Octobre 2013: Supernova

  • Filaments de la supernova des Voiles

131001Crédit & Copyright: Angus Lau, Y Van, SS Tong  (Jade Scope Observatory), APOD.

L’explosion est finie depuis bien longtemps mais ses conséquences se font encore sentir. Il y a quelque 11 000 années de cela, une étoile de la constellation des Voiles explosa, engendrant un étrange point lumineux visible pendant quelques mois par les humains qui vivaient alors l’aube des temps historiques. Les couches extérieures de l’étoile entrèrent en collision avec le milieu interstellaire, créant une onde de choc encore visible aujourd’hui. Une onde de choc grossièrement sphérique et en expansion est visible en rayons X. L’image ci-dessus capture l’essentiel de cette structure de choc filamentaire et gigantesque en lumière visible. Tandis que le gaz s’éloigne de la défunte étoile, il se désagrège et réagit avec le milieu interstellaire, produisant du rayonnement dans beaucoup de couleurs et de bandes d’énergie différentes. Demeurant au centre du rémanent de supernova des Voiles se trouve un pulsar, une étoile aussi dense que du matériau nucléaire et qui effectue un tour complet sur elle-même plus de 10 fois en l’espace d’une seule seconde.

  •  SAINT CLÉMENT DE ROME AUX CORINTHIENS

 
Regardons attentivement le Père et Créateur du monde entier, attachons-nous aux bienfaits magnifiques et insurpassables qu’il nous donne dans la paix. Contemplons-le par la pensée et considérons avec les yeux de l’âme la longue patience de ses desseins ; comprenons combien il agit sans aucune colère envers toute sa création.
Les cieux se déplacent sous sa direction et lui obéissent dans la paix. Le jour et la nuit accomplissent le parcours qu’il leur a fixé, sans se gêner réciproquement. Le soleil, la lune et les constellations gravitent selon son ordre, harmonieusement, sans jamais franchir les limites qu’il leur a données. La terre féconde, docile à sa volonté, fait naître en abondance, selon les saisons qui conviennent, la nourriture destinée aux hommes, aux animaux et à tous les vivants qui l’habitent. Elle ne conteste pas, elle ne change pas les règles qu’il a posées.
Les profondeurs des abîmes et les régions inexplorées sont régies par les mêmes lois. Le gouffre illimité de la mer a été organisé en bassins par son habileté créatrice et ne franchit pas les limites où il l’a enfermé mais obéit aux ordres qui lui ont été prescrits. Car il a dit : Tu viendras jusqu’ici, et tes flots se briseront sans sortir de toi . Les océans que l’homme ne peut franchir et les mondes qui sont au-delà obéissent aux mêmes lois du Maître.
Les saisons du printemps, de l’été, de l’automne et de l’hiver se succèdent paisiblement. Les réceptacles des vents accomplissent leur rôle au moment voulu, sans broncher. Les sources intarissables, créées pour le plaisir et pour la santé des hommes, ne cessent de leur présenter leurs mamelles vivifiantes. Les plus petits des animaux se réunissent dans la concorde et la paix.
Le grand Créateur et Maître de l’univers a ordonné que tout cela se fasse dans la paix et la concorde, car il répand ses bienfaits sur tous, mais il les prodigue surabondamment pour nous, qui avons voulu nous confier en ses miséricordes par notre Seigneur Jésus Christ. À lui gloire et majesté pour les siècles des siècles.

  • Regardez l’Image du jour de la Comète Ison  sur le site:

http://blog.ison2013.org/

  •   Une comète frôle le Soleil 

131027Image Crédit: LASCO, SOHO Consortium, NRL, ESA, NASA, APOD, traduction  par  Didier Jamet 

Plongeant vers son destin, cette comète rasante a été photographiée le 23 décembre 1996 par l’instrument Lasco du télescope spatial SOHO. Lasco utilise un disque occultant, partiellement visible en bas à droite, pour bloquer l’éblouissant disque solaire, ce qui permet d’obtenir une image de la délicate couronne solaire s’étendant sur quelque 8 millions de kilomètres. La comète est vue alors que sa chevelure pénètre dans la brillante région équatoriale du vent solaire (orientée verticalement). Les points visibles sur l’image sont des étoiles d’arrière plan et les rayures des signaux parasites provoqués par le passage de particules chargées. Positionné dans l’espace de façon à pouvoir observer le Soleil en permanence, SOHO a découvert à présent plus de 2000 comètes, dont de nombreuses rasantes. D’après leurs orbites, on pense qu’elles appartiennent à une famille de comètes créées par des ruptures successives d’un seul noyau cométaire initial qui est censé être passé très près du soleil au 12eme siècle. La grande comète de 1965, Ikeya-Seki, était également un membre de cette famille, dite de Kreutz, s’approchant à quelque 650 000 kilomètres de la surface solaire. Passant si près du soleil, les comètes rasantes sont soumises à des forces de marée destructives ainsi qu’à l’intense chaleur solaire. Cette comète, connue sous le nom de comète de Noël SOHO 6, n’y avait pas survécu. Entre fin novembre et début décembre 2013, la comète ISON, potentiellement la rasante la plus brillante jamais observée de mémoire d’homme sans pour autant faire partie de la famille de Kreutz, devrait théoriquement survivre à son passage à proximité du Soleil. 
  • Bienheureuse Teresa de Calcutta (1910-1997):

      Seigneur très aimé, fais que je puisse te voir aujourd’hui et chaque jour dans la personne de tes malades et, en les soignant, te servir. Si tu te caches sous la figure déplaisante du coléreux, du mécontent, de l’arrogant, fais que je puisse encore te reconnaître et dire : « Jésus, toi mon patient, comme il est doux de te servir ». Seigneur, donne-moi cette foi qui voit clair, et jamais alors ma tâche ne sera monotone, toujours la joie jaillira quand je me prêterai aux caprices et répondrai aux désirs de tous les pauvres souffrants…
      Mon Dieu, puisque tu es Jésus mon patient, daigne aussi être pour moi un Jésus de patience, indulgent avec mes fautes et tenant compte de l’intention, car elle est de t’aimer et de te servir dans la personne de chacun de tes malades. Seigneur, augmente ma foi (Lc 17,5), bénis mes efforts et ma tâche, maintenant et à jamais.  

  • L’axe du monde dans l’arbre…

131023 Image Crédit & Copyright: Jerónimo Losada, APOD, traduction de Didier Jamet.

Si vous grimpiez au sommet de ce bel arbre, vous ne seriez pas loin de pouvoir toucher l’axe du monde, lequel passe par le point autour duquel toutes les étoiles semblent tourner. Cette image soigneusement composée est constituée de poses de 30 secondes accumulées dans la nuit du 5 octobre 2013 par un appareil photo placé sur un trépied pour représenter au final un temps d’exposition de près de deux heures. L’arbre se trouve non loin d’Almaden de la Plata, dans la province de Séville, en Espagne. Naturellement, les arcs de cercle que tracent les étoiles dans le ciel nocturne ne sont que le reflet de la rotation terrestre, appelée mouvement diurne. Très utile aux photographes de nuit ainsi qu’aux navigateurs de l’hémisphère Nord, la brillante étoile polaire ne coïncide pas exactement mais se trouve cependant très proche du pôle nord céleste et ne dessine donc qu’un bref arc de cercle à travers les branches.

  • Saint Augustin (354-430)

      « Tout mon désir est devant toi » (Ps 37,10)… Ton désir, c’est ta prière ; si ton désir est continuel, ta prière est continuelle aussi. Ce n’est pas pour rien que l’apôtre Paul a dit : « Priez sans relâche » (1Th 5,17). Peut-il le dire parce que, sans relâche, nous fléchissons le genou, nous prosternons notre corps, ou nous élevons les mains vers Dieu ? Si nous disons que nous ne prions qu’à ces conditions, je ne crois pas que nous puissions le faire sans relâche.
      Mais il y a une autre prière, intérieure, qui est sans relâche : c’est le désir. Que tu te livres à n’importe quelle occupation, si tu désires ce repos de sabbat dont nous parlons, tu pries sans cesse. Si tu ne veux pas cesser de prier, ne cesse pas de désirer.
      Ton désir est continuel ? Alors ton cri est continuel. Tu ne te tairas que si tu cesses d’aimer. Quels sont ceux qui se sont tus ? Ce sont ceux dont il est dit : « À cause de l’ampleur du mal, la charité de beaucoup se refroidira » (Mt 24,12). La charité qui se refroidit, c’est le cœur qui se tait ; la charité qui brûle, c’est le cœur qui crie. Si ta charité subsiste sans cesse, tu cries sans cesse ; si tu cries sans cesse, c’est parce que tu désires toujours ; si tu es rempli de ce désir, c’est que tu penses au repos éternel.

