Janvier 2014

 

  • Le Sextet de Seyfert

131210 Image Crédit: Hubble Legacy Archive, NASA, ESA;   Traitement:   Judy Schmidt, APOD, traduction Didier Jamet.

Connu sous le nom de Sextet de Seyfert, cet étonnant groupe de galaxies est situé dans la tête de la constellation fragmentée du Serpent. Cependant, le Sextet ne contient en réalité que 4 galaxies en interaction. Près du centre de cette image du télescope spatial Hubble, la petite galaxie spirale vue de face est située en réalité à l’arrière-plan et n’est là que par hasard, alignée avec le groupe principal. De même, la grosse condensation en haut à gauche n’est probablement pas une galaxie séparée, mais une queue gravitationnelle d’étoiles projetées par les interactions gravitationnelles des galaxies. A environ 190 millions d’années-lumière de la Terre, les galaxies en interaction sont étroitement rapprochées dans une région d’environ 100 000 années-lumière, comparable à la taille de notre propre Voie Lactée, faisant du Sextet un des groupes de galaxies les plus denses connus. Lié par la gravité, le groupe pourrait fusionner en une seule vaste galaxie au cours des prochains milliards d’années .

  • CENTURIES DE SAINT MAXIME LE CONFESSEUR SUR LA CHARITÉ

La naissance dans la chair du Verbe de Dieu n’a eu lieu qu’une seule fois ; mais sa naissance selon l’esprit se produit sans cesse, ainsi qu’il le désire, chez ceux qui eux aussi le désirent, à cause de sa bonté envers les hommes. Il devient un enfant, qui s’adapte à leurs capacités, et il se manifeste dans la mesure où celui qui le reçoit est capable de lui faire place. C’est sans aucune amertume qu’il réduit l’apparence de sa véritable grandeur : il se conforme à la mesure dont ceux qui désirent le voir sont capables. Ainsi le Verbe de Dieu se manifeste toujours de façon adaptée à ceux qui participent à lui, mais il demeure toujours invisible à tous, parce que son mystère est au-delà de tout. C’est pourquoi le divin Apôtre parle avec sagesse lorsqu’il dit, en considérant la force du mystère : Jésus Christ est le même, hier et aujourd’hui ; il le sera pour l’éternité. Il veut dire que son mystère est toujours nouveau ; il ne vieillit jamais parce qu’il ne peut être embrassé par aucun esprit.
Le Christ Dieu, lorsqu’il naît, se fait homme en prenant une chair dotée d’une âme raisonnable. Lui qui avait accordé aux êtres créés de tirer leur être du néant, lorsqu’une Vierge l’a mis au monde d’une façon prodigieuse, il n’a aucunement détruit la preuve de sa virginité. ~

  • La Croix du Nord au Sud
140127
 Image Crédit & Copyright: Nicholas Buer, APOD, traduction  Didier Jamet

  Il y a un chemin qui relie la Croix du Nord à celle du Sud. Mais pour le suivre, il faut se trouver au bon endroit au bon moment. Ce chemin, c’est celui tracé dans le ciel par le plan de notre galaxie, la Voie lactée. Le bon endroit, c’est en l’occurrence la lagune Cejar, dans le salar d’Atacama, au Nord du Chili. Et le bon moment était début octobre, juste après le coucher du Soleil. De nombreuses splendeurs célestes se révèlent alors, dont la Lune sous l’arche de la Voie lactée, Vénus, juste au-dessus de la Lune, Saturne et Mercure, juste en dessous de la Lune, les Petit et Grand Nuages de Magellan sur la gauche, la lueur rougeâtre du ciel nocturne toujours sur la gauche, et les lumières de petites villes ponctuant l’horizon. Contrairement à ce que sa vue nous inspire, ce panorama de 30 images n’a pas été réalisé dans une ambiance empreinte de sérénité, l’auteur semblant n’avoir guère apprécié le braiement incessant d’ânes sauvages des environs. 

 

Preuves de l’existence de Dieu (vidéos)

http://www.archangededieu.org/dieu-existe-preuves/preuves   –  more

Vidéos démontrant l’existence de Dieu. … Preuves de l’existence de Dieu. … Démonstration de l’existence de Dieu dans un cours de philosophie à des …

 

 

  • Le Kerygme

A la démonstration précédente, il serait bon d’ajouter   » le Kérygme « : à savoir que Dieu  a crée l’univers par amour pour l’homme, qu’Il a crée l’homme à son image, c’est à dire  » libre » ( Il ne nous oblige pas de Lui obéir, mais Il  dit que c’est le seul moyen d’avoir la Vie et la Paix ), qu’Il nous a sauvé de la mort ( où nous étions à cause du péché dû à notre désobéissance ), en nous envoyant Son fils Jésus Christ  que nous avons crucifié, mais Dieu, par amour pour nous, L’a ressuscité; Jésus Christ nous a alors ressuscité nous aussi,  en nous donnant Sa lumière, Sa force pour combattre le démon de la désobéissance et Sa paix, grâce à Son Esprit Saint ( Christ qui vit en nous), si nous acceptons de Le suivre, c’est à dire, de faire Sa volonté qui est d’ écouter et d’obéir à l’enseignement de l’Eglise ( Le Seigneur le désire pour notre bonheur) : car on peut ainsi  gouter  sur la terre,  la paix, la joie et l’amour du Christ, malgré les souffrances que  nous subissons tous afin de participer à la croix du Christ !  On goutera vraiment et complétement à cette paix et à ce bonheur, de manière éternelle, à la fin de notre vie terrestre, quand nous vivrons en « Esprit » au milieu de la gloire de Dieu et de tous les saints du ciel….  ( cf. Kiko Arguéllo dans son livre : « Le kérygme , dans les baraques avec les pauvres ».

