MAI 2014

 

  • La comète cible de Rosetta

140523

Crédit: ESA / Rosetta / MPS Equipe OSIRIS

Entre le 27 mars et le 4 mai, la sonde spatiale Rosetta a réalisé une remarquable série de 9 images de la comète qu’elle doit atteindre cet été tandis que sa distance à l’objectif passait de 5 à 2 millions de kilomètres. Sillonnant le Système solaire le long d’une orbite qu’elle couvre en six ans et demi, la comète périodique 67P/Churyumov-Gerasimenko est vue ici passant devant l’amas globulaire M107 et quelques étoiles du Sagittaire. La chevelure de la comète se développe vers la fin de la séquence, s’étendant déjà sur quelque 1300 km. Rosetta doit se placer début août en orbite autour du noyau. À présent clairement actif, le noyau mesure environ 4km dans sa plus grande dimension et sa chevelure est due à la sublimation de sa glace alors que la comète approche du Soleil. Quant à l’atterrisseur Philae, il devrait se poser sur le noyau le 11 novembre 2014.

  • Saint Bernard (1091-1153), moine cistercien et docteur de l’Église : Homélies sur le Cantique des cantiques.

« Ils s’en vont en pleurant, ils jettent la semence. » Vont-ils donc pleurer toujours ? Certainement pas : « Ils reviendront dans la joie, rapportant les gerbes » (Ps 125,8). Et ils auront raison de se réjouir, puisqu’ils porteront des gerbes de gloire. Mais, direz-vous, cela n’arrivera qu’au dernier jour, au temps de la résurrection, et l’attente est bien longue. Ne perdez pas courage, ne cédez pas à ces enfantillages. En attendant, vous recevrez, « des prémices de l’Esprit » (2Co 1,22), assez pour moissonner dès aujourd’hui dans la joie. Semez dans la justice, dit le Seigneur, et récoltez l’espérance de la vie. Il ne vous renvoie plus au dernier jour, où tout vous sera donné réellement et non plus en espérance. Il parle du présent. Bien sûr, notre joie sera grande, notre allégresse infinie, lorsque commencera la vraie vie. Mais l’espérance d’une si grande joie ne peut pas être sans joie dès maintenant. 

 

  • Lyrides dans le ciel du Sud

140424

 Image Crédit & Copyright: Yuri Beletsky (Las Campanas Observatory, Carnegie Institution), APOD, traduction D. Jamet.
 

La pluie annuelle d’étoiles filantes des Lyrides a connu son pic d’activité au petit matin du 22 avril, tandis que notre belle planète plongeait dans le sillage de la comète de longue période Thatcher. Mais même dans le très sec et très pur ciel du désert d’Atacama, le dernier quartier de Lune éclipsait la plupart des météores les plus faibles, ne laissant percer que les plus brillants. Immortalisés et réunis sur ce photomontage numérique, ces météores semblent tous provenir d’un même point situé non loin de Vega, l’étoile la plus brillante de la constellation de la Lyre, d’où leur nom de Lyrides. Ce point origine des pluies d’étoiles filantes porte le nom de radiant, et n’est en réalité qu’un simple effet de perspective de trajectoires parallèles dont le radiant est le point de fuite. À l’arrière-plan, de riches champs stellaires nous rappellent que dans la Lyre, nous sommes tout près du plan de la Voie lactée.

« Connaître Jésus est le travail le plus important de notre vie », a affirmé le pape François durant la messe de ce vendredi matin, 16 mai 2014, à Sainte-Marthe. Il a donné trois « portes » pour entrer dans le mystère du Christ : « la prière, la célébration, l’imitation ». Le pape François a commenté l’affirmation de Jésus dans l’Évangile « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jn 14,1-6). « Connaître Jésus est le travail le plus important de notre vie », a-t-il affirmé. Mais s’il faut « étudier le catéchisme », cependant cela ne suffit pas. Jésus ne peut pas non plus être connu uniquement par « les idées » : « Les idées à elles seules ne donnent pas la vie. Celui qui emprunte cette route des idées seules finit dans un labyrinthe et n’en sort plus ! C’est cela les hérésies : chercher à comprendre qui est Jésus uniquement par l’esprit [humain] et avec sa propre lumière… Quand les idées sont seules, elles deviennent folles. »

Pour connaître Jésus, il faut ouvrir trois portes : « Première porte : prier Jésus. Sachez que l’étude sans la prière ne sert à rien. Les grands théologiens font de la théologie à genoux. Par l’étude, par la prière, [l’homme] s’approche un peu… Mais sans la prière, [il] ne connaîtra jamais Jésus. Jamais ! Jamais ! »

« Seconde porte : célébrer Jésus. La prière ne suffit pas ; il faut la joie de la célébration. Célébrer Jésus dans ses sacrements, parce que c’est là qu’il donne la vie, la force, la nourriture, le réconfort, l’alliance, la mission. Sans la célébration des sacrements, il n’est pas possible de connaître Jésus. »

« Troisième porte : imiter Jésus. Prendre l’Évangile : ce qu’il a fait, comment était sa vie, ce qu’il a dit, ce qu’il a enseigné et chercher à l’imiter ».

« Prier, célébrer et imiter. Entrer par ces trois portes », signifie « entrer dans le mystère de Jésus » : le pape a encouragé à faire un examen de conscience sur ces trois portes : « comment va la porte de la prière dans ma vie : la prière qui vient du cœur, ce n’est pas celle du perroquet ! Comment va la célébration chrétienne dans ma vie ? Et comment va l’imitation de Jésus dans ma vie ? »

Si son « livre des Évangiles est couvert de poussière, parce qu’il n’est jamais ouvert », le pape a exhorté le chrétien à « l’ouvrir » : « tu trouveras comment imiter Jésus ».

  • AED International   « Ils veulent tuer le coeur du Nigeria! »

Suite à l’enlèvement mi-avril d’environ 275 jeunes filles du lycée public de Chibok, dans l’État fédéral de Borno au Nigeria par Boko Haram, l’AED s’est entretenue avec le président de la conférence épiscopale du Nigeria, l’archevêque Mgr Ignatius Kaigama, de Jos. Cette interview a été menée dans le cadre du congrès sur la liberté de religion, organisé le 13 mai 2014 à Malte par l’AED.

AED: Votre Excellence, ce n’est pas la première fois que la violence de Boko Haram frappe des victimes innocentes, mais cette fois-ci, cette action a suscité l’horreur dans le monde entier.

R : Ils voulaient frapper le Nigeria au cœur. Je suis très inquiet. Ces jeunes filles n’ont jamais quitté leur lieu d’origine et se trouvent maintenant dans la brousse. Je prie pour que les valeurs religieuses avancées par Boko Haram suffisent et influencent le groupe afin qu’ils respectent la dignité de ces filles. Ce sont simplement des jeunes filles innocentes dont le sort fait de la peine à tous. La vie est sacrée.

C’est évidemment tragique qu’une telle horreur doive survenir pour attirer l’attention de l’opinion mondiale.

Oui, Boko Haram a déjà lancé beaucoup d’attaques depuis 2009, et causé la mort de milliers de personnes. Dans mon propre diocèse de Jos, nous avons été victimes de plusieurs attaques, par exemple l’attentat contre l’église catholique St Finbarr, où 14 personnes ont trouvé la mort. En février, le groupe a assassiné plus de cent hommes chrétiens dans les villages de Doron Baga et Izghe, mais la communauté internationale n’a montré aucune réaction. Je crois que c’est différent cette fois-ci, parce qu’il s’agit d’innocentes jeunes filles et aussi parce que cela touche à la souffrance immédiate des femmes qui sont les mères de ces enfants. Les femmes s’identifient plus fort aux souffrances des autres. Elles ont d’ailleurs commencé à manifester – autant les chrétiennes que les musulmanes.

Cependant, bien que Boko Haram persécute les chrétiens et veuille islamiser tout le pays, n’est-il pas exact aussi que la communauté musulmane souffre de plus en plus de la persécution et de la violence ?

Oui, certes. Au début, il s’agissait plus de l’idée d’éradiquer le christianisme et les soi-disant « valeurs occidentales » et d’implanter dans le nord du Nigeria un État sous le régime de la charia. Ils n’ont donc pas seulement attaqué les chrétiens, mais aussi des postes de police et autres institutions symbolisant les valeurs occidentales. Mais aujourd’hui, on ne peut plus dire qu’ils s’attaquent exclusivement aux chrétiens. Boko Haram a aussi tué des chefs religieux musulmans. L’enjeu ne concerne plus le nord ou le sud du pays, et même plus les musulmans ou les chrétiens. Il s’agit des êtres humains. Les Nigérians s’engagent ensemble en faveur de la liberté et de la dignité ; une voix commune s’élève, de plus en plus fort, qui clame : « La violence n’est jamais le bon chemin ».

Combien de ces jeunes filles sont-elles chrétiennes et dans quelles mesure sont-elles devenue des victimes parce que tant d’entre elles sont chrétiennes ?

La plupart des filles sont chrétiennes. La plupart des jeunes filles qui se sont enfuies sont chrétiennes, nous pouvons donc supposer que c’est valable aussi pour les autres qui sont encore prisonnières. Mais il est également exact que quelques jeunes filles musulmanes ont aussi été enlevées. Cet incident prouve une nouvelle fois que Boko Haram s’attaque aussi, en partie, aux musulmans.

Des voix critiques se sont élevées contre le gouvernement à cause de ses réactions face à la violence exercée par Boko Haram, en particulier après l’enlèvement des lycéennes. Dans quelle mesure cette critique est-elle fondée ?

Le gouvernement a sous-estimé la crise de Boko Haram et, en toute conséquence, réagi lentement. Une partie du problème consiste dans le fait que les ressources disponibles n’ont pas bien été mises en œuvre pour ravitailler et équiper de manière adéquate les forces de sécurité censées lutter contre la violence. Ceci est probablement dû à la corruption. Certains membres des forces de sécurité ont expliqué que Boko Haram disposerait d’armes meilleures et plus modernes que l’armée ou la police. Les moyens doivent parvenir entre les bonnes mains. Il existe aussi des cas où des soldats ont été tués en voulant défendre leur prochain ou leur famille, mais n’ont pas reçu suffisamment d’aide. Il est important que ces familles bénéficient d’un soutien.

Qu’est-ce que l’Église catholique entreprend pour réagir à ces enlèvements ?

Nous avons cherché à entamer un dialogue et ça n’a pas fonctionné. Le gouvernement a eu recours à la violence et ça n’a pas fonctionné. Dans cette phase, il nous faut prier : seul Dieu peut changer le cœur de ces hommes. Nous prions et vous invitons tous à la prière. En ma qualité de président de la conférence épiscopale, je me suis adressé à travers une missive à tous les catholiques du Nigeria en les invitant à une heure d’adoration, et en exhortant tous les évêques, ecclésiastiques et fidèles, à la prière.

Pour quoi priez-vous ?

Je prie pour trois choses : premièrement, qu’ils libèrent rapidement les jeunes filles et qu’elles soient indemnes. Deuxièmement, que Boko Haram cesse ses attaques et renonce à la violence. Et enfin, que le gouvernement reçoive de l’aide des autres pays du monde : que des pays se réunissent pour lutter contre le terrorisme, la faim et la pauvreté, afin de créer une unité authentique, et pas seulement pour servir des intérêts politiques et hypocrites.

Le problème existe maintenant depuis cinq ans. Avez-vous l’espoir que la communauté internationale puisse aujourd’hui le résoudre ?

Nous devons unir nos forces, c’est la seule solution. Boko Haram a des armes, mais comment ces armes parviennent-elles aux terroristes ? D’où vient l’argent ? Qui assure leur formation ? Je pense que la communauté internationale peut venir à bout de ce problème. Je suis prêtre, cela ne relève pas de ma mission, mais je crois que les gouvernements internationaux en viendraient à bout s’ils coopéraient. Le Nigeria joue un rôle important en Afrique et dans le monde. Il vaut mieux apporter l’aide maintenant que d’attendre qu’il soit trop tard et que les choses deviennent encore plus compliquées.

  • CG4, un globule cométaire rompu

140513

 Image Credit & Copyright: Jason Jennings (cosmicphotos), APOD, traduction  Didier Jamet 
 

Des vers géants de l’espace se nourrissent-ils de galaxies ? Pas le moins du monde. La créature à l’aspect étrange présente au centre de cette image n’est autre qu’un nuage de gaz appelé globule cométaire. Cependant ce globule-ci s’est rompu. Les globules cométaires se caractérisent typiquement par une tête de poussière suivie d’une queue allongée. Ces traits font que les globules cométaires présentent un certain nombre de similitudes visuelles avec les comètes, mais ils sont en réalité fort différents. Les globules sont fréquemment le lieu de naissance des étoiles, et d’ailleurs beaucoup ont la tête truffée de très jeunes étoiles. On ne sait pas exactement ce qui a provoqué la rupture de la tête de celui-ci. La galaxie visible à proximité de la «gueule» du globule est en réalité gigantesque, très éloignée de nous et de CG4, et ne semble se trouver à proximité de ce dernier que par un simple effet de perspective.

 

  • HOMÉLIE DE SAINT PIERRE CHRYSOLOGUE SUR LE SACRIFICE SPIRITUEL

Je vous adjure par la miséricorde de Dieu . Saint Paul nous demande, ou plutôt c’est Dieu qui nous demande par l’intermédiaire de Paul : Dieu veut être aimé plus qu’il ne veut être craint. Dieu demande parce qu’il ne veut pas tellement être Seigneur qu’être Père. Dieu demande avec miséricorde pour ne pas exiger avec rigueur. ~ 
   Écoutez ce que demande le Seigneur : Reconnaissez en moi votre corps, vos membres, vos viscères, vos os, votre sang. Et si ce qui appartient à Dieu vous inspire de la crainte, est-ce que vous n’aimez pas ce qui est à vous ? Si vous fuyez le Seigneur, pourquoi ne recourez-vous pas à celui qui vous a engendrés ?
Mais peut-être que l’énormité de ma passion, dont vous êtes les auteurs, vous couvre de honte ? Ne craignez pas. Cette croix a été mortelle non pour moi mais pour la mort. Ces clous ne me pénètrent pas de douleur, mais d’un amour encore plus profond envers vous. Ces blessures ne provoquent pas mes gémissements, mais elles vous font entrer davantage dans mon cœur. L’écartèlement de mon corps vous ouvre mes bras, il n’augmente pas mon supplice. Mon sang n’est pas perdu pour moi, mais il est versé pour votre rançon.
Venez donc, retournez à moi et reconnaissez votre Père en voyant qu’il vous rend le bien pour le mal, l’amour pour les outrages, et pour de si grandes blessures une si grande charité.
Mais écoutons maintenant l’adjuration de l’Apôtre : Je vous adjure d’offrir vos corps . L’Apôtre, par cette demande, a fait accéder tous les hommes au sommet du sacerdoce : offrir vos corps, comme un sacrifice vivant .
Quelle fonction sans précédent, que celle du sacerdoce chrétien ! L’homme y est à lui-même et la victime et le prêtre ; l’homme n’a pas à chercher au dehors ce qu’il doit immoler à Dieu ; l’homme apporte avec lui et en lui ce qu’il doit offrir pour lui-même à Dieu en sacrifice ; la victime demeure la même, tandis que le prêtre reste aussi le même ; la victime qu’on frappe reste vivante, et le prêtre ne meurt pas puisqu’il doit officier.

  • Derrière la nébuleuse de la Flamme

140510

 Image Crédit: Visible: DSS; Infrarouge: NASA/JPL-Caltech;
X: NASA/CXC/PSU/ K.Getman, E.Feigelson, M.Kuhn & équipe MYStIX, APOD, traduction Didier Jamet 
 

À quelque 1400 années-lumière de nous, la nébuleuse de la Flamme se démarque de son environnement sur cette image des régions de formation d’étoiles de la Ceinture d’Orion. Les données en X de l’observatoire spatial Chandra et infrarouge de Spitzer peuvent littéralement vous plonger au milieu du gaz luminescent et des nuages de poussière opaque. En promenant votre pointeur sur l’image disponible ici, vous verrez apparaître les nombreuses étoiles du jeune amas NGC 2024, dont l’âge va de 200 000 ans à 1,5 million d’années. Le composite en X et infrarouge centré sur la nébuleuse de la Flamme couvre un champ d’environ 15 années-lumière. Il révèle que les étoiles les plus jeunes se concentrent au milieu de l’amas, au contraire des modèles les plus simples de formation des pouponnières stellaires. Ces derniers prévoient en effet que la formation d’étoiles s’initie au centre pour se propager peu à peu vers les bords.

 

  • Bienheureux Charles de Foucauld (1858-1916), ermite et missionnaire au Sahara 

      Les sens sont curieux : la foi ne veut rien connaître, elle…voudrait passer toute sa vie immobile au pied du tabernacle. Les sens aiment la richesse et l’honneur ; la foi les a en horreur… : « Bienheureux les pauvres » (Mt 5,3). Elle adore la pauvreté et l’abjection dont Jésus se couvrit toute sa vie comme d’un vêtement qui fut inséparable de lui… Les sens s’effraient de ce qu’ils appellent les dangers, de ce qui peut amener la douleur ou la mort ; la foi ne s’effraie de rien, elle sait qu’il ne lui arrivera que ce que Dieu voudra — « tous les cheveux de votre tête sont comptés » (Mt 10,30) — et que ce que Dieu voudra sera toujours pour son bien — « Tout ce qui arrive est pour le bien des élus » (Rm 8,28). Ainsi, quoi qu’il puisse arriver, peine ou joie, santé ou maladie, vie ou mort, elle est contente d’avance et n’a peur de rien… Les sens sont inquiets du lendemain, se demandent comment on vivra demain ; la foi est sans nulle inquiétude…

  • Supernova magnifiée par un amas

140505

 Image Crédit: NASA, ESA, C. McCully (Rutgers U.) et al., APOD, traduction  Didier Jamet
 

Comment évaluer la masse, et donc la puissance, d’une lentille gravitationnelle ? Dans le cas présent, la lentille est l’amas de galaxies Abell 383, un énorme conglomérat de galaxies, de gaz chaud et de matière noire qui se trouve à 2,5 milliards d’années de nous avec un décalage vers le rouge de 0,187. Une nouvelle technique d’évaluation de sa masse a été récemment testée. Elle consiste à attendre qu’une supernova d’un type très particulier se produise dans une lointaine galaxie située en arrière-plan de l’amas, puis de voir de quelle façon elle a été grossie par la lentille gravitationnelle. Cette technique vient compléter d’autres moyens de mesure de la matière noire, dont l’existence a été postulée afin d’expliquer les caractéristiques de rotation des galaxies, le confinement du gaz chaud des amas et, justement, les effets de lentille gravitationnelle. Sur cette image du télescope spatial Hubble, l’amas de galaxies Abell 383 démontre son efficacité en tant que lentille gravitationnelle lorsqu’il s’agit d’agrandir et d’étirer en arcs l’image des galaxies d’arrière plan. Sur la gauche en insert, un agrandissement permet de noter l’aspect d’une lointaine galaxie avant et après une supernova. À ce jour, deux autres supernovae de type Ia ont été détectées en arrière-plan d’amas de galaxies dans le cadre du projet CLASH.

  • Pape François : Exhortation apostolique « Evangelii Gaudium / La Joie de l’Évangile » §180-181 (trad. © copyright Libreria Editrice Vaticana)

      En lisant les Écritures, il apparaît clairement que la proposition de l’Évangile ne consiste pas seulement en une relation personnelle avec Dieu… La proposition est le Royaume de Dieu (Lc 4,43) ; il s’agit d’aimer Dieu qui règne dans le monde. Dans la mesure où il réussira à régner parmi nous, la vie sociale sera un espace de fraternité, de justice, de paix, de dignité pour tous. Donc, aussi bien l’annonce que l’expérience chrétienne tendent à provoquer des conséquences sociales. Cherchons son Royaume : « Cherchez d’abord son Royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît » (Mt 6,33). Le projet de Jésus est d’instaurer le Royaume de son Père ; il demande à ses disciples : « Proclamez que le Royaume des cieux est tout proche » (Mt 10,7).

  • Le noyau de la comète de Halley, un iceberg dans l’espace

100104

Crédit & Copyright: Halley Multicolor Camera Team, Giotto Project, ESA, APOD, traduction Didier Jamet 
 

À quoi ressemble un noyau de comète ? Constitués de la matière primordiale du système solaire, on a longtemps pensé que les noyaux cométaires étaient des sortes d’icebergs sales comme des trains de marchandise. Les télescopes terrestres ne révélaient en effet que le nuage gazeux entourant le noyau lors de leurs passages à proximité du Soleil, ne résolvant nettement que la chevelure de la comète, ainsi que sa queue. Cependant en 1986, la sonde spatiale européenne Giotto a été l’un des premiers engins spatiaux à croiser la route d’une comète et à photographier son noyau. Cette comète était en l’occurrence celle de Halley tandis qu’elle s’approchait du Soleil. Les données obtenues grâce aux appareils de prises de vue de Giotto ont été retraitées pour obtenir cette image améliorée du noyau patatoïde de la comète qui mesure 15 km dans sa plus grande dimension. Certains détails de surface du noyau sombre sont visibles sur la droite de l’image, tandis que la queue se déploie vers la gauche. Tous les 76 ans, la comète de Halley fait son retour dans les parages du Soleil. Et à chaque fois, elle se déleste d’une couche de glace estimée à 6 mètres d’épaisseur. Ces débris largués par le noyau de Halley finissent par se répartir en une traînée le long de l’orbite, et donnent lieu à la pluie d’étoiles filantes des Orionides qui se produit chaque année en octobre, ainsi qu’à celle des Eta Aquarides, en mai.

 

  • Saint Irénée de Lyon (v. 130-v. 208), évêque, théologien et martyr, « Contre les hérésies ».

      Dieu a fait l’homme libre…pour qu’il puisse répondre à ses appels de façon volontaire et sans contrainte. La violence, en effet, n’existe pas chez Dieu, mais sans cesse il nous invite au bien. Il a mis en l’homme le pouvoir de choisir, comme il l’avait fait pour les anges… Et ce n’est pas seulement dans le champ de son activité, mais c’est aussi dans le domaine de la foi que le Seigneur a sauvegardé la liberté…de l’homme. Il dit en effet : « Qu’il te soit fait selon ta foi » (Mt 9,29). Il montre ainsi que la foi appartient en propre à l’homme, puisqu’elle relève de sa décision personnelle. Il dit encore : « Tout est possible à celui qui croit » (Mc 9,23), et ailleurs : « Va, qu’il te soit fait comme tu as cru » (Mt 8,13). Tous ces textes montrent que l’homme oriente lui-même sa destinée selon qu’il choisit de croire ou non. C’est pourquoi « celui qui croit au Fils a la vie éternelle, tandis que celui qui ne croit pas en lui n’a pas la vie éternelle »… 
  Alors, dira-t-on, il aurait mieux valu que Dieu ne crée pas les anges avec la possibilité de transgresser sa Loi. Il n’aurait pas dû non plus créer les hommes, puisqu’ils allaient devenir si vite ingrats envers lui : en effet, c’était le risque attaché à leur nature raisonnable, capable d’examiner et de juger. Il aurait dû les faire à la ressemblance des êtres sans raison et sans principe de vie propre… Mais, dans ce cas, le bien n’aurait aucun attrait pour les hommes, leur communion avec Dieu aucune valeur à leurs yeux. Le bien n’éveillerait pas en eux le moindre désir, puisqu’il serait acquis sans qu’ils aient à le chercher…; le bien serait inné en eux, allant de soi… Si l’homme était bon par nature et non par volonté…, il ne comprendrait plus que le bien est beau, il ne pourrait pas en jouir. Quelle jouissance du bien pourraient avoir ceux qui l’ignorent ? Quelle gloire, ceux qui n’auraient fait aucun effort ? Quelle couronne, ceux qui n’auraient pas lutté pour l’obtenir ?… Au contraire, plus notre récompense résultera d’un combat, plus elle aura de prix ; plus elle aura de prix, plus nous l’aimerons.

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s