  • Image de la comète ISON, prise le 9 octobre par le télescope spatial Hubble. [NASA/ESA – Keystone]

La Nasa a publié une nouvelle image de la comète ISON, prise le 9 octobre par le télescope spatial Hubble. [NASA/ESA - Keystone]

La comète ISON pourrait être visible à l’œil nu à la fin du mois décembre, pour autant que le gros bloc de glace cosmique survive à son passage près du soleil. Une seule chose est certaine, sa trajectoire va l’amener au plus près du Soleil le 28 novembre, à seulement 1,17 million de kilomètres de sa surface. Elle y subira alors une température de l’ordre de 2700°C, selon l’Institut de mécanique céleste (IMCCE) de l’Observatoire de Paris. La comète C/2012 S1 ISON fut découverte le 21 septembre 2012 avec un télescope de 400 mm par les astronomes russes Vitali Nevski et Artyom Novichonok de l’International Scientific Optical Network (ISON). La détermination de ses éléments orbitaux et le calcul de sa trajectoire montrent qu’elle passera très près du Soleil le 28 novembre prochain et qu’elle pourrait devenir visible à l’œil nu au début du mois de décembre. En attendant les astronomes amateurs possédant un instrument de 100 mm et plus peuvent déjà s’amuser à la rechercher le matin dans la constellation du Lion alors qu’elle atteint une magnitude proche de 10,5m. (http://splendeursducielprofond.eklablog.fr/la-comete-ison-que-l-observation-commence-a98668389)

  • PAPE FRANÇOIS ,  Place Saint-Pierre Mercredi 16 octobre 2013;  Vidéo;

Chers frères et sœurs, bonjour !

Quand nous récitons le Credo, nous disons « Je crois en l’Église une, sainte, catholique et apostolique ». . Professer que l’Église est apostolique signifie souligner le lien constitutif qu’elle entretient avec les apôtres, avec ce petit groupe de douze hommes que Jésus appela un jour à lui, il les appela par leur nom, pour qu’il restent avec Lui et pour les envoyer prêcher (cf. Mc 3, 13-19). « Apôtre », en effet, est un mot grec qui veut dire « mandaté », « envoyé ». Un apôtre est une personne qui est mandatée, est envoyée faire quelque chose et les apôtres ont été choisis, appelés et envoyés par Jésus, pour continuer son œuvre, c’est-à-dire prier — c’est le premier travail d’un apôtre — et, deuxièmement, annoncer l’Évangile. Cela est important, parce que quand nous pensons aux apôtres nous pourrions penser qu’il sont allés uniquement annoncer l’Évangile, faire un grand nombre d’œuvres. Mais dans les premiers temps de l’Église, il y a eu un problème parce que les apôtres devaient faire beaucoup de choses et alors ils ont constitué les diacres, pour réserver aux apôtres plus de temps pour prier et annoncer la Parole de Dieu. Lorsque nous pensons aux successeurs des apôtres, aux évêques, y compris au Pape car lui aussi est un évêque, nous devons nous demander si ce successeur des apôtres, en premier lieu, prie et ensuite s’il annonce l’Évangile : c’est cela être apôtre et c’est pour cette raison que l’Église est apostolique. Nous tous, si nous voulons être des apôtres comme je l’expliquerai à présent, nous devons nous demander : est-ce que je prie pour le salut du monde ? Est-ce que j’annonce l’Évangile ? C’est cela l’Église apostolique ! C’est un lien constitutif que nous avons avec les apôtres. L’Église est apostolique parce qu’elle est fondée sur la prédication et la prière des apôtres, sur l’autorité qui leur a été donnée par le Christ lui-même. Saint Paul écrit aux chrétiens d’Éphèse : « Vous êtes citoyens du peuple saint, membres de la famille de Dieu, car vous avez été intégrés dans la construction qui a pour fondations les apôtres et les prophètes; et la pierre angulaire c’est le Christ Jésus lui-même » (2, 19-20) ; il compare donc les chrétiens à des pierres vivantes qui forment un édifice qui est l’Église, et cet édifice est fondé sur les apôtres, comme piliers, et la pierre qui soutient le tout est Jésus lui-même. Sans Jésus l’Église ne peut pas exister ! Jésus est vraiment la base de l’Église, le fondement ! Les apôtres ont vécu avec Jésus, ils ont écouté ses paroles, ils ont partagé sa vie, ils ont surtout été témoins de sa mort et de sa résurrection. Notre foi, l’Église que le Christ a voulue, ne se fonde pas sur une idée, elle ne se fonde pas sur une philosophie, elle se fonde sur le Christ lui-même. Et l’Église est comme une plante qui a grandi au fil des siècles, s’est développée, a porté des fruits, mais ses racines sont bien plantées en Lui et l’expérience fondamentale du Christ qu’ont eue les apôtres, choisis et envoyés par Jésus, arrive jusqu’à nous. De cette petite plante jusqu’à aujourd’hui, ainsi l’Église est dans le monde entier.

  • NGC 6946 en face

040410Credit & Copyright: Robert Gendler, APOD; traduction réalisée par : Laurent Laveder

Depuis notre point de vue dans la galaxie de la voie lactée, NGC 6946 nous apparaît vue de face. Cette grande et belle galaxie spirale est située à quelque 10 millions d’années-lumière, derrière un voile d’étoiles en premier plan dans la haute et lointaine constellation de Céphée. Si on part du brillant noyau en suivant les bras spiraux fragmentés qui s’en détachent, les couleurs connaissent un changement frappant, passant du jaune des vieilles étoiles du centre de la galaxie au bleu des amas de jeunes étoiles, en passant par le rouge des régions de formation d’étoiles. NGC 6946 est également brillante en infrarouge et riche en gaz et en poussières, montrant un taux élevé de naissances et de morts stellaires. En fait, au cours du 20eme siècle, pas moins de six supernovae, qui correspondent à la mort explosive des étoiles massives, ont été découvertes dans NGC 6946. Dans cette image composite colorée numériquement et d’un piqué exceptionnel, on parvient à déceler une amorce de structure barrée au niveau du splendide noyau de la galaxie.
  • Suite de l’audience du Pape le 16 Octobre 2013:

Mais demandons-nous : comment est-il possible pour nous de nous unir à ce témoignage, comment peut parvenir jusqu’à nous ce que les apôtres ont vécu avec Jésus, ce qu’ils ont écouté de Lui ? Voilà la deuxième signification du terme « apostolicité ». Le Catéchisme de l’Église catholique affirme que l’Église est apostolique parce qu’« elle garde et transmet, avec l’aide de l’Esprit Saint, l’enseignement, le bon dépôt, les saines paroles entendues des apôtres » (n. 857). L’Église conserve au cours des siècles ce trésor précieux, qui est l’Écriture Sainte, la doctrine, les sacrements, le ministère des pasteurs, de sorte que nous puissions être fidèles au Christ et participer à sa vie même. C’est comme un fleuve qui coule dans l’histoire, se développe, irrigue, mais l’eau qui coule est toujours celle qui part de la source, et la source c’est le Christ lui-même : Il est le Ressuscité, Il est le Vivant, et ses paroles ne passent pas, car Il ne passe pas, Il est vivant, aujourd’hui Il est parmi nous ici, Il nous entend et nous parlons avec Lui et Il nous écoute, Il est dans notre cœur. Jésus est avec nous, aujourd’hui! Telle est la beauté de l’Église : la présence de Jésus Christ parmi nous. Pensons-nous quelquefois combien est important ce don que le Christ nous a fait, le don de l’Église, où nous pouvons le rencontrer ? Pensons-nous quelquefois que c’est précisément l’Église sur son chemin au cours de ces siècles — malgré les difficultés, les problèmes, les faiblesses, nos péchés — qui nous transmet l’authentique message du Christ ? qui nous donne la sécurité que ce en quoi nous croyons est réellement ce que le Christ nous a communiqué ?

