Novembre 2013

  • La comète ISON avant et après
131129   Crédit: NASA, SOHO, APOD, traduction de Didier Jamet
La comète ISON est passée au plus près du Soleil hier 28 novembre 2013 à 18h45 T.U., à un peu plus d’un million de kilomètres de la surface solaire. Ces deux images de l’instrument LASCO de SOHO mises côte à côte permettent de comparer la situation d’ISON avant (à droite) et après son passage au périhélie. Le disque solaire, masqué par le dispositif occultant de SOHO, est matérialisé par le cercle blanc. On constate qu’une partie de la comète ISON a bien survécu, même si ce reliquat est beaucoup moins brillant que ne l’était la comète à l’arrivée. Le noyau, ou ce qu’il en reste, a même commencé à développer une nouvelle queue de poussière. 

  • Bienheureux John Henry Newman (1801-1890), théologien, fondateur de l’Oratoire en Angleterre « The Invisible World »

                La terre que nous voyons ne nous satisfait pas. Ce n’est qu’un commencement ; ce n’est qu’une promesse d’un au-delà ; même dans sa plus grande joie, quand elle se couvre de toutes ses fleurs, et qu’elle montre tous ses trésors cachés de la manière la plus attirante, même alors, cela ne nous suffit pas. Nous savons qu’il y a en elle beaucoup plus de choses que nous n’en voyons. Un monde de saints et d’anges, un monde glorieux, le palais de Dieu, la montagne du Seigneur Sabaoth, la Jérusalem céleste, le trône de Dieu et du Christ : toutes ces merveilles éternelles, très précieuses, mystérieuses et incompréhensibles, se cachent derrière ce que nous voyons. Ce que nous voyons n’est que l’écorce extérieure d’un royaume éternel, et c’est sur ce royaume que nous fixons les yeux de notre foi.  Montre-toi, Seigneur, comme au temps de ta Nativité, où les anges ont visité les bergers ; que ta gloire s’épanouisse comme les fleurs et le feuillage s’épanouissent sur les arbres. Par ta grande puissance, transforme le monde visible en ce monde plus divin que nous ne voyons pas encore. Que ce que nous voyons soit transformé en ce que nous croyons. Si brillants que soient le soleil, le ciel, et les nuages, si verdoyants que soient les feuilles et les champs, si doux que soit le chant des oiseaux, nous savons que tout n’est pas là, et que nous ne voulons pas prendre la partie pour le tout. Ces choses procèdent d’un centre d’amour et de bonté qui est Dieu lui-même, mais elles ne sont pas sa plénitude. Elles parlent du ciel, mais elles ne sont pas le ciel. Elles ne sont en quelque sorte que des rayons égarés, un faible reflet de son image ; elles ne sont que des miettes qui tombent de la table.

  •  Comète Ison  .

Annoncée depuis un an comme « la comète du siècle », Ison est visible à l’oeil nu depuis mi-novembre. Si elle survit à son passage près du Soleil le 28 novembre, le spectacle se prolongera jusqu’à mi-janvier. Pour la voir dans toute sa splendeur , il suffit de se munir de jumelles  . 

Comment l’observer ? En France, depuis mi-novembre, la comète Ison est visible à l’œil nu entre 5h30 et 6h30 du matin, un peu avant le lever du Soleil. Il faut alors trouver un endroit dégagé et regarder l’horizon  en direction de l’Est – Sud-Est, près de la constellation de la Vierge. Une paire de jumelles est cependant conseillée. Pendant les quelques jours qui entourent le moment où elle sera le plus près du Soleil, le 28 novembre, son observation sera difficile sans instruments spécialisés du fait de l’éclat du Soleil. Si son noyau ne se disloque pas d’ici là, elle devrait ensuite être plus brillante que jamais dès le début du mois de décembre et jusqu’à mi-janvier.