10 février 2014 (Zenit.org)

  « Dieu, principe et fin de toutes choses, peut être connu d’une manière certaine, par la lumière naturelle de la raison humaine, à partir des êtres créés… » (Constitution dogmatique de la foi catholique, chapitre II. Vatican I, cession du 24 avril 1870.) Chaque fois que des théologiens ont essayé de discréditer la raison et l’intelligence humaine en prétendant que le péché originel avait détruit cette faculté chez les fils d’Adam, l’Eglise de Rome a refusé de laisser propager de telles négations. Elle a, au contraire, saisi l’occasion pour réaffirmer avec force la dignité de la raison humaine, capable de trouver Dieu en étudiant la création. C’est précisément cette démarche que nous choisissons avec cette enquête, à la recherche, non pas de preuves, mais d’indices pensables*, des indices qui permettent de penser car ils sont vérifiables. Mais entendons-nous bien, les auteurs bibliques n’ont, en aucun cas cherché à rédiger un traité scientifique, le mot n’existait pas et le concept de science non plus. Néanmoins, ils ont posé des affirmations qui sont devenus vérifiables par les sciences. Ils ont donné leur point de vue sur certains sujets de la vie quotidienne comme le Soleil, le monde qui nous entoure, etc. Toutes les cultures en ont fait autant, posant  les affirmations qu’elles souhaitaient sur ces sujets. Or, la grande nouveauté, c’est que bon nombre de ces affirmations sont devenues désormais vérifiables par l’outil scientifique. Ce qui est relativement récent et qui constitue une véritable révolution pour la pensée : pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, les progrès de la connaissance mettent fin à des vieux débats comme : le Soleil a-t-il eu un commencement ou pas ? Aura-t-il une fin ou pas ? La planète Terre est-elle éternelle ou pas ?  La matière est-elle éternelle dans le passé ? Dans l’avenir ? Les atomes sont-ils capables de s’organiser tout seuls pour créer des structures hautement improbables comme un brin d’herbe, une coccinelle, un goéland, un être humain ? Il y a un siècle, il était impossible et impensable de répondre à ce genre de questions. Faute de réponse, chacun exprimait donc  sa préférence dans le tiroir des opinions et des croyances, mais rien ne permettait de dire qui avait raison et qui se trompait.  Ce n’est plus le cas.  Par exemple, la croyance en la génération spontanée était encore possible jusqu’en  1861, quand Louis Pasteur a réussi a réfuter cette fausse croyance à laquelle adhéraient pourtant de nombreux scientifiques comme le fameux médecin Pouchet qui tentait de la défendre lors d’une fameuse controverse organisée par l’Académie des sciences. Depuis l’Antiquité, les apparences semblaient donner raison à tous ceux qui croyaient la matière inerte capable d’engendrer de la vie dans certaines conditions. Avant d’embarquer des sacs de farine sur des navires, on vérifiait que le contenu était impeccable, et on refermait chaque sac hermétiquement. Mais au bout de 3 mois de traversée, quand on ouvrait le sac de bonne farine… Des bestioles en sortaient ! Des bestioles bien vivantes… Le médecin du bord expliquait alors à l’équipage que ces bestioles étaient nées DE la farine qui elle, n’est pas vivante. La matière inerte, morte, comme la farine, pouvait donner naissance, sans parent, à des êtres vivants comme ces bestioles. Ou, ailleurs, le rocher (mort) donnait naissance à des lichens, (vivants). On y croyait d’autant plus facilement que cette mythologie  venait des philosophes grecs réputés pour leur sérieux et leur rationalité. « La vie est une propriété de la matière, elle est éternelle et se manifeste dès que les conditions sont propices ». On retrouve cette idée dans les écrits de Thalès, Démocrite, Epicure, Lucrèce et même dans ceux du grand Platon……


  • Livre de la Sagesse (Sg 9)
1Dieu de mes pères et Seigneur de tendresse, par ta parole tu fis l’univers, 2tu formas l’homme par ta Sagesse pour qu’il domine sur tes créatures, 3qu’il gouverne le monde avec justice et sainteté, qu’il rende, avec droiture, ses jugements. 4Donne-moi la Sagesse, assise près de toi.
Ne me retranche pas du nombre de tes fils : 5je suis ton serviteur, le fils de ta servante, un homme frêle et qui dure peu, trop faible pour comprendre les préceptes et les lois. 6Le plus accompli des enfants des hommes, * s’il lui manque la Sagesse que tu donnes, sera compté pour rien.
9Or la Sagesse est avec toi, elle qui sait tes oeuvres ; elle était là quand tu fis l’univers, * elle connaît ce qui plaît à tes yeux, ce qui est conforme à tes décrets.
10Des cieux très saints, daigne l’envoyer, fais-la descendre du trône de ta gloire. Qu’elle travaille à mes côtés et m’apprenne ce qui te plaît. 11Car elle sait tout, comprend tout, * guidera mes actes avec prudence, me gardera par sa gloire.
  • Pape François, ROME, 30 janvier 2014 (Zenit.org)
C’est bon d’appartenir à l’Eglise,  car on ne peut pas comprendre le chrétien sans l’Église.  Il indique trois piliers pour vérifier et fortifier cette appartenance : l’humilité, la fidélité et la prière.
  • Saint Pierre Chrysologue (v. 406-450), évêque de Ravenne
« Comme le dit le Christ, le Royaume de Dieu est semblable à une graine de moutarde… Le Christ est le Royaume : à la manière d’une graine de moutarde, il a été jeté dans un jardin, le corps de la Vierge. Il a grandi et il est devenu l’arbre de la croix qui couvre la terre entière… Le Christ est le Royaume, car en lui réside toute la gloire de son royaume. Et le Christ est homme, car l’homme tout entier est renouvelé en lui…… »
  • 2 Co 12, 9-10
« Je n’hésiterai pas à mettre mon orgueil dans mes faiblesses, afin que la puissance du Christ habite en moi. C’est pourquoi j’accepte de grand cœur pour le Christ les faiblesses, les insultes, les contraintes, les persécutions et les situations angoissantes. Car, lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort ».
  • HOMÉLIE DE JEAN DE NAPLES
« Le Seigneur est ma lumière et mon salut : de qui aurais-je peur ? C’était un grand serviteur, celui qui savait comment on était éclairé. Il voyait la lumière, non pas celle qui baisse sur le soir ; mais cette lumière que l’œil ne voit pas. Les âmes éclairées par cette lumière ne courent pas vers le péché, ne trébuchent pas dans le vice.
Le Seigneur disait en effet : Marchez tant que vous avez la lumière . De quelle lumière parlait-il, sinon de lui-même ? Il a dit en effet : Moi, la lumière, je suis venu dans le monde , afin que ceux qui voient ne voient plus, et que les aveugles reçoivent la lumière. C’est donc lui, le Seigneur, qui est notre lumière, notre soleil de justice , lui qui a fait rayonner son Église catholique répandue partout, et c’est pour l’annoncer que le Prophète s’écriait : Le Seigneur est ma lumière et mon salut : de qui aurais-je peur ?
L’homme éclairé intérieurement ne boite pas, il ne s’écarte pas du chemin, il supporte tout. Celui qui voit de loin la patrie endure les difficultés, ne s’attriste pas des épreuves temporelles mais trouve sa force en Dieu : il abaisse son cœur, et il endure : son humilité entraîne la patience. Cette lumière véritable qui éclaire tout homme venant en ce monde se donne à ceux qui craignent Dieu, se répand en celui que le Fils veut, partout où il veut, elle se révèle à qui le Fils de Dieu veut….. »
  • Saint Césaire d’Arles (470-543), moine et évêque :
«  La lumière de l’âme et sa nourriture éternelle ne sont rien d’autre que la Parole de Dieu, sans laquelle le cœur ne peut ni vivre ni voir… »
  •  le Pape François
 » La Confirmation  forme  avec l’Eucharistie et le baptême, l’initiation chrétienne, dans laquelle nous sommes insérés en Jésus-Christ, mort et ressuscité, et nous devenons de nouvelles créatures et membres de l’Église . Lorsque nous accueillons l’Esprit-Saint dans notre cœur et que nous le laissons agir, le Christ lui-même se rend présent en nous et prend forme dans notre vie ; à travers nous, c’est lui, le Christ lui-même, qui va prier, pardonner, donner l’espérance et la consolation, servir nos frères, se faire proche des personnes démunies ou des derniers, créer la communion, semer la paix ….. »
  • Sainte Faustine Kowalska (1905-1938), religieuse
La barque de ma vie vogue
Dans le crépuscule et les ombres de la nuit,
Et je ne vois aucun rivage :
Je suis sur les profondeurs de l’étendue de la mer.
La moindre tempête peut me noyer,
Engloutissant ma barque dans le tourbillon des eaux,
Si tu ne veillais toi-même sur moi, mon Dieu,
À chaque instant de ma vie, à chaque moment.
Parmi le fracas et la clameur des vagues,
Je vogue tranquillement avec confiance,
Et tel l’enfant, sans crainte, je regarde au loin,
Car tu es pour moi, Jésus, toute lumière.
Autour, l’épouvante et l’effroi,
Mais en mon âme le calme est plus profond que les profondeurs de la mer,
Car celui qui est avec toi, Seigneur, ne peut pas périr —
Ainsi m’assure ton amour divin.
Malgré tant de dangers autour de moi,
Je ne les redoute pas car je regarde le ciel étoilé,
Et je vogue, courageusement, gaiement,
Comme il convient à un cœur pur.
Mais c’est par-dessus tout, 
Uniquement parce que tu es mon timonier, ô Dieu,
Que la barque de ma vie vogue si tranquillement.
Je le confesse dans la plus profonde humilité.