La dernière pensée: l’Église est apostolique car elle est envoyée apporter l’Évangile au monde entier. Elle continue sur le chemin de l’histoire la mission même que Jésus a confiée aux apôtres : « Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples, baptisez-les au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit ; et apprenez-leur à garder tous les commandements que je vous ai donnés. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde » (Mt 28, 19-20). Tel est ce que Jésus nous a demandé de faire! J’insiste sur cet aspect de la missionnarité, car le Christ invite tous à « aller » à la rencontre des autres, il nous envoie, nous demande de nous remuer pour apporter la joie de l’Évangile ! Encore une fois demandons-nous : sommes-nous missionnaires à travers notre parole, mais surtout notre vie chrétienne, notre témoignage ? Ou sommes-nous des chrétiens enfermés dans notre cœur et dans nos Églises, des chrétiens de sacristie ? Des chrétiens uniquement en paroles, mais qui vivent comme des païens ? Nous devons nous poser ces questions, qui ne sont pas un reproche. Moi aussi je me le dis à moi-même : comment suis-je chrétien, vraiment à travers le témoignage ?

L’Église a ses racines dans l’enseignement des apôtres, témoins authentiques du Christ, mais elle regarde vers l’avenir, elle a la ferme conscience d’être envoyée — envoyée par Jésus —, d’être missionnaire, en portant le nom de Jésus à travers la prière, l’annonce et le témoignage. Une Église qui se ferme sur elle-même et sur le passé, une Église qui regarde uniquement les petites règles d’habitudes, d’attitudes, est une Église qui trahit sa propre identité ; une Église fermée trahit sa propre identité ! Alors, redécouvrons aujourd’hui toute la beauté et la responsabilité d’être Église apostolique ! Et rappelez-vous : Église apostolique parce que nous prions — première tâche — et parce que nous annonçons l’Évangile à travers notre vie et nos paroles.

  • Les deux grands bras de la Voie lactée

080606Illustration Crédit: R. Hurt (SSC),  JPL-CaltechNASA Recensement Crédit: GLIMPSE, APOD, traduction réalisée par : Didier Jamet

 Observant depuis l’intérieur  de notre galaxie, la Voie lactée, il nous est difficile de discerner sa vraie structure. Mais un ambitieux programme de recensement mené avec le télescope spatial Spitzer offre à présent des indices convaincants du fait que nous vivons dans une grande galaxie caractérisée par ses deux grands bras spiraux, celui du Bouclier-Centaure et le bras de Persée, émergeant chacun d’une des deux extrémités d’une vaste barre centrale. Aussi un astronome d’une lointaine galaxie qui serait située au-dessus de la notre verrait probablement la Voie lactée sous la forme d’une spirale barrée à deux bras semblable à cette vue d’artiste. De précédentes études ont révélé la présence d’une plus petite structure barrée proche du centre ainsi que de quatre bras supplémentaires, plus modestes. Les astronomes estiment toujours que le soleil se trouve environ au premier tiers du diamètre de la galaxie en partant du bord extérieur, dans un bras mineur appelé l’éperon d’Orion. Pour avoir accès à une version légendée de l’image, cliquez ici
  • Rencontre  entre le pape François et Eugenio Scalfari ; ZENIT  le 14 octobre 2013
 
L’acceptation de la charge de successeur de Pierre, les saints préférés, l’Eglise de demain: le pape François a poursuivi son dialogue avec Eugenio Scalfari dans les colonnes du quotidien italien « La Repubblica » (cf. Zenit du 12 septembre 2013, pour l’analyse, et Zenit du 13 septembre pour le texte). L’entretien a eu lieu au Vatican, le 24 septembre, après la lettre du pape François à la « Repubblica », et après un appel téléphonique qu’Eugenio Scalfari déclare ne jamais pouvoir oublier. Nous avons publié la première partie le 1er octobre, voici la fin de cet entretien dans la traduction d’Hélène Ginabat.

Paul, François, Augustin et Ignace

Le pape confie quel son ses saints de prédilection: « Saint Paul est celui qui a posé les piliers de notre religion et de notre foi. On ne peut pas être des chrétiens conscients sans saint Paul. Il a traduit la prédication du Christ en une structure doctrinale qui, même avec les mises à jour d’un nombre immense de penseurs, de théologiens, de pasteurs, d’âmes, a résisté et résiste encore après deux mille ans. Et ensuite Augustin, Benoît, Thomas et Ignace. Et naturellement François. Dois-je vous expliquer pourquoi ? (…) Toutefois je ne veux pas éluder votre question parce que vous ne m’avez pas demandé une classification selon leur importance culturelle et religieuse mais sur qui est le plus proche de mon âme. Alors, je répondrai : Augustin et François. » Et de préciser, pour Augustin – que le pape émérite aime tant également – : « Augustin est aussi un point de référence de mon prédécesseur. Ce saint a traversé beaucoup d’événements dans sa vie et il a changé plusieurs fois de position doctrinale. Il a aussi eu des paroles trop dures à l’encontre des juifs, que je n’ai jamais partagées. Il a écrit de nombreux livres et celui qui me semble le plus révélateur de son intimité intellectuelle et spirituelle est « Les Confessions », qui contiennent aussi quelques manifestations de mysticisme mais il n’est pas du tout, comme beaucoup le soutiennent, l’héritier de saint Paul. Au contraire, il voit l’Église et la foi d’une manière profondément différente de celle de Paul, peut-être aussi parce que quatre siècles les séparent l’un de l’autre. Pour moi, elle se trouve sur deux points, importants. Augustin se sent impuissant face à l’immensité de Dieu et aux devoirs qu’un chrétien, et un évêque, devrait remplir. Et pourtant, il n’était vraiment pas impuissant, mais son âme se sentait toujours  et de toute façon en-dessous de ce qu’il aurait voulu et de ce qu’il aurait dû. Et puis la grâce donnée par le Seigneur comme élément fondateur de la foi, de la vie, du sens de la vie. Celui qui n’est pas touché par la grâce peut être une personne sans peur et sans reproche, comme on dit, mais il ne sera jamais comme la personne que la grâce a touché. C’est cela, l’intuition d’Augustin. » Il évoque aussi la mystique de saint Ignace de Loyola: « Ignace, pour des raisons compréhensibles, est celui que je connais le mieux. Il a fondé notre Ordre. Je vous rappelle que Carlo Maria Martini, qui m’était très cher, ainsi qu’à vous, appartenait aussi à son Ordre. Les jésuites ont été, et sont encore, le levain – pas le seul, mais peut-être le plus efficace – du catholicisme : culture, enseignement, témoignage missionnaire, fidélité au pape. Mais Ignace, qui a fondé la Compagnie, était aussi un réformateur et un mystique. Surtout un mystique. »

Pour le pape les mystiques « ont eu une importance fondamentale. Une religion sans mystiques est une philosophie. (…) Même François, par de nombreux aspects de sa vie, en était un mais je ne crois pas avoir cette vocation, et puis, il faut s’entendre sur le sens profond de ce mot. Le mystique réussit à se dépouiller du faire, des faits, des objectifs et même de la dimension pastorale et missionnaire, et il s’élève jusqu’à atteindre la communion avec les Béatitudes. De brefs moments mais qui remplissent toute sa vie. »