La comète Ison passe près de la Constellation de la Vierge, le 8 novembre 2013.
La comète Ison est passée près de la Constellation de la Vierge, le 8 novembre 2013. Crédit : NASA/MSFC/Aaron Kingery
La comète Ison photographiée par le télescope Hubble le 26 juillet 2013.
La comète Ison photographiée par le télescope Hubble le 26 juillet 2013. Crédit : NASA, ESA, and the Hubble Heritage Team (STScI/AURA)

Tiré de : MYTF1News  Sciences >Techniques >

  • Bienheureux Charles de Foucauld (1858-1916), ermite et missionnaire au Sahara, prière tirée de Méditations sur l’Évangile au sujet des principales vertus (1896):

       « Mon Père, je remets mon esprit entre vos mains » (Lc 23,46). C’est la dernière prière de notre Maître, de notre Bien-aimé. Puisse-t-elle être la nôtre. Et qu’elle soit non seulement celle de notre dernier instant, mais celle de tous nos instants : « Mon Père, je me remets entre vos mains ; mon Père, je me confie à vous ; mon Père, je m’abandonne à vous. Mon Père, faites de moi ce qu’il vous plaira ; quoi que vous fassiez de moi, je vous remercie ; merci de tout. Je suis prêt à tout, j’accepte tout, je vous remercie de tout, pourvu que votre volonté se fasse en moi, mon Dieu, pourvu que votre volonté se fasse en toutes vos créatures, en tous vos enfants, en tous ceux que votre cœur aime ; je ne désire rien d’autre, mon Dieu. Je remets mon âme entre vos mains, je vous la donne, mon Dieu, avec tout l’amour de mon cœur, parce que je vous aime, et que ce m’est un besoin d’amour de me donner, de me remettre en vos mains sans mesure. Je me remets entre vos mains avec une infinie confiance, car vous être mon Père. »

  • Position de la Comète Ison le 23 Novembre 2013

carte du ciel

Voici la carte du ciel du 23 novembre 2013 à 9 h 00: la comète Ison sera située exactement entre la Constellation de la Vierge et le Soleil, presque au niveau de  Mercure et Saturne (que vous ne verrez pas, bien-sur, à cause du Soleil).

(carte actuellement réglée pour Sarzay et tirée de www.Stelvision.com)

  • Pape François Audience générale du 26/06/2013

      Aujourd’hui, je voudrais brièvement évoquer une autre de ces images qui nous aident à illustrer le mystère de l’Église : celle du temple (Vatican II, LG 6)… À Jérusalem, le grand Temple de Salomon était le lieu de la rencontre avec Dieu dans la prière. À l’intérieur du Temple, il y avait l’Arche de l’alliance…, un rappel que Dieu avait toujours été à l’intérieur de l’histoire de son peuple… Nous aussi quand nous allons au temple nous devons nous rappeler cette histoire, chacun de nous notre histoire, comment Jésus m’a rencontré, comment Jésus a marché avec moi, comment Jésus m’aime et me bénit.       Voilà, ce qui était préfiguré dans l’antique Temple est réalisé, par la puissance du Saint Esprit, dans l’Église : l’Église est la « maison de Dieu », le lieu de sa présence, où nous pouvons trouver et rencontrer le Seigneur ; l’Église est le Temple où habite le Saint Esprit qui l’anime, la guide et la soutient. Si nous nous demandons : où pouvons-nous rencontrer Dieu ? Où pouvons-nous entrer en communion avec lui à travers le Christ ? Où pouvons-nous trouver la lumière du Saint Esprit qui éclaire notre vie ? La réponse est : dans le peuple de Dieu, parmi nous, qui sommes Église…       Et c’est le Saint Esprit, avec ses dons, qui dessine la diversité. Cela est important : que fait le Saint Esprit parmi nous ? Il dessine la diversité qui est la richesse dans l’Église et qui unit tout et tous, de manière à constituer un temple spirituel, dans lequel nous n’offrons pas des sacrifices matériels, mais nous-mêmes, notre vie (1P 2,4-5). L’Église n’est pas un mélange de choses et d’intérêts, mais elle est le Temple du Saint Esprit, le Temple dans lequel Dieu œuvre, le Temple dont chacun de nous, à travers le don du baptême, est une pierre vivante… Nous sommes tous nécessaires pour construire ce Temple ! Personne n’a un rôle de second plan. Personne n’est le plus important dans l’Église, nous sommes tous égaux aux yeux de Dieu. L’un d’entre vous pourrait dire : « Écoutez, Monsieur le Pape, vous n’êtes pas égal à nous. » Mais si, je suis comme chacun de vous, nous sommes tous égaux, nous sommes frères ! Personne n’est anonyme.

  • Eclipse du Soleil le 3 novembre 2013 à Port-Gentil

L’éclipse du Soleil sera  totale  à Port-Gentil (Gabon). A son maximum le 3 Novembre à 14h50, heure locale, le soleil sera masqué à 98%. L’éclipse débutera à 13h12, et se finira à 16h14; l’éclipse est nommée « hybride » car elle commence comme une éclipse annulaire et se poursuit en éclipse totale.