  • Mystérieuse roche sur Mars

140129Image Crédit: Mars Exploration Rover Mission, Cornell, JPL, NASA, APOD, traduction Didier Jamet

D’où provient ce caillou qui n’était pas là 12 jours plus tôt ? Photographiant ses environs immédiats à quelques jours martiens ( sols) d’intervalle, le robot Opportunity a révélé la présence d’un caillou qui s’est manifestement déplacé entre les deux séances de photos. L’explication est sans doute assez simple : le caillou aurait été propulsé par une des roues d’Opportunity. Mais un mystère demeure, celui de sa composition. Les analyses ont en effet montré que ce caillou, surnommé le beignet à la confiture du fait de sa couleur claire et de son centre rouge, contenait deux fois plus de manganèse que toute autre roche martienne déjà analysée, ce qui ne cadre absolument pas avec notre compréhension actuelle de la géologie martienne. Alors qu’il vient de fêter sa dixième année sur Mars, Opportunity continue d’explorer la crête Murray qui fait partie du rempart du cratère Endeavor

  •  SAINT BERNARD SUR LE CANTIQUE DES CANTIQUES:

Où donc notre fragilité peut-elle trouver repos et sécurité, sinon dans les plaies du Sauveur ? Je m’y sens d’autant plus protégé que son salut est plus puissant. L’univers chancelle, le corps pèse de tout son poids, le diable tend ses pièges : je ne tombe pas, car je suis campé sur un roc solide. J’ai commis quelque grave péché : ma conscience se trouble, mais elle ne perd pas courage, puisque je me souviens des plaies du Seigneur, qui a été transpercé à cause de mes fautes . Rien n’est à ce point voué à la mort que la mort du Christ ne puisse le libérer. Dès que je pense à cette médecine si forte et efficace, la pire des maladies ne m’effraie plus. 
Pour moi, ce qui me manque par ma faute, je le tire hardiment des entrailles du Seigneur, car la miséricorde y abonde, et elles sont percées d’assez de plaies pour que l’effusion se produise. Ils ont percé ses mains, ses pieds, et d’un coup de lance son côté. Par ces trous béants, je puis goûter le miel de ce roc et l’huile qui coule de la pierre très dure , c’est-à-dire goûter et voir combien le Seigneur est bon . Il formait des pensées de paix et je ne le savais pas. Qui, en effet, a connu la pensée du Seigneur ? Qui a été son conseiller ? Mais le clou qui pénètre en lui est devenu pour moi une clef qui m’ouvre le mystère de ses desseins. Comment ne pas voir à travers ces ouvertures ? Les clous et les plaies crient que vraiment, en la personne du Christ, Dieu se réconcilie le monde. Le fer a transpercé son être et touché son cœur afin qu’il n’ignore plus comment compatir à mes faiblesses.
Le secret de son cœur paraît à nu dans les plaies de son corps ; on voit à découvert le grand mystère de sa bonté, cette miséricordieuse tendresse de notre Dieu, Soleil levant qui nous a visités d’en haut . Et comment cette tendresse ne serait-elle pas manifeste dans ses plaies ? Comment montrer plus clairement que par tes plaies que toi, Seigneur, tu es doux et compatissant et d’une grande miséricorde, puisqu’il n’est pas de plus grand amour que de donner sa vie pour des condamnés à mort ?
Tout mon mérite, c’est connaître la pitié du Seigneur, et je ne manquerai pas de mérite tant que la pitié ne lui fera pas défaut. Si les miséricordes de Dieu se multiplient, mes mérites seront nombreux, Mais qu’arrivera-t-il, si j’ai à me reprocher quantité de fautes ? Là où le péché s’était multiplié la grâce a surabondé . Et si la bonté du Seigneur s’étend de toujours à toujours , de mon côté je chanterai sans fin les miséricordes du Seigneur . Est-ce là ma justice ? Seigneur, je ferai mémoire de ta seule justice, car c’est elle qui est devenue ma justice, puisque pour moi tu es devenu justice de Dieu.