Le « oui » du pape François

Il fait cette confidence sur le moment où il a accepté d’être pape : « Avant d’accepter, j’ai demandé de pouvoir me retirer quelques minutes dans la pièce à côté de celle qui donne sur la place avec la loggia. J’avais la tête complètement vide et une grande angoisse m’avait envahi. Pour la faire passer et me détendre, j’ai fermé les yeux et toute pensée a disparu, y compris celle de refuser d’accepter la charge, comme y autorise, du reste, la procédure liturgique. J’ai fermé les yeux et je n’ai plus ressenti aucune angoisse ni émotion. À un moment, une grande lumière m’a envahi, cela a duré un instant mais qui m’a semblé très long. Puis la lumière s’est dissipée et je me suis levé brusquement pour me diriger dans la pièce où m’attendaient les cardinaux, vers la table sur laquelle était posé l’acte d’acceptation. Je l’ai signé, le cardinal camerlingue l’a contresigné, puis il y a eu l’ « Habemus papam » à la loggia. »

Le pape revient sur le nom de François en disant de son saint patron : « Il est très grand, parce qu’il est tout. Un homme qui veut faire, qui veut construire, il fonde un Ordre avec ses règles, il est itinérant et missionnaire, il est poète et prophète, il est mystique, il a constaté le mal présent en lui et il en est sorti, il aime la nature, les animaux, la moindre herbe des champs et les oiseaux qui volent dans le ciel, mais surtout il aime les personnes, les enfants, les personnes âgées, les femmes. Il est l’exemple le plus lumineux de cette agapè dont nous parlions tout à l’heure. (…) François voulait un Ordre mendiant et itinérant. Des missionnaires cherchant à rencontrer, écouter, dialoguer, aider, propager la foi et l’amour. Surtout l’amour. Et il rêvait d’une Église pauvre qui prenne soin des autres, reçoive de l’aide matérielle et l’utilise pour soutenir les autres, sans se préoccuper du tout d’elle-même. Huit-cent ans se sont écoulés depuis, et les temps ont beaucoup changé, mais l’idéal d’une Église missionnaire et pauvre est encore plus que valide. C’est en tous cas l’Église que Jésus et ses disciples ont prêchée. »

  •   Trois galaxies dans le Dragon

131016Image Crédit & Copyright: Stephen Leshin, APOD, traduction  de Didier Jamet

Cet étonnant trio de galaxies est parfois appelé le groupe du Dragon, car situé dans la constellation boréale du (mais vous l’aviez sans doute deviné) Dragon. De gauche à droite, on découvre la spirale vue par la tranche NGC 5981, la galaxie elliptique NGC 5982, et NGC 5985, spirale vue de face. Elles tiennent toutes dans le champ du télescope utilisé pour réaliser cette image, qui représente une taille apparente un peu supérieure à la moitié de la pleine lune. Bien que ce groupe soit à la fois trop petit pour être qualifié d’amas galactique et n’a pas été catalogué comme groupe compact, ces galaxies se trouvent toutes à 100 millions d’années-lumière de la Terre. Grâce à un examen détaillé avec un spectrographe, le brillant noyau de la frappante galaxie vue de face NGC 5985 montre d’importantes émissions dans des longueurs d’onde spécifiques, amenant les astronomes à la qualifier de galaxie de Seyfert, une forme de galaxie active. Pas aussi célèbre que d’autres groupes serrés de galaxies, le contraste visuel de ses membres fait de cette triplette un sujet très intéressant pour les astrophotographes. Cette longue pose de la région révèle également de faibles coquilles de gaz autour de NGC 5982, vestiges d’anciennes fusions galactiques, ainsi que de nombreuses galaxies encore plus lointaines

  • Rencontre entre le Pape et Eugenio Scalfari (suite):

Etre une minorité est une force

« Vous, les chrétiens, vous êtes désormais une minorité », fait observer le journaliste auquel le pape répond : « Nous l’avons toujours été, mais la question d’aujourd’hui n’est pas celle-là. Personnellement, je pense qu’être une minorité est en fait une force. Nous devons être un levain de vie et d’amour et le levain est une quantité infiniment plus petite que la masse des fruits, des fleurs et des arbres qui naissent de ce levain. Il me semble avoir déjà dit auparavant que notre objectif n’est pas le prosélytisme mais l’écoute des besoins, des désirs, des désillusions, du désespoir, de l’espérance. Nous devons redonner espérance aux jeunes, aider les personnes âgées, ouvrir vers l’avenir, propager l’amour. Pauvres parmi les pauvres. Nous devons inclure les exclus et prêcher la paix. Vatican II, inspiré par le pape Jean et par Paul VI, a décidé de regarder l’avenir dans un esprit moderne et d’ouvrir les portes à la culture moderne. Les Pères conciliaires savaient qu’ouvrir les portes à la culture moderne impliquait l’œcuménisme religieux et le dialogue avec les non croyants. Depuis, très peu de choses ont été faites dans cette direction. J’ai l’humilité et l’ambition de vouloir le faire. »

A propos de la « crise profonde » de la planète, Eugenio Sclafari fait à son tour cette confidence sur sa volonté de dialogue avec des croyants: « La société moderne sur toute la planète traverse un moment de crise profonde, pas seulement économique mais sociale et spirituelle. Au début de notre rencontre, vous avez décrit une génération chassée dans le présent. Nous aussi, les non croyants, nous ressentons cette souffrance presque anthropologique.  C’est pour cela que nous voulons dialoguer avec les croyants et avec celui qui les représente le mieux. »

L’importance des synodes

« Je ne sais pas si je suis leur meilleur représentant, mais la Providence m’a mis à la tête de l’Église et du diocèse de Rome. Je ferai ce que je pourrai pour remplir le mandat qui m’a été confié », répond le pape avant une salve de Scalfari que le pape n’élude pas : « Je pense que l’amour du pouvoir temporel est encore trop fort à l’intérieur des murs du Vatican et dans la structure institutionnelle de toute l’Église. Je pense que l’Institution prédomine sur l’Église pauvre et missionnaire que vous voudriez. »

« Les choses sont en effet ainsi, répond le pape François, et, dans ce domaine, les miracles n’existent pas. Je vous rappelle que François aussi, à son époque, a dû longtemps négocier avec la hiérarchie de Rome et avec le pape pour faire reconnaître la règle de son Ordre. Il a fini par obtenir l’approbation, mais avec des changements et des compromis importants (…). Je ne suis certainement pas François d’Assise, et je n’ai ni sa force ni sa sainteté. Mais je suis l’évêque de Rome et le pape de la catholicité. Pour commencer, j’ai décidé de nommer un groupe de huit cardinaux pour être mon conseil. Non pas des courtisans, mais des personnes sages et animées des mêmes sentiments que moi. Ceci est le début de cette Église avec une organisation non seulement verticale mais aussi horizontale. Lorsque le cardinal Martini en parlait, en mettant l’accent sur les Conciles et sur les Synodes, il savait très bien que la route à parcourir pour y arriver était longue et difficile. Avec prudence, mais avec fermeté et ténacité. »

Pour ce qui est de la politique, il redit : « l’Église ne s’occupera pas de politique », mais s’explique sur ses encouragements à l’engagement des citoyens en politique : « J’ai dit que la politique est la première des activités civiles et qu’elle a son propre champ d’action qui n’est pas celui de la religion. Les institutions politiques sont laïques par définition et œuvrent dans des sphères indépendantes. Cela, tous mes prédécesseurs l’ont dit, au moins depuis pas mal d’années, chacun à sa façon bien sûr. Je crois que les catholiques engagés en politique portent en eux les valeurs de la religion, mais ils ont une conscience et une compétence mûres pour les appliquer. L’Église n’ira jamais au-delà de son devoir d’exprimer et de diffuser ses valeurs, au moins tant que je serai ici.

  • La probabilité d’une collision de la terre avec un Astéroïde.

