5251, est l’une des galaxies actives les plus éloignées de la Terre (La Terre, foyer de l’humanité, est surnommée la planète bleue. C’est la troisième planète du système solaire en partant…). Elle est à 12,8 milliards d’années lumière :
les images captées montrent la galaxie dans son état il y a 12,8 milliards d’années, soit moins d’un milliard d’années après le
Big Bang  ! Pour cartographier une source à une telle distance, le télescope  utilisé doit être en mesure de distinguer une pièce d’un euro à 18 kilomètres , ce qui est le cas pour l’interféromètre du Plateau de Bure. Grâce à l’observatoire de l’IRAM, les astronomes ont détecté dans ce quasar la raie émise par l’atome   de Carbone dans son état ionisé, ion qui joue un rôle essentiel dans le refroidissement du gaz  interstellaire, et donc dans la formation des étoiles. Cette raie, émise dans le domaine infrarouge  lointain à 158 microns, est inobservable du sol ; mais avec la théorie de l’expansion de l’ univers , elle se trouve « décalée » dans le domaine radio millimétrique, à 1 millimètre.    .
Des étoiles se forment lorsqu’un nuage interstellaire de gaz et de poussière s’effondre sous sa propre gravité ( La gravitation est une des quatre interactions fondamentales de la physique ), s’échauffant progressivement. Le rayonnement  qui naît de ce processus disperse les nuages de gaz et de poussière et les empêche de s’effondrer à nouveau. Ainsi, le processus de formation d’étoiles se trouve arrêté. Il y a donc une limite d’étoiles naissantes par période et par région de formation stellaire.
« Cette limite est atteinte dans J1148+5251 ! », explique Fabian Walter, chercheur  au Max-Planck-Institut für Astronomie  à Heidelberg (Allemagne). « Dans notre Galaxie, des conditions aussi extrêmes, comparables à celles de J1148+5251, ne se trouvent que dans de petites régions, comme dans certaines parties de la nébuleuse d’Orion. Mais ce que nous avons observé correspond à la formation de trois soleils par jour, un taux de formation cent millions de fois celui d’Orion ! ».
Pour la première fois, les scientifiques ont également réussi à mesurer l’étendue de la région de formation stellaire. Celle-ci n’est que de 5 000 années-lumière, un chiffre relativement faible. « Le résultat est surprenant », constate Fabian Walter. « Dans cette galaxie, les étoiles qui se forment chaque année  ont une masse  totale de plus de 1 000 fois la masse de notre Soleil  et cela dans une région relativement petite selon les normes astronomiques ». En comparaison, la masse de toutes les étoiles qui naissent dans notre Galaxie ne fait qu’une masse solaire par an. Grâce aux mesures récoltées, les scientifiques pourront procéder aux premiers calculs des taux de formations d’étoiles par volume ainsi qu’aux comparaisons avec de modèles de formations stellaires déjà existants.
Il y a une autre raison pour laquelle ces mesures se révèlent spectaculaires: l’intense formation stellaire dans une région centrale de la galaxie montre clairement que les étoiles se forment au coeur même des jeunes galaxies. Ce n’est qu’au fil du temps que cette région intérieure se remplit avec de jeunes étoiles et qu’elle atteint la taille habituelle des galaxies plus vieilles – par exemple en entrant en collision ou en fusionnant avec une autre galaxie. D’une importance cruciale, ces observations  permettront aux scientifiques non seulement d’améliorer les savoirs sur l’évolution des galaxies – y compris la nôtre – mais également d’élaborer des modèles probants de cette évolution.
« Le résultat marque une étape décisive dans l’étude des premières galaxies formées dans l’Univers » déclare Pierre Cox, Directeur de l’IRAM et membre de l’équipe internationale.  » Il n’a été possible que grâce aux récents développements apportés à l’interféromètre du Plateau de Bure. Il préfigure d’autres observations d’objets aux confins de l’Univers qui permettront de mieux comprendre comment les galaxies se sont formées, de décrire leurs conditions apparemment extrêmes de formation stellaire ainsi que la relation entre la formation des étoiles et celle du trou noir .
 
 

Voir aussi : VY Canis Majoris ( Modèle de Massey-Levesque-Plez-Olsen  [2],[3] )
 

L’étoile supergéante VY Canis Majoris crache des molécules indispensables à la vie

  
Des astronomes de l’Université (Une université est un établissement d’enseignement supérieur dont l’objectif est la production du savoir (recherche),…) d’Arizona qui examinent l’environnement (L’environnement est tout ce qui nous entoure. C’est l’ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se…) riche en oxygène autour d’une étoile (Une étoile est un objet céleste émettant de la lumière de façon autonome, semblable à une énorme boule de plasma comme…) supergéante avec un des radiotélescopes les plus sensibles au monde (Le mot monde peut désigner 🙂 ont découvert une vingtaine de molécules dont des composés indispensables à la vie.
 
 

 

Schéma présentant les grandes évolutions de l’Univers depuis le Big Bang avec notamment la période de l’Âge Sombre et la période de ré-ionisation.

© S.G. Djorgovski et al. & Digital Media Center, Caltech. INSU.

  

© Gemini.

 
 

Des confins de l’Univers jusqu’à notre Terre. De haut en bas et de gauche à droite : Champ profond d’un ensemble de galaxies pris avec le Very Large Telescope de l’ESO. Galaxie spirale M 74 pris avec le télescope Canada-France-Hawaii. Montage photographique des planètes du système solaire. La Terre. Le nuage moléculaire M17, puis la nébuleuse planétaire de l’Hélice pris avec le télescope Canada-France-Hawaii.

© VLT. ESO. CFHT. Calvin J. Hamilton. CNRS-INSU.

 

                                                                        M 74 vue par Hubble

  

ROME, Dimanche 18 juillet 2010 (ZENIT.org) – Benoît XVI, depuis le balcon  du palais apostolique de Castel Gandolfo, Chers frères et soeurs,

Nous voici désormais au coeur de l’été, au moins dans l’hémisphère boréal. C’est la période pendant laquelle les écoles sont fermées et pendant laquelle se concentre la majeure partie des vacances. Les activités pastorales dans les paroisses sont également réduites et j’ai moi-même suspendu les audiences pendant quelque temps. C’est donc le moment favorable pour donner la première place à ce qui est effectivement le plus important dans la vie : l’écoute de la Parole du Seigneur. L’Evangile de ce dimanche nous le rappelle aussi, avec le célèbre épisode de la visite de Jésus chez Marthe et Marie, raconté par saint Luc (10, 38-42).Marthe et Marie sont soeurs ; elles ont aussi un frère, Lazare, mais qui n’apparaît pas ici. Jésus passe par leur village et le texte dit que Marthe le reçoit (cf. 10, 38). Ce détail fait penser que Marthe est la plus âgée des deux, celle qui gouverne la maison. En effet, une fois que Jésus s’est installé, Marie s’assoit à ses pieds et se met à l’écouter, tandis que Marthe est entièrement prise par les nombreux services, certainement dus à l’Hôte exceptionnel. On a l’impression de voir la scène : une soeur qui s’agite affairée et l’autre comme transportée par la présence du Maître et par ses paroles. Au bout d’un moment, de toute évidence irritée, Marthe ne tient plus et proteste, en se sentant également le droit de critiquer Jésus : « Seigneur, cela ne te fait rien ? Ma soeur me laisse seule à faire le service. Dis-lui donc de m’aider ». Marthe voudrait même enseigner le Maître ! Jésus répond en revanche très calmement : « Marthe, Marthe, – ce nom répété exprime l’affection – tu t’inquiètes et tu t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part : elle ne lui sera pas enlevée » (10, 41-42). La parole du Christ est très claire : il n’y a aucun mépris pour la vie active, et encore moins pour l’hospitalité généreuse ; mais il y a un rappel clair du fait que la seule chose vraiment nécessaire est une autre : écouter la Parole du Seigneur ; et le Seigneur en ce moment est là, présent dans la Personne de Jésus ! Tout le reste passera et nous sera enlevé, mais la Parole de Dieu est éternelle et donne un sens à nos actions quotidiennes. Chers amis, comme je le disais, cette page de l’Evangile est d’autant plus adaptée au temps des vacances qu’elle nous rappelle le fait que la personne humaine doit certes travailler, s’engager dans les occupations domestiques et professionnelles, mais qu’elle a avant tout besoin de Dieu qui est lumière intérieure d’Amour et de Vérité. Sans amour, même les activités les plus importantes perdent de leur valeur et ne procurent pas de joie. Sans une signification profonde, toute notre action se réduit à de l’activisme stérile et désordonné. Et qui nous donne l’Amour et la Vérité, sinon Jésus Christ ? Apprenons donc, chers frères, à nous aider les uns les autres, à collaborer, mais avant cela à choisir ensemble la meilleure part qui est et sera toujours notre plus grand bien.

Saint Jean Chrysostome (v. 345-407), prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l’Église 

« J’étais un étranger, dit le Christ, et vous m’avez accueilli » (Mt 25,35). Et encore : « Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mt 25,40). Puisqu’il s’agit d’un croyant et d’un frère, même s’il s’agit du plus petit, c’est le Christ qui entre avec lui. Ouvre ta maison, reçois-le. « Qui reçoit un prophète en sa qualité de prophète, recevra une récompense de prophète »… Voici les sentiments qu’on doit avoir en recevant les étrangers : l’empressement, la joie, la générosité. L’étranger est toujours timide et honteux. Si son hôte ne le reçoit pas avec joie, il se retire en se sentant méprisé, car il est pire d’être reçu de la sorte que de ne pas être reçu du tout.
Aie donc une maison où le Christ trouve sa demeure. Dis : « Voici la chambre du Christ. Voici la demeure qui lui est réservée ». Même si elle est très simple, il ne la dédaignera pas. Le Christ est nu, étranger ; il ne lui faut qu’un toit. Donne-lui au moins cela ; ne sois pas cruel et inhumain. Toi qui montres tant d’ardeur pour les biens matériels, ne reste pas froid pour les richesses de l’esprit… Tu as un local pour ta voiture, et tu n’en aurais aucun pour le Christ vagabond ? Abraham recevait les étrangers là où il demeurait (Gn 18). Sa femme les traitait comme si elle était la servante, et eux, les maîtres. Ni l’un ni l’autre ne savaient qu’ils recevaient le Christ, qu’ils accueillaient des anges. S’ils l’avaient su, ils se seraient dépouillés de tout. Nous qui savons reconnaître le Christ, montrons encore plus d’empressement qu’eux qui croyaient ne recevoir que des hommes.

 

 
Isaac de l’Étoile (?-v. 1171), moine cistercien

 

Le Christ est venu chercher l’unique brebis qui s’était perdue (Mt 18,12). C’est pour elle que le Bon Pasteur a été envoyé dans le temps, lui qui depuis toujours a été promis ; pour elle qu’il est né et a été donné. Elle est unique, tirée des juifs et des nations…, tirée de toutes les nations, unique dans le mystère, multiple dans les personnes, multiple par le corps selon la nature, unique par l’esprit selon la grâce, bref, une seule brebis et une foule innombrable. C’est pourquoi celui qui est venu chercher l’unique brebis a été envoyé « aux brebis perdues de la maison d’Israël » (Mt 15,24)… Or ce que le Berger reconnaît comme sien, « personne ne peut le lui arracher des mains. » (Jn 10,28) Car on ne peut pas forcer la puissance, tromper la sagesse, détruire la charité. 
C’est pourquoi il parle avec assurance, disant : « De ceux que tu m’as donnés, Père, je n’en ai perdu aucun. » (Jn 17,12)… Et il a donc été envoyé comme vérité pour les abusés, comme route pour les égarés, comme vie pour ceux qui étaient morts, comme sagesse pour ceux qui étaient des insensés, comme remède pour les malades, comme rançon pour les captifs, et comme nourriture pour ceux qui mouraient de faim. En leur personne à tous, on peut donc dire qu’il a été envoyé « aux brebis perdues de la maison d’Israël », pour qu’elles ne soient pas perdues à jamais.
 
Saint Isaac le Syrien (7ème siècle), moine près de Mossoul 

Comme une grâce après une grâce, le repentir a été donné aux hommes après le baptême. Le repentir est en effet une seconde naissance, qui vient de Dieu. Ce que nous avons reçu en gage par le baptême, nous le recevons comme un don plénier par le repentir. Le repentir est la porte de la compassion ; elle s’ouvre à ceux qui le recherchent. Par cette porte nous entrons dans la compassion divine ; en dehors d’elle nous ne trouvons pas la compassion. « Car tous ont péché, dit l’Écriture Sainte, et tous sont justifiés gratuitement par sa grâce » (Rm 3,23-24). Le repentir est la seconde grâce. Elle naît de la foi et de la crainte dans le cœur. La crainte est la houlette paternelle qui nous dirige, jusqu’à ce que nous soyons parvenus au paradis spirituel. Quand nous y sommes parvenus, elle nous y laisse et s’en va.

 

 
Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus (1873-1897), carmélite, docteur de l’Église
 
Ô Jésus ! Lorsque vous étiez voyageur sur la terre, vous avez dit : « Apprenez de moi que je suis doux et humble de coeur et vous trouverez le repos de vos âmes. » Ô puissant monarque des cieux, oui, mon âme trouve le repos en vous voyant, revêtu de la forme et de la nature d’esclave (Ph 2,7), vous abaisser jusqu’à laver les pieds à vos apôtres. Je me souviens alors de ces paroles que vous avez prononcées pour m’apprendre à pratiquer l’humilité : « Je vous ai donné l’exemple afin que vous fassiez vous-mêmes ce que j’ai fait ; le disciple n’est pas plus grand que le maître. Si vous comprenez ceci vous serez heureux en le pratiquant » (Jn 13,15-17). Je les comprends, Seigneur, ces paroles sorties de votre coeur doux et humble, je veux les pratiquer avec le secours de votre grâce.
Je veux m’abaisser humblement et soumettre ma volonté à celle de mes soeurs, ne les contredisant en rien et sans rechercher si elles ont le droit de me commander. Personne, ô mon Bien-Aimé, n’avait ce droit envers vous et cependant vous avez obéi non seulement à la sainte Vierge et à saint Joseph, mais encore à vos bourreaux. Maintenant c’est dans l’hostie que je vous vois mettre le comble à vos anéantissements. Quelle n’est pas votre humilité, ô divin Roi de Gloire… Ô mon Bien-Aimé, sous le voile de la blanche hostie que vous m’apparaissez doux et humble de coeur ! … Ô Jésus, doux et humble de coeur, rendez mon coeur semblable au vôtre !
 

Le Très grand télescope (VLT) du mont Paranal au Chili a capté pendant 10 secondes le jeudi 23 avril 2009 dans la constellation du Lion un jaillissement, suivant une explosion survenue il y a plus de 13 milliards d’années, ce qui en ferait  l’ objet le plus ancien et éloigné, jamais observé dans l’univers; ce jet de rayon gamma a été baptisé GRB 090423;  Les observations des 17 heures suivantes ont permis aux astronomes de mesurer  » l’étirement  » de la lumière dans l’univers en expansion, donc à remonter dans le temps, a expliqué l’astronome britannique Nial Tanvir, membre de l’équipe internationale du VLT qui a réalisé l’observation.
« L’explosion s’est produite il y a plus de 13 milliards d’années (
décalage vers le rouge
 8.2), quand l’univers avait 5% de son âge, soit 600 millions d’années, aprés le Big Bang » ;  Le précédent « record » était celui d’un rayon gamma provenant de l’explosion d’une étoile, quelque 200 millions d’années après GRB 090423. Il avait  été détecté en 2008 par le satellite américain Swift, et suivi par le VLT du Parnal .
Pour les chercheurs du VLT, la découverte souligne l’importance des jaillissements de rayons gamma, ces puissantes sources d’énergie cosmique émises par des explosions, pour explorer les parties les plus éloignées de l’univers.

On estime que les premières étoiles se sont formées quand l’univers avait entre 200 et 400 millions d’années. 
 
Voir : http://www.espace-sciences.org/planetarium
  , GRB 090423: The Farthest Explosion Yet Measured  

 

Advertisements
Cet article a été publié dans connaissance. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s