 

An animation of the path of the November 3rd hybrid solar eclipse. (Credit: NASA/Goddard Space Flight Center). Credit image de NASA/Goddard Space Flight Center.

Les charismes particuliers sont donnés par l’Esprit-Saint « pour servir aux autres… pour être utiles au peuple de Dieu », déclare le pape François ce 6 novembre 2013, lors de l’audience générale place Saint-Pierre. Après avoir médité sur la communion des saints la semaine dernière, le pape a centré la catéchèse de de ce mercredi matin sur « la communion aux biens spirituels » que sont « les sacrements, les charismes et la charité ». Les charismes, a expliqué le pape, « sont les cadeaux que donne l’Esprit-Saint », « non pas pour être cachés mais pour servir aux autres… pour être utiles au peuple de Dieu ». Ils sont « des grâces particulières, données à certains pour faire du bien à beaucoup d’autres ». « Ce sont des attitudes, des inspirations et des motions intérieures qui naissent de la conscience et de l’expérience de personnes précises, appelées à les mettre au service de la communauté », a ajouté le pape, qui a fait de ce service un critère de discernement : « si un charisme sert à s’affirmer soi-même, on peut douter qu’il s’agisse d’un charisme authentique ou qu’il soit vécu fidèlement »

  •  Le spectre éclair du Soleil au Gabon

131115Image Crédit & Copyright: Constantine Emmanouilidi, APOD, traduction : Didier Jamet 

 En un instant, au tout début de la brève phase de totalité de l’éclipse du 3 novembre dernier, le spectre visible du Soleil est passé de l’absorption à l’émission. Cet instant fugace a été saisi ici à la fois par un téléobjectif et un réseau de diffraction depuis le Gabon, en Afrique équatoriale. Avec la lumière aveuglante du Soleil bloquée par la silhouette lunaire, le spectre solaire d’absorption de la photosphère, normalement prépondérant, est lui aussi bloqué. Ce qui reste, étalé par le réseau de diffraction sur la droite du Soleil éclipsé, sont les images individuelles de l’éclipse à chaque longueur d’onde émise par les atomes de la chromosphère. Les images les plus brillantes, qui correspondent aux lignes d’émission chromosphérique les plus fortes, sont dues à l’hydrogène qui produit l’émission en H-alpha (à droite) et l’émission beta bleue (à gauche). Entre les deux, l’émission jaune est due à l’hélium, un élément initialement découvert dans le spectre du Soleil.
 
  • Siméon le Nouveau Théologien (v. 949-1022), moine grec, tiré de Éthique 5

      Tu as appris, mon ami, que le Royaume des cieux est au-dedans de toi, si tu le veux, et que tous les biens éternels sont dans tes mains. Hâte-toi donc de voir, de saisir et d’obtenir en toi ces biens tenus en réserve pour toi… Crie vers Dieu ; prosterne-toi.       Comme l’aveugle autrefois, dis maintenant toi aussi : « Aie pitié de moi, Fils de Dieu, et ouvre les yeux de mon âme, afin que je voie la Lumière du monde que tu es, toi mon Dieu, et que je devienne moi aussi enfant de cette lumière divine. Toi qui es bon et généreux, envoie l’Esprit Saint, le Consolateur, sur moi aussi afin qu’il m’enseigne tout ce qui te concerne, tout ce qui est à toi, Dieu de l’univers. Demeure en moi aussi, comme tu l’as dit, afin que je devienne à mon tour digne de demeurer en toi. Donne-moi de savoir entrer en toi et de savoir que je te possède en moi. Toi qui es invisible, daigne prendre forme en moi, afin qu’en voyant ta beauté inaccessible, je porte ton image, toi qui es aux cieux, et que j’oublie toutes les choses visibles. Donne-moi la gloire que le Père t’a donnée, toi le miséricordieux, afin que, semblable à toi comme tous tes serviteurs, je partage ta vie divine selon la grâce et que je sois avec toi continuellement, maintenant et toujours et pour les siècles sans fin ».

  • L’amas globulaire M15 vu par Hubble

131119Image Crédit: ESA, Hubble, NASA, APOD, traduction:  Laurent Laveder

À la manière d’un essaim d’abeilles, les étoiles s’agglutinent autour du centre du brillant amas globulaire M15. Cette ruche de plus de 100 000 étoiles est une relique de la jeunesse de notre Galaxie, et continue depuis à tourner autour du centre de la Voie Lactée. M 15, un des quelque 170 amas globulaires restant, est facilement visible avec de simples jumelles. Son centre a la plus forte densité en étoiles connue et se caractérise par une grande abondance en étoiles variables et en pulsars. L’image ci-dessus, prise par le télescope spatial Hubble, couvre environ 120 années-lumière et montre l’accroissement graduel du nombre d’étoiles en direction du centre de l’amas. M 15 est situé à environ 35 000 années-lumière en direction de la constellation de Pégase.