Simulation par la Nasa de l'arrivée de l'astéroïde 2012-DA14 près de la Terre, le 15 février 2013.Simulation par la Nasa de l’arrivée de l’astéroïde 2012-DA14 près de la Terre. Capture d’écran – Nasa (http://www.20minutes.fr/sciences/1238615-20131018-asteroide-va-froler-heurter-terre-2032)

  Prévu pour le 26 août 2032,  un astéroïde pourrait heurter la Terre. L’objet céleste, large de 365 mètres de diamètre, s’appelle 2013TC135 et vient d’être répertorié par l’agence spatiale russe alors qu’il passait à proximité de la Terre. Et apparemment, il pourrait en prendre l’habitude. Le vice-Premier ministre russe, en charge de la recherche spatiale dans son pays, a révélé sur son compte Twitter que l’astéroïde avait une chance de heurter la Terre dans 19 ans.Les astrophysiciens russes ont calculé que s’il heurtait la Terre, l’explosion aurait la puissance de 2000 bombes atomiques. Ils ont aussi calculé qu’il y avait une chance sur 63.000 qu’un tel scénario se produise. La Nasa a également fait ses calculs et même si la trajectoire a été jugée «préoccupante, l’agence spatiale américaine estime que l’astéroïde passe au large de la Terre avec une probabilité de 99,998%. Le responsable du programme NEO de la Nasa, Don Teoman, est d’ailleurs tout excité à cette idée: «C’est une formidable découverte. Nous allons pouvoir observer l’astéroïde durant toute son approche et observer comment il se comporte en passant près de la Terre.»

  • Suite de la conversation du Pape avec le journaliste Eugenio Scalfari:

  « Vous-même, laïc non croyant en Dieu, en quoi croyez-vous ? Vous êtes un écrivain et un homme de pensée. Vous devez bien croire en quelque chose, avoir une valeur dominante.  Ne me répondez pas par des mots comme l’honnêteté, la recherche, la vision du bien commun, qui sont des principes et des valeurs importantes, mais ce n’est pas ce que je vous demande. Je vous demande ce que vous pensez de l’essence du monde, ou plutôt de l’univers. Vous vous demandez certainement, comme tout le monde, qui nous sommes, d’où nous venons, où nous allons. Même un enfant se pose ces questions. Et vous ? »

« Je vous remercie pour cette question. La réponse est celle-ci : je crois dans l’Être, c’est-à-dire dans le tissu d’où surgissent les formes, les êtres », répond Eugenio Sclafari.

« Et moi, dit le pape, je crois en Dieu. Non pas en un Dieu catholique, il n’existe pas de Dieu catholique, il existe Dieu. Et je crois en Jésus-Christ, son incarnation. Jésus est mon maître et mon pasteur, mais Dieu, le Père, Abba, est la lumière et le Créateur. Voilà qui est mon Être. Vous semble-t-il que nous sommes très éloignés l’un de l’autre ? » Le pape ajoute : « Dieu est la lumière qui illumine les ténèbres même si elle ne les dissout pas et une étincelle de cette lumière divine est à l’intérieur de chacun de nous. Dans la lettre que je vous ai écrite, je me souviens de vous avoir dit que même notre espèce finira, mais la lumière de Dieu ne finira pas et, à ce moment-là, elle envahira toutes les âmes et sera toute en tous. » Il précise, à la demande de Scalfari : « La transcendance reste parce que cette lumière, toute en tous, transcende l’univers et les espèces qui, dans cette phase, le peuplent. Mais revenons au présent. Nous avons fait un pas en avant dans notre dialogue. Nous avons constaté que dans notre société et dans le monde où nous vivons, l’égoïsme a augmenté beaucoup plus que l’amour des autres et les hommes de bonne volonté doivent œuvrer, chacun selon sa force et ses compétences, pour faire en sorte que l’amour des autres augmente jusqu’à être équivalent à l’amour de soi-même et, si possible, le dépasser. »

Dans la ligne de l’enseignement social de ses prédécesseurs, le pape dénonce le « libéralisme sauvage » : «  Personnellement, je pense que le soi-disant libéralisme sauvage ne fait que rendre plus forts les forts, plus faibles les faibles et plus exclus les exclus. Il faut une grande liberté, aucune discrimination, pas de démagogie et beaucoup d’amour. Il faut des règles de comportement et aussi, si nécessaire, des interventions directes de l’État pour corriger les inégalités les plus intolérables. »

Avant de se séparer le pape ajoute : « Nous parlerons du rôle des femmes dans l’Église. Je vous rappelle que l’Église est féminine » : des propos qu’il a développés samedi dernier, 12 octobre, à propos de Mulieris Dignitatem (cf. Zenit du 14 octobre 2013).

Il conclut : « Portez ma bénédiction à toute votre famille et demandez-leur de prier pour moi. Pensez à moi, pensez souvent à moi. »

« Nous nous serrons la main et il reste là, les deux doigts levés en signe de bénédiction. Je le salue par la fenêtre. Voilà le pape François. Si l’Église devient telle qu’il la pense et la veut, il y aura eu un changement historique », conclut Eugenio Scalfari.

Anita Bourdin

  • NGC 891, tranche de galaxie

131011Image Crédit & Copyright: Adam Block, Mt. Lemmon Sky Center, U. Arizona, APOD.

Ce portrait cosmique représente NGC 891. Cette magnifique galaxie spirale s’étend sur environ 100 000 années-lumière de diamètre et nous apparaît quasiment parfaitement vue par la tranche. Distante de quelque 30 millions d’années-lumière dans la constellation d’Andromède, NGC 891 ressemble en réalité beaucoup à notre propre galaxie, la Voie lactée. Au premier abord, elle présente un disque galactique mince et plat et un bulbe central au milieu desquels on remarque d’épaisses veines de poussière. L’image fait également ressortir les amas de jeunes étoiles, en bleu, et les régions de formation stellaire, en rosé. On distingue également grâce à cette présentation par la tranche de NGC 891 des filaments de poussière qui s’étendent sur des centaines d’années-lumière au-dessus et en dessous du disque. Ces poussières ont vraisemblablement été éjectées du disque par des explosions de supernovae ou par une intense activité de formation d’étoiles. De petites galaxies compagnes sont également visibles à proximité du disque galactique. 
traduction réalisée par : Didier Jamet 

  • Saint Claude la Colombière (1641-1682), jésuite

 À la méditation de l’amour de Dieu, j’ai été fort touché à la vue des biens que j’ai reçus de Dieu depuis le premier moment de ma vie jusqu’ici. Quelle bonté ! Quel soin ! Quelle providence, et pour le corps, et pour l’âme ! Quelle patience ! Quelle douceur !… Dieu m’a fait pénétrer, ce me semble, et voir clairement cette vérité : premièrement, qu’il est dans toutes les créatures ; secondement, qu’il est tout ce qu’il y a de bon en elles ; troisièmement, qu’il nous fait tout le bien que nous recevons d’elles. Et il m’a semblé voir ce roi de gloire et de majesté appliqué à nous échauffer en nos habits, à nous rafraîchir en l’air, à nous nourrir dans les viandes, à nous réjouir dans les sons et dans les objets agréables, à produire en moi tous les mouvements nécessaires pour vivre et pour agir. Quelle merveille !      Qui suis-je, ô mon Dieu, pour être ainsi servi par vous, en tout temps, avec tant d’assiduité et en toutes choses avec tant de soin et d`amour ! Il agit de même dans toutes les autres créatures ; mais tout cela pour moi, comme un intendant zélé et vigilant qui fait travailler dans tous les endroits du royaume pour son roi. Ce qui est de plus admirable, c’est que Dieu fait cela pour tous les hommes, quoique presque personne n’y pense, si ce n’est quelque âme choisie, quelque âme sainte. Il faut du moins que j’y pense, que j’en sois reconnaissant.       Je m’imagine que, comme Dieu a sa gloire pour dernière fin de toutes ses actions, il fait toutes ces choses principalement pour l’amour de ceux qui y pensent et qui admirent en cela sa bonté, qui lui en savent gré, qui prennent de là occasion de l’aimer : les autres reçoivent les mêmes biens, comme par hasard et par bonne fortune… Dieu rapporte incessamment à nous l’être, la vie, les actions de tout ce qu’il y a de créé dans l’univers. Voilà son occupation dans la nature ; la nôtre doit être de recevoir sans cesse ce qu’il nous envoie de toutes parts et de le lui renvoyer par des actions de grâces, en le louant et reconnaissant qu’il est l’auteur de toutes choses. J’ai promis à Dieu de le faire autant que je le pourrai.