  • Les boucles du champ magnétique solaire en ultraviolet
140126
 Image Crédit: TRACE Project, NASA, APOD, traduction  Didier Jamet 
 C’était une journée tout ce qu’il y a de plus tranquille sur le Soleil. Cette image démontre cependant que même lorsqu’elle n’est pas spécialement agitée, la surface de notre étoile reste très active. Vues ici en ultraviolet, les régions sombres sont relativement froides, avec des températures dépassant cependant plusieurs milliers de degrés Celsius. Le vaste groupe de taches AR 9169 du cycle solaire précédent l’actuel est visible sous la forme de la région brillante proche de l’horizon. Le plasma s’ écoulant autour des taches a typiquement une température de plus d’un million de degrés Celsius. Le mécanisme par lequel ces gaz sont portés à de telles températures est encore incompris, mais est probablement relié aux changements rapides qui affectent les boucles de champ magnétique, lesquelles canalisent le plasma solaire. Le groupe de taches AR 9169 est apparu à la surface du Soleil en septembre 2000 avant de se résorber en quelques semaines. 

  • DE L’INTRODUCTION À LA VIE DÉVOTE PAR S. FRANÇOIS DE SALES

Dieu commanda en la création aux plantes de porter leurs fruits, chacune selon son genre : ainsi commande-t-il aux chrétiens, qui sont les plantes vivantes de son Église, qu’ils produisent des fruits de dévotion, un chacun selon sa qualité et vocation. La dévotion doit être différemment exercée par le gentilhomme, par l’artisan, par le valet, par le prince, par la veuve, par la fille, par la mariée ; et non seulement cela, mais il faut accommoder la pratique de la dévotion aux forces, aux affaires et aux devoirs de chaque particulier. Je vous prie, Philothée, serait-il à propos que l’Évêque voulût être solitaire comme les Chartreux ? Et si les mariés ne voulaient rien amasser non plus que les Capucins, si l’artisan était tout le jour à l’église comme le religieux, et le religieux toujours exposé à toutes sortes de rencontres pour le service du prochain comme l’Évêque, cette dévotion ne serait-elle pas ridicule, déréglée et insupportable ? Cette faute néanmoins arrive bien souvent.
Non, Philothée, la dévotion ne gâte rien quand elle est vraie, ainsi elle perfectionne tout, et lorsqu’elle se rend contraire à la légitime vocation de quelqu’un, elle est sans doute fausse. « L’abeille, dit Aristote, tire son miel des fleurs sans les intéresser », les laissant entières et fraîches comme elle les a trouvées ; mais la vraie dévotion fait encore mieux, car non seulement elle ne gâte nulle sorte de vocation ni d’affaires, mais au contraire elle les orne et embellit. Toutes sortes de pierreries jetées dedans le miel en deviennent plus éclatantes, chacune selon sa couleur et chacun devient plus agréable en sa vocation la conjoignant à la dévotion : le soin de la famille en est rendu paisible, l’amour du mari et de la femme plus sincère, le service du prince plus fidèle, et toutes sortes d’occupations plus suaves et amiables.
C’est une erreur ains [bien plus] une hérésie, de vouloir bannir la vie dévote de la compagnie des soldats, de la boutique des artisans, de la cour des princes, du ménage des gens mariés. Il est vrai, Philothée, que la dévotion purement contemplative, monastique et religieuse ne peut être exercée en ces vocations-là mais aussi, outre ces trois sortes de dévotion, il y en a plusieurs autres, propres à perfectionner ceux qui vivent ès états séculiers. Où que nous soyons, nous pouvons et devons aspirer à la vie parfaite.

  • Supernova dans M82

140124

Image Crédit & Copyright: Adam Block, Mt. Lemmon SkyCenter, U. Arizona, APOD, traduction  Didier Jamet

  Dans la vraie vie, les astronomes ne trouvent pas les supernovae en suivant la flèche. S’il y en a une sur cette image prise le 23 janvier 2014, c’est pour bien montrer à tout le monde où se trouve par rapport à la brillante galaxie M82 cette très intéressante nouvelle supernova à présent dénommée SN 2014J. Située près de la Grande Ourse, M82 est familièrement appelée galaxie du Cigare. C’est un astronome très familier de l’aspect de cette galaxie, l’assistant d’enseignement Steve Fossey, et ses étudiants Ben Cooke, Tom Wright, Matthew Wilde et Guy Pollack, du Collège Universitaire de Londres, qui ont découvert cette supernova au soir du 21 janvier 2014. M82 se trouve à quelque 12 millions d’années-lumière de nous (ce qui revient à dire que cette supernova s’est produite il y a 12 millions d’années même si sa lumière ne nous parvient que maintenant) ce qui fait de la supernova SN 2014J une des plus proches de ces dernières décennies. Les analyses spectroscopiques indiquent qu’il s’agit d’une supernova de type Ia, soit l’explosion d’une naine blanche ayant accrété de la matière aux dépens d’une étoile compagne. Alors qu’elle n’est qu’à deux semaines de son maximum d’éclat, SN 2014J est déjà la plus brillante partie de M82 et est visible dans de petits télescopes.

  • Saint Jean Chrysostome (v. 345-407), prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople

 

      « Le sabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat »… La loi du sabbat était à son début de la plus haute importance : elle apprenait aux juifs à être doux et pleins d’humanité pour leurs proches ; elle leur enseignait à croire en la sagesse et en la providence de Dieu le créateur… Quand Dieu leur a donné la loi du sabbat, il leur a fait comprendre qu’il voulait seulement qu’ils s’abstiennent de tout mal : « Vous ne ferez rien en ce jour, sauf les œuvres qui concernent l’âme » (Ex 12,16 LXX). Dans le Temple on travaillait en ce saint jour plus que d’ordinaire… Ainsi l’ombre de la Loi préparait la lumière de la pleine vérité (cf Col 2,17).
      Le Christ a-t-il donc aboli une loi si utile ? Pas du tout : il l’a étendue plus loin encore… Il n’était plus nécessaire d’enseigner de cette façon que Dieu était le créateur de tout ce qui existe, ni de les former à la douceur envers les autres, puisqu’ils étaient invités à imiter l’amour de Dieu pour les hommes, selon cette parole : « Soyez miséricordieux, comme votre Père aux cieux est miséricordieux » (Lc 6,36). Il n’était pas nécessaire de fixer un jour de fête à ceux qui étaient invités à faire de leur vie entière une fête : « Célébrons la fête, écrit l’apôtre Paul, non pas avec de vieux ferments, la perversité et le vice, mais avec du pain non fermenté : la droiture et la vérité » (1Co 5,8)… Quelle nécessité d’une loi du sabbat pour le chrétien qui passe sa vie dans une célébration continuelle et pense toujours au ciel ? Oui, frères, célébrons ce sabbat céleste et continuel.