 
  • Sainte Catherine de Sienne (1347-1380), tertiaire dominicaine, docteur de l’Église, copatronne de l’Europe

Lorsque le cœur est bas et petit, il faut faire comme Zachée, qui n’était pas grand, et qui est monté sur un arbre pour voir Dieu. Son zèle lui a mérité d’entendre cette douce parole : « Zachée, va à ta maison, car aujourd’hui il faut que je mange avec toi. » Nous devons faire ainsi lorsque nous sommes bas, lorsque nous avons le cœur étroit et peu de charité : il faut monter sur l’arbre de la très sainte croix, et là nous verrons, nous toucherons Dieu. Là nous trouverons le feu de sa charité inexprimable, l’amour qui l’a poussé jusqu’à la honte de la croix, qui l’a exalté, et lui a fait désirer avec l’ardeur de la faim et de la soif l’honneur de son Père et notre salut… Si nous le voulons, si notre négligence n’y met pas d’obstacle, nous pourrons, en montant sur l’arbre de la croix, accomplir en nous cette parole, sortie de la bouche de la Vérité : « Quand je serai élevé de terre, j’attirerai tout à moi » (Jn 12,32). En effet, lorsque l’âme s’élève ainsi, elle voit les bienfaits de la bonté et de la puissance du Père…, elle voit la clémence et l’abondance de l’Esprit Saint, c’est-à-dire cet amour inexprimable qui tient Jésus attaché sur le bois de la croix. Les clous et les liens ne pouvaient pas l’y retenir ; il n’y avait que la charité… Montez sur cet arbre très saint, où sont les fruits mûrs de toutes les vertus que porte le corps du Fils de Dieu ; courez avec ardeur. Demeurez dans le saint et doux amour de Dieu. Doux Jésus, Jésus amour.

  • HOMÉLIE DE SAINT ANDRÉ DE CRÈTE
  Disons au Christ, nous aussi : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur, le roi d’Israël . Adressons-lui, en guise de palmes, les paroles d’adieu destinées à la croix. Célébrons-le, non pas avec des rameaux d’olivier, mais avec les triomphes de nos pardons réciproques. Étendons à ses pieds, comme des vêtements, les désirs de notre cœur, afin qu’il fasse en nous son entrée, qu’il soit totalement en nous, qu’il nous établisse tout entiers en lui, et lui tout entier en nous. Disons à Sion cette parole du prophète : Confiance, fille de Sion, n’aie aucune crainte. Voici son roi qui vient vers toi, humble et monté sur un âne, un âne tout jeune. Il vient, celui qui est partout présent et qui remplit toute chose, afin d’accomplir en toi le salut de tous. Il vient, celui qui n’est pas venu appeler les justes, mais les pécheurs à la conversion , afin de retirer du péché ceux qui se sont égarés. N’aie donc aucune crainte : Dieu est au milieu de toi, tu ne seras pas ébranlée. Accueille en élevant les mains celui qui, sur ses mains, a gravé le plan de tes remparts. Accueille celui qui a établi tes fondations sur les paumes de ses mains. Accueille celui qui a pris sur lui tout ce qui est à nous, à l’exception du péché, afin d’absorber en lui tout ce qui est à nous….Nous t’acclamons à la manière d’Isaïe, le prophète retentissant: elle est venue, ta lumière, et la gloire du Seigneur s’est levée sur toi ! Quelle est cette lumière ? Celui qui éclaire tout homme venant en ce monde . Lumière éternelle, lumière hors du temps qui se montre dans le temps, lumière manifestée dans la chair et cachée par nature ; lumière qui a enveloppé les bergers et guidé les mages. Lumière qui était dans le monde au commencement, par qui le monde a été fait, mais que le monde n’a pas connue . Lumière qui est venue chez les siens, mais que les siens n’ont pas reçue. « La gloire du Seigneur s’est levée sur toi » . Quelle est cette gloire ? Eh bien, c’est la croix, sur laquelle le Christ a été glorifié. C’est la lumière éclatante de la gloire du Père , comme lui-même l’a dit, la veille de sa passion : Maintenant le Fils de l’homme vient d’être glorifié, et Dieu a été glorifié en lui ; et bientôt il le glorifiera .  Ce qu’il appelle alors sa gloire, c’est son élévation sur la croix. Car la croix du Christ est sa gloire et son élévation. Il a dit en effet : Moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes.