  • Globules cométaires

131012Image Crédit & Copyright: Subaru Télescope  (NAOJ) &  DSS;   Assemblage et traitement: Robert Gendler, APOD.

Des formes aux contours flous et brillants se concentrent au centre de ce riche champ stellaire aux confins des constellations de la Poupe et des Voiles. Composé de gaz interstellaire et de poussière, ce groupe de globules cométaires mesurant chacun environ une année-lumière de long est distant d’environ 1300 années-lumière. L’énergétique rayonnement ultraviolet de chaudes étoiles proches a modelé les globules et ionisé leurs contours. Les globules s’éloignent du rémanent de supernova des Voiles, lequel a peut-être contribué à leur donner leur forme incurvée. À l’intérieur des globules, des noyaux de gaz froid et de poussière s’effondrent lentement sur eux-mêmes pour former des étoiles de faible masse, lesquelles provoqueront au final la dispersion des globules. Remarquez le petit point rouge non loin du sommet du globule cométaire CG30 (celui en décalé en haut sur la droite): il signale la présence de jets très énergétiques émis par une étoile au tout début de son processus de formation
traduction réalisée par : Didier Jamet  > lire le texte original

  •   7 octobre 2013 – Extraits de l’homélie du pape François

Il s’agit d’être « dociles à la Parole de Dieu », mais avant cela d’avoir « la capacité de l’écouter, de l’entendre » : « As-tu la capacité de trouver la Parole de Dieu dans l’histoire de chaque jour, ou bien est-ce que ce sont tes idées qui te gouvernent, et tu ne laisses pas la surprise au Seigneur qui te parle ? » Le pape a illustré son propos avec les personnages de la première lecture, (Jonas 1,1-16.2,1.11) et de l’Evangile (Luc 10,25-37), distinguant ceux qui « fuient » Dieu et ceux qui au contraire L’écoutent. « On peut fuir Dieu même en étant chrétien, en étant catholique, en étant de l’Action catholique, en étant prêtre, évêque, pape … C’est une tentation quotidienne ». Ainsi Jonas, dans la première lecture, tentait de « fuir Dieu » car il « avait son histoire écrite » et « ne voulait pas être dérangé ». Cette fuite de Dieu, c’est « ne pas écouter Dieu, ne pas écouter sa voix, ne pas entendre sa proposition dans son coeur, son invitation. On peut fuir directement. Il y a aussi d’autres manières de fuir Dieu, un peu plus éduquées, un peu plus sophistiquées ».

  • La Bulle et M52

131008  Image Crédit & Copyright: Robert Colombari, APOD.

Ce paysage cosmique ne manque pas d’attirer le regard par sa composition subtilement équilibrée. En bas à gauche, la nébuleuse de la Bulle semble contenir l’énergie créatrice que l’amas d’étoiles ouvert M52, plus haut et vers la droite, n’a pas su maîtriser. Cependant observé à d’autres échelles, cet équilibre se révèle bien précaire. Nichée au coeur d’un complexe de gaz et de poussière interstellaires et soufflée par les vents d’une seule mais gigantesque étoile de type O, la nébuleuse de la Bulle (connue également sous la référence NGC 7635) mesure environ dix années-lumière de diamètre. De son côté, M52 est un riche amas ouvert contenant quelque 1000 étoiles et mesurant dans les 25 années-lumière de diamètre. Observés à la frontière nord de la constellation de Cassiopée, on estime la distance de la nébuleuse de la Bulle aux alentours de 11 000 années-lumière, tandis que l’amas stellaire M52 est lui à presque 5000 années-lumière de nous. Cette image couvre un champ d’environ 2° sur le ciel, 4 fois celui de la pleine lune.
  • Pape François: Homélie du 23/04/2013 

  « Une foule considérable s’adjoignit au Seigneur. Lorsque Barnabé arriva et qu’il vit la grâce accordée par Dieu, il s’en réjouit » (Ac 11,21.23). C’est la joie propre à l’évangélisateur. Elle est, comme disait le pape Paul VI, « la douce et réconfortante joie d’évangéliser » (Evangelii nuntiandi, n°80). Et cette joie commence par une persécution, par une grande tristesse, mais elle finit avec la joie. Et ainsi l’Église va de l’avant, comme le dit un saint, entre les persécutions du monde et les consolations du Seigneur (Augustin, La Cité de Dieu, 18,51,2). Ainsi est la vie de l’Église. Si nous voulons aller sur la voie de la mondanité, en négociant avec le monde…, nous n’aurons jamais la consolation du Seigneur. Et si nous recherchons seulement la consolation, ce sera une consolation superficielle, pas celle du Seigneur, ce sera une consolation humaine. L’Église avance toujours entre la croix et la résurrection, entre les persécutions et les consolations du Seigneur. Tel est le chemin : celui qui suit cette route ne se trompe pas.

  • La comète ISON

131007Image Crédit & Copyright: Damian Peach, APOD.

La comète ISON tiendra-t-elle ses promesses ? Rien n’est moins sur. Tandis qu’elle approche toujours plus du Soleil, son éclat augmente bien moins vite que prévu. La voici telle qu’elle apparaissait au télescope il y a deux semaines. Le 1er octobre, la comète ISON est passée relativement près de Mars, si bien que la sonde MRO a pu en obtenir quelques images depuis l’orbite martienne. Lorsque la comète ISON frôlera le Soleil fin novembre, elle peut encore devenir plus brillante que la Lune et développer une longue queue – ou pas. Quoi qu’il en soit, les astronomes amateurs espèrent que ce qui subsistera de la comète après ce passage à proximité du Soleil suffira à embellir les nuits jusqu’à la fin de l’année.
  •  Le Pape François : lors de l’Angélus du 6 Octobre 2013:

 » Aujourd’hui, le passage de l’Evangile commence ainsi : « En ce temps-là, les apôtres dirent au Seigneur : Augmente notre foi ! » (Lc 17,5-6). Il me semble que nous pouvons tous faire nôtre cette invocation. Nous aussi, comme les apôtres, disons au Seigneur Jésus : « Augmente notre foi ! » Oui, Seigneur notre foi est petite, notre foi est faible, fragile, mais nous te l’offrons telle qu’elle est pour que tu l’augmentes. Cela vous semble bien de répéter cela tous ensemble : « Seigneur augmente notre foi ! On le fait ? Tous : Seigneur, augmente en nous la foi ! Seigneur, augmente en nous la foi ! Seigneur, augmente en nous la foi ! Qu’il la fasse grandir ! « 

131006

 Image Crédit: DonnéesHubble Legacy Archive, ESANASA; TraitementAl Kelly, APOD.
La galaxie active NGC 1275 est le membre prédominant de l’amas de galaxies de Persée, aussi grand que relativement proche. Prodigieuse source de rayons X et d’émissions radio, NGC 1275 vaut aussi le coup d’œil en visuel, accrètant de la matière au fur et à mesure qu’elle absorbe ses voisines avec armes et bagages, lesquelles finissent par nourrir le trou noir supermassif occupant le noyau. Cette image retravaillée à partir de données d’archives du télescope spatial Hubble montre débris galactiques et filaments gazeux dont certains frisent les 20 000 années-lumière de long. En dépit des turbulences provoquées par les collisions entre galaxies, ces filaments se retrouvent intacts dans NGC 1275. Pourquoi ? De récents travaux indiquent que ces structures, forcées depuis le centre de la galaxie par l’activité du trou noir, gardent leur cohérence du fait de la présence de champs magnétiques. Également connue sous le nom de Perseus A, NGC 1275 dépasse les 100 000 années-lumière de diamètre et se trouve à quelque 230 millions d’années-lumière de nous.
  • DU TRAITÉ DE SAINT GRÉGOIRE DE NYSSE