  • Mini Lune contre Super Lune

140121

 Image Crédit: Stefano Sciarpetti, APOD, traduction  Didier Jamet

La pleine lune de la semaine passée était en réalité une mini lune, puisqu’elle atteignait sa plénitude à seulement quelques heures de son apogée, le point de son orbite elliptique le plus éloigné de la Terre. Le 22 juin 2013, ce fut en revanche une super lune qui se leva, puisqu’elle eut lieu non loin du périgée, le point de son orbite cette fois le plus proche de la Terre. La taille apparente de la pleine lune du 15 au 16 janvier 2014 est sur cette image comparée à celle de la super lune du 22 juin 2013. La différence de taille apparente, vue depuis la ville de Pérouse, en Italie, est due à une variation une distance d’un peu moins de 50 000 km, à rapprocher des 385 000 km qui séparent en moyenne la Terre de la Lune. La prochaine mini lune aura lieu le 5 mars 2015. 

  • Bienheureux Jan van Ruusbroec (1293-1381): « Les Noces spirituelles ».

      Lorsque pour Dieu le temps semblait venu de prendre en pitié la souffrance de l’humanité, sa bien-aimée, il a envoyé son Fils unique sur terre dans ce palais somptueux et ce temple glorieux qu’était le sein de la Vierge Marie. C’est là qu’il a épousé notre nature et l’a unie à sa personne, à partir du sang très pur de la noble Vierge. Le prêtre célébrant les noces a été l’Esprit Saint, l’ange Gabriel en a publié les bans, et la glorieuse Vierge a donné son consentement. Voilà de quelle façon le Christ, notre époux fidèle, s’est uni à notre nature, nous a visités dans une terre étrangère et nous a enseignés d’une manière céleste et avec une fidélité parfaite.        Il a peiné et combattu contre notre ennemi comme un champion valeureux ; il a détruit la prison et remporté la victoire. Par sa mort, il a détruit notre mort ; il nous a rachetés par son sang ; il nous a libérés, dans le baptême, par l’eau de son côté (Jn 19,34). Par ses sacrements et ses dons, il a fait de nous des riches, afin que parés de toutes sortes de vertus, nous sortions, comme il le dit dans l’Évangile (Mt 25,6), et que nous le rencontrions dans le palais de sa gloire, pour y jouir de lui sans fin, pour l’éternité.

  • Galaxies spirales en collision 

140119

  Image Crédit: Debra Meloy Elmegreen (Vassar College) et al., & the Hubble Heritage Team (AURA/STScI/NASA), APOD, traduction  Laurent Laveder

  Dans des milliards d’années, une seule de ces galaxies subsistera. D’ici là, les galaxies spirales NGC 2207 et IC 2163 vont lentement s’attirer mutuellement, créant des  marées de matière, des coquilles de gaz choqué, des bandes de  poussière sombre, des flambées de  formation d’étoiles et des jets  d’étoiles expulsées.   Les astronomes prévoient que NGC 2207, la plus grande galaxie à gauche, incorporera probablement IC 2163, la plus petite galaxie de droite. Lors de la rencontre la plus récente qui s’est produite il y a 40 millions d’années, la plus petite galaxie s’est inclinée dans le sens contraire des aiguilles d’une montre et est maintenant légèrement derrière la plus grande  galaxie. L’espace entre les étoiles est si vaste que quand des  galaxies entrent en collision, leurs étoiles  ne se heurtent  généralement pas

 

  • TRAITÉ DE SAINT ATHANASE CONTRE LES PAÏENS
Par sa Parole toute-puissante, le Père a créé et maintient toutes choses.
La vue de la création nous permet de découvrir le Créateur. Qui est-il, sinon le très saint, celui qui est au-dessus de toutes les réalités créées ? Pareil à un excellent pilote, par sa propre Sagesse et sa propre Parole, le Christ notre Seigneur et notre Sauveur, Dieu gouverne et ordonne l’univers pour notre salut, en faisant ce qui lui semble bon. Et ce monde est très bon en effet, tel qu’il a été fait et tel que nous le voyons, parce que Dieu le veut ainsi ; personne ne pourrait en douter. Car, si la création se mouvait sans raison, si l’univers s’en allait n’importe comment, on pourrait bien mettre en doute ce que nous venons de dire. Mais puisqu’il a été créé avec raison, sagesse et science, puisqu’il est si beau, celui qui l’a créé et lui a donné cette beauté ne peut être que le Verbe de Dieu. ~
Je ne parle pas d’un « verbe », d’une parole quelconque ; je parle du Verbe en personne, celui du Dieu bon de l’univers, vivant et agissant. Il est différent de tous les êtres engendrés ou créés. Il est le Verbe propre et unique du Père plein de bonté. C’est lui qui a organisé cet univers et l’éclaire par sa providence. Étant le Verbe très bon du Père plein de bonté, c’est lui qui a disposé l’ordre de toutes choses, qui a réuni les contraires avec les contraires pour en composer une seule harmonie. ~ Il est le Dieu unique et le Fils unique, le Dieu bon qui procède du Père comme d’une source de bonté, celui qui organise et contient l’univers. ~
Celui qui a tout créé par son Verbe éternel, et qui a donné l’existence à sa création, ne voulut pas que celle-ci s’en aille à la dérive et au chaos, selon sa nature, car elle risquerait de retourner au néant. Mais dans sa bonté, par son Verbe qui est Dieu lui aussi, il gouverne et maintient toute la création. Ainsi, éclairée par la direction, l’organisation et la providence du Verbe, la création peut subsister solidement. En effet, elle participe elle-même du Verbe qui est vraiment issu du Père, et elle est soutenue par lui dans l’existence, elle évite l’anéantissement qui se produirait sans cette sauvegarde du Verbe. Comme nous l’enseignent, dans les Saintes Écritures, les ministres de la vérité : Il est l’image du Dieu invisible, le premier-né avant toute créature, car c’est en lui que tout a été créé, les êtres visibles et les êtres invisibles, et il est la tête du corps, c’est-à-dire de l’Église.
C’est donc lui, le Verbe très saint du Père, tout-puissant et absolument parfait, qui se répand en toutes choses, qui déploie partout sa puissance, qui éclaire toutes choses, visibles et invisibles, qui les contient et les rassemble en lui. Il n’en laisse aucune en dehors de sa puissance, mais il donne vie et protection à toutes choses, en tout lieu, à chacune en particulier et à toutes ensemble.