  • Kepler 78b, planète de taille terrestre 

131105 Illustration Crédit: David A. Aguilar  (CfA), APOD, traduction de Didier Jamet 

   D’une taille semblable à la Terre, l’exo planète Kepler-78b est 40 fois plus proche de son étoile que Mercure ne l’est du Soleil. Aussi près d’une étoile, même la plus dure des roches est liquéfiée sous l’effet de la chaleur. Les modèles de formation planétaire indiquent qu’aucune planète ne peut se former à aussi grande proximité d’une étoile (elle s’est donc formée plus loin avant de migrer vers son étoile), et les modèles d’évolution planétaire indiquent quant à eux que le demi grand axe de l’orbite de Kepler 78b devrait se raccourcir encore, condamnant la planète à fusionner à terme avec son soleil. Kepler 78b, présentée ici en comparaison avec la Terre, a été découverte par la méthode des transits avec le télescope spatial Kepler et confirmée par Harps Nord, un spectrographe placé au foyer du Telescopio Nazionale Galileo de 3,6m installé aux Îles Canaries
 
  • TRAITE DE SAINT FULGENCE DE RUSPE SUR LE PARDON DES PÉCHÉS

« Heureux ceux qui ont part à la première résurrection… »  Instantanément, en un clin d’œil, quand retentira le signal au dernier jour, car il retentira, les morts ressusciteront, impérissables, et nous serons transformés . En disant « nous », saint Paul montre qu’il est uni à ceux qui recevront le don de la transformation future, et qui sont ses compagnons dans la communion de l’Église et dans une vie droite. Il suggère la nature de cette transformation quand il dit : Car il faut que ce qui est périssable en nous devienne impérissable, il faut que ce qui est mortel revête l’immortalité. Pour que de tels hommes reçoivent alors cette transformation en juste récompense, il faut qu’elle soit précédée maintenant par la transformation qui vient de l’abondance de la grâce. ~ Ceux qui, dans la vie présente, se seront transformés en passant du mal au bien ont la promesse de cette récompense que sera la transformation future. ~ En eux, c’est donc la grâce qui agit, afin que la justification, par laquelle nous ressuscitons spirituellement, commence la transformation du don divin ; et ensuite, à la résurrection du corps qui achève la transformation des hommes justifiés, la glorification demeurera parfaite sans subir de transformation. La grâce de la justification d’abord, et ensuite celle de la glorification les transforme de telle sorte que la glorification demeure en eux immuable et éternelle. En effet, ils sont transformés ici-bas par la première résurrection, celle qui les éclaire pour qu’ils se convertissent. Par elle, ils passent de la mort à la vie, du péché à la justice, de l’incroyance à la foi, d’une conduite mauvaise à une vie sainte. C’est pourquoi la seconde mort est sans pouvoir sur eux. L’Apocalypse dit à leur sujet : Heureux ceux qui ont part à la première résurrection : la seconde mort est sans pouvoir sur eux . Et l’on dit encore dans le même livre : Le vainqueur ne souffrira aucunement de la seconde mort . De même que la première résurrection consiste dans la conversion du cœur, ainsi la seconde mort, dans le supplice éternel. Aussi chacun doit se hâter de participer à la première résurrection, s’il ne veut pas être condamné au châtiment de la seconde mort. Ceux qui, transformés en cette vie par la crainte de Dieu, passent d’une vie mauvaise à une vie bonne, passent de la mort à la vie ; et ensuite, leur vie d’abjection sera transformée en gloire

  • La comète ISON s’active 

131116Image Crédit & Copyright: Babak Tafreshi (TWAN), APOD, traduction  : Didier Jamet 

Plongeant vers le Soleil et ne se levant qu’un peu avant l’aube, la comète ISON s’éveille enfin. De nombreux témoignages à travers le monde signalent qu’elle a brutalement gagné en éclat, franchissant allègrement la limite de visibilité à l’œil nu et développant sur 2° une queue aux motifs complexes. Le passage du positif au négatif de cette image prise au matin du 15 novembre dans le sud du Kenya permet de mettre en évidence les détails de la queue, en particulier ces étonnants filaments nettement séparés. Nous rendant visite pour la toute première fois, il est très difficile de dire si ISON survivra à son survol du Soleil en rase-mottes fin novembre, ou se désintégrera comme Linear en son temps. 

  • Homélie du pape François le 3 Novembre

…..Nous avons écouté les paroles de saint Paul : « Oui, j’en ai l’assurance, ni mort ni vie, ni anges ni principautés, ni présent ni avenir, ni puissances, ni hauteur ni profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté dans le Christ Jésus notre Seigneur » (Rm 8,38-39). L’apôtre présente l’amour de Dieu comme le motif le plus profond, invincible, de la confiance et de l’espérance chrétiennes. Il énumère les forces contraires et mystérieuses qui peuvent menacer le chemin de la foi. Mais il affirme aussitôt avec assurance que même si toute notre existence est entourée de menaces, rien ne pourra jamais nous séparer de l’amour que le Christ lui-même a mérité pour nous, en se donnant totalement. Même les puissances démoniaques, hostiles à l’homme, s’arrêtent, impuissantes, devant l’union d’amour intime entre Jésus et celui qui l’accueille avec foi. Cette réalité de l’amour fidèle, que Dieu a pour chacun de nous, nous aide à affronter avec sérénité et force notre chemin de chaque jour, qui est parfois rapide, et parfois au contraire lent et fatigant. Seul le péché de l’homme peut interrompre ce lien ; mais dans ce cas aussi, Dieu cherchera toujours celui-ci, le recherchera pour établir avec lui une union qui subsiste jusqu’après la mort, une union qui atteint même son sommet dans la rencontre finale avec le Père. Cette certitude confère un sens nouveau et plénier à la vie terrestre et nous ouvre à l’espérance de la vie au-delà de la mort.

  • Eclipse sur New York

131104Image Crédit & Copyright: Chris Cook, APOD, traduction:  Didier Jamet 

Un lever de Soleil sur New York et l’Empire State Building ressemble rarement à cela. Hier, le Soleil s’est levé partiellement éclipsé sur une bonne partie des Amériques. Dans le même temps, l’essentiel de l’Afrique a pu voir l’éclipse du début jusqu’à la fin. Cette éclipse était particulière car elle était hybride, annulaire au début puis totale. Les changements de taille apparente de la Lune vue depuis la Terre sont dus à la fois à la rotondité de la Terre et au caractère assez fortement elliptique de l’orbite lunaire. La prochaine éclipse visible depuis New York aura lieu au coucher du Soleil du 23 octobre 2014. 

 
 
  • HOMÉLIE DE S. BERNARD POUR LA TOUSSAINT

  Pourquoi notre louange à l’égard des saints, pourquoi notre chant à leur gloire, pourquoi cette fête même que nous célébrons ? Que leur font ces honneurs terrestres, alors que le Père du ciel, en réalisant la promesse du Fils, les honore lui-même ? De nos honneurs les saints n’ont pas besoin, et rien dans notre culte ne peut leur être utile. De fait, si nous vénérons leur mémoire, c’est pour nous que cela importe, non pour eux. ~ Pour ma part, je l’avoue, je sens que leur souvenir allume en moi un violent désir. ~ Le premier désir, en effet, que la mémoire des saints éveille, ou plus encore stimule en nous, le voici : nous réjouir dans leur communion tellement désirable et obtenir d’être concitoyens et compagnons des esprits bienheureux, d’être mêlés à l’assemblée des patriarches, à la troupe des prophètes, au groupe des Apôtres, à la foule immense des martyrs, à la communauté des confesseurs ; au chœur des vierges, bref d’être associés à la joie et à la communion de tous les saints. Cette Église des premiers-nés nous attend, et nous n’en aurions cure ! Les saints nous désirent et nous n’en ferions aucun cas ! Les justes nous espèrent et nous nous déroberions ! Réveillons-nous enfin, frères ; ressuscitons avec le Christ, cherchons les réalités d’en haut ; ces réalités, savourons-les. Désirons ceux qui nous désirent, courons vers ceux qui nous attendent, et puisqu’ils comptent sur nous, accourons avec nos désirs spirituels. ~ Ce qu’il nous faut souhaiter, ce n’est pas seulement la compagnie des saints, mais leur bonheur, si bien qu’en désirant leur présence, nous ayons l’ambition aussi de partager leur gloire, avec toute l’ardeur et les efforts que cela suppose. Car cette ambition-là n’a rien de mauvais : nul danger à se passionner pour une telle gloire. ~ Et voici le second désir dont la commémoration des saints nous embrase : voir, comme eux, le Christ nous apparaître, lui qui est notre vie, et paraître, nous aussi, avec lui dans la gloire. Jusque là, il ne se présente pas à nous comme il est en lui-même, mais tel qu’il s’est fait pour nous : notre Tête, non pas couronnée de gloire, mais ceinte par les épines de nos péchés. ~ Il serait honteux que, sous cette tête couronnée d’épines, un membre choisisse une vie facile, car toute la pourpre qui le couvre doit être encore non pas tant celle de l’honneur que celle de la dérision. Viendra le jour de l’avènement du Christ : alors on n’annoncera plus sa mort de manière à nous faire savoir que nous aussi sommes morts et que notre vie est cachée avec lui. La Tête apparaîtra dans la gloire, et avec elle les membres resplendiront de gloire, lorsque le Christ restaurera notre corps d’humilité pour le configurer à la gloire de la Tête, puisque c’est lui la Tête. Cette gloire, il nous faut la convoiter d’une absolue et ferme ambition. ~ Et vraiment, pour qu’il nous soit permis de l’espérer, et d’aspirer à un tel bonheur, il nous faut rechercher aussi, avec le plus grand soin, l’aide et la prière des saints, afin que leur intercession nous obtienne ce qui demeure hors de nos propres possibilités.

  1. Ecoutez ce beau témoignage: http://www.ktotv.com/videos-chretiennes/emissions/nouveautes/un-coeur-qui-ecoute-soeur-marie-stella/00080199

  • Triple transit sur Jupiter

131102 Image Crédit & Copyright: Leo Aerts, APOD, traduction: Didier Jamet

 Même pour une planète géante entourée de lunes comme Jupiter, un triple transit visible depuis la Terre tel que celui immortalisé le 12 octobre dernier à 05h28 Temps Universel depuis la Belgique reste un événement relativement rare. Les trois lunes dont l’ombre vient glisser sur le sommet des nuages de Jupiter sont Callisto (à l’extrême gauche), Io (la plus proche de Jupiter) et Europe. Au niveau des ombres, celle de Callisto est la plus étirée, au sud-est de Jupiter, et celle de Io est en haut et à droite de la grande tache rouge. Vus depuis Jupiter, ces transits ne sont ni plus ni moins que des éclipse
  • HOMÉLIE DE SAINT AMBROISE POUR LA TOUSSAINT

Nous voyons que la mort est un avantage, et la vie un tourment, si bien que Paul a pu dire : Pour moi, vivre c’est le Christ, et mourir est un avantage . Qu’est-ce que le Christ ? Rien d’autre que la mort du corps, et l’esprit qui donne la vie. Aussi mourons avec lui pour vivre avec lui. Nous devons chaque jour nous habituer et nous affectionner à la mort afin que notre âme apprenne, par cette séparation, à se détacher des désirs matériels. Notre âme établie dans les hauteurs, où les sensualités terrestres ne peuvent accéder pour l’engluer, accueillera l’image de la mort pour ne pas encourir le châtiment de la mort. En effet la loi de la chair est en lutte contre la loi de l’âme et cherche à l’entraîner dans l’erreur. ~ Mais quel est le remède ? Qui me délivrera de ce corps de mort ? — La grâce de Dieu, par Jésus Christ, notre Seigneur. Nous avons le médecin, adoptons le remède. Notre remède, c’est la grâce du Christ, et le corps de mort , c’est notre corps. Alors, soyons étrangers au corps pour ne pas être étrangers au Christ. Si nous sommes dans le corps, ne suivons pas ce qui vient du corps ; n’abandonnons pas les droits de la nature, mais préférons les dons de la grâce. Qu’ajouter à cela ? Le monde a été racheté par la mort d’un seul. Car le Christ aurait pu ne pas mourir, s’il l’avait voulu. Mais il n’a pas jugé qu’il fallait fuir la mort comme inutile, car il ne pouvait mieux nous sauver que par sa mort. C’est pourquoi sa mort donne la vie à tous. Nous portons la marque de sa mort, nous annonçons sa mort par notre prière, nous proclamons sa mort par notre sacrifice. Sa mort est une victoire, sa mort est un mystère, le monde célèbre sa mort chaque année. Que dire encore de cette mort, puisque l’exemple d’un Dieu nous prouve que la mort seule a recherché l’immortalité et que la mort s’est rachetée elle-même ? II ne faut pas s’attrister de la mort, puisqu’elle produit le salut de tous, il ne faut pas fuir la mort que le Fils de Dieu n’a pas dédaignée et n’a pas voulu fuir. ~ La mort n’était pas naturelle, mais elle l’est devenue ; car, au commencement, Dieu n’a pas créé la mort : il nous l’a donnée comme un remède. ~ L’homme, condamné pour sa désobéissance à un travail continuel et à une désolation insupportable, menait une vie devenue misérable. Il fallait mettre fin à ses malheurs, pour que la mort lui rende ce que sa vie avait perdu. L’immortalité serait un fardeau plutôt qu’un profit, sans le souffle de la grâce. ~ L’âme a donc le pouvoir de quitter le labyrinthe de cette vie et la fange de ce corps, et de tendre vers l’assemblée du ciel, bien qu’il soit réservé aux saints d’y parvenir ; elle peut chanter la louange de Dieu dont le texte prophétique nous apprend qu’elle est chantée par des musiciens : Grandes et merveilleuses sont tes œuvres. Seigneur, Dieu tout-puissant : justes et véritables sont tes chemins. Roi des nations. Qui ne te craindrait, Seigneur, et ne glorifierait ton nom ? Car toi seul es saint. Toutes les nations viendront se prosterner devant toi . Et l’âme peut voir tes noces, Jésus, où ton épouse est conduite de la terre jusqu’aux cieux, sous les acclamations joyeuses de tous — car vers toi vient toute chair  — ton épouse qui n’est plus exposée aux dangers du monde, mais unie à ton Esprit. ~ C’est ce que le saint roi David a souhaité, plus que toute autre chose, pour lui-même, c’est ce qu’il a voulu voir et contempler : La seule chose que je demande au Seigneur, la seule que je cherche, c’est d’habiter la maison du Seigneur tous les jours de ma vie, et de découvrir la douceur du Seigneur.

  • Créatures de lumière sur la Norvège

131106 Image Crédit & Copyright: Ole C. Salomonsen (Arctic Light Photo) , APOD, traduction: Didier Jamet

 S’il est difficile de dire quelles créatures notre imagination peut voir dans ces volutes de lumière ( mais vous pouvez toujours faire des propositions),on sait en revanche très bien ce qui a provoqué leur apparition : un des meilleurs épisodes d’activité aurorale de ces derniers temps. Cette spectaculaire aurore présentait un rare niveau de détails. Les couleurs aurorales vertes et violettes sont dues à l’excitation des atomes d’oxygène et d’hydrogène de la haute atmosphère sous l’effet de l’arrivée brutale d’un flux d’électrons. Les bouleaux décharnés de Tromsø, en Norvège, installent au premier plan une ambiance des plus appropriées. Bien d’autres aurores ont pu être photographiées récemment grâce à une série d’éruptions solaires rapprochées

 
 
  •  Pape François Audience générale 29/05/2013

      Aujourd’hui, je voudrais commencer une série de catéchèses sur le mystère de l’Église, mystère que nous vivons tous et dont nous faisons partie. Je voudrais le faire avec des expressions qui sont bien présentes dans les textes du Concile œcuménique Vatican II. La première catéchèse aujourd’hui : l’Église comme famille de Dieu… Le terme « Église » lui-même, du grec ekklesia, signifie « convocation » : Dieu nous convoque, nous pousse à sortir de notre individualisme, de notre tendance à nous renfermer sur nous-mêmes et nous appelle à faire partie de sa famille….       Aujourd’hui encore, certains disent : « Le Christ, oui, l’Église, non. » Comme ceux qui disent : « Je crois en Dieu, mais pas dans les prêtres. » Mais c’est précisément l’Église qui nous donne le Christ et qui nous conduit à Dieu ; l’Église est la grande famille des enfants de Dieu. Certes, elle a aussi des aspects humains ; dans ceux qui la composent, pasteurs et fidèles, il y a des défauts, des imperfections, des péchés ; le Pape aussi en a et il en a beaucoup, mais ce qui est beau, c’est que quand nous nous rendons compte que nous sommes pécheurs, nous trouvons la miséricorde de Dieu, qui pardonne toujours. N’oubliez pas cela : Dieu pardonne toujours et il nous accueille dans son amour de pardon et de miséricorde. Certains disent que le péché est une offense à Dieu, mais aussi une occasion d’humiliation pour se rendre compte qu’il y a autre chose de plus beau : la miséricorde de Dieu.  © copyright Libreria Editrice Vaticana)

Advertisements
Image | Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s