 
Si quelqu’un est en Jésus Christ, il est une créature nouvelle ; le monde ancien s’en est allé. ~ Ailleurs, saint Paul appelle « création nouvelle » l’habitation du Saint-Esprit dans une âme pure, sans tache, indemne de mal, d’injustice et de toute habitude déshonorante. Car, lorsque l’âme a détesté le péché, s’est unie intimement à Dieu de tout son pouvoir en se gouvernant selon la vertu, sa vie est transformée ; elle reçoit la grâce du Saint-Esprit, qui la renouvelle et la recrée tout entière. Saint Paul le dit ainsi : Purifiez-vous des vieux ferments pour être une pâte nouvelle. Et un peu plus loin : Festoyons, non pas avec le vieux ferments, mais avec du pain non fermenté : la droiture et la vérité.
En effet, le tentateur dresse de nombreux pièges, de tous côtés, contre notre âme pour la précipiter dans le mal. Par elle-même, la nature humaine n’est pas assez forte pour triompher de lui. C’est pourquoi l’Apôtre nous ordonne de munir nos membres d’un armement céleste. Revêtez , nous dit-il, la justice pour cuirasse ; à vos pieds chaussez la promptitude pour annoncer la paix ; ayez la vérité pour ceinturon. ~
Tu vois combien de moyens de salut te sont présentés par l’Apôtre ! Tous conduisent à un seul chemin pour atteindre un seul but. ~ Grâce à eux, on accomplit facilement la course de la vie jusqu’au sommet des commandements. ~
Dans un autre endroit, l’Apôtre nous dit : Courons avec endurance l’épreuve qui nous est proposée, les yeux fixés sur Jésus, qui est à l’origine et au terme de la foi. ~
Celui qui méprise absolument les grandeurs de cette vie ~ et qui renonce à toute gloire terrestre ~ doit renoncer, en même temps qu’à la vie, à son âme. Renoncer à son âme, c’est ne jamais chercher à obéir à sa volonté propre, mais faire la volonté de Dieu ~ en lui obéissant comme à un bon pilote. ~ C’est encore ne rien posséder, ne rien s’approprier de ce qui est commun. ~ On sera plus libre alors pour accomplir allègrement, dans la joie et l’espérance, ce qui est prescrit par les supérieurs, comme un esclave du Christ, qui a été acheté pour servir la communauté des frères. C’est cela que veut le Seigneur et il nous y exhorte quand il dit : Celui qui veut avoir la première place et être grand parmi vous serra le dernier de tous et l’esclave de tous .

  • M106

131003

Crédit: Données de l’image composite – Hubble Legacy Archive; Adrian Zsilavec, Michelle Qualls, Adam Block / NOAO / AURA / NSF  Traitement – André van der Hoeven, APOD.

Proche de la Grande Ourse et entourée des étoiles des Chiens de Chasse, M106 fut découverte en 1781 par l’astronome français Pierre Méchain, par ailleurs grand contributeur à la définition du système métrique. Elle fut par la suite ajoutée au catalogue de son confrère et  ami Charles Messier sous la référence de M106. Les images télescopiques modernes ont révélé qu’il s’agissait en réalité d’un univers-île, autrement dit une galaxie, spirale, mesurant dans les 30 000 années-lumière de diamètre, et séparée de nous par un abîme de quelque 21 millions d’années-lumière. Outre son brillant noyau central, cette image composite couleur met en valeur les amas de jeunes étoiles bleues et les pouponnières stellaires aux colorations rosées parsemant les bras spiraux de la galaxie. Ce portrait à haute résolution est une mosaïque d’images issues de la caméra ACS d’Hubble associées à d’autres obtenues depuis le sol. M106, également repérée dans un autre catalogue sous l’entrée NGC 4258, est un exemple proche de galaxie active de Seyfert vue à travers tout le spectre électromagnétique, des ondes radio jusqu’aux X. On pense que les galaxies actives tirent leur énergie de la chute de matière sur un trou noir central supermassif.

  • LETTRE DE STE THÉRÈSE À SŒUR MARIE DU SACRÉ-CŒUR (08/ 09/1896)

À l’oraison, mes désirs me faisant souffrir un véritable martyre, j’ouvris les épîtres de S. Paul afin de chercher quelque réponse. Les chapitres XII et XIII de la première épître aux Corinthiens me tombèrent sous les yeux… J’y lus, dans le premier, que tous ne peuvent être apôtres, prophètes, docteurs… que l’Église est composée de différents membres et que l’ œil ne saurait être en même temps la main… La réponse était claire mais ne comblait pas mes désirs, elle ne me donnait pas la paix…
Sans me décourager je continuai ma lecture et cette phrase me soulagea : « Recherchez avec ardeur les dons les plus parfaits, mais je vais encore vous montrer une voie plus excellente » . Et l’Apôtre explique comment tous les dons les plus parfaits ne sont rien sans l’Amour… Que la Charité est la voie excellente qui conduit sûrement à Dieu. Enfin j’avais trouvé le repos…
Considérant le corps mystique de l’Église, je ne m’étais reconnue dans aucun des membres décrits par S. Paul, ou plutôt je voulais me reconnaître en tous… La charité me donna la clé de ma vocation. Je compris que si l’Église avait un corps, composé de différents membres, le plus nécessaire, le plus noble de tous ne lui manquait pas ; je compris que l’Église avait un Cœur, et que ce Cœur était brûlant d’amour. Je compris que l’Amour seul faisait agir les membres de l’Église, que si l’Amour venait à s’éteindre, les Apôtres n’annonceraient plus l’Évangile, les Martyrs refuseraient de verser leur sang… Je compris que l’amour renfermait toutes les vocations, que l’amour était tout, qu’il embrassait tous les temps et tous les lieux… ; en un mot, qu’il est éternel !…
Alors, dans l’excès de ma joie délirante, je me suis écriée : O Jésus, mon Amour… ma vocation, enfin je l’ai trouvée, ma vocation, c’est l’amour !…
Oui, j’ai trouvé ma place dans l’Église et cette place, ô mon Dieu, c’est vous qui me l’avez donnée… dans le Cœur de l’Église, ma Mère, je serait l’Amour… ainsi, je serai tout… ainsi mon rêve sera réalisé !!!…

  • La plus dense des galaxies

131004Crédit: NASA, ESA, Hubble Heritage Team (STScI/AURA), Jay Strader (Michigan St. Univ.) et al., APOD.

Le brillant noyau et la périphérie de la galaxie elliptique géante M60 (alias NGC 4649) écrasent le coin supérieur gauche de cette image du télescope spatial Hubble. Distante de quelque 54 millions d’années-lumière et large de 120 000 autres, M60 est une des plus grandes galaxies du proche amas de la Vierge. En comparaison, la galaxie naine ultra compacte apparaissant sous la forme d’un pâté rond et lumineux, un peu en dessous du centre de l’image, fait pâle figure. Cependant cette galaxie en apparence insignifiante et désignée sous la référence M60-UCD1 pourrait bien être la plus dense galaxie de l’univers proche. Concentrant la moitié de sa masse totale, estimée à 200 millions de masses solaires, dans un rayon de seulement 80 années-lumière, les étoiles des régions internes de M60-UCD1 sont en moyenne 25 fois plus proches les unes des autres qu’au voisinage du Soleil. Explorant la nature de M60-UCD1, les astronomes essayent de déterminer si les galaxies naines ultra compactes ne seraient pas les anciennes parties centrales de plus grandes galaxies démembrées par effet de marée gravitationnelle, ou bien de massifs amas globulaires évolués. Récemment découverte, une brillante source X en son centre pourrait être la signature d’un trou noir supermassif, ce qui irait plutôt dans le sens de l’hypothèse d’un vestige galactique.