  •  La nébuleuse d’Orion vue par Spitzer 

140115

 Image Crédit: NASA, JPL-Caltech, T. Megeath (Univ. Toledo, Ohio), APOD, traduction Didier Jamet
 

Peu de perspectives cosmiques excitent autant l’imagination que la nébuleuse d’Orion, gigantesque pouponnière stellaire située à quelque 1500 années-lumière de nous. Couvrant un champ d’environ 40 années-lumière, cette image infrarouge de la région prise par le satellite Spitzer a été réalisée à partir de données destinées à suivre l’éclat des jeunes étoiles de la nébuleuse, dont beaucoup sont encore entourées par des disques de poussière où peuvent se former des planètes. Comme elle l’est dans le visible, la partie la plus brillante de la nébuleuse se centre sur les étoiles les plus chaudes de la région, se concentrant dans l’amas du Trapèze, le plus brillant, près du centre de l’image. Parmi les taches rouges visibles le long des filaments sombres de poussière sur la gauche du brillant amas se trouve la proto-étoile HOPS 68, dans l’enveloppe protostellaire de laquelle on a récemment découvert des cristaux d’olivine

  • Julienne de Norwich (1342-après 1416), recluse anglaise: Révélations de l’amour divin.

La prière unit l’âme à Dieu. Même si notre âme est toujours semblable à Dieu par sa nature, restaurée qu’elle est par la grâce, de fait elle lui est souvent dissemblable par suite du péché. La prière témoigne alors que l’âme devrait vouloir ce que Dieu veut ; elle réconforte la conscience ; elle rend apte à recevoir la grâce. Dieu nous enseigne ainsi à prier avec une confiance ferme que nous recevrons ce pour quoi nous prions ; car il nous regarde avec amour et veut nous associer à sa volonté et à son action bienfaisantes. Il nous incite donc à prier pour ce qu’il lui plaît de faire…; il semble nous dire : « Qu’est-ce qui pourrait me plaire davantage que de me supplier avec ferveur, sagesse et insistance afin d’accomplir mes desseins ? » Par la prière donc, l’âme s’accorde avec Dieu.

  • Gegenschein sur le Chili 

140114Image Crédit & Copyright: Yuri Beletsky (Las Campanas ObservatoryCarnegie Institution), APOD, traduction Didier Jamet

  Le ciel de nuit est-il plus sombre dans la direction opposée au Soleil ? Il n’en est rien. C’est même parfois le contraire, puisqu’il arrive qu’on aperçoive dans cette direction une très faible lueur portant le nom de gegenschein (« contre-lueur » en allemand). Le gegenschein est en fait de la lumière solaire rétrodiffusée par des particules de poussière interplanétaire, d’une taille de l’ordre du millimètre. Il s’agit de débris d’astéroïdes orbitant dans le plan écliptique des planètes. Cette image, prise en 2013, est une des plus spectaculaires photographies jamais réalisées du gegenschein. Le ciel est si sombre au dessus de l’observatoire de Las Campanas, au Chili, qu’il est même possible de percevoir une lueur périphérique autour du gegenschein. Parmi les principaux objets célestes visibles sur cette image, on distingue la galaxie d’Andromède en bas à gauche, l’amas des Pléiades, la nébuleuse Californie, la Ceinture d’Orion (sous la nébuleuse d’Orion et à l’intérieur de la boucle de Barnard), ainsi que les brillantes étoiles Sirius et Bételgeuse. Le gegenschein se distingue de la lumière zodiacale par son angle de réflexion. Pendant la journée, un phénomène similaire au gegenschein, appelé gloire, peut-être observé depuis un avion dans les nuages ou la brume situés à l’opposé du Soleil.

  • Saint Augustin (354-430), évêque d’Hippone

« Il faut que lui, il grandisse et que moi, je diminue. » En Jean la justice humaine avait trouvé le sommet que l’homme pouvait atteindre. La Vérité elle-même (Jn 14,6) disait : « Parmi les hommes, il n’en a pas existé de plus grand que Jean Baptiste » (Mt 11,11) ; aucun homme donc n’aurait pu le dépasser. Mais il était seulement homme, alors que Jésus Christ était homme et Dieu. Et puisque selon la grâce chrétienne on nous demande…de ne pas nous glorifier dans nous-mêmes, mais « si quelqu’un se glorifie, qu’il se glorifie dans le Seigneur » (2Co 10,17)…, pour cette raison Jean s’écrie : « Il faut qu’il grandisse et que moi, je diminue. » Bien sûr en lui-même Dieu n’est ni diminué ni augmenté. Mais dans les hommes, au fur et à mesure que progresse la vraie vie spirituelle, la grâce divine grandit et la puissance humaine diminue, jusqu’à ce que le temple de Dieu, qui est formé de tous les membres du corps du Christ (1Co 3,16), arrive à sa perfection, que toute tyrannie, toute autorité, toute puissance soient mortes, et que Dieu soit « tout en tous » (Col 1,16; 1Co 15,28)…
      « Le Verbe était la vraie lumière qui éclaire tout homme venant dans ce monde…; tous nous avons reçu de sa plénitude » (Jn 1,9.16). En elle-même la lumière est toujours totale ; elle s’accroît pourtant en celui qui est illuminé, et il est diminué lorsque ce qui était sans Dieu en lui est détruit. Car sans Dieu l’homme ne peut que pécher, et ce pouvoir humain diminue lorsque la grâce divine triomphe et détruit le péché. La faiblesse de la créature cède à la puissance du créateur et la vanité de notre égoïsme s’effondre devant l’amour qui remplit l’univers. Du fond de notre détresse Jean Baptiste acclame la miséricorde du Christ : « Il faut que lui grandisse et que moi, je diminue. »

  • Les têtards d’IC 410

140109

Image Crédit & Copyright: Martin Pugh, APOD, traduction Didier Jamet

  Ce gros-plan révèle en fausses couleurs une partie de la discrète nébuleuse par émission IC 410. Elle montre aussi deux insolites habitants du nuage de gaz lumineux : les « têtards » d’IC 410. La photo est une mosaïque d’images prises à travers des filtres à bande étroite destinés à mettre en évidence les différents atomes de la nébuleuse. L’émission des atomes de soufre est visible en rouge, les atomes d’hydrogène en vert et en bleu ceux d’oxygène. La nébuleuse, partiellement obscurcie par la poussière en avant plan, entoure NGC 1893, un jeune amas d’étoiles de la galaxie qui provoque l’excitation du gaz. Les têtards, constitués de gaz et de poussière plus froids et denses, mesurent environ 10 années-lumière de long, et abritent potentiellement des étoiles en formation. Sculptées par les vents et les radiations des étoiles de l’amas, leur traînée pointe à l’opposé de la région centrale de l’amas. IC 410 est située à quelque 12 000 années-lumière de la Terre, en direction de la constellation du Cocher

  • Rituel du baptême et Saint Ephrem (v. 306-373), diacre en Syrie, docteur de l’Église

 « Par le baptême, le Dieu tout-puissant, Père de notre Seigneur Jésus Christ, t’a libéré du péché et t’a fait renaître de l’eau et de l’Esprit. Tu fais maintenant partie de son peuple : il te marque de l’huile sainte pour que tu demeures éternellement membre de Jésus Christ, prêtre, prophète et roi. »

  • 3 petits Cubesats et puis s’en vont 

140106

 Image Crédit: Expedition 38NASA, APOD, traduction Didier Jamet
Des cubes tournent autour de la Terre. Mesurant 10 centimètres d’arête, soit à peu près le volume d’une grande tasse à café, ces microsatellites sont conçus pour être aussi économiques à fabriquer qu’à lancer. Ceux-ci ont été largués depuis la Station spatiale internationale en novembre dernier par le bras du module japonais Kibo. Les Cubesats sont fréquemment réalisés par des étudiants dans le cadre de leurs projets de fin d’études et couvrent un éventail de missions allant de la collecte d’images de la Terre à l’étude des ceintures de radiation en passant par les télécommunications en orbite ou le suivi du champ magnétique terrestre. Selon l’altitude à laquelle ils sont largués, les Cubesats rentrent généralement dans l’atmosphère en l’espace de quelques mois ou quelques années.

  • DE SAINT PROCLUS DE CONSTANTINOPLE POUR LE BAPTÊME DU CHRIST

Le Christ s’est manifesté au monde, il a restauré ce monde livré au chaos, il lui a rendu sa splendeur. Il a endossé le péché du monde et il a terrassé l’ennemi du monde. Il a sanctifié les sources des eaux et il a illuminé les âmes des hommes. Aux miracles il a joint des miracles plus grands encore. Aujourd’hui, en effet, la terre et la mer se sont partagé la grâce du Sauveur et le monde entier a été comblé de joie ; et la fête d’aujourd’hui montre un surcroît de merveilles par rapport à la fête précédente. Car dans celle-ci la terre se réjouissait de la naissance du Sauveur, parce qu’elle tenait couché dans la crèche le Seigneur de l’univers ; mais aujourd’hui, avec la fête des Théophanies, c’est la mer qui se réjouit hautement ; elle se réjouit de ce que, par l’intermédiaire du Jourdain, elle a reçu la bénédiction qui la sanctifie. La fête précédente nous montrait un pauvre nourrisson qui manifestait notre pauvreté. La fête d’aujourd’hui nous le fait voir dans sa perfection, elle nous suggère qu’il est l’Être parfait, issu de l’Être parfait. ~ Alors, pour les Mages, le Roi était revêtu de la pourpre de son corps. Aujourd’hui, au Baptême, celui qui est la Source, est enveloppé par l’eau du fleuve. Allons, regardez ces merveilles incroyables : le Soleil de justice qui se baigne dans le Jourdain, le Feu qui se plonge dans l’eau, Dieu qui est sanctifié par un homme ! Aujourd’hui, toute la création éclate en louanges et s’écrie : Béni soit, au nom du Seigneur, celui qui vient ! Béni soit celui qui vient en tout temps, car ce n’est pas aujourd’hui son premier avènement. ~ Et qui est-il ? Dis-le-nous clairement, bienheureux David : Le Seigneur est le Dieu qui nous illumine . Le prophète David n’est pas le seul à nous le dire ; l’Apôtre Paul y ajoute son témoignage lorsqu’il proclame : La grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes. Elle nous instruit. Elle ne s’est pas manifestée pour le salut de certains hommes, mais pour le salut de tous. Car c’est à tous, Juifs aussi bien que Grecs, qu’elle accorde le salut par le baptême, qu’elle offre le baptême comme un bienfait universel. Allons, regardez ce stupéfiant déluge, bien supérieur à celui du temps de Noé. Alors l’eau du déluge fit mourir le genre humain ; aujourd’hui, l’eau du baptême, par la puissance de celui qui a été baptisé, ramène les morts à la vie. ~ Alors une colombe, portant dans son bec un rameau d’olivier, a préfiguré la bonne odeur du Christ. Aujourd’hui le Saint-Esprit, en survenant sous l’apparence d’une colombe, nous montre combien le Seigneur est miséricordieux.

  • Nuages et croissants

140104Image Crédit & Copyright: Christoph Malin (TWAN), APOD, Traduction Didier Jamet

Un croissant de Vénus luit au ras de l’horizon ouest sur cette image. Au soir du 2 janvier 2014, entre les nuages bas, la planète soeur de la Terre rendait son sourire à la Lune. Ce spectacle pouvait être apprécié d’à peu près partout dans le monde. La traînée de condensation jumelée vient d’un avion qui survolait Appenzell en Suisse. S’apprêtant à quitter le ciel du soir, Vénus se dirige vers sa conjonction inférieure du 11 janvier et sera visible au petit matin fin janvier 2014. Et la Lune sourira encore.

 

  • HOMÉLIE DU IVème SIÈCLE POUR L’ÉPIPHANIE

Jésus est venu vers Jean et a été baptisé par lui dans le Jourdain. Quels événements incroyables : le fleuve sans limites qui réjouit la Cité de Dieu , comment est-il lavé dans un peu d’eau ? La source incompréhensible qui fait jaillir la vie pour tous les hommes et qui n’a pas de fin a été recouverte par des eaux misérables et passagères ! Celui qui est présent partout, qui n’est absent de nulle part, celui qui est incompréhensible aux anges et invisible aux hommes, vient au baptême parce qu’il l’a bien voulu. ~ Et voilà que les cieux s’ouvrirent et qu’une voix se fit entendre : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en lui j’ai mis tout mon amour . Le bien-aimé engendre l’amour et la lumière immatérielle engendre la lumière inaccessible . ~  Celui qui se plonge avec foi dans ce bain de la nouvelle naissance se sépare du démon et s’unit au Christ. Il renonce à l’ennemi et confesse que le Christ est Dieu. Il rejette l’esclavage et revêt la condition de fils adoptif. Il sort du bain, brillant comme le soleil, rayonnant de justice. Mais surtout il en remonte fils de Dieu et cohéritier du Christ. À celui-ci, gloire et puissance, en même temps qu’à l’Esprit très saint, bon et vivifiant, maintenant et toujours, et pour les siècles des siècles.

  • Comète Lovejoy

140103

 Image Crédit & Copyright: Damian Peach, APOD, traduction  Didier Jamet

Rivale en 2013 de la défunte comète ISON, la comète Lovejoy (C/2013 R1) est encore visible dans le ciel du petit matin comme en témoigne cette scène prise aux premières heures du nouvel an. Le champ de vision de cette image s’étend sur 3,5° (environ 7 pleines lunes) sur fond d’étoiles faibles de la constellation d’Hercule. Flirtant avec la limite de visibilité à l’oeil nu depuis les sites bénéficiant d’un très bon ciel, Lovejoy reste une cible appréciable aux jumelles dans l’hémisphère nord. Bien sûr, il faudra un peu plus que des jumelles pour obtenir une vision comme celle-ci, où apparaissent tous les détails de la queue ainsi que le vert de la chevelure. Ne rasant pas le Soleil, Lovejoy est passée au plus près de notre étoile vers le 22 décembre 2013 et se dirige à présent vers les confins du système solaire. Le 1er janvier 2014, elle était à 6,7 minutes-lumière de la Terre. 

  • CENTURIES DE SAINT MAXIME LE CONFESSEUR SUR LA CHARITÉ

     
    La naissance dans la chair du Verbe de Dieu n’a eu lieu qu’une seule fois ; mais sa naissance selon l’esprit se produit sans cesse, ainsi qu’il le désire, chez ceux qui eux aussi le désirent, à cause de sa bonté envers les hommes. Il devient un enfant, qui s’adapte à leurs capacités, et il se manifeste dans la mesure où celui qui le reçoit est capable de lui faire place. C’est sans aucune amertume qu’il réduit l’apparence de sa véritable grandeur : il se conforme à la mesure dont ceux qui désirent le voir sont capables. Ainsi le Verbe de Dieu se manifeste toujours de façon adaptée à ceux qui participent à lui, mais il demeure toujours invisible à tous, parce que son mystère est au-delà de tout. C’est pourquoi le divin Apôtre parle avec sagesse lorsqu’il dit, en considérant la force du mystère : Jésus Christ est le même, hier et aujourd’hui ; il le sera pour l’éternité . Il veut dire que son mystère est toujours nouveau ; il ne vieillit jamais parce qu’il ne peut être embrassé par aucun esprit.

  •   Les nuages colorés de Rho Ophiuchi 

131203 Image Crédit & Copyright: Rafael Defavari, APOD, traduction Didier Jamet

Les nombreuses et spectaculaires couleurs des nuages de Rho Ophiuchi ne sont que le reflet des processus qui s’y déroulent. Les régions bleues brillent essentiellement du fait qu’elles réfléchissent la lumière. La lumière bleue de l’étoile Rho Ophiuchi et des étoiles proches est réfléchie plus efficacement par cette portion de la nébuleuse que la lumière rouge. C’est d’ailleurs pour la même raison que sur Terre, en plein jour, le ciel est bleu. Les régions jaunes et rouges brillent dans ces couleurs car ce sont des régions d’émission du gaz atomique et moléculaire de la nébuleuse. La lumière des étoiles bleues proches, plus énergétiques que la brillante étoile rouge Antarès, arrache les électrons des atomes de gaz, lesquels émettent de la lumière lorsque les électrons se recombinent avec le gaz. Les régions sombres et marron témoignent de la présence de grains de poussière nés dans les jeunes atmosphères stellaires qui bloquent très efficacement la lumière émise derrière eux. Les nuages qui environnent les étoiles de Rho Ophiuchi, largement plus proches de nous que l’amas globulaire M4 visible ci-dessus en bas à gauche, sont même encore plus colorés que l’oeil humain ne peut le discerner. Ils émettent en effet de la lumière dans toutes les longueurs d’onde, depuis les ondes radio jusqu’aux rayons gamma.

  • Homélie du pape François, pour le dernier jour de l’année 2013

L’apôtre Jean définit le temps présent avec précision : « La dernière heure est arrivée » (1 Jn 2, 18). Cette affirmation – qui revient dans la messe du 31 décembre – veut signifier que, par la venue de Dieu dans l’histoire, nous sommes déjà dans les « derniers temps », après quoi, le passage final sera la seconde venue définitive du Christ. Naturellement, on parle ici de la qualité du temps, pas de sa quantité. Avec Jésus la « plénitude » du temps est arrivée, plénitude de sens et de salut. Il n’y aura plus de nouvelle révélation, mais la manifestation plénière de ce que Jésus a déjà révélé. C’est dans ce sens que nous sommes dans la « dernière heure » : chaque moment de notre vie n’est pas provisoire, mais définitif et chacune de nos actions est chargée d’éternité ; de fait, la réponse que nous donnons aujourd’hui à Dieu qui nous aime en Jésus-Christ, a une incidence sur notre avenir. La vision biblique et chrétienne du temps et de l’histoire n’est pas cyclique, mais linéaire : c’est un chemin qui va vers un accomplissement.

Une année qui est passée ne nous conduit donc pas à une réalité qui finit, mais à une réalité qui s’accomplit, c’est un pas supplémentaire vers le but qui est devant nous : un but d’espérance et de bonheur, parce que nous rencontrerons Dieu, la raison de notre espérance et la source de notre allégresse. Tandis que l’année 2013 arrive à son terme, recueillons comme dans une corbeille les jours, les semaines, les mois que nous avons vécus pour tout offrir au Seigneur. Et demandons-nous, courageusement : comment avons-nous vécu le temps que Lui nous a donné ? L’avons-nous utilisé surtout pour nous-mêmes, pour nos intérêts, ou avons-nous su le dépenser aussi pour les autres ? Combien de temps avons-nous réservé pour « demeurer avec Dieu », dans la prière, dans le silence, dans l’adoration ?…Ce soir, nous concluons l’Année du Seigneur 2013 en le remerciant et en demandant pardon, les deux choses ensemble, remercier et demander pardon. Rendons grâce pour tous les bienfaits que Dieu a accordés, et surtout pour sa patience et pour sa fidélité, qui s’est manifestée au cours des temps, mais de façon singulière à la plénitude des temps, quand « Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme » (Gal 4,4).

Que la Mère de Dieu, dans le nom de laquelle nous commencerons demain une nouvelle étape de notre pèlerinage terrestre, nous enseigne à accueillir le Dieu fait homme, afin que chaque année chaque mois, chaque jour soit plein de son Amour éternel.

 

  • La nébuleuse de la Tête de cheval

131231

Image Crédit & Copyright: John Chumack, APOD, traduction  Didier Jamet
La nébuleuse de la Tête de cheval est une des plus célèbres nébuleuses du ciel. Elle est au centre de la photographie ci-dessus. La Tête de Cheval est sombre car elle est en réalité un nuage opaque de poussière situé devant une brillante nébuleuse par émission rouge. Comme les nuages de l’atmosphère terrestre, ce nuage cosmique a fortuitement une forme évocatrice. Après des milliers d’années, le mouvement interne du nuage affectera son apparence. La couleur rouge de la nébuleuse par émission provient des électrons se recombinant avec les protons pour former des atomes d’hydrogène. On voit aussi en bas à gauche de l’image une nébuleuse par réflexion aux reflets bleu-vert, car elle réfléchit la lumière bleue des étoiles proches.
Advertisements
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s