Petite histoire de l’Univers




                                                            Les Pleiades

A quelques 400 années-lumière, les Pléiades, encore appelées les Sept Sœurs, sont des nébuleuses connues pour leur frappante couleur bleutée propre aux nébuleuses par réflexion.

Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix [Édith Stein] (1891-1942),  martyre

L’enfant de la crèche est le Roi des rois, celui qui règne sur la vie et la mort. Il dit : « Suis-moi », et qui n’est pas pour lui est contre lui (Lc 11,23). Il le dit aussi pour nous et nous place devant le choix entre lumière et ténèbres. Nous ignorons où l’Enfant divin veut nous conduire sur cette terre, et nous n’avons pas à le demander avant le temps. Tout ce que nous savons, c’est que pour ceux qui aiment le Seigneur toute chose aboutit au bien (Rm 8,28), et que les chemins tracés par le Seigneur mènent au-delà de cette terre.
En prenant un corps, le Créateur du genre humain nous offre sa divinité. Dieu s’est fait homme pour que les hommes puissent devenir fils de Dieu. « O admirable échange ! » C’est pour cette œuvre que le Sauveur est venu dans le monde. L’un d’entre nous avait rompu le lien de notre filiation à Dieu ; l’un d’entre nous devait le renouer et expier la faute. Aucun rejeton de la vieille souche, malade et dégénérée, n’aurait pu le faire ; il fallait que sur ce tronc soit greffé un plant nouveau, sain et noble. Il est ainsi devenu l’un de nous et en même temps plus que cela : un avec nous. C’est bien là ce qu’il y a de merveilleux dans le genre humain : que nous soyons tous un… Il est venu pour former avec nous un corps mystérieux : lui le Chef, la tête, et nous ses membres (Ep 5,23.30).
Si nous acceptons de mettre nos mains dans celles de l’Enfant divin, si nous répondons « Oui » à son « Suis-moi », alors nous sommes siens et la voie est libre pour que passe en nous sa vie divine. Tel est le commencement de la vie éternelle en nous. Ce n’est pas encore la vision béatifique dans la lumière de gloire, c’est encore l’obscurité de la foi ; mais ce n’est plus l’obscurité de ce monde — c’est être déjà dans le Royaume de Dieu. 

Isaac de l’Étoile (?-v. 1171), moine cistercien Sortons donc, frères, sortons, chacun pour notre part, du lieu de notre propre injustice… Hais le péché, et te voilà sorti du péché. Tu hais le péché, et tu as rencontré le Christ là où il se trouve… Mais tu diras que cela même est beaucoup pour toi, et que sans la grâce de Dieu, il est impossible à l’homme de haïr le péché, de désirer la justice, de ne pas vouloir pécher et de vouloir se repentir. « Que le Seigneur soit loué pour sa miséricorde, et pour ses merveilles pour les fils des hommes ! » (Ps 106,8)

 Saint Augustin (354-430), évêque d’Hippone -Confessions, X, 27 

Tard je t’ai aimée, ô Beauté si ancienne et si nouvelle ; tard je t’ai aimée. Voici que tu étais au dedans de moi, et moi, j’étais en dehors de moi-même. C’est au dehors que je te cherchais ; je me ruais disgracieusement sur les belles choses de ta création. Tu étais avec moi, et je n’étais pas avec toi ; j’étais retenu loin de toi par ces choses qui n’existeraient pas si elles n’étaient pas en toi. Tu as appelé, et ton cri a forcé ma surdité ; tu as brillé, et ton éclat a chassé ma cécité ; tu as répandu ton parfum, je l’ai respiré, et voici que j’aspire à toi. Je t’ai goûté, et j’ai faim de toi, j’ai soif de toi ; tu m’as touché, et j’ai brûlé du désir de la paix que tu donnes.
Lorsque je serai uni à toi de tout mon être, il n’y aura plus pour moi de douleur ni de fatigue. Ma vie, toute pleine de toi, sera alors la vraie vie. Celui que tu remplis, tu l’allèges ; maintenant, puisque je ne suis pas encore plein de toi, je suis un poids pour moi-même… Seigneur, prends pitié de moi ! Mes tristesses mauvaises luttent avec mes bonnes joies ; sortirais-je victorieux de ce combat ? Prends pitié de moi, Seigneur ! Le pauvre être que je suis ! Voici mes blessures, je ne te les cache pas. Tu es le médecin, je suis malade. Tu es miséricorde, je suis misère.

Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus (1873-1897)

Ouvrant le Saint Évangile, mes yeux sont tombés sur ces mots : « Jésus étant monté sur une montagne, il appela à lui ceux qu’il lui plut ; et ils vinrent à lui ». Voilà bien le mystère de ma vocation, de ma vie tout entière et surtout le mystère des privilèges de Jésus sur mon âme. Il n’appelle pas ceux qui en sont dignes, mais ceux qu’il lui plaît, ou comme le dit saint Paul : « Dieu a pitié de qui il veut et il fait miséricorde à qui il veut faire miséricorde. Ce n’est donc pas l’ouvrage de celui qui veut ni de celui qui court, mais de Dieu qui fait miséricorde » (Rm 9,15-16).
Longtemps je me suis demandé pourquoi le bon Dieu avait des préférences, pourquoi toutes les âmes ne recevaient pas un égal degré de grâces, je m’étonnais en le voyant prodiguer des faveurs extraordinaires aux saints qui l’avaient offensé, comme saint Paul, saint Augustin, et qu’il forçait pour ainsi dire à recevoir ses grâces, ou bien en lisant la vie de saints que Notre Seigneur s’est plu à caresser du berceau à la tombe, sans laisser sur leur passage aucun obstacle qui les empêchât de s’élever vers lui… Jésus a daigné m’instruire de ce mystère. Il a mis devant mes yeux le livre de la nature et j’ai compris que toutes les fleurs qu’il a créées sont belles… Il a voulu créer les grands saints qui peuvent être comparés aux lys et aux roses ; mais il en a créé aussi de plus petits et ceux-ci doivent se contenter d’être des pâquerettes ou des violettes destinées à réjouir les regards du bon Dieu lorsqu’il les abaisse à ses pieds. La perfection consiste à faire sa volonté, à être ce qu’il veut que nous soyons.


 

 

 -3,15MA                  « Lucy » est le surnom du fossile de l’espèce Australopithecus afarensis découvert sur le site d’Hadar, en Éthiopie, en 1974 par une équipe de recherche internationale. Ce fossile est complet à 40 % et date d’environ 3,2 millions d’années.  Lucy constitue le premier fossile relativement complet qui ait été découvert pour une période aussi ancienne et a révolutionné notre perception des origines humaines, en démontrant que l’acquisition de la marche bipède datait de 3 à 4 millions d’années [1]. Découverte dans des terrains datés de 3,18 millions d’années, Lucy a longtemps été considérée comme la représentante d’une espèce à l’origine de la lignée humaine. Des découvertes plus récentes ont remis en cause cette hypothèse : Lucy serait une cousine éloignée, plutôt qu’une ancêtre du genre Homo. Lucy appartient à l’ordre des Primates, la famille des Hominidés et au genre Australopithecus. Plus précisément, il s’agit d’un  australopithèque de l’Afar. Pour Yves Coppens, à partir du grand carrefour d’il y a 8 à 10 millions d’années, qui aboutira à la séparation des lignées des grands singes et des êtres humains, s’épanouit « un vrai bouquet de pré humains dont Lucy , qui a été surnommée ainsi par ses inventeurs, car ces derniers écoutaient la chanson des Beatles : Lucy in the Sky with Diamonds, le soir sous la tente, en répertoriant les ossements, qu’ils avaient découverts.


Lucy a été découverte le 30 novembre 1974 à Hadar sur les bords de la rivière Awash dans le cadre de l’International Afar Research Expedition, un projet regroupant une trentaine de chercheurs éthiopiens, américains et français co-dirigé par Donald Johanson (paléoanthropologie), Maurice Taieb (géologie) et Yves Coppens (paléontologie). Le premier fragment du fossile a été repéré par Donald Johanson accompagné de Tom Gray, l’un de ses étudiants[2]. Lucy a été décrite une première fois en 1976 [3] mais son rattachement à l’espèce Australopithecus afarensis n’a été proposé qu’en 1978 [4]. Lucy est conservée au Museum national d’Éthiopie à Addis-Abeba et une réplique y est exposée.-2,6 Millions d’A  à 2,5MA: Homo rudolfensis est le nom d’une espèce fossile d’hominidébipède apparue il y a environ 2,4 millions d’années. Il doit son nom spécifique au lac Rudolf, ancien nom du lac TurkanaL’Homo rudolfensis est avec Homo habilis, le premier représentant du genre Homo On a retrouvé des fossiles d’Homo rudolfensis en Tanzanie (site d’Olduvai), au Kenya (site de Koobi Fora) et en Éthiopie (site de l’Omo).On considère généralement que l’Homo rudolfensis a disparu il y a environ 1,6 million d’années. Par conséquent, il cohabita avec l’Homo habilis, les australopithèques, l’Homo ergaster et l’Homo erectus, premier représentant du genre Homo à avoir quitté le berceau africain. Site de Kada Gona: Plus vieil outillage : « L’Homo habilis ». Les plus anciens outils  (chopping-tool ou chopper) sont retrouvés  sur les sites de Gona Hadar (Ethiopie). Ces  outils sont  des galets  présentant un bord tranchant. Le genre Homo apparaît avec Homo rudolfensis (-2,9 Ma[2]) puis Homo habilis (-2,4 Ma), deux espèces qui ont coexisté en Afrique de l’Est. Ces deux espèces avaient adopté une locomotion bipède et produisaient probablement des outils, deux traits qui ont longtemps été considérés comme propres au genre humain. Des découvertes plus récentes ont montré que les Australopithèques qui ont précédé avaient eux aussi adopté une locomotion partiellement bipède. D’autre part, les plus anciennes industries lithiques sont contemporaines de représentants du genre Homo mais aussi de Paranthropes, formes robustes d’Australopithèques, et il est impossible de déterminer quel est l’auteur de ces industries.

– 0,2MA à 0,04 MA   Ere QUATERNAIRE  (-200.000 à -40.000 années):  Homo sapiens : « L’Homme de Savoir » ;  L’Homme apprend à domestiquer le Feu ;  Les Outils sont plus spécialisés et plus fins : pointes, disques, lames, burins, racloirs, grattoirs…
Les fossiles les plus anciens attribuables à cette espèce ont été trouvés en Afrique de l’Est et au Proche Orient (Qafzeh en Israël), datés d’environ 100.000 ans. Par la suite, cette population se diversifie en fonction des lieux géographiques colonisés et des conditions climatiques. Cette diversification est à l’origine des variations actuelles de l’espèce humaine. En Europe, il apparaît brusquement au cours de la dernière glaciation, environ 35-40 000 ans; sa morphologie et son anatomie sont restées inchangées jusqu’à l’époque actuelle. En France, découvertes de sépultures dans de nombreux sites comme par exemple le site de CroMagnon, la grotte Chancelade et l’abri Pataud en Dordogne). Il occupe grottes, abris sous roches avec aménagement de son habitat (dallage du sol, fermeture de l’entrée) et campe en plein air (les gisements étudiés tel celui de Pincevent en Seine et Marne traduisent une organisation sociale avancée).Sa taille moyenne est de 1,70 m.

– 30.000                   Débarquement d’Aborigènes australiens en Amérique

-26.000 à 23.000  Site de Sungir: A Sungir, en Russie, la tête d’un homme de 60 ans était ceinte de trois bandeaux en perles d’os. Sépulture princière

-18000             

 

Visite virtuelle de la grotte, évocation des circonstances de la découverte, résultats des travaux de recherche. Une découverte de ce “sanctuaire” de la Préhistoire à travers un parcours où le plaisir esthétique s’allie à une initiation à l’art pariétal paléolithique.: http://www.lascaux.culture.fr/#/fr/02_00.xml

– 5500                Première forme d’écriture de l’humanité : l »écriture sumérienne.

– 4600                La nécropole de Varna est un groupement de nombreuses tombes dans la ville de Varna à l’est de la Bulgarie, au bord de la Mer Noire. Ce cimetière contient les objets d’or les plus ancien jamais découverts à ce jour : entre 4600 et 4200 ans avant J.C.

– 4000 à – 2000        L’architecture évolue vers des  bâtiments de plus grande taille Temple de Ianna  à  Eridu. Les Achéens (premiers grecs) envahissent la péninsule fondent Mycène et Tirynthe. Chine : première dynastie royale Xia ; Fu-Shi (Pao Hsi) invente le Yi king ; selon la tradition chinoise le yi king est pratiqué par Confucius, Lao Tseu même Genghis Khan s’y serait référé; C’est l’un des plus vieux documents écrits de l’histoire de l’humanité ; Harrapa et Mohenjo-Daro : civilisation indienne. Les Xianbei premiers protomongols s’installent en Mandchourie et en chine ; Egypte (Pharaons d’Abydos) Pyramide de Kheops : 147m de haut, la plus grande du plateau de Gizeh; Les araméens nomades s’installent au nord de la Syrie; Des sémites primitifs nomades s’installent dans le pays de Canaan; Les olmèques apparaissent dans le golfe du Mexique .

  

1850                Abraham quitte sa terre natale :  Histoire du Salut.

Selon la Torah et la Bible, le patriarche hébreu Abraham reçoit les révélations de Yahvé, qui lui demande de quitter la ville d’Our, sa terre natale. Accompagné de sa femme, Sarah, et de son neveu, Loth, il se rendra à Haran. Ils vivront quelques temps en nomade. A Sichem, Yahvé promettra de donner le territoire à sa descendance. Affecté par la famine, le groupe trouvera ensuite refuge en Égypte. Rapidement expulsés, Abraham et Sarah s’installeront finalement à Canaan tandis que Loth se rendra à Sodome. Abraham conclura une alliance avec Yahvé. Ce pacte devra lui assurer une descendance et le Salut de l’humanité.  C’est ainsi que viendra au monde Isaac, qui engendrera Jacob, qui eu 12 fils, d’où les 12 tribus d’Israël. Juifs, Chrétiens et Musulmans se considèrent comme descendants d’Abraham, premiers à vénérer le Dieu unique.




 

                                                  Palestine au temps du Christ 



                                                      Jérusalem aujourd’hui


 
le Livre de la Genèse décrit les  « jours » de la création  qui sont  les mêmes que les « périodes » de  la  Science ;   Le « 1er jour » de la Genèse dura  9 milliards  d’années ( quand la lumière et les galaxies furent crées),  le « 2éme » jour dura 3 milliards d’années( quand la terre fut crée), le « 3éme » jour  800 millions d’années, le « 4éme » jour   400 millions d’années , le « 5éme » jour  100 millions d’années, et le « 6 éme » jour  100 millons d’années ; ce qui montre que le prophéte, qui a écrit la Genèse, a été bien  inspiré par l’intelligence Divine. 

  Voici ce que dit  le Livre de la Genèse :

 1.1 Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre.1.2 La terre était informe et vide: il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme, et l’esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux.1.3  Dieu dit: Que la lumière soit ! Et la lumière fut .1.4 Dieu vit que la lumière était bonne; et Dieu sépara la lumière d’avec les ténèbres. 1.5  Dieu appela la lumière jour, et il appela les ténèbres nuit. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le premier jour.
1.6  Dieu dit: Qu’il y ait une étendue entre les eaux, et qu’elle sépare les eaux d’avec les eaux. 1.7  Et Dieu fit l’étendue, et il sépara les eaux qui sont au-dessous de l’étendue d’avec les eaux qui sont au-dessus de l’étendue. Et cela fut ainsi. 1.8   Dieu appela l’étendue ciel. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le second jour.
  1.9  Dieu dit: Que les eaux qui sont au-dessous du ciel se rassemblent en un seul lieu, et que le sec paraisse. Et cela fut ainsi. 1.10 Dieu appela le sec terre, et il appela l’amas des eaux mers. Dieu vit que cela était bon. 1.11 Puis Dieu dit: Que la terre produise de la verdure, de l’herbe portant de la semence, des arbres fruitiers donnant du fruit selon leur espèce et ayant en eux leur semence sur la terre. Et cela fut ainsi. 1.12  La terre produisit de la verdure, de l’herbe portant de la semence selon son espèce, et des arbres donnant du fruit et ayant en eux leur semence selon leur espèce. Dieu vit que cela était bon. 1.13   Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le troisième jour.
1.14  Dieu dit: Qu’il y ait des luminaires dans l’étendue du ciel, pour séparer le jour d’avec la nuit; que ce soient des signes pour marquer les époques, les jours et les années; 1.15  et qu’ils servent de luminaires dans l’étendue du ciel, pour éclairer la terre. Et cela fut ainsi. 1.16  Dieu fit les deux grands luminaires, le plus grand luminaire pour présider au jour, et le plus petit luminaire pour présider à la nuit; il fit aussi les étoiles. 1.17  Dieu les plaça dans l’étendue du ciel, pour éclairer la terre, 1.18  pour présider au jour et à la nuit, et pour séparer la lumière d’avec les ténèbres. Dieu vit que cela était bon. 1.19  Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le quatrième jour.
  1.20 Dieu dit: Que les eaux produisent en abondance des animaux vivants, et que des oiseaux volent sur la terre vers l’étendue du ciel. 1.21  Dieu créa les grands poissons et tous les animaux vivants qui se meuvent, et que les eaux produisirent en abondance selon leur espèce; il créa aussi tout oiseau ailé selon son espèce. Dieu vit que cela était bon. 1.22  Dieu les bénit, en disant: Soyez féconds, multipliez, et remplissez les eaux des mers; et que les oiseaux multiplient sur la terre. 1.23  Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le cinquième jour.
  1.24  Dieu dit: Que la terre produise des animaux vivants selon leur espèce, du bétail, des reptiles et des animaux terrestres, selon leur espèce. Et cela fut ainsi. 1.25  Dieu fit les animaux de la terre selon leur espèce, le bétail selon son espèce, et tous les reptiles de la terre selon leur espèce. Dieu vit que cela était bon. 1.26  Puis Dieu dit: Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. 1.27  Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme 1.28  Dieu les bénit, et Dieu leur dit: Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l’assujettissez; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre. 1.29  Et Dieu dit: Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d’arbre et portant de la semence: ce sera votre nourriture. 1.30  Et à tout animal de la terre, à tout oiseau du ciel, et à tout ce qui se meut sur la terre, ayant en soi un souffle de vie, je donne toute herbe verte pour nourriture. Et cela fut ainsi. 1.31  Dieu vit tout ce qu’il avait fait et voici, cela était très bon. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le sixième jour.
2.1 Ainsi furent achevés les cieux et la terre, et toute leur armée. 2.2 Dieu acheva au septième jour son oeuvre, qu’il avait faite: et il se reposa au septième jour de toute son oeuvre, qu’il avait faite.

En résumé , l’ histoire se résume dans ce tableau ci-dessous :


 
1 –  La Science ne peut expliquer la création , ni ce qu’il y avait avant….
  En effet,  à  un moment , que l’on ne peut définir , car le temps, l’espace et la matière , n’existaient pas , il apparut  de l’énergie à partir de rien,  dans un volume  infiniment petit et à une température infiniment grande ( plus élevée que des  milliards  de milliards de degrés) :  ce fut ce qu’on appelle le Big bang !  Aucun scientifique ne peut décrire  ce moment, et ce qu’il y avait avant ce moment;  seul Dieu le sait, le Créateur de l’Univers, Celui que la révélation,  Jésus-Christ et l’Eglise nous  font  découvrir chaque jour. 
 Dans l’état actuel des connaissances, la mécanique quantique nous empêche de remonter à mieux que 10-43 secondes  après le big bang. En effet, cette fraction de temps, dite de Planck, correspond à la transformation de toute la masse de l’Univers en énergie. C’est a dire, que toute la masse actuelle de l’Univers était, avant cet infime durée, sous forme d’énergie pure dans une boule de diamètre 10-33 cm ! Ce qui représente une densité infinie ! A cet instant, on pense que les quatre interactionsfondamentales de la physique (gravitationnelle, électromagnétique, nucléaire forte et faible) étaient unifiées. Après qu’elles se soient singularisées, l’expansion de l’Univers s’est accélérée. Par la suite, fut l’ère hadronique durant laquelle les quarks et les hadrons (proton ou neutron) dominèrent la physique. Suivie, de l’ère leptonique (voir leptons ). Pendant la 1ere seconde, la température de l’univers a chutée de 10 puissance 32 ° à 10 puissance 9 ° K . (10 puissance 32 ° K = 100 millions de milliards de milliards de milliards de °). Après cette première seconde, la température continua à baisser (10 puissance 9° à 10 puissance 7 ° ), c’est à dire,  de 1 milliard à 10 millions de ° , et les réactions nucléaires (« nucléosynthèse primordiale » ) entre les protons et les neutrons purent avoir lieu et donner ainsi, au bout de 100 secondes, les premiers noyaux atomiques les plus légers (Hydrogène et de ses isotopes, deutérium et tritium). Pendant 10.000 ans la température de l’univers  reste supérieure à 10 puissance 5 ° K ( càd 100.000° K ), il est constitué d’électrons libres sous forme de nuages de particules séparé du nuage de noyaux d’atomes. Au bout de 100.000 ans, dès que l’Univers devient assez froid pour que les électrons cessent d’être libres, les premiers atomes peuvent se former. Les atomes se combinent pour former des molécules. il faudra attendre un certain temps avant de voir apparaître les premières étoiles et galaxies, environ 1 milliards d’années !!

Regardez ces VidéosDu Big Bang au Big Crunch
                                               La naissance de la Terre   1
                                               La naissance de la Terre   2

Voyez aussi l’article de :http://www.astrosurf.com/univers/sommaire.htm
 
Imaginé dans les années 1920 , par l’abbé Lemaître, ( cf. Une approche concise de l’oeuvre de Georges Lemaître) d’après les équations de la relativité générale d ‘ Einstein , le modèle cosmologique que constitue le Big Bang a la faveur dans la communauté scientifique à cause de quelques observations qu’il est le seul à expliquer de manière cohérente (dans l’état actuel de nos connaissances).

Seulement, 4% du contenu de notre univers forment les Galaxies, étoiles et planètes qui nous entourent ; 22% de l’Univers n’émet, ni n’absorbe de lumière(  les trous noirs, par exemple ), il n’est détectable que par sa gravité ; 74% restant de l’univers est de l’énergie « sombre », distincte de la matière noire; elle agit comme une « anti-gravité » et serait responsable de l’accélération de l’univers en expansion !
Voir : http://www.futura-sciences.com/fr/doc/t/astronomie-1/d/les-secrets-de-la-matiere-noire_542/c3/221/p1/

  2– Notre Terrecontient1 million et demie d’espèces animales , dont 9000 espèces d’oiseaux, 8.400 espèces de poissons d’eau douce, et 13.300 espèces de poissons de mer ; la taille des individus de ces espèces varie de quelques dizaines de nanomètres ( dix milliémes de mm, pour les virus) à 18 mètres ( pour les baleines ) . Quant au monde végétal, il compte plus de 350.000 espèces dont 250.000 sont des fleurs ! 

Une cellule mesure quelques micromètres ( quelques milliémes de mm ); c’est le plus petit organisme vivant , avec des millions d’orifices , qui s’ouvrent et se ferment , pour permettre la circulation continue de matériaux entrant et sortant avec des réseaux de couloirs , conduisant à la banque de mémoire du noyau et aux unités de traitement de la matière ; dans chaque cellule humaine, la banque de données est dans la longue chaîne torsadée de l’ ADN, située sur chaque chromosome ( 46 chez l’homme) ; la molécule d’ADN possède quelques 12 milliards d’atomes , elle mesure aux alentours du mêtre, et se situe dans le minuscule logement de la cellule avec 46 autres molécules ADN ; il y a une grande diversité de matériaux élaborés par cette cellule , allant des régions externes de la cellule et venant pour être transformées , afin que la vie continue ! Toutes ces cellules fonctionnent comme des robots programmés en grande partie, au moment de la formation de l’ovule fécondée.
Le cerveau humain contient 100 milliards de neurones, et chaque neurone possède plus de 1000 synapses, ce qui fait prés de 100.000 milliards de synapses dans un cerveau ; chacune de ces cellules fonctionne à la manière d’une calculatrice, qui enregistre les signaux lui parvenant, et les répercutent là où il faut ! Ce cerveau est partid’une seule cellule : l’ovule fécondée. Les cellules « précurseurs » des neurones prolifèrent dans le tube neural ; On estime qu’il se forme, durant la période de prolifération maximale de la gestation, environ 250. 000 nouveaux neurones àchaque minute ; à un certain point de leur développement , la cellule souche va se diviser d’ une part en une autre cellule souche , et d’ autre part en un précurseur neuronal, le *neuroblaste*. Celui-ci continuera de se diviser ; Au bout d’un certain temps, le neuroblaste ne subira plus aucune division cellulaire. Ce moment définit *la date de naissance*du neurone qui en résultera. 

Il y a 60.000 Milliards de cellules dans l’homme, 100 Milliards dans le cerveau , 20. 000 Milliards dans .le sang ! 200 Milliards meurent et se renouvellent chaque jour , excepté pour le cerveau , où elles ne se renouvellent pas ; leur longueur de vie est marquée dans les gènes de l’ADN , environ 25.000 gènes par ADN chez l’homme ; ces gènes sont distribués à la naissance , mais certaines cellules n’ obéissent pas à la programmation marquée dans ces gènes , à cause de facteurs extérieurs , comme l’ environnement, le tabac, les radiations….; d’où l’origine du cancer , où les cellules se reproduisent dans le désordre ! cette mystérieuse programmation nous montre que Dieu , au seuil de notre vie, a programmé en quelque sorte notre histoire, en donnant à chacun , des aptitudes , une intelligence , une longueur de vie, etc. .mais aussi la liberté ! Ces caractères spécifiques proviennent du DIEU CREATEUR , QUI NOUS AIME TOUS, COMME UN PERE.

 La vie est apparue il y a 3.8 milliards d’années sur notre terre. Au sein de sédiments terrestres situés en eau peu profonde, au Groenland (à Isua et Akilia), en Australie (dans la ceinture de roches vertes de Pilbara) et en Afrique du Sud (dans la ceinture de roches vertes de Barbeton), furent découverts les fossiles des automates les plus anciens. Les sédiments d’Isua et Akilia, datés de 3,8 milliards d’années avant notre ère, témoignent ainsi de la présence permanente d’eau liquide, de gaz carbonique dans l’atmosphère, et renferment des kérogènes – ces molécules organiques complexes dont l’enrichissement en carbone 12 s’expliquerait par l’origine biologique des sédiments en question. Les sédiments australiens, datés de 3,4 millards d’années, témoignent quant à eux d’une vie microbienne diversifiée – onze variétés différentes ont en effet été détectées . Dans des dépôts de jaspe formés à quelque mille mètres de profondeur furent enfin retrouvés des fossiles filamenteux vieux de 3,23 milliards d’années. Sans doute constituent-ils les vestiges de bactéries thermophiles ayant vécu à proximité de sources hydrothermales, à des températures comprises entre 30 et 80°C. Des bactéries anaérobies tirant leur énergie et les éléments nutritifs nécessaires à leur survie des composés chimiques (oligoéléments) présents dans le fluide hydrothermal. La terre s’est formée il y a 4,5 milliards d’années ; la formation du Soleil a eu lieu il y a 5 milliards d’années ; la terre s’est positionnée , exactement , à la bonne distance du soleil , pour que toutes les conditions nécessaires à la vie soient satisfaites ( pression atmosphérique, température , oxygène , azote , eau , et tous les éléments nécessaires à la vie ) , conditions que l’homme ne connaît pas encore , puisqu’il n’est pas arrivé à « fabriquer » la vie , à partir de la matière.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Origine_de_la_vie    http://www.culturediff.org/conferences4.htm
http://www.http://www.pasteur.fr/recherche/unites/REG/causeries/Resume_aurore.html  
Quand àla matière ; les physiciens et astronomes, en étudiant les collisions de particules à très haute énergie dans les accélérateurs ( voir album : matière et anti-matière ) , et par l’observation du rayonnement à chaque longueur d’onde dans le ciel , donnent des modèles de l’univers ( cf. le big-bang) ; les neutrinos, dont le diamètre est de 10 – ²² mètre , et dont 1000 milliards d’entre eux , traversent notre corps chaque seconde , seraient venus des étoiles, lorsque l’hydrogène se transforme en hélium ; les astronomes déduisent que 96% de l’univers n’ émet pas de lumière perceptible avec nos instruments actuels ; ce qu’ils appellent la matière sombre et la matière noire de l’univers ; elle peut peser un poids considérable : les trous noirs primordiaux pèseraient 10puissance 14 kg et leur diamètre serait de 10 puissance –11cm ! on les devine en observant des objets visibles , comme les étoiles qui sont déviées ou absorbées par ces trous noirs ; on utilise , pour ces observations des grands télescopes à optique adaptative intégrée (qui corrigent la turbulence automatiquement) ; on peut aussi combiner la lumière de plusieurs télescopes : interférométrie ; le « VLT » associe 4 télescopes de 8 m de diamètre (UT), fixes, qui couvrent une direction E-W, tandis que la direction perpendiculaire, N-S, est couverte par trois télescopes auxiliaires plus petits (AT) et mobiles. ; le tout équivaut à un télescope de 200m de diamètre ! http://www2.iap.fr/vlt/ ; ces télescopes ont aussi des détecteurs de plus en plus sensibles, dans toutes les longueurs d’onde , pouvant ainsi explorer les limites de l’univers ; les astronomes tentent , aussi , de voir comment s’est formée la terre et la vie , en regardant comment se forment les exoplanètes autour des étoiles en formation , en dehors du système solaire ( voir photo d’ une exoplanéte dans l’album :  » l’infiniment grand  » ) . Mais aucun scientifique n’a encore trouvéle moindre indice de viedans l’univers, ailleurs que sur notre terre, petit grain de poussière de l’univers !
3–   Dimension de l’homme dans l’Univers 
Le diamètre de l’univers est autour de 25 milliards d’AL, ou 2,5 puissance + 26 m; et le diamètre de la plus petite particule (le neutrino) est de 1,5 puissance – 22 m;  cela montre que l’ homme se situe pas loin du milieu de l’ échelle de mesure, entre la mesure des plus petites particules et la mesure des plus grandes distances  ! Hubert Reeves, dans sa Chronique, en 2005, disait  :  reprenons aujourd’hui l’image, fournie par le télescope Hubble, du « deep field » : le champ profond des galaxies parsemées à perte de vue dans l’espace. Nous avons déjà mentionné qu’elles s’éloignent les unes des autres dans un vaste mouvement à l’échelle du cosmos (l’univers en expansion). Les plus lointaines, visibles sous l’apparence de petits points bleus sur l’image, s’éloignent de nous à des vitesses atteignant 90 à 95 % de la vitesse de la lumière — qui est de 300 000 kilomètres à la seconde. Pourquoi ne voyons-nous pas de galaxies encore plus lointaines ? La réponse est simple : parce qu’elles s’éloignent plus vite que la lumière et qu’en conséquence, leur lumière ne peut pas nous atteindre. Aller plus vite que la vitesse de la lumière ? Comment est-ce possible ? On nous a appris que, selon la Théorie de la Relativité d’Einstein, la vitesse de la lumière est une limite indépassable ! Cette référence est tout à fait correcte … et pourtant … il faut revenir une fois de plus à Einstein, décidément incontournable, et examiner de plus près la notion de « vitesse de galaxie ». Dans la théorie du Big Bang, c’est l’espace lui-même qui est en expansion. Chaque galaxie est comme fixée en une région de l’espace et se trouve entraînée dans son expansion. Une comparaison aidera à comprendre. Imaginons une membrane de caoutchouc. Dessinons sur elle de petites icônes de galaxies, en les parsemant, ici et là, comme sur la photo du champ profond. Puis, étirons maintenant cette membrane dans toutes les directions. Bien que fixées sur la membrane, les petites icônes paraîtront s’éloigner les unes des autres, alors que c’est leur support qui s’allonge dans tous les sens … Si cette membrane est suffisamment grande, grande comme l’univers par exemple, rien n’empêche d’atteindre la vitesse de la lumière, et même de la dépasser. Si notre membrane est de dimensions infinies, les vitesses pourraient elles mêmes être infinies. En d’autres mots, les mouvements des galaxies ne sont pas des mouvements de type ordinaire. Ils sont provoqués par la géométrie de l’espace dans lequel nous vivons, et en particulier par le fait que cet espace est en expansion. Grâce à cette expansion, elles peuvent atteindre de grandes vitesses si elles sont suffisamment éloignées. Et plus elles sont loin, plus elles s’éloignent vite. C’est bien là le résultat de la campagne d’observations d’Edwin Hubble entre 1920 et 1930. Cette réflexion nous permet d’aborder une nouvelle notion, celle de l’horizon de l’univers observable : c’est la distance la plus lointaine de ce que nous sommes en mesure d’observer avec nos télescopes. On appelle cette distance : « rayon de l’univers observable ». Cette distance est voisine de la distance parcourue par la lumière depuis le début de l’univers (qui a 13,7 milliards d’années). Des considérations géométriques liées à l’expansion assignent à ce rayon de l’univers observable une valeur à peu près deux fois plus grande : on peut dire vingt-cinq milliards d’années-lumière !
4 _  Vitesse de l’homme dans l’Univers
La terre tourne sur elle-même en 24h , notre vitesse dans le vide est donc :   2 pi R/24= 6,28 x 6371/24=  1667 km/h, la  vitesse de la terre autour du soleil en une année est d’environ 108 km/h ) . Le système solaire, qui se trouve environ à la moitié du rayon de la galaxie, accomplit son périple autour du centre de la voie lactée à 230 Km/s (soit à 828.000 km/h). La voie lactée, attirée par la gravitation, se dirige vers  la galaxie Andromède à la vitesse de 90 Km/s (soit à 324.000 km/h). Toutes les deux, qui font partie d’un petit amas de galaxie , appelé le groupe local, avancent à quelques 600 km/s (soit à 2.160.000 km/h), toujours  par gravitation, vers un autre amas plus important, l’amas de la vierge qui se situe dans le « super-amas » de l’Hydre et du Centaure;  enfin, notre galaxie, notre groupe local, et tout ce qui nous englobe jusqu’au superamas de la Vierge, sont attirés par une entité de nature inconnue « Flot sombre«  (un superamas de galaxies , le grand attracteur, qui pése autour de 50 millions de milliards (5·1016) de masses solaires , à la vitesse de 500 km/s (soit à 1.800.000 km/h); on ne peut déduire la vitesse résultante de toutes ces vitesses , car les directions de ces vitesses varient en permanence !
La durée de vie de notre corps sur la terre est au maximum d’une centaine  d’années, quant à celle des étoiles, elle est de quelques milliards d’années; regardons s’il est possible d’ expliquer l ‘ univers et ces chiffres < astronomiques > qui le caractérisent .
5–  D’où vient l’univers  ?

Le scientifique « athée »croit que l’ homme pourra un jour expliquer l’univers par la science; il tente de modéliser cet Univers par les théories du big-bang, de l’inflation cosmique , de la gravitation quantique ou de Planck , de l’unification ou théorie des cordes , de l’ évolutionnisme, ….; Mais aucune de ces théories n’expliquent tout, en particulier les souffrances , les injustices, les maladies , les cataclysmes ? Comment est apparue l’énergie à partir de rien ?Et que devenons nous, après la mort ? Ne reverra t-on jamais les personnes  que l’on a aimé ? Pourquoi vivons nous ? Autant de questions auxquelles l’homme athée ne peut répondre par « la raison » !
Une
autre possibilité consiste à croire que cet univers provient d’une intelligence suprême, celle de Dieu, qui a crée le monde et le conduit, en laissant les hommes  libres  de croire, qu’Il  aime tous les hommes, et qu’Il  les incite à Le suivre pour « leur Bien », leur bonheur, par l’intermédiaire des prophétes.
Ici commence la foi
; Dieu la propose directement à certains hommes, et leur demande  de la transmettre aux hommes qui les entourentCette Foi est donc transmise par les hommes ( prophètes, parents , catéchistes, l’église ….) grâce à la  prédication  , aidée  des écritures ( Bible, Pères de l’Eglise,  encycliques, etc..) ; la foi chrétienne est une « rencontre avec Dieu » ; elle nous montre  comment Dieu veut rendre tous les hommes heureux;  la Foi donne un sens à la vie de l’homme : celui de vivre, sachant qu’il est aimé de Dieu, et qu’il obtiendra  la vie éternelle, s’il accomplit Ses commandements, qui sont fait pour son bonheur sur la terre. 

 » Etabli par Dieu au paradis terrestre , dans un état de bonheur et libre, l’homme, séduit par « le Malin », dès le début de l’histoire, a abusé de sa liberté en se dressant contre Dieu et en désirant parvenir à son autonomie, hors de Dieu ; la Bible dit : « Dieu créa l’homme à Son image », c’est à dire libre de Lui obéir ; Dieu savait qu’une  partie des hommes ne recevrait pas la foi, ou la refuserait ; pour cela , Il donne des signes à l’homme, tout au long de son histoire , en  indiquant Sa Volonté ; ainsi , à Adam et Ève, à Noé , à Abraham, Moise , Il leur demande  de L’écouter et de mettre leur confiance en Lui ; à Abraham, qui recherchait le bonheur, et qui n’avait pas d’enfant, ni de terre , Dieu lui demande de quitter son pays, et de croire à  « Ses promesses » , ce qu’il fit : il devint ainsi le père de la Foi ; Dieu parle de même à tous les hommes en s’adressant à leur conscience : Il leur dit ce qui est bien et ce qui est mal. Mais , dit la Bible ,  l’ homme n’a pas toujours écouté Dieu, parce qu’ il a été tenté par le « tentateur » , qui nous dit que nous serons plus heureux , et nous aurons « la connaissance »  en suivant uniquement nos désirs , sans obéir à Dieu; ( tentation des idoles, de l’argent ) ; le tentateur nous propose aussi de changer l’ histoire de notre vie ( tentation de l’histoire) ; enfin , il nous propose de dominer sur les autres hommes qui nous entourent ( tentation du pouvoir ) .
 Dieu , qui est Amour et Miséricorde , qui connaît la faiblesse de l’homme, va alors envoyer Son Fils Jésus-Christ sur la terre , pour nous aider,  » nous sauver » ; Celui-ci va naître d’ une Vierge pour devenir Homme, sujet à la souffrance et aux tentations du mal  ; Il  subit, pendant 40 jours dans le désert, les 3 tentations du tentateur : idoles , histoire , pouvoir ; les quatre évangiles  sont le récit des enseignements du Christ ; ils nous disent comment Jésus a vaincu le démon en mettant sa foi en Dieu , Son Père, et en Le priant ; Ils montrent qui est Dieu, qui, par amour pour nous , offre Son fils , pour subir les souffrances des hommes, jusqu’à la mort sur une croix, pour nous racheter du péché ! ils  montrent aussi , comment Dieu a ressuscité Le Christ , après 3 jours, pour proposer aux hommes  l’ Esprit Vivant du Christ , afin de les aider à combattre le tentateur, que le Christ a pu combattre ; Jésus-Christ  promet  la Vie éternelle ( la vie de notre âme ),si nous croyons  qu’Il nous aime et veut nous sauver ;   Il nous demande d’aimer Dieu, notre Père, avant tout, et notre prochain comme nous-même ; cela , nous ne  pouvons l’accomplir seul , mais Dieu peut le faire en nous , si nous le Lui demandons  ; en effet,  l’Esprit de Jésus-Christ , qui a vaincu le démon et la mort ,  peut venir en nous , pour que nous puissions  l’accomplir .

En résumé, Dieu, qui est Amour total, veut partager Son Amour et Sa Connaissance avec tous les hommes, depuis leur création, jusqu’à la Vie éternelle ; mais l’homme  veut acquérir  la Connaissance par lui-même ; il se  coupe alors de Dieu, puisque Dieu lui a donné la liberté de le suivre ;  Dieu peut utiliser les épreuves, pour ramener l’homme à Lui ;  pour nous sauver , Il nous envoie son fils, Le Christ; Celui-ci va  prendre nos péchés sur Lui, et nous montrer le chemin de la vie . Au bout de notre vie sur terre, il nous jugera sur l’Amour que nous aurons donné durant notre vie, sur la façon dont nous aurons suivi la Volonté de Dieu. Le péché le plus grave sera celui d’avoir combattu Dieu jusqu’au bout, comme l’a fait le démon, qui s’est révolté contre Dieu le Seigneur aime tous les hommes,comme un père; Il utilise tous les moyens, pour nous ramener à Lui, comme « des brebis perdues » , en nous laissant  toujours la liberté de nous convertir ! Sa miséricorde est grande, et personne ne sait jusqu’où elle va ! Son Amour permet de voir la beauté de Sa Création, de toucher du bout des doigts ( par l’art, par la pensée, par le travail, par la connaissance ) la beauté de la vie qu’il veut nous faire partagerDieu donne à chacun les grâces pour supporter les souffrances (maladies, cataclysmes, accidents, douleurs morales) , qu’Il permet  afin que nous puissions nous rapprocher de Lui ; grâce à  la prière ,  à l’aumône, au jeûne , aux sacrements de l’Eglise ( Baptême, Eucharistie, Réconciliation etc.), le Chrétien peut devenir < fort avec le Christ > (comme Jacob qui, au bout d’une nuit de combat avec Dieu, devint < fort avec Dieu >), Le Chrétien peut ainsi rayonner  la Paix,  la Joie et  l’ Amour du Christ !

Quand nous ne pouvons pas aimer notre prochain , ce qui est normal, étant donné notre faiblesse ( à cause de l’orgueil ), et de la tentation du démon ( à cause de la liberté de chacun ), il nous est difficile d’ accomplir la volonté de Dieu ; alors, nous tombons dans  « la Mort »; mais, si nous faisons appel à Dieu, celui-ci prends pitié de nous et  Il nous donne  « son Esprit d’ Amour «  ! Pécher , c’est ne pas aimer; c’est se couper du Christ , car nous ne pouvons aimer nos ennemis sans l’aide du Christ, Lui  a été  le seul à pouvoir le faire. 

 Jésus Christ est vivant et miséricordieux car, quand il nous voit  faire des actes mauvais , comme  ne pas aimer, voler,nous mettre en colère, murmurer,  devenir égoïstes, avares, désobéissants, orgueilleux etc.; Il sait que nous écoutons notre notre « Chair » ; mais, comme Il veut notre bonheur;  il suscite des occasions pour qu’ on puisse revenir vers Lui ! On le voit dans notre vie : combien de fois, Il nous a sauvé ! On peut  lui rendre grâce de nous avoir gardé sur terre, pour  donner à chacun le temps de se convertir,  contempler son oeuvre,  voir où est la Vérité, et, Lui rendre grâce !

 Grâce au bouclier de la Foi ( comme dit Saint Paul ), laquelle nous est donnée par la prédication, nous pouvons combattre les démons, monter sur la croix, l’échelle de Jacob qui nous mène au ciel , et ressusciter avec Jésus, qui vient en nous. Pour augmenter cette Foi , le Christ nous propose l’ Eglise Catholique (corps du Christ, dont les baptisés sont les membres); Il  suscite des charismes en chaque créature, certains sont missionnaires, d’autres sont des initiateurs de congrégations ou communautés qui s’appuient sur la Parole de Dieu, la Liturgie ( Eucharistie, pénitentielle, ..),  l’amour entre les fréres; d’autres  sont au service des pauvres.

 Grâce à la fidélité ( respect et obéissance à la volonté de Dieu ), à la persévérance, et à la priére, il est possible de grandir dans la foi et rayonner de l’amour du Christ.

Jean-Paul II, à l’ audience du 4 décembre 1996,  disait :  » On pourrait penser que Jésus portant en soi la plénitude de la divinité, n’aie pas eu besoin d’éducateurs. Mais le Mystère de l’Incarnation nous révèle que le Fils de Dieu est venu dans le monde dans une condition humaine tout à fait semblable à la nôtre, hormis le péché (cf. He 4, 15). Comme pour chaque être humain, la croissance de Jésus, de l’enfance à l’âge adulte (cf. Lc 2, 40) a eu besoin de l’action éducative des parents. L’Évangile de Luc, particulièrement attentif à la période de l’enfance, rapporte qu’à Nazareth, Jésus était soumis à Joseph et à Marie (cf. Lc 2, 51). Cette dépendance nous montre Jésus ouvert à l’œuvre éducative de sa mère et de Joseph, qui exerçaient leur devoir également en vertu de la docilité qu’il manifestait de façon constante. En exerçant la fonction de père, Joseph a coopéré avec son épouse pour faire de la maison de Nazareth un milieu favorable à la croissance et à la maturation personnelle du Sauveur de l’humanité. En l’initiant, par la suite, au dur métier de charpentier, Joseph a permis à Jésus de s’insérer dans le monde du travail et dans la vie sociale. Le devoir éducatif de Marie, à l’égard d’un fils aussi singulier, présente certaines particularités par rapport au rôle des autres mères. Elle n’a fait qu’assurer les conditions favorables pour que puissent s’épanouir les dynamismes et les valeurs essentielles d’une croissance, que le fils portait déjà en lui. Par exemple, l’absence, chez Jésus de toute forme de péché, exigeait de Marie une orientation toujours positive excluant toute correction à son égard. De plus, si c’est la mère qui a introduit Jésus à la culture et aux traditions du peuple d’Israël, c’est Lui qui a révélé, dès l’épisode des retrouvailles au temple, la pleine conscience d’être le Fils de Dieu, envoyé pour faire rayonner la vérité dans le monde, en suivant exclusivement la volonté du Père. De « maîtresse » de son fils, Marie devient ainsi l’humble disciple du Maître divin qu’elle a engendré « .
Concile Vatican II
Constitution sur l’Eglise dans le monde de ce temps « Gaudium et spes », § 18 . C’est en face de la mort que l’énigme de la condition humaine atteint son sommet. L’homme n’est pas seulement tourmenté par la souffrance et la déchéance progressive de son corps, mais plus encore, par la peur d’une destruction définitive. Et c’est par une inspiration juste de son cœur qu’il rejette et refuse cette ruine totale et cet échec définitif de sa personne. Le germe d’éternité qu’il porte en lui, irréductible à la seule matière, s’insurge contre la mort. Toutes les tentatives de la technique, si utiles qu’elles soient, sont impuissantes à calmer son anxiété : car le prolongement de la vie que la biologie procure ne peut pas satisfaire ce désir d’une vie ultérieure, invinciblement ancré dans son cœur
Mais si toute imagination ici défaille, l’Église, instruite par la Révélation divine, affirme que Dieu a créé l’homme en vue d’une fin bienheureuse, au-delà des misères du temps présent. De plus, la foi chrétienne enseigne que cette mort corporelle, à laquelle l’homme aurait été soustrait s’il n’avait pas péché, sera un jour vaincue, lorsque le salut, perdu par la faute de l’homme, lui sera rendu par son tout-puissant et miséricordieux Sauveur. Car Dieu a appelé et appelle l’homme à adhérer à lui de tout son être, dans la communion éternelle d’une vie inaltérable. Cette victoire, le Christ l’a acquise en ressuscitant, libérant l’homme de la mort par sa propre mort. A partir des titres sérieux qu’elle offre à l’examen de tout homme, la foi est ainsi en mesure de répondre à son interrogation angoissée sur son propre avenir. Elle nous offre en même temps la possibilité d’une communion dans le Christ avec nos frères bien-aimés qui sont déjà morts, en nous donnant l’espérance qu’ils ont trouvé près de Dieu la vie véritable.

 5 – Quelques mots de personnes connues à propos de Dieu 

 Livre de Ben Sirac ou l’Ecclésiastique  (42,15-26) :

 Les oeuvres de Dieu sont produites par sa Parole, et la création obéit à sa volonté. Le soleil, qui les éclaire, les contemple toutes. Il  sonde l’abîme et le coeur humain; il en pénètre les plus subtiles pensées. Car le Seigneur connait tout ce qui se peut savoir , il voit les signes des temps à venir; il annonce le passé et l’avenir, il découvre les traces des choses cachées. Aucune pensée ne lui échappe, aucune parole ne lui est cachée…..on ne peut ni rien ajouter à ce qu’il est, ni en rien ôter; il n’a besoin du conseil de personne….ces oeuvres vivent et subsistent à jamais, elles lui obéissent pour tout usage. Toutes les choses vont par deux, l’une opposée à l’autre; il n’a rien fait qui soit défectueux, il a affermi ce que chacune a de bon; qui pourra se rassasier de voir la gloire du Seigneur ? Nous diront beaucoup de choses mais les mots manqueront; l’abrégé de notre discours est :  » il est toutes choses « …. Nous ne voyons qu’un petit nombre de ses oeuvres. Le Seigneur a fait toutes choses; il donne la sagesse à ceux qui vivent avec piété.
Elisabeth de la Trinité (1880-1906):  <  Marie, se tenant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole »      Pour que rien ne me sorte du beau silence du dedans, [je garderai] toujours la même condition, le même isolement, la même séparation, le même dépouillement. Si mes désirs, mes craintes, mes joies ou mes douleurs…ne sont pas parfaitement ordonnés à Dieu, je ne serai pas solitaire, il y aura du bruit en moi ; il faut donc l’apaisement, le « sommeil des puissances », l’unité de l’être. « Ecoute, ma fille, prête l’oreille, oublie ton peuple et la maison de ton père, et le Roi sera épris de ta beauté » (Ps 44,11-12)… « Oublier son peuple » c’est difficile, il me semble ; car ce peuple c’est tout ce monde qui fait pour ainsi dire partie de nous-même : c’est la sensibilité, les souvenir, les impressions, etc… Quand l’âme a fait cette rupture, quand elle est libre de tout cela, le Roi est épris de sa beauté…  Le Créateur, en voyant le beau silence qui règne en sa créature, en la considérant toute recueillie…, la fait passer en cette solitude immense, infinie, en ce « lieu spacieux » chanté par le prophète (Ps 17,20) et qui n’est autre que lui-même… « Je la conduirai dans la solitude et je lui parlerai au cœur. » (Os 2,16) La voici, cette âme entrée en cette vaste solitude où Dieu va se faire entendre ! « Sa parole, dit saint Paul, et vivante et efficace, et plus pénétrante qu’aucun glaive à deux tranchants : elle atteint jusqu’à la division de l’âme et de l’esprit, jusque dans les jointures et dans les moelles. » (He 4,12) C’est donc elle directement qui achèvera le travail du dépouillement dans l’âme…Mais ce n’est pas tout de l’entendre, cette parole, il faut la garder ! (Jn 14,23) Et c’est en la gardant que l’âme sera « sanctifiée dans la vérité » (Jn 17,17) ; c’est là le désir du Maître… A celui qui garde sa parole, n’a-t-il pas fait cette promesse : « Mon Père l’aimera, et nous viendrons à lui et nous ferons en lui notre demeure » ? (Jn 14,23) C’est toute la Trinité qui habite dans l’âme qui l’aime en vérité, c’est-à-dire en gardant sa parole >.

 Padre Pio (1887-1968)

 Le plus bel acte de foi est celui qui jaillit sur tes lèvres en pleine obscurité, parmi les sacrifices, les souffrances, le suprême effort d’une ferme volonté de faire le bien. Comme la foudre, au milieu des éclairs de l’orage, il t’élève et te conduit à Dieu . La foi , c’est la certitude inébranlable, et l’adhésion inconditionnelle à la volonté du Seigneur, cet acte de foi déchire les ténèbres de ton âme ; voilà la lumière qui éclaire les pas du peuple de Dieu au désert. C’est cette même lumière qui resplendit à chaque instant en tout esprit agréable au Père. C’est cette lumière aussi qui a conduit les mages et leur a fait adorer le Messie nouveau-né. C’est l’étoile prophétisée par Balaam (Nb 24,17), le flambeau qui guide les pas de tout homme qui cherche Dieu. Or cette lumière, cette étoile, ce flambeau, sont également ce qui illumine ton âme, ce qui dirige tes pas pour t’empêcher de chanceler, ce qui fortifie ton esprit dans l’amour de Dieu. Tu ne le vois pas, tu ne le comprends pas, mais ce n’est pas nécessaire. Tu ne verras que ténèbres, certes non pas celles des fils de perdition, mais bien plutôt celles qui entourent le Soleil éternel. Tiens pour assuré que ce Soleil resplendit dans ton âme ; le prophète du Seigneur a chanté à son sujet : « A ta lumière je verrai la lumière » (Ps 36,10). 

André Frossard , qui était athée, et qui fut illuminé en rentrant  dans une église, disait:  » croire, c’est apprendre à penser comme Dieu ; l’acte de foi est l’acte intrépide, la suprême audace de l’âme, qui donne congé à ses propres pensées, oublie ce qu’elles croient savoir, néglige les inutiles enseignements du doute , prends le parti de s’exposer à l’invisible, de pactiser avec l’infini ». 

 Albert Einstein : Trois idéaux ont éclairé ma route et m’ont souvent redonné le courage d’affronter la vie avec optimisme: la bonté, la beauté et la vérité.
Un homme qui n’est plus capable de s’émerveiller a pratiquement cessé de vivre.
Le Mal est simplement l’absence de Dieu en soi.  Dieu n’a pas créé le mal. Le Mal n’est pas comme la foi, ou l’amour qui existent , tout comme la lumière et la chaleur. Le Mal est le résultat de ce qui arrive quand l’homme n’a pas l’amour de Dieu dans son coeur. Il est comme le froid qui vient quand il n’y a aucune chaleur, ou l’obscurité qui vient quand il n’y a aucune lumière. 

Publicités
Cet article a été publié dans connaissance. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s