Pour sa troisième étape à Assise, ce 4 octobre 2013, le pape François s’est rendu à l’évêché, dans la « salle du dépouillement », où saint François a quitté ses vêtements, en ce fameux geste, pour suivre le Christ. Le pape y a rencontré des personnes pauvres et démunies, soutenues par Caritas. Auparavant, il avait visité des enfants et des jeunes malades et handicapés, à l’Institut séraphique, et s’était ensuite rendu en privé à l’église Saint-Damien. « Vous êtes le premier pape à entrer ici », lui a dit Mgr Domenico Sorrentino, évêque d’Assise, en l’acueillant dans la « salle du dépouillement », parlant d’un « vent de pentecôte » pour l’Église locale. Comme il l’avait fait à l’Institut séraphique, le pape a parlé d’abondance de cœur, en laissant de côté le texte qu’il avait préparé. « Ces derniers jours, a-t-il dit, on lit dans les journaux beaucoup de fantaisies » sur le message du pape à Assise, notamment sur la question du « dépouillement de l’Église ». Saisissant la symbolique du lieu, il a appelé à se dépouiller d’« un danger très grave qui menace toute personne dans l’Église : le danger de la mondanité ». Pour le pape, le dépouillement n’est pas optionnel : le chrétien doit « aller par la route de Jésus, qui a suivi un chemin de dépouillement… qui s’est humilié… jusqu’à la croix ». Pour le chrétien, « il n’y a pas d’autre voie ». Il a mis en garde contre la tentation de « faire un christianisme un peu plus humain, sans croix, sans Jésus, sans dépouillement » : ceux-là deviennent « des chrétiens de pâtisserie, comme un beau gâteau… » Le chrétien doit se dépouiller du « plus grand des péchés » : « l’idolâtrie ». En effet il ne peut pas « vivre avec l’esprit du monde. La mondanité conduit à la vanité, à l’arrogance, à l’orgueil. Et cela est une idole, non pas Dieu ». Ce dépouillement concerne tout le monde : « Quand dans les médias on parle de l’Église, on a l’impression que l’Église ce sont les prêtres, les religieuses, les évêques, les cardinaux et le pape. Mais l’Église c’est nous tous ». Aussi tous sont appelés à « se dépouiller de cette mondanité » qui est « l’esprit contraire des béatitudes, l’esprit contraire à Jésus. La mondanité fait mal. Il est si triste de trouver un chrétien mondain, sûr de cette sécurité que lui donne – selon lui ! – la foi et sûr de la sécurité que lui donne le monde ». Or, « on ne peut pas travailler des deux côtés » car il est « triste d’effacer d’une main ce qu’on a écrit avec l’autre. L’Évangile est l’Évangile ! Dieu est l’unique ! » La mondanité est « une attitude homicide. La mondanité spirituelle tue : elle tue l’âme. Elle tue les personnes. Elle tue l’Église », a insisté le pape, encourageant à demander « le courage de se dépouiller, non pas [de l’argent]… mais de l’esprit du monde, qui est la lèpre, le cancer de la société, l’ennemi de Jésus ». Le pape s’est ensuite tourné vers les personnes présentes, soutenues par Caritas, dénonçant « ce monde sauvage qui ne donne pas de travail, qui n’aide pas ». L’esprit du monde, a-t-il poursuivi, fait que « des enfants meurent de faim, que tant de familles n’ont pas à manger ». Et les personnes sont forcées à « fuir de l’esclavage, de la faim, fuir en cherchant la liberté », souvent « avec grande douleur », et trouvant « la mort », a déploré le pape en évoquant le drame du naufrage près des côtes de Lampedusa hier, 3 octobre : « aujourd’hui est un jour de larmes ».

  •   La Fée de la nébuleuse de l’Aigle 

130929Crédit: The Hubble Heritage Team, (STScI/AURA), ESA, NASA, APOD.

Les sculptures de poussière de la nébuleuse de l’Aigle s’évaporent. Tandis que le puissant rayonnement des étoiles taille à la serpe ces froides montagnes cosmiques, les sculpturaux piliers qui en réchappent évoquent irrésistiblement quelque fabuleuse créature. L’image ci-dessus nous montre un de ces spectaculaires piliers de poussière qui font tout le pittoresque de la nébuleuse de l’aigle. Ne dirait-on pas une gigantesque fée ou reine Alien surgissant de la brume ? Gigantesque à n’en pas douter, puisqu’elle mesure 10 années-lumière de haut. Et redoutable, puisqu’elle vomit des radiations plus brûlantes que le feu. On peut considérer M16, la nébuleuse de la constellation de l’Aigle dépassant le cadre de cette image, comme une gigantesque coquille de gaz et de poussières en évaporation. Au coeur de cette coquille, une cavité comprenant une extraordinaire pouponnière d’étoiles est en train de se creuser, et formera bientôt un amas ouvert d’étoiles. Les couleurs de l’image ci-dessus ont été scientifiquement recalibréées en 2005 dans le cadre des commémorations destinées à marquer les 15 ans de la mise en orbite du télescope spatial Hubble.
  • Concile Vatican II Déclaration sur les relations de l’Église avec les religions non chrétiennes « Nostra Aetate », §2-3

      L’Église catholique ne rejette rien de ce qui est vrai et saint dans [les] religions [non chrétiennes]. Elle considère avec un respect sincère ces manières d’agir et de vivre, ces règles et ces doctrines qui, tout en différant sous bien des aspects de ce qu’elle-même tient et propose, reflètent cependant souvent un rayon de la vérité qui illumine tous les hommes. Mais elle annonce sans cesse, et elle est tenue de le faire, le Christ qui est « la voie, la vérité et la vie » (Jn 14,6), en qui les hommes trouvent la plénitude de la vie religieuse et en qui Dieu s’est réconcilié toutes choses (2Co 5,18s). Elle exhorte donc ses enfants pour que, avec prudence et charité, par le dialogue et par la collaboration avec ceux qui suivent d’autres religions, et tout en témoignant de la foi et de la vie chrétiennes, ils reconnaissent, préservent et fassent progresser les biens spirituels, éthiques et socio-culturels qui se trouvent chez eux.

  • M31 et M33, promises l’une à l’autre 

130926 Image Crédit & Copyright: Rogelio Bernal Andreo (Deep Sky Colors), APOD.

Séparées par environ 14 degrés d’arc (l’équivalent de 28 pleines lunes) dans le ciel terrestre, les galaxies spirales M31, à gauche, et M33 font toutes deux parties du Groupe Local de galaxies, auquel appartient également notre propre Voie lactée. Cette mosaïque d’images à grand champ a saisi de nombreux détails des structures spirales de ces deux galaxies. Entre les deux se trouve la brillante étoile Mirach, Beta de la constellation d’Andromède. Si maintenant on considère les choses en trois dimensions, en distances réelles et plus seulement apparentes, M31, la grande galaxie d’Andromède, se trouve à quelque 2,5 millions d’années-lumière de nous tandis que M33, la galaxie du triangle, est à environ 3 millions d’années-lumière. Mirach n’est quant à elle qu’à 200 années-lumière de nous, parmi les fins nuages de poussière qui dérivent à quelques centaines d’années-lumière au-dessus du plan galactique. Même si elles semblent ici relativement éloignées, M31 et M33 sont en interaction gravitationnelle forte. Les radioastronomes ont découvert des signes d’un pont d’hydrogène neutre entre les deux galaxies, indice d’une proximité beaucoup plus grande par le passé. D’après ces mesures et d’autres, les simulations prédisent que notre propre Voie lactée, M31 et M33 passeront très près les unes des autres à l’avenir, et finiront peut-être par fusionner d’ici quelques milliards d’années.

  • HOMÉLIE DE SAINT BERNARD SUR LE PSAUME 90

Il donne mission à ses anges de nous garder sur tous nos chemins. Qu’ils rendent grâce au Seigneur de son amour, de ses merveilles pour les hommes . Qu’ils confessent et disent parmi les nations les merveilles que le Seigneur fit pour eux ! Seigneur, qu’est-ce que l’homme, que tu te sois fait connaître à lui, que tu lui ouvres ton cœur ? Tu lui ouvres ton cœur, tu le traites avec sollicitude, tu prends soin de lui. Pour finir, tu lui destines ton Fils unique, tu envoies en lui ton Esprit, et même tu lui promets de voir ton visage. Mais, pour qu’aucun être du ciel ne reste hors de cette sollicitude pour nous, tu envoies ces esprits bienheureux pour qu’ils remplissent un service à notre égard, tu les charges de veiller sur nous, tu leur commandes de se faire nos pédagogues. ~

Advertisements
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Octobre 2013: Supernova

  1. Je n ai pas vus le temps passer, merci beaucoup pour ce regale passe sur votre